Affaire Hasseni: Paris minimise la menace

sar.jpgFace aux menaces, à peine voilées, proférées  encore ce jeudi  par Alger, sous couvert de sources diplomatiques,  de  voir s’installer une crise diplomatique entre les deux capitales, en raison du traitement réservé par la justice française à l’affaire de détention du diplomate algérien Hasseni , Paris feint l’étonnement. «On comprendrait mal qu’il y ait des rétorsions économiques pour ce qui est un processus de justice. On serait surpris», a estimé vendredi le porte-parole du Quai d’Orsay, Eric Chevallier.

Commentaires

  1. Taous dit :

    La France a bien raison de ne pas nous prendre au sérieux car qu’a fait l’Etat algérien en vérité pour son diplomate. D’abord silence radio. ensuite les déclarations tellement timorées de l’ex, Dieu merci, Boukerzaza, puis Ouyahia qui, toute honte bue, déclare qu’il faut laisser faire la justice française. Et je préfère ne pas m’étendre sur l’indigence de l’appareil diplomatique algérien.Comment ne pas considérer, à cet égard, que l’Ambassade à Paris incarne à la perfection l’indigence de ce département. Il est vrai qu’avec un choix comme celui porté sur la personne, enfin ce qu’il en reste, d’un féodal sans envergure et plein de morgue, il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Paris à Sbih ? c’est comme donner du caviar aux… Décidemment pauvre Algérie. Sur une affaire aussi important l’avons-nous entendu ? l’avez-vous lu ? L’Avez vous vu ? En tou cas moi je n’en ai pas le souvenir.

    Il est vrai qu’étant assuré de l’impunité il ne prend aucun risque en faisant la sieste à Paris. Il est aussi vrai que c’est de son age à pappy. C’est donc du tout bénef pour lui.

    Parmi les premières mesures qui auraient du etre prises en réaction à l’interpellation du diplomate algérien figure le rappel de celui qui nous représente si mal, ai je besoin de le nommer? remarque, je suis sure que les Français ne seraient pas du tout fachés d’un one way ticket.

    Alors maintenant, ya Dzaiar si tu veux que la France te prenne au sérieux tu sais ce qui te reste à faire; Et si ton appendice del barra ne sait pas te conseiller, il suffit de demander. Et puis aussi il y a plein d’exemples, tout chauds là: celui de la Chine qui ne badine pas avec ses intérets et puis aussi l’Iran. et puis et puis et puis…

  2. Idir 16 dit :

    Azul à tous.

    Je viens de lire cet éditorial sur le quotidien El Watan et j’ai pensé qu’il allait parfaitement en suite de cet article repris par notre site.

    Une monnaie d’échange ?

    L’Algérie maintient la pression dans l’affaire du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, interpellé le 14 août dernier à Marseille et placé sous contrôle judiciaire par la justice française pour complicité, dans l’assassinat à Paris en 1987, de l’avocat algérien André-Ali Mecili.

    Quelques jours seulement après les récentes déclarations fracassantes à Paris de Djamal Ould Abbas, ministre de la Solidarité nationale et de la Communauté nationale à l’étranger, menaçant la France dans des termes à peine voilés que l’Algérie saura tirer les conséquences de cette affaire qui fait l’objet, selon Alger, d’une instrumentalisation politique éhontée, une source diplomatique algérienne à Paris confirme la volonté de l’Etat algérien de passer désormais à une phase offensive dans le traitement de ce dossier.

    Première conséquence immédiate de cette affaire : côté algérien, on n’écarte pas l’éventualité de l’annulation de la visite d’Etat que devrait effectuer le président Bouteflika à Paris dans le courant du premier trimestre 2009. Un message clair adressé aux autorités françaises traduisant la volonté de l’Algérie de tout mettre en œuvre pour se faire entendre. Y compris en mettant dans la balance les bonnes relations économiques et commerciales liant les deux pays. Pour la source diplomatique algérienne, Mohamed Ziane Hasseni, qui ne cesse de clamer son innocence et qui se trouve sous contrôle judiciaire sur la foi d’aveux d’un ancien militaire déserteur, a fourni toutes les preuves confirmant qu’il est victime d’une cabale montée de toutes pièces : les tests ADN auxquels il a accepté de se soumettre, l’authentification de son état civil attestant qu’il n’est pas la personne que la justice française recherche.

    Cela, il l’a fait alors qu’il était censé être protégé par l’immunité diplomatique qui ne peut être, en règle de droit, levée que dans le cas de flagrant délit. Un camouflet que l’Algérie a encaissé, dans le silence, pour donner une chance à la diplomatie de reprendre ses droits dans cette affaire. La défense du diplomate algérien ne cesse de rappeler un principe fondamental de droit, selon lequel un prévenu est présumé innocent jusqu’à ce que la justice apporte la preuve de sa culpabilité. Or, dans cette affaire, la seule « pièce à conviction » versée au dossier réside dans des aveux qu’il faut prendre comme tels d’un ancien militaire, sur lesquels la justice française a bâti toute l’instruction.

    La lenteur avec laquelle ce dossier est géré par la justice française fait peser sur elle de sérieux soupçons de partialité et de manipulation. Quatre mois après l’interpellation du diplomate algérien, l’ancien officier algérien Mohamed Samraoui n’a pas été convoqué pour être confronté à Mohamed Ziane Hasseni.La confrontation – si elle a lieu – est finalement prévue pour le 16 décembre prochain. L’instruction du dossier aurait dû commencer par là. C’est le chemin le plus court et le plus indiqué pour aboutir à la manifestation de la vérité. La justice française a choisi de prendre le dossier à rebrousse-poil. Pour quels desseins ?

    La justice française qui sait, sur la base des éléments du dossier en sa possession, que M. Hasseni n’a rien à voir avec les accusations portées contre lui, semble vouloir utiliser le diplomate algérien comme monnaie d’échange pour ouvrir le dossier judiciaire de l’assassinat d’Ali Mecili. Et forcer la main aux autorités algériennes en vue de les amener à apporter leur collaboration pour faire la lumière sur cet assassinat imputé par la famille et certains milieux aux services spéciaux algériens.

    Par Omar Berbiche

  3. jazairia dit :

    chere Taous,
    merci infiniment pour cet article. Berbiche est toujours à la hauteur. dieu meci il y a les journalistes car les diplomates c’est tintin. surtout avant que je n’oublie ne disparaissez plus. vos contributions sont très utiles. je voudrais savoir ce que vous pensez du déchainement de l’équipe Y qui propose avec insistance l’échange de l’innocent Hasseni contre le jugement, même à Alger, du militaire Hassani. n’est ce pas la preuve qu’ils savent que le diplomate est vraiment et uniquement diplomate et qu’il n’a rien à voir avec le meurtre de feu. c’est vraiment un train fou que nous voyons filer sous nos yeux. je pense comme je l’ai déjà dit qu’il faut absolument que le juge stoppe ce train guidé par les élucubrations d’un ex colonel en détresse. heureusement ue le jour j approche et que tout sera mis au clair grace à la confrontation générale. à propos chère Taous avez vous lu les déclarations nullissimes des uns et des autres sensés nous gouverner. franchement c’est à croire qu’il n’y a plus de diplomates en Algérie. heureusement qu’il y a eu cette déclaration d’un diplomate à Paris qui dit bien ce qu’elle veut dire:
    1- l’Algérie est indignée. c’est la première fois qu’on parle juste.
    2- le traitement injuste et humiliant subi par notre diplomate pourrait causerdu tort aux relations entre les deux pays.

    ce sont là deux phrases bien diplomatiques. alors que jusqu’à présent nous avons lu des insanités et des paroles de cafetiers.

    ceci dit où est l’Ambassadeur à Paris j’aimerais bien l’entendre au moins regretter l’interpellation et la mise en examen du diplomate au mépris des conventions internationales, au mépris des procédures juridiques et surtout au mépris du droit tout court puisque nous savons maintenant après les tests, les témoignages et les documents fournis que le diplomate Hasseni n’a rien à voir avec le meurtre de feu Mécili.

  4. jazairia dit :

    pardon je rends à cesar ce qui appartient à jules. en vérité je voulais remercier Idir 16 pour l’article et Taous pour sa contribution. maisvous aurez rectifier de vous même. merci. c’est à cause de l’heure tardive. bonne nuit à tous

  5. jazairia dit :

    je rends à jules ce qui appartient à cesar. je voulais remercier Idi pour son article et Taous pou sa contribution. bien sur vous aurez corrigé devous même. c’est à cause de l’heure tardive. bonne nuit.

  6. kouider dit :

    l’article de berbiche sur el watan repose sur une extrapolation assez légère. on ignore encore les resultats des tests adn et de graphologie. et puis ouya hia a calmé le jeu.
    peut être à cause de la mutation du juge thouvenot à sedan dés janvier prochain, mutation annoncée par liberté et qui préfigure le classement de l’affaire.

  7. POLITIQUE EN RETRAIT dit :

    NOUS SOMMES AVEC LA PALESTINE COUPABLE OU VICTIME! ennif ya bouguelb!Nous ne pouvons pas être avec un assassin dut il avoir été » mandaté ».Que la justice, enfin une,fasse son travail!ou alors a-t-on peur des déballages?Mais bon dieu qu’attends l’Etat algérien pour réagir officiellement, s’agissant d’un diplomate que sous instruction judiciare pour crime prémédité? OU EST EL IZZA OUEL KARAMA? Erae rassek ya boutef!
    Que cache encore cette affaire? Rien que de la M….cela sent trés mauvais;quelle mouche a piqué ould abbas?Nous avons bien un ministre des affaires étrangères,un ambassadeur à Paris, u ministre de la justice!n’ont ils pas l’étoffe?Beaucoup de questions à poser qui font douter de l’innocence de ce mr hassani.

  8. Idir 16 dit :

    @ Kouider, la nouvelle de la mutation du juge d’instruction ne s’est pas encore vérifiée et il faut donc attendre. Cela étant dit, son départ n’entrainerait pas ipso facto un classement de cette affaire car ce juge pourra estimer avoir mené à bien son instruction avec les résulyats des tests d’ADN et graphologiques et les auditions des 2 témoins et les confrontations avec le diplomate algérien et rendre une ordonnance de non lieu, par exemplecar l’accusation peine à prouver que la personne mise en examen est la bonne.

    Pour Politique en retrait, vous avez vu juste: Ould Abbes est un opportuniste notoire et comme la nature a horreur du vide, il a investi la place et se comporte en vrai MAE car la diplomatie algérienne est orpheline depuis longtemps: on ne peut avec des Yousfi, des Belkhadem, des Dembri, des Ghozali, des Medelci espérer faire de l’appareil diplomatique algérien un secteur digne de ce nom; ce n’est pas possible et le comble c’est que nombre des personnes citées plus haut ont été nommées par Bouteflika qui plus que quiconque sait l’importance de vraies compétences en un secteur aussi sensible, mais elles sont systématiquement écartéescar bien que nés chez nous on ne peut par leur faire confiance car il y a chez nous et chez nous. C’est pas kif kif; Pas assez…bien mon fils.

    Alors si on additionne ce qu’est actuellement la diplomatie algérienne on peut comprendre ce qui nous arrive: Medelci à sa tete, Sbih à paris, Meziane Cherif pour ne citer qu’eux, ça fait beaucoup d’indigence au métre carré.

    Alors ne nous y trompons pas, le sort fait à M. Hasseni est d’abord et avant tout le signe que notre pays a touché le fond…enfin peut etre pas encore tout à fait à reprendre Fellag. Et l’innocence de M. Hasseni, si mal défendu par les siens, n’est pas en question car la faillite dont nous parlons est celle d’un appareil diplomatique si émasculé que Ould Abbés, meme lui, n’a aucun mal à investir et il aurait tort de se géner.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER