Benjedid, le retour?!

chadli.jpgLâcher brutalement à la face d’un monarque avant son intronisation officielle qu’il n’est pas un homme de parole, qu’il a trahi la Constitution et tout le peuple avec elle, n’est pas désagréable à entendre de la bouche d’un ancien président de l’Algérie. Avec sa tirade calfeutrée certes, mais très claire et ô combien cinglante ! Chadli Benjedid vient d’ouvrir un front inattendu contre fakhamatouhou. Cela tombe au moment où, sur la scène politique, le pays vit dans un silence de mort une espèce de flottement général et un hébétement paralysant suite au changement expéditif de la constitution.

Le peuple qui subit les fourches caudines et son opposition laminée, sont frappés d’une syncope devant un évènement hallucinant qui a transformé par la magouille leur pays et ses richesses en un grand territoire féodal servi sur un plat pour un vieux gâteux à la mine évidente d’un pré sénile qui se donne des airs de seigneurs. Ses deux frères vont rapidement le supplanter dans les faits avec la bénédiction de la Nomenklatura qui se soucie de la pérennité de la manne. Le sérail et l’Algérie doivent désormais composer ces deux compères. Ils sont en passe de devenir dans quelques mois la Wassila Bourguiba avec sa légendaire influence sur la vie politique et son autoritarisme pour pallier la chute des facultés intellectuelles et physiques de son époux.

Devant un tel horizon sombre, notre opposition officielle ou officieuse est restée inaudible. Elle a failli à son devoir de faire face au danger qui guette la nation. Le régime ne l’a pas invité dans l’entreprise constitutionnelle qui remet sa vocation aux calendes grecques, résignée, les représentants de la démocratie se sont contentés de maugréer.
Elle n’a pu avoir le moindre courage d’organiser, des marches ou des piquets de protestations séparément ou conjointement, pour marquer son refus et dénoncer la pièce théâtrale de Bouteflika.

Dans cette atmosphère délétère, asphyxiante, une voix d’un poids lourd est la bienvenue pour déranger les certitudes du monarque et réanimer une opposition démocratique tombée littéralement en panne au moment où le pays a le plus besoin d’elle.
Le “je ne suis pas de cela” (de ceux qui trahissent leur serment fait la main sur le Coran) de Chadli sonne comme une charge un peu trop violente contre fakhamatou habitué à n’entendre que les flatteries serviles et ne sentir que du baume autour de lui. Comme le miroir magique de la méchante sorcière dans l’histoire de Blanche-Neige, la télévision algérienne, où fakhamatouhou a l’habitude de se regarder et jauger sa popularité et Sa Grandeur, ne cesse de le rassurer; tout un peuple est à ses pieds et ne demande que son secours et sa grâce. Il peut et doit donc continuer à régner jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Mais que voilà un bruit bien distinct et désagréable vient égratigner sa vanité. Son miroir n’a pas pu l’étouffer. Alors rien que pour cela, l’acte de Chadli a beaucoup de mérite. Plus tard le peuple saura si ce geste est motivé par l’amour du pays et les remords pour une présidence manquée ou il n’est qu’une vulgaire vengeance contre celui qui jadis l’a tourné en ridicule. En tous les cas il a plus d’audace qu’un Zeroual terré dans un silence coupable qui na rien fait pour défendre sa Constitution

Par Sniper 

Commentaires

  1. Kaddour dit :

    Chadly va encore parler.

  2. hamid dit :

    chadli a eu le courage de quite la scene poltique et se taire

  3. jazairia dit :

    Monsieur Sniper,

    la preuve que je ne suis pas systématiquement contre vous, est que j’appuie ce que vous dites, même si j’ai deux réserves:

    1- le Président Zeroual s’est obligé à un silence total qui est particulièremen parlant et même assourdissant. en fait il a observé une attitude de déni de la personne. il ne reconnaît tellement pas Bouteflika qu’il lui réserve un silence méprisant. tout le microcosme politicien et même au delà puisque cla est arrivé à nos pauvres oreilles de simples citoyens, tout le monde donc sait que le Président Zeroual ne voulait pas recevoir chez lui à Batna le Président Bouteflika mais que ce dernier a pratiquement forcé la porte. résultat chaque fois que Bouteflika s’annonce à Batna, le Président Zeroual s’en va. c’est parcque ce sont le jour et la nuit. Zeroual est clair comme l’astre diurne tandis que son successeur est obscur comme la nuit noire.on peut paraphraser M. Yasmina Khadra(tiens un autre ex militaire): ce que la nuit devrait faire comme le jour.
    2- le Président Chadli n’a aucune arrière pensée à mon avis. je crois que s’il avait eu les mains libres il aurait agi pour faire passer notre pays très rapidement à la démocratie et ‘ailleurs c’est lui qui a ordonné le référendum pour amender la constitution afin de permettre l’ouverture politique et médiatique les deux mamelles de la démocratie. sa déclaration semble sincère. je crois qu’il est outré par le fait qu’après une décennie tragique ( d’ailleurs je pense que nous ne devrions plus parler de décennie mais de deux decennies car ça va faire bientôt 20 ans qu’on commencé les violences politiques et l’intégrisme islamiste en Algérie, souvenez vous de la Femme, dans le sud algérien, qui a été brulée vive elle e son enfant car elle était soupçonnée de comportement anti islamique. cela s’est passé en 1987 mais personne n’en parle plus de cette première victime innocente du terrorisme.

    donc pour se résumer je me réjouis de cette déclaration du Président Benjedid ne serait ce que parcequ’il nous donne du grain à moudre, n’est ce pas.

  4. mourad dit :

    CHADLI doit encore reparler l’objectif est d’arrêter ce NABOT dans sa démesure sinon il nous mènera a sa descente aux enfers et adieu notre pays

  5. hafsi dit :

    Salut jazairia, je pense que tu es la seule qui donne raison à Chadli, bien sur je ne parle, pas des sbires qui attendent avec impatience, le retour de CHADLI, mon avis a moi !!! Cet homme devrais rendre des comptes au peuple algérien, c’est grâce a lui que le F.I.S. a eu son agrément pour tuer, sur avis bien sur de HAMROUCHE, le permis de tuer a été signer et approuvé par le chef du gouvernement de l’époque monsieur HAMROUCHE

  6. khaled dit :

    chadli n’a jamais eu de probleme avec la tunisie,cest avec lui qu’il ya lieu le tracé deffinitif des frontieres tunisi algérienne

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER