• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 22 novembre 2008

Archive pour le 22 novembre, 2008

Déclaration des contestataires du RCD

Nous considérons que le projet politique pour lequel sont tombés les meilleurs d’entre nous et qui a  nourrit l’espérance de toute une société qui rêve d’une Algérie moderne ,démocratique et sociale ne peut plus être porté par l’actuelle direction du RCD.

Le RCD, vidé de sa substance humaine et de sa conviction militante, a vu le départ massif de ses militants et l’éviction des cadres qui ont porté et crédibilisé le Parti.

C’est dans le souci d’éviter une fin irrémédiable au Parti que nous avons dès le dernier Congrès initié un débat interne pour doter notre formation de statuts et de pratiques à la mesure des ambitions démocratiques pour lesquelles nous militons, persuadés que nous sommes que le RCD doit être démocratique ou le sera pas.

Depuis, le groupe politique à l’origine de cette initiative, parti de Béjaia et relayé par d’autres Wilayas n’a cessé de subir les coups de boutoir d’une oligarchie aux commandes dont le seul souci est de préserver leurs misérables acquis organiques, voir matériels auxquels elle s’accroche mordicus.

La responsabilité politique et la probité morale qui nous anime ne peut s’accommoder de notre silence sous peine de se rendre complice des dérives de la direction actuelle.

L’opinion publique doit savoir que notre formation fonctionne sur un mode organique digne des années de plomb, et l’opacité qui caractérise la gestion des finances du Parti nous interpelle. N’est-ce pas que l’enrichissement fulgurant de certains de nos cadres constitue une insulte qui nourrit les discussions des militants de base du Parti.

Nous militons pour une alternance au sommet de l’Etat,mais nous refusons que la démarche inverse commande la conduite interne du Parti.

A ce titre, il est cocasse de relever l’agitation du Président du RCD à daigner à Bouteflika de briguer un troisième mandat, alors que lui trône sans partage à la tête du Parti depuis 20 ans comme un Monarque absolu. A ce rythme, Mugabe peut aller se rhabiller.

Dans le but de susciter un débat que nous n’avons pas réussi à faire partager à la direction du Parti, nous soumettrons dans les prochains jours à l’appréciation de l’opinion publique la contribution écrite signée par la majorité des cadres du Rassemblement de la wilaya de Bejaia que nous avons transmise au Président du Parti en date du 24 Avril 2008 et qui n’a eu aucun écho favorable, si ce n’est une chasse aux sorcières dans le pure style stalinien.

Fait à Bejaia, le 19/11/2008

Dr Tinouche Azzedine, Membre du CN,élu à L’APW et ancien Président du BR

Khelladi Md Saddek, Membre du CN et élu à L’APW

Saci Achour, Membre du CN et élu à L’APW

Bennadji Braham, Président d’APC,Membre du CN et ancien Président du BR.

Des journalistes condamnés à la prison ferme

liberteparole.jpgMascara: les journalistes Bouamama et Houari condamnés à la prison…

La cour d’appel de Mascara a confirmé le jugement prononcé en première instance, en juillet dernier, à l’encontre de deux journalistes exerçant dans la cité de l’Emir Abdelkader, pour une affaire de presse jugée «diffamatoire». Les deux correspondants locaux ont été condamnés, dimanche dernier, à des peines allant de 2 mois de prison avec sursis à 2 mois de prison ferme. C’est notre confrère, Bouamama Benaoumeur, correspondant du quotidien arabophone Manbar El Korraê (Tribune des lecteurs), qui a été condamné par ladite cour d’appel à une peine de 2 mois de prison ferme assortie d’une amende de 20 000 DA et de 25 000 DA de dommages et intérêts.

Quant au chef de bureau du quotidien El Khabar, Houari Mohamed, il a été condamné à une peine de 2 mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 20 000 DA et de 25 000 DA de dommages et intérêts. Les deux journalistes, qui ont été poursuivis en justice par un agent de police pour diffamation ont décidé d’introduire, samedi, un pourvoi en cassation devant la Cour suprême. «Malheureusement, je me suis retrouvé seul dans cette situation. Ni avocat ni soutien moral », dira Bouamama Benaoumeur avec regret.

Mostaganem: Deux mois de prison ferme pour le correspondant d’El Watan

Le procès opposant maître Bourahla Mohamed, avocat et ancien député à l’APN, à Larbi Benzidane, correspondant auprès du bureau d’El Watan à Mostaganem, vient de se conclure par la condamnation du journaliste à 2 mois de prison ferme et à 50 000 DA d’amende. Malgré plusieurs tentatives, le correspondant n’a pas eu droit à un avocat pour assurer sa défense ; ceux contactés ont à deux reprises brillé par leur absence aux audiences.

L’affaire remonte au mois juillet dernier lorsque notre collaborateur avait rapporté les conclusions d’un procès ayant alors opposé Bourahla Mohamed à des membres de sa famille. Procès en première audience au cours duquel avait été prononcée une peine de 6 mois de prison avec sursis et une autre à 6 mois de prison ferme. Toutefois, à l’instar du compte rendu publié par un autre titre de la presse régionale, cette peine de 6 mois ferme avait été malencontreusement attribuée à maître Bourahla, alors qu’elle concernait un autre accusé dans la même affaire. L’avocat, n’ayant pas usé de son droit de réponse, optera pour engager un procès à l’encontre du journaliste. Un journaliste qui compte se pourvoir en cassation. Source El Watan

Commentaire: Deux journalistes, condamnés à la prison ferme, n’ont pas trouvé un avocat qui peut prendre leur défense !  Le correspondant d’El Watan de la wilaya de Mostaganem affirme que malgré plusieurs tentatives, il n’a pas eu eu droit à un avocat pour assurer sa défense. Pis, ceux contactés ont à deux reprises brillé par leur absence aux audiences !

Un autre correspondant,  Bouamama Benaoumeur, condamné lui aussi à deux mois de prsion ferme, dira avec regret qu’il n’a trouvé ni avocat ni soutien moral lors de son procès. La situation fait vraiment peur. Lorsque des avocats refusent, par peur de représailles, de prendre des affaires opposant des citoyens aux autorités politiques du pays, la situation devient inquiétante. EL Mouhtarem 

La proclamation des résultats renvoyée à un Conseil national du PS

aubry.jpgAprès une nuit de confusion, la direction du Parti socialiste a annoncé, samedi 22 novembre, vers 5 h 30 du matin, que Martine Aubry avait remporté 50,02 % des voix au deuxième tour de l’élection du premier secrétaire du PS, contre 49,98 % à sa rivale Ségolène Royal, selon une « totalisation des centralisations fédérales ».

Ainsi, 42 voix séparent les deux candidates sur 134 784 suffrages exprimés, soit une participation de 58, 87 %: Martine Aubry obtient 67 413 voix, tandis que Ségolène Royal en obtient 67 371, selon les chiffres communiqués, qui doivent être encore validés officiellement par les instances du PS, via un Conseil national du Parti, qui doit être convoqué par François Hollande, premier secrétaire sortant et qui pourrait avoir lieu mercredi, selon une source proche de la direction.

Les partisans de Ségolène Royal, qui dénoncent des résultats « contestés et contestables », ont réclamé la tenue d’un nouveau vote, jeudi prochain.

En réponse, Martine Aubry a estimé qu’un nouveau scrutin pour la direction du Parti socialiste « n’a pas de raison d’être ».

Article: Le Monde

Photo: Paris Match

Omar Benderra: LA CRISE ECONOMIQUE MONDIALE, SON ORIGINE ET SES PERSPECTIVES

Un entretien du Maghrebin.com avec Omar Benderra, consultant bancaire, ancien président de banque publique en Algérie.Le Maghrébin : Comment appréhender cette crise qui secoue la planète ?

A la différence des crises cycliques qui l’on récemment précédée, je pense à la crise des valeurs technologiques, qu’on a appelé la crise Internet, à la crise régionale qui a affecté les pays d’Asie, cette crise dite des  » subprimes  » débouche sur une crise globale polysectorielle, c’est à dire qu’elle affecte tous les secteurs d’activités et toutes les régions du globe. Elle a d’abord concerné la sphère  financière globale avant de s’élargir irrésistiblement à la sphère économique réelle. Ce qui se passe, c’est la traduction dans la réalité des effondrements d’un système construit sur la liberté, l’anarchie devait-on dire, des transactions financières introduite par la déréglementation de l’activité de crédit et le flottement des monnaies autour d’un dollar géré de manière irresponsable par le Federal Reserve. La levée des contraintes réglementaires a provoqué de très graves dérives spéculatives dont certaines sont extrêmement destructrices, tant par les volumes de pertes occasionnées par le collapsus du système que, surtout, par la logique récessive qu’elle engendre aujourd’hui. Cette crise singulière interpelle à des niveaux très divers. Elle pose en thématique centrale la question du rapport des marchés avec les Etats – et leur capacité à faire face à leurs responsabilités nationales – et celle du rapport du marché avec la mondialisation. Dans ses aspects les plus positifs, elle pose la question du modèle économique fondé sur la consommation effrénée de ressources non renouvelables au profit d’une minorité cupide et au détriment des plus faibles, condamnés à la misère et à la famine.

Lire la suite: www.lemaghrebin.com

Karim Tabbou à Tizi N’berber: “La révision constitutionnelle ne règle pas les problèmes des Algériens”

tabbou2.jpgPoursuivant ses rencontres avec les militants, sympathisants de son parti, le premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou accompagné notamment du P/APW de Béjaïa a animé, jeudi, le congrès de la section de Tizi N’berber dans la wilaya de Béjaïa qui s’est tenu à la Maison des jeunes de la localité. Cette rencontre organique entre dans le cadre d’un vaste programme de restructuration mis en branle par le parti de Hocine Aït Ahmed.

Outre les affaires organiques internes du parti, le premier secrétaire du FFS, devant un parterre composé en majorité de militants, sympathisants, associations locales et syndicats ainsi que de nombreux invités, est revenu sur plusieurs sujets d’actualité, notamment sur la révision de la Constitution votée il y a de cela quelques jours, par les parlementaires des deux chambres. Et à ce sujet Karim Tabbou, le pragmatique chef de file du FFS dira notamment que “cette révision ne règle rien aux problèmes des Algériens, elle vise tout simplement la pérennité du système”. “C’est la constitutionnalisation du pouvoir absolu”, ajoutera l’orateur devant les nombreux fidèles du FFS.

“L’élection présidentielle de 2009 est une simple formalité. Se rendre complice de cette gestion serait participer à maintenir le pouvoir, et condamner le peuple algérien au sous-développement politique, économique et social”, clamera encore Karim Tabbou du FFS.

À noter qu’hier, un autre congrès de section de ce parti s’est tenu également à Aouzellaguen dans la vallée de la Soummam animé par Farid Bouaziz, et Si Salah Mustapha, membres du conseil national à la Maison de jeunes de cette localité. Dans ce sillage, un autre congrès de la localité de Souk El-Tennine aura lieu jeudi prochain à la Maison de jeunes Bouhired-Saïd de la localité.

Source Liberté

Louiza Hanoune a appelé jeudi à des législatives anticipées

hanoune.jpgLa secrétaire général du Parti des Travailleurs (PT), Louiza Hanoune, a appelé, jeudi dernier, le président Abdelaziz Bouteflika à organiser des élections législatives anticipées. Selon Mme Hanoune «l’Assemblée populaire nationale n’a aucune crédibilité», expliquant qu’elle est dotée de «prérogatives artificielles».  

«Bien qu’elle soit censée contrôler l’activité du gouvernement, l’actuelle APN n’a même pas voulu exercer son droit de contrôle des budgets alloués dans le cadre des lois de finances précédentes», souligne, avec étonnement, la SG du PT. «Pourtant les députés n’ont pas hésité à revoir récemment leurs salaires à la hausse» rappelle-t-elle. Synthèse d’El Mouhtarem

Congrès de section FFS de Draa El Mizane

laskri.jpgLes militants FFS de la commune de Draâ El Mizan (Tizi-Ouzou) ont organisé, jeudi dernier, leur congrès de section à la salle de cinéma Maghreb, en présence des membres de la direction nationale du parti, des représentants de partis politiques qui ont un ancrage dans la région, mais aussi de nombreux invités représentant le monde syndical et associatif.

Dans la salle, hormis les militants structurés localement, on a remarqué la présence d’anciens responsables du parti, particulièrement l’ex-fédéral de Tizi-Ouzou, Rabah Brahimi, l’ancien premier secrétaire national M. Ali Laskri qui a reçu une grande ovation lorsque son nom a été  prononcé à l’ouverture des travaux du congrès.

Profitant de cet événement politique dédié à la mémoire de feu Aissat Rabah, le président de l’APC de Draâ El Mizan, Didouche Hamou, est intervenu pour dresser un petit bilan des actions menées par son exécutif communal, toutefois en mettant l’accent sur les difficultés qu’il rencontre pour assurer son mandat d’élu, puisque selon lui “le code communal  bloque indubitablement tout développement du moment que toutes les décisions en délibération sont soumises à l’aval de l’administration”.

Quant au volet politique, le soin a été laissé au secrétaire national à l’organique pour l’aborder, après avoir, en premier lieu, fait état des mutations que connaît sa formation politique sur le plan organique. Ainsi, dans son intervention, le responsable du FFS n’a pas été tendre en évoquant la situation politique dans le pays qu’il juge “porteuse de risques sur l’avenir du pays”, car pour lui “le dernier amendement de la constitution n’est qu’une manœuvre de plus pour asseoir un pouvoir absolu”.

Après ces interventions, suivies de la présentation du rapport organique et financier de la commission administrative de section, le bureau du congrès a désigné 2 commissions pour assurer le bon déroulement de l’élection du 1er secrétaire, une opération à laquelle ont pris part plus de 100 militants.  Une fois les candidats connus, à savoir Aouadi Mohamed et Laouamri Ali, le bureau a fait appel à eux pour présenter leurs programmes aux militants, avant de passer au vote.

Finalement, à la clôture du scrutin, les partisans de M. Laouamri ont été plus nombreux que ceux de son concurrent, un choix que ce dernier a accepté juste après la divulgation des résultats.

M. Haddadi, La Dépêche de Kabylie

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER