• Accueil
  • > Libre débat
  • > Le militantisme en Algérie est réduit à de simples déclarations d’intention, de querelles organiques sans fin et de conflits de personnes

Le militantisme en Algérie est réduit à de simples déclarations d’intention, de querelles organiques sans fin et de conflits de personnes

cherevolution800.jpgEn d’autres circonstances, il serait normal de suspecter les raisons d’un tir croisé, par journaux interposés, sur fakhamatouhou. Il serait peut-être orchestré par le pouvoir occulte. La junte militaire a en effet l’art d’utiliser des pantins discrètement parachutés dans l’opposition pour renforcer le régime en place. Mais, cette fois, il faut reconnaître que le coup de force de M. Bouteflika contre la constitution est un acte qui vient de changer le destin de toute la nation.

Avec cet acte qui vient de jalonner tristement notre histoire, Bouteflika de facto concentre tous les projecteurs sur sa personne et sur sa conception despotique dans l’exercice du pouvoir. Il est naturel que tous les ennemis de tout bord de Bouteflika saisissent ce crime pour le fustiger. Mais dans ce groupe de contestataires il n’y a pas que les anciens mercantiles ou les ex-fantoches; ceux, que le monarque à refuser de convier à sa table ou nommer dans son sérail. 

Trop frustrés, ces courtiers marginalisés sont bien sûr les premiers à monter au créneau contre ce cirque constitutionnel et préélectoral. Ceux-là n’attendent pas un signal de départ pour publier leurs protestations, ils braillent spontanément en voyant l’opportunité d’un retour vers le système totalement compromise par les ambitions totalitaires de M. Bouteflika 

Simultanément à cette flambée de la surenchère folklorique, il y a des voix contestataires appartenant à des personnalités incontestablement crédibles et respectables de par leurs sincérités et leurs intégrités infaillibles. Leurs principes politiques et moraux, imprégnés par l’amour profond de leur patrie dans toutes ses dimensions, n’ont jamais été cédés au profit d’intérêt personnel malgré le besoin du Pouvoir d’adjoindre leurs compétences et leurs notoriétés avérées pour étoffer leur collection destinée à l’étalage. 

Le reproche qui, pourtant peut leur être adressé, est qu’ils réagissent mollement, de façons épisodiques, en rangs dispersés et le seul échéancier des présidentielles. Leur hibernation quasi quinquennale est un autre facteur qui sape le moral des larges couches sociales condamnées à la pauvreté et au mépris du Pouvoir. Leur “réquisitoires politiques” occasionnels et sans suites donnent l’impression que leurs revendications ne sont pas populaires et ne sont pas sérieuses. Elle est interprétée comme une absence d’assises populaires alors que dans la réalité ils représentent toutes les aspirations du peuple. 

Ce qui est encore plus déplorable à ce tableau peu reluisant, c’est que l’opposition officielle censée défendre la démocratie et la justice est frappée par incompréhensible aphasie fatale à leur crédibilité et à l’avenir des algériens. Si dans un tournant aussi crucial ils sont restés de simples spectateurs, affichant à peine leur désapprobation, que pourrait espérer d’eux le peuple. Ils agissent comme si le chemin vers le pouvoir devait être indiqué par le Zerhouni ou Bouteflika et jonchés de roses parfumés. Ils devraient se recycler dans les officines des syndicats indépendantes qui malgré la chape de plomb sont arrivé à se faire entendre et à être craint. 

Seul haut fait honorable qui peut être relevé, à mon sens, est le geste du MDS sur le terrain où ce parti a distribué des tracts, entrant directement avec les citoyens. À part ce “fait-divers” le militantisme politique a été marqué par le vide sidéral. 

Malheureusement l’action et le militantisme sont réduits à de simples déclarations d’intention, de querelles organiques sans fin et de conflits de personnes, se soldant souvent par des scissions ou des purges dramatiques pour le plus grand bonheur de ceux qui se sont approprié les richesses de l’Algérie. 

Chaque parti est une vraie maquette conforme de se qui se passe à l’échelle de l’État algérien. Un chef, indétrônable, quasiment seule figure et notable de la baraque, entourés par quelques convaincus intègres, des carriéristes ambitieux, mais sans prétention historique, et des ennemis plus ou moins déclarés suivant la grosseur de la pâture reçue, prêts à se vendre au plus offrant à la moindre occasion. 

Le spectacle lamentable qu’offrent les partis dits de l’opposition dont la plupart ont jeté l’éponge devant les coups de boutoir du régime. Ils ne remplissent plus leur fonction de partis.
Faut-il qu’on espère le retour d’un autre militaire comme le dit la rumeur qui enfle, pour nous donner espoir à la démocratie. N’est-ce pas un comble et une autre sucette provisoire (comme la limitation à deux mandats) pour un peuple “puérilisé” par les cajoleries et les louanges officielles?

Par Sniper

Commentaires

  1. kaci dit :

    Oui ! Le spectacle que vient de nous offrir le Parti Socialiste Français illustre confortablement l’esprit de militantisme actuel.Il ne s’agit plus de defendre une philosophie politique à laquelle on est ostensiblement attaché, mais plutot de vouloir se mettre en avant de la scene par des querelles de personnes qui se transforme quelquefois en une haine de l’un et l’autre.C’est trés grave s’agissant de la confiance que les masses populaires portent indefectiblement à leurs élus.
    Fini le temps des reves des grands philosophes tels que Rousseau,Voltaire ou Marx et, place au mercantilisme politique sauvage.
    Je souhaite qu’au FFS, on s’arrete de se tirer entre les pattes avec l’idée de « Pusse-toi que je m’y mette ».Il faut se rassembler et lutter tous ensemble contre toutes formes de disparités.

  2. kaci dit :

    Pousses-toi que je m’y mette , je voulais dire.Pardon pour mes fautes de frappe.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER