Ould Abbès devrait mieux s’occuper de son travail

untitled.bmpLe Gouvernement algérien c’est un groupe de personnes réunies autour d’une gamelle et chacun y va de sa déclaration. Comme les palabres dans des cafés maures, tout autour d’une table où ils jouent ray ray ou aux dominos.

Cet ancien du Croissant rouge, devrait mieux s’occuper de son travail au lieu de faire de la politique étrangère et de la Justice. Ses deux collégues ne sont-ils pas autorisés à le faire ? Il y a quelques jours, la presse rapportait le fait que Bouteflika aurait dit que ce dossier a été mal pris en charge et que dorénavant c’est lui qui s’en occuperait. Le fait-il vraiment? Ou bien s’est-il rendu compte qu’il s’agit d’une procédure judiciaire en cours dans un pays important pour son image, alors il laisse faire tout en actionnant les sirènes sous marines? Sauront-elles entendues à un moment où l’Algérie est demanderesse d’un tas de choses à la France. Quand on veut devenir un Nobel, il est en effet mal venu d’intervenir sur des questions de droit en faveur de l’un au détriment d’un autre. Ce qui nous honorerait la démarche, c’est simplement de faire en sorte que la justice passe sur cette question comme sur beaucoup d’autres pour être tranquille avec sa conscience.

Il devrait rappeler à l’ordre son ministre Ould Abbès qui ne brille ni par ses résultats ni par ses programmes en ce qui concerne les problèmes des Algériens. Même s’il priviligie d’être une nounou au service d’un homme. Voici un échantillon des problèmes sur lesquels on aimerait l’entendre sans oublier les milliers de cas de la diaspora algérienne qui souffre les injustices et de l’Absence de leur Etat.

Voici un échantillon des “promesses non tenues de Ould Abbès
La charité institutionnalisée semble inopérante. Des couches entières de la société élèvent la voix pour dénoncer leur lamentable quotidien. Des voix sans voie qui sont perdues dans le magma de ce pays à l’avenir incertain.
Le désespoir est profond. Il touche l’ensemble du petit peuple, condamné «par contumace» à une misère chronique. Il est aussi présent chez les handicapés, nombreux aujourd’hui à être livrés à eux-mêmes. Sans aucune prise en charge digne de ce nom. Cette frange vulnérable, traitée avec beaucoup d’égards et d’attention dans d’autres pays, se retrouve seule dans l’arène d’un pays où, déjà, les personnes qui ont toutes leurs facultés physiques et mentales peinent à faire face à la dureté de la vie. Les cris de détresse n’ont jamais cessé. Les promesses des gouvernants non plus. Mais ce ne sont que des engagements en trompe-l’œil. Concrètement, rien n’a changé pour les handicapés qui pataugent toujours dans les mêmes difficultés.

Hamza Bougara, président de l’association Ettahadi des handicapés moteurs, affirme porter les mêmes revendications que celles exprimées au lendemain de la création de cette association, en 2003. Il s’agit, entre autres, de revaloriser leur pension, de faciliter leur accès au travail, aux soins et au logement, de leur fournir le matériel spécifique et de leur garantir leur droit à l’éducation. Les doléances de cette association et de bien d’autres auprès des responsables à différents niveaux hiérarchiques demeurent sans suite.

Intervenant à l’occasion de la Journée internationale des handicapés, célébrée le 3 décembre de chaque année, M. Bougara a insisté sur la pension qui, en plus d’être insuffisante, n’est pas versée mensuellement de manière régulière. Il a rappelé dans ce contexte la promesse non tenue du ministre de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbès, qui s’était engagé en 2005 à ramener cette pension à 6000 DA dès le début de l’année 2006. Mais en 2006, affirme M. Bougara, la pension était toujours de 3000 DA. «Ce n’est que vers la fin 2007 qu’elle a été ramenée à 4000 DA par mois», a précisé M. Bougara, affirmant qu’avec une telle somme, le handicapé ne pouvait même pas manger à sa faim.

Pour Toufik Bouzid, porte-parole de l’association, le ministre de la Solidarité fait de la politique et reste peu sensibilisé aux problèmes des handicapés qui sont nombreux, à travers le pays, à souffrir le martyre, dépourvus de leurs droits les plus élémentaires. Pour permettre à cette frange sociale de vivre dans la dignité, l’association Ettahadi demande une pension égale au salaire national minimum garanti (SNMG), à savoir 12 000 DA. «Avec une telle somme, le handicapé pourrait au moins subvenir à ses besoins les plus importants », souligne-t-il.

Concernant le transport, M. Bougara a relevé que beaucoup d’enfants handicapés moteurs sont condamnés à l’inactivité faute de pouvoir se déplacer et de prise en charge. Aussi, il a évoqué le problème des familles qui ont plusieurs handicapés à charge. Lesquelles familles croulent sous les problèmes et les situations désespérées qu’elles ont à affronter. Sans aucune aide de l’Etat. Ainsi, des milliers de handicapés vivent dans le dénuement alors que l’Etat consacre des milliards au « secteur » de la solidarité nationale. Rien qu’à Alger, on recense plus de 40 000 handicapés.”

Ceux là aussi sont vos frères.

Par Mohand

Commentaires

  1. fouad dit :

    on défonce des portes ouvertes , cette série de revendication est du réchauffé , tout le monde connait le degré de paupérisation de notre peuple,et leurs préoccupations au quotidien;il ne faut pas se leurrer ,ils ne feront rien du tout.

    l’objectif essentiel est comment chasser cette bande de malfrats ,d’escrocs qui nous ont pris en otage .

  2. samaritain dit :

    ALLONS! ALLONS! IL S OCCUPE BIEN DE SON TRAVAIL CE OULD ABBES PUISQUE IL NOUS A PROMIS L ANNÉE PROCHAINE D OFFRIR LES 6 MILLIONS COUFFINS DE RAMADHAN !! C EST A DIRE LE DOUBLE DE CETTE ANNÉE!! , N EST CE PAS MONSIEUR LE MINISTRE Du RIDICULE ?

  3. algerlacitta dit :

    Je vous assure que ces veillards malades sur tous les plans sont entrain d’agoniser leur dernier souffle…

    ils savent qu’ils sont tellement complices de l’assassinat du moudjahid maitre avocat et opposant au regime dictateur algerien A. Mecili alors ils ne savent pas comment faire pour corrompre un juge incorruptible et imposer leur diktat á la justice francaise qui est independante du politique comme ils font et defont avec tout en algerie et dans tous les domaines.

    ATTENTION A LA FRANCE ET AU PEUPLE FRANCAIS
    il ne faut pas laisser ces arrierés vous dictez leur boule-antic comme ils le font en algerie … la preuve regarder seulement ce qui se passe en algerie malade sur tous les plans.

    Tout le pouvoir algerien est assassin depuis 1962, 19 juin 1965 á nos jours 2m8.

    Joyeux Noel et bonne année

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER