• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 28 novembre 2008

Archive pour le 28 novembre, 2008

Devrons-nous connaître nos limites ?

arg.gifVous imaginez un peu si ce brave citoyen (Moussa Touati) devient demain le Président de l’Algérie ? Qu’a-t-il comme formation, expérience référence? J’ai peur que l’on se fourvoie beucoup sur l’exercice d’une telle fonction. C’est le poste le plus dur, celui qui exige le plus de formation et d’expérience, le plus de dons de soi, le plus de sagesse, le plus d’équité … il n’est pas à la portée de n’importe quelle personne.

Le drame du tiers-monde c’est justement ce phénomène qui veut que n’importe qui se croit capable d’exercer n’importe quelle fonction, de remplir n’importe quel rôle. Vous dites au premier que vous rencontrez dans la rue, à l’ouvrier du coin, venez je vous nomme Wali ou DG ou ministre, il vous suivra et vous dira oui oui j’accepte, je suis capable.

C’est le drame de l’Algérien et de l’Algérie ! On ne connait sa place, on fait qu’usurper en toute chose. Je me souviens des évenements du Fis des premières années 90, un voisin douanier qui était membre du FIS, disait eh bien voila, notre tour est arrivé, Abbassi Madani va prendre le pouvoir suprême et moi je serai wali ou DG des Douanes. Il en était tout a fait convaincu et c’est pourquoi il était prêt à tout.

C’est ça le mal de l’Algérie contemporaine, d’un illettré en on fait un érudit, d’un représentant du syndicat ouvrier en on fait un économiste de haut niveau, d’un militant de base du FLN on en fait un révolutionnaire qui défend les acquis et d’un journaliste débutant en on fait d’un chroniqueur, d’une sécretaire on en fait une députée chevronnée ou d’une attachée de presse exceptionnellement douée…

Nous ne connaissons pas nos limites et tant qu’on les ignore les plus indisciplinés parmi nous, les plus assoiffés de pouvoir, les plus incompétents seront les premiers à monter dans le train Algérie et à le malmener au point où il ne voit plus où il se dirige, il fini dans le ravin. En quarante ans, sur les questions essentielles nous avons réculé, sur les questions futiles nous avons avancé, mais en gros nous sommes les derniers de la classe.

Quand des pays comme la Corée, le Vietnam, les anciennes Républiques socialistes évoluent à pas de géant nous nous regardons le nombril et nous voulons que les autres nous regardent et nous admirent.Voilons-nous la face , car le miroir nous renvoie l’image de nous même ce que nous sommes en vérité.

Quand un futur Président (pourquoi pas) nous dit que 20% de fraudes éléctorales c’est pas grave, que faut il attendre ? Rien de nouveau. J’ai l’habitude de dire que les vieux qui nous gérent dévoilent tous les jours leurs natures et elle ne peut changer,un parvenu ne peut saisir les choses de la vie, ils s’imaginent toujours que tout est possible sans le travail, unique source de progrés.

Je termine mon propos sur ce sujet en disant, quant on accepte pas son image, quand on la maquille, on ne peut inspirer le respect. A commencer par l’aspect physique , j’ai horreur des hommes qui se teignent les cheveux pour donner l’image de jeune, c’est une forme d’imposture.

Par Mohand

Moussa Touati prend sa dignité pour des légumes

moussatouati11913.jpgM. Touati a de l’expérience. D’après ses calculs, il nous révèle le taux de la fraude qui pourrait être commise au cours d’une élection en Algérie. Une fraude qu’il traite comme une erreur liée aux calculs statistiques. Il renforce, au passage le découragement du peuple concernant les pratiques mafieuses du Pouvoir.

En homme résigné du sort que lui réserve la dictature, il prend son mal en patience. Et sa dignité pour des légumes. Il ressemble à ces personnes qui ayant grandies dans l’asservissement, l’esclavage et les brimades de leurs maîtres, ne trouvent aucune gêne de louer leur condition de vie. Ils s’accommodent de leur infériorité qu’ils trouvent tout naturelle. Quand ils n’ont pas goûté au parfum de la liberté, ils ne peuvent comprendre le mot dignité.

Mais d’un autre côté, involontairement il fait une grave accusation officielle contre un corps constitué dirigé scandaleusement par Zerhouni et ses prédécesseurs. L’omnipotent Zerhouni, qui téléphone à Rachida Dati et répond à Mohamed VI, ne s’offusque guère. Il reçoit l’insulte de tricheur et de magouilleur sans réagir comme s’il entend une blague drôle. Il le laisse faire pou cultiver ses illusions d’un lièvre bien dressé et tactiquement utile. Un lièvre, tout le monde le sait, ne pique pas.

S’il veut avoir une majorité, aux présidentielles, M. Touati doit faire donc un score qui tient compte de “la marge de la fraude” qu’il chiffre banalement 20%. S’il veut réaliser un score de 20% ce qui est pour lui une vraie prouesse, il doit prévoir donc 20% supplémentaire due à l’erreur de calcul de Zerhouni. Une erreur somme toute humaine. Ce qui le contraint à réaliser un résultat de 40%; une vraie majorité dans les pays chez qui une fraude de 1% fait décapiter les gouvernements séance tenante.

En tant que présidentiable qui va défendre la démocratie, les droits et la dignité du peuple algérien devant les généraux c’est l’homme qu’il nous faut…

Par Sniper

Le RCD ou la dialectique de la science des contraires

sadi1.jpgLe RCD (version2008) s’offusque, s’agite, s’insurge, envoie 5 de ses députés à Berriane wilaya de Ghardaïa et menace de recourir aux instances internationales pour dénoncer un dénie de droit perpétué par l’administration de Zerhouni à l’encontre du maire RCD de cette commune.

Certes cette destitution que nous déplorons et condamnons par ailleurs est illégale et en violation des textes qui régissent les lois relatives à la commune et à la wilaya. Cependant, le même RCD fait semblant d’ignorer que dans la wilaya de Bejaia pas moins de 8 APC obtenues à la majorité relative par sa formation politique sont toujours bloquées par ses édiles en transgression des mêmes lois.

Pourtant, leur exécutifs sont maintenues grâce à la bénédiction de la même administration qui a établit notamment des arrêtes de «Substitution opaques» à l’encontre des organes délibérants en violation flagrante non seulement du code communal et de Wilaya, mais également de la constitution portant ainsi atteinte a la SOUVERAINTE populaire. Cela n’empêche que ses structures et ses élus zélés assument avec arrogance.

Faut-il rappeler qu’en 1993 l’actuel Président de cette formation politique sur un coup de tête a fait démissionner de leur mandat 87 Présidents d’APC et pas moins de 600 élus pour une anecdotique bévue du chef du gouvernement !…

Questions:

01)- L’administration de Zerhouni est-elle avenante et compatissante à Bejaia mais malveillante et arbitraire à Ghardaïa ?

02)- Le maire et la population de Berriane sont-ils plus importants aux yeux de la direction du RCD que ceux des 8 communes bloquées de Bejaia et des autres communes que nous ignorons ?

Par M. Achat

L’appel du « désespoir… »

hanoune1.jpgA  Louiza Hanoune

Ne voyez pas à travers ces quelques lignes un acharnement de ma part à votre endroit, mais c’est juste pour vous suggérer un sens au mot «espoir». Si je consacre autant de mots pour cerner le sens d’un seul mot c’est uniquement en … «désespoir» de cause » 

« Il faut rendre l’espoir aux citoyens ! » ai-je lu dans un papier d’un quotidien qui vous sert d’une belle piste d’atterrissage quand vous n’êtes pas dans la lucarne de «l’Unique» qui vous cajole tant parce que, avouez-le, «politiquement correcte ». Mais là, n’est pas le propos. C’est plutôt «l’espoir» qui m’inquiète le plus…

Après une infinité de slogans et d’appels et après avoir tout voté à l’APN, tout soutenu et après avoir décroché – et de «haute lutte»- le gros «lot», voilà que vous lancez un autre appel qui vient enrichir votre «patrimoine». «Il faut rendre l’espoir aux citoyens !» Que c’est beau, l’espoir !

Ainsi, votre appel appelle à appeler «à rendre l’espoir aux citoyens » Oui, c’est une façon de voir l’espoir, de faire de la politique, d’exercer l’opposition dans les guichets du pouvoir.  … Mais au fait, à quel espoir faites-vous allusion ? Qui appelez-vous ? Chez qui se trouve-t-il, notre espoir ? Qui en est le propriétaire ? Qui est censé nous le rendre, cet espoir ? Ce ne sont là, que quelques questions qui me viennent à l’esprit, désespérantes, je le sais et je m’en excuse.

Je vous reconnais et vous concède un seul mot dans votre appel «Rendre ». Vous rendez-vous compte, séniorita du sens de ce mot, de ce verbe du 3e mandat, pardon, du 3e groupe… Il se conjugue aussi à la forme pronominale «se rendre» et ce n’est pas à vous que je ferai la leçon, si vous voyez ce que je veux dire. Je confonds député et enseignant, tellement, son salaire représente l’argent de poche d’un député non-élu à 65% des désespoirs.

Je pense, très humblement et sincèrement qu’il faut d’abord vous rendre aux citoyens qui vous ont donné ce strapontin à 33 millions. S’il faut leur rendre l’espoir, vous admettez, d’une certaine façon qu’il leur a été volé, dilapidé, subtilisé, dérobé, confisqué…Sans vouloir vous offusquer, je vous suggère d’ajouter quelques mots à votre appel. Par exemple, une formule à la forme «passive», si vous voyez ce que je veux dire… Ce qui donnerait à peu près ceci «Il faut rendre l’espoir aux citoyens volé… par …» Votre appel aurait plus de sens, plus de crédibilité, plus de sérieux, en précisant qui l’a confisqué et qui doit le rendre, si vous voyez ce que je veux dire…

«Il faut rendre l’espoir aux citoyens !» à la limite, ça fait un titre de plus dans un journal, au pire ça peut faire rire. Puisque vous appelez à rendre l’espoir aux citoyens, c’est juste pour vous dire, qu’en tant que «citoyen», enfin, c’est ce qu’on dit, du moins officiellement, je puis me permettre de décliner votre offre. Non, merci et sans façon, ne me rendez pas l’espoir. C’est très aimable de votre part, mais,  je n’en veux pas ! C’est mon opinion et je la partage… L’espoir ! Qui pourra encore vous croire et y croire ? L’espoir !

«Laissez-nous nager notre mer on en boit jusqu’à la lie». Notre désespoir et plus fort et plus digne que votre espoir désespérant. L’espoir, chère séniorita, c’est toute une Histoire, c’est une autre histoire, des histoires… Il était une fois l’espoir… L’espoir ! Noir, c’est noir, (comme notre pétrole) y a plus d’espoir !

« Il faut rendre l’espoir aux citoyens ? » Ce serait bien sauf qu’il faut d’abord commencer par leur rendre leurs voix et ne vous en faites-pas, vous pouvez garder vos 33 millions. Pour l’espoir, on verra, ensuite… Même sans espoir, disait Romain Rolland, la lutte est encore un espoir. Vous l’avez quittée. Si vous voyez ce que je veux dire…

Par R.Z

Ali Mecili retrouvé dans l’ADN de Hassani !!!

adn.jpgPanique à bord du régime !!! Le régime sent de loin l’odeur de l’ADN Hassani !!!
Maintenant je suis convaincu que c’est bien lui «Hassani» qui a commandité le crime, et comment ? Et bien il faut juste voir le contraire de ce qu’a dit le régime pour s’en apercevoir du vrai !!!

Et l’autre question très pertinente, l’Algérie a-t-elle condamné l’assassinat d’ALI MECILI ? Et bien NON !!! Non, parce que le régime croit en ce CRIME et voit en lui un acte patriotique en s’attaquant à un brillant intellectuel et démocrate car il est juste opposé à leur logique criminelle. Dés lors qu’il est nécessaire non pas que de condamner mais de travailler dans le sens d’élucider la vérité sur cette affaire et bien ce ministre SBIRE se permet de se ranger aux côtés des assassins et des vampires en criant «droit de l’homme», «droit de l’homme avant tout pour celui qui est assassiné». Mais tout le monde sait qu’«Un monstre ne mange pas ses enfants».

De plus ce SBIRE dit que c’est à l’accusation de prouver la culpabilité de ce dernier ! D’abord avant de porter une critique à la justice française, qu’en est-il de la justice algérienne par rapport à toutes les victimes ALGERIENNES à ce jour qui sont victimes ou exécutées dans nos villages et vos prisons ? Est-ce que les victimes en Algérie n’ont pas droit aussi à l’innocence avant qu’elles soient jugées ? En plus c’est à l’Algérie de présenter les criminels et les commanditaires de ce CRIME crapuleux à la France pour qu’il soit relâché et prouvé ainsi son innocence.

Et pour le moment la JUSTICE FRANCAISE fait exactement le travail que doit faire la «justice algérienne» dans la recherche de la vérité sur ce COMBATANT ALGERIEN de LIBERATION et heureusement il a été honnête de ne pas dire l’ALGERIE DES DROITS DE L’HOMME autrement nous aussi il va nous ASSASSINER de RIRE!!!.

Ce SBIRE va-t-il condamner l’assassinat de ALI MECILI ou serait-il parmi ceux qui sont complices ou commanditaires de ce CRIME?
Et bien la réponse sera certainement RENDUE AUX ASSISES.

Par Algérie libre

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER