Relâchez Hasseni ou vous le regretterez…

ould.bmpLes derniers remous provoqués par les compères habituels de l’oligarchie algérienne trahissent une panique à bord du régime. Ces jours-ci, dans les médias, des voix progouvernementales entretenues pécuniairement par le régime pestent contre la France. Ils ont reçu le signal d’élever le ton et de transmettre des menaces claires sur l’avenir des relations économiques entre les deux pays. Ces menaces et cette agitation subites et quasi coordonnées sont très intrigantes à plus d’un titre. On ne peut l’expliquer que par la hantise du Pouvoir d’une issue défavorable à M. Hasseni quant à la confrontation qu’il va devoir subir avec les acteurs de cette triste affaire. Sinon comment interpréter cette salve anti-française à quelques jours seulement de la rencontre fatidique avec M. Samraoui et M. Aboud.

Ils n’ont pas cessé de pérorer, que leur poulain est innocent, et que le juge va certainement se rendre compte de l’énormité de sa méprise. Tout devait rentrer dans l’ordre théoriquement après cette confrontation puisqu’ils sont sûrs de l’homonymie.

D’autant plus qu’ils ont déjà sur le coup un partenaire de choix en la personne de leur prétendument ennemi M. Aboud. Ce dernier devrait théoriquement démentir et annuler le témoignage de M. Samraoui, si bien sûr celui-ci maintient son témoignage à Mediapart. Tout visiblement concourt vers une libération de M. Hasseni. Alors pourquoi ce tintamarre à la veille d’un moment de vérité tant attendue ? Pourquoi cette perte de patience et de sérénité maintenant ? D’autant plus que l’Algérie a intérêt à se tenir tranquille dans cette histoire qui ternit son image, sa réputation et sa crédibilité sur le plan international. Une affaire grave, d’assassinat politique perpétré par ses services de renseignement sur le sol français, la projettera sur le devant de la scène internationale. Elle sera accusée de faire obstruction à la loi et la fera présenter comme étant un pays commandé par un régime tyrannique et totalitaire qui abrite et protège des assassins et des criminels.

La première chose qui vient à l’ésprit est que le régime est à bout de souffle dans cette affaire. Il détiendrait des informations non publiées encore qui feraient état d’une issue peu favorable pour le diplomate mis en examen. Cela expliquerait bien des choses si l’on considère que nos responsables ne réagissent pas à la légère, stupidement juste au moment où le “calvaire de leur “protégé” allait trouvait un dénouement “heureux”. Le régime ne serait-il pas en train de préparer une parade politique à une affaire judiciaire.

L’argument de “deux poids deux mesures” qu’Ould Abbes attribue à l’Etat français ne tient pas la route puisque des dizaines de Français expient des peines pour différents motifs dans des prisons étrangères. Si un français commet un crime sur le sol algérien, il doit répondre de son acte devant un tribunal algérien; point final. Quant à “nous ne sommes pas une république bananière”. Il faut garder les pieds par terre. Il ne faut pas plastronner avec des vétilles et des mirages. Faire miroiter le matelas financier que possède l’Algérie qui risque de se dégonfler comme une baudruche percée, est une attitude justement des républiques bananières. Un corrupteur riche qui expose l’escarcelle devant des miséreux pour les suborner; est-ce cela l’Algérie? Le jour où M. Bouteflika et consorts, accepteront de se faire soigner dans des hôpitaux algériens (comme Sharon en Israël), ce jour-là on peut dire qu’on n’est pas une république bananière. Mais comme chacun de nos hauts responsables tient à sa petite santé plus qu’à autre chose, ce jour-là n’est pas près de poindre.

La tentative d’enrôlement et de mobilisation qu’a subis le directeur de publication d’Echourouk, par les services secrets britanniques, en dit long sur la respectabilité de l’establishment algérien. Ce grave évènement, auquel le MAE, alter ego de Bouteflika, n’a accordé aucune importance – est-ce parce qu’il n’est pas compromettant? – n’est peut-être que la partie visible de l’Iceberg. Combien d’autres Algériens notoires ont reçu la même invitation d’une façon ou d’une autre, des mêmes services ou par d’autres services. Cette histoire donne froid dans le dos et pèse lourd sur la dignité de l’Algérie qui devait demander ouvertement des explications détaillées à la Grande-Bretagne.

La place qu’accorde Transparency International à l’Algérie depuis des années est la meilleure réponse à ce genre de sentence emphatique qui refuse d’admettre et d’affronter la réalité d’une Algérie qui se déstructure et le patriotisme qui périclite à vue d’oeil par le mépris et l’absence de la démocratie véritable et d’une vraie justice.

L’Algérie est à libérer de nouveau.

Le patriotisme sincère aurait dicté à ces langues de bois de demander à M. Bouteflika d’arrêter le vrai commanditaire du meurtre de feu Mecili si M. Hasseni est innocent, et son sbire, impliqué dans l’assassinat de M. Mecili. De les juger impartialement sur le territoire algérien en prenant à témoin la justice française et la famille de la victime. Le peuple algérien ne cautionnerait jamais les pratiques criminelles des services de renseignement. Le bon sens aurait guidé nos moudjahiddine, qui se sont laissé soudoyer par le régime, à crier haut et fort que le pays est doté d’un appareil judiciaire, des tribunaux, des juges et des lois qui sont les seuls habilités à juger et condamner des prévenus.

Un militaire n’a pas le droit de tuer. Le président n’a pas le droit de couvrir de telles pratiques. Mais comme nos responsables confondent souveraineté nationale et le droit de tuer n’importe qui au nom de la raison d’Etat alors l’Algérie n’est pas prête de se relever de sa sauvagerie, son nanisme politico-économique et de sa médiocrité générale.

Par Sniper

Commentaires

  1. Ammisaïd dit :

    Salam, azul, bonsoir
    Le pouvoir Algérien connaît l’assassin, les commanditaires intermédiaires et les commanditaires principaux. C’est impossible que cela soit autrement. Maître Ali Meceli ne gênait qu’eux du temps ou il était vivant. Et, en plus de ça, il était coriace du fait de son intelligence et de son indépendance d’esprit. Ils l’avaient assassiné pour continuer à vivre, à voler et à gouverner dans la tranquillité. Ils n’aiment pas ceux qui dérangent leurs folies et leurs perversités. Ils n’aiment pas ceux qui défendent les libertés. Ils n’aiment pas ceux qui soucient de bien être de leur peuple et de leur patrie. Ils n’aiment pas la justice qui réclament que la victime soit rétablie dans ses droits et que le coupable soit jugé et condamné. Car ils savent qu’ils sont les coupables principaux des assassinats ciblés, des massacres organisés, des humiliations subies par le peuple dans sa grande majorité et du maintient dans la pauvreté, l’ignorance, la terreur et l’incertitude de cette jeunesse qui n’a plus le droit de rêver, de penser, d’écrire, de voyager, de se marier, d’étudier et de se loger. Car, ils savent qu’une seule journée de liberté et du respect des droits humaines dans leurs intégralité sera fatale à eux et à ceux qui ne cessent de les protéger, de les soutenir et de les encourager dans la destruction de notre pays et dans le pillage de ses ressources en toute impunité. Ils savent, nous savons et les pays avec lesquels ils font des affaires le savent. Tout le sait, c’est pour cela qu’ils font tout pour que la vérité soit cachée, détournée, falsifiée, étouffée et bafouée. L’agitation actuelle est un outil qu’ils avaient déjà utilisé par le passé pour protéger ceux qu’ils ont intérêt de protéger. L’assassin de Maître Meceli a quitté la France sans être jugé, Nezzar et belkhir aussi et tous les autres que l’opinion ignore et tout les autres à venir s’ils se sentent menacer. Jusqu’au jour le monde refusera de couvrir les crimes pour n’importe quelle raison et quelque soit le coupable. La marche d’une justice universelle est entamée. Ce n’est qu’une question de quelques années, je suis persuadé. Pour finir, je suis convaincu que si l’accusé est innocent, cette affaire est montée par les services de sécurités de notre pays, pour piéger Mr Samraoui et le salir aux yeux de l’opposition et de ceux qui sont fiers de lui du fait qu’il avait choisi le camp de la légalité, de la justice et de la liberté. Wa allahou a3lem.
    Fraternellement

  2. abdelkader dit :

    @ ammisaid azul
    bonsoir chére frère ne t’inquiète pas nos crack vont dégustée
    parce qu’il pense qu’il tienne le monde entier avec le pétrole des algériens alors que le pris fond comme neige au soleil il n’y a qu’a regardez l’affaire du diplomate
    tunisien pour comprendre la situation,nous assistons a la
    déliquescences de ce régime pourris,pour info les quotidiens français ne traite même pas de l’affaire hasseni et franchement
    la diplomatie algérienne et dans un cul de sac!
    et fais moi confiance sa ne fait que commencée et puis entre nous qu’es que ce régime vaut vis a vis de l’union européennes!

  3. jazairia dit :

    cher Sniper,

    d’abord mon admiration pour votre verbe clair et limpide qui me rabiboche de notre blog. je n’aime pas le verbiage et les sentences définitives qui n’apportent rien à la réflexion. je vous ai d’ailleurs déjà dit que je vus emboite le pas pour ce qui concerne la mascarade des élections, mais ceci est une autre affaire que nous aurons à suivre en temps et heure. pour l’instant, je cautionne votre édito, car s’en est un et un bon digne des plus beaux canards, je dis amen donc sauf à une toute petite partie que je reproduis ci après :  »Le patriotisme sincère aurait dicté à ces langues de bois de demander à M. Bouteflika d’arrêter le vrai commanditaire du meurtre de feu Mecili si M. Hasseni est innocent, et son sbire, impliqué dans l’assassinat de M. Mecili. De les juger impartialement sur … etc ».

    c’est sur cette idée de commerce judiciaire que je ne suis pas du tout d’accord. pardonnez mi d’user d’un vocabulaire trivial mais mettre en balance la libération d’un inncent avec le jugement des coupables n’est pas du tout recevable en termes juridiques. cette idée d’échange ou de troc qui fait florès parmi vos rangs est complètement irrecevable du point de vue du droit.car enfin il y une instruction en cours où un juge , que tout le monde s’accorde à en reconnaître le professionnalisme, cherche à trouver le coupable du meurtre de feu Mécili. il y a une forte présomption sur le meurtrier, Amellou et aussi sur l’un des commanditaires, qq’un qui a signé l’ordre de mission d’Amellou le militaire Rachid Hassani. la police française conformément à un mandat d’arrêt libellé par le juge, qui semble -t-il selon les avocats, en particulier Maître Pelletier, est sujet à controverses, la police donc a arrêté l diplomate Mohamed Ziane Hasseni à Marseille. depuis les quatre longs mois que dure cette mise en examen eh bien nous avons lus beaucoup d’éléments qui confortent a thèse de l’innocence du diplomate. dois-je rappeler que l’ex colonel Semraoui s’est lourdement trompé dans son identification de Hassani puisqu’il l’a reconnu sur la photo présentée par médiapart photo quis’est révélée être par la suite celle de l’ambassadeur d’Algérie à Belgrade. est ce quece n’est pas une preuve que Semraoui n’avait jamais vu le diplomate Hasseni. et de mon point de vue c’est dommage que Fr3 ait montré son visage au JT. maintenant nous le connaissons tous. le deuxième point particulièrement révélater sur l’ignorance de Semraoui c’est son affirmation selon laquelle le diploate Hasseni aurait été en poste au Mali. ses avocats documents en mains affirment qu’il n’a jamais été en pose dans ce pays et moi- même j’ai suggéré dedemander aux maliens qui doivent avoir dans leurs archives les photos des diplomates en poste dans ce pays. et puis même il ne doit pas y avoir beaucoup de consuls au Mali, donc les consuls français ont du tous connaite tous les consuls algériens, donc le juge devrait demander aux diplomates français de témoigner pour tirer cette affaire au clair. de toutes façons si M. Hasseni a  »choisi » Bamako par crainte d’être arrêté en France alors comment expliquer qu’il se soit rendu à plusieurs reprises das ce pays. les déclarations de Semraoui sont complètement démontables et plutôt facilement. ceci dit je suis comme vous dans l’attente de la confrontation générale, qui, j’en suis convaincue, verra les deux ex officiers se livrer et se délivrer, et vont innocenter M. Hasseni parceque c’est cela la réalité.
    la preuve cher Sniper c’est vous qui l’administrez :

    proposer un troc judiciaire, la libération d’un innocent contre le jugement des criminels, c’est premièrement infaisable juridiquement. aucun juge au monde ne va rendre une sentence aussi retors sinon perverse et de toutes façons impossible du point de vue juridique. deuxièmement, il n’est pas moralement admissible que l’on subordonne la libération d’un innocent à la condamnation d’un criminel. si l’on suit votre logique cher Sniper, pour juger la maffia politico financière qui exsangue notre pays il faudrait d’abord arrêter le peuple algérien. troisièmement cette demande d’échange est surtout révélateur de votre conviction personnlle de l’innocence du diplomate Hasseni, ou meux peut être votrecertitude que Hassani se trouve à Alger. dans les deux cas vous démontrez que vous savez que le diplomate Hasseni n’est pas le militaire Hassani. c’est tout ce qui m’importe.

  4. Sniper dit :

    @Ammisaïd

    Je partage tout à fait votre point de vue.

    C’est à craindre en effet que M. Samraoui soit tombé dans un traquenard aussi diabolique qu’extrêmement élaboré. Cette histoire de Hasseni ressemblerait à un gigantesque complot méticuleusement ourdi depuis de longues dates.
    Plusieurs énigmes m’ont toujours intriguées jusqu’à aujourd’hui. Peut-être que certaines d’entre elles vont s’éclaircir avec les témoignages des deux rebelles.

    De par son haut rang et la position centrale qu’il a occupée au début de la guerre contre le terrorisme, le colonel Samraoui est beaucoup plus dangereux pour le DRS que le capitaine Aboud. On le voit aisément par la virulence des attaques dans les médias algériens. Cloisonnée à l’intérieur d’un périmètre de lignes rouges, la presse algérienne dite « indépendante » ne brille pas par la liberté du ton, la rigueur et le professionnalisme. Elle n’a manqué aucune occasion de jeter l’opprobre sur lui le colonel Samraoui.

    On se serait accommodé de cette situation classique, dans un pays qui n’appartient pas encore au monde libre, si l’autre officier dissident, M. Aboud, était traité de la même manière. Or, ce dernier passe quasiment pour un sauveur dans l’affaire de M. Hasseni. Des journaux algériens lui ont accordé des interviews alors qu’il est supposé porter gravement atteinte à la plus puissante institution militaire algérienne et aux grandes figures de ce régime qui nourrissent financièrement cette même presse. Comme si la police politique a envoyé des consignes claires aux organes de presse de ménager momentanément le capitaine Aboud. Ce dernier est en effet très important dans cette affaire; un mal nécessaire. Un contrepoids salvateur qui va permettre de réparer une injustice et du coup sauver la face de l’Algérie.

    Une autre question qui reste sans réponse est le fait de savoir par quelle voie la photo de M. Mesdoua a atterrit chez Mediapart pour la présenter à M. Samraoui. Cette phot était supposé montrer M. Hassani il y a une vingtaine d’année. Bref d’autres petites questions rets à élucider et qu’on a pas les moyens pour le faire avec les intoxications qui vont bon train. Ceux qui doivent se fier aux simples déclarations de M. Hasseni et des cabotins du régime doivent s’inspirer de la mésaventure de M. Colin Powell et voir à quel point il a été fourbé par ses services de renseignement au point de montrer au monde entier « la preuve » de l’existante des armes de destruction massives irakiennes pour justifier une guerre terrible contre l’Irak. Après la découverte du pot aux roses, M Powell ne s’est pas remis encore de sa crédulité.

    Nonobstant toutes ces menées et ces enjeux, M. Samraoui a la possibilité de revoir, devant le juge et le sieur Hasseni, son témoignage en son âme et conscience. Je ne l’invite pas à se dédire devant le juge, mais à bien s’assurer simplement du bien-fondé de son témoignage. Il y va de sa crédibilité et de son honneur. Si lors de la confrontation il s’avère qu’il y a des doutes, aussi minimes fussent-ils, sur l’identité du mis en cause, alors il doit présenter des excuses de sa méprise faite à Mediapart et tourner la page. Il en sortira sain et sauf. Il doit couper court à ses détracteurs.

    La morale, l’honneur et tout le monde libre ne lui tiendront aucune rigueur de son éventuelle méprise. Le combat pour la démocratie et la liberté et la justice qu’il mène aujourd’hui ne doit pas souffrir de bavures immorales qui feraient des victimes innocentes. Ce combat a besoin d’hommes et de femmes intègres et de haute conscience. Aucune cause juste ne sortira grandie si elle laisse dans son sillage des vies humaines et des familles brisées à vie. C’est ce que le DRS et les généraux de la décennie rouge, comme leurs ancêtres du MALG et de la SM, n’ont jamais compris et ne comprendront jamais.

    @Djazairia

    Je respecte la position de ceux qui proclament que Hasseni est innocent. Nous sommes tous des êtres humains. De loin, nous essayons de décortiquer les flots d’informations qui nous arrivent de toutes parts. Si dans une histoire comme celle-ci où la passion, la haine, entre les protagonistes, la fabulation et l’intoxication sont très prégnantes. Il serait très difficile de voir clair. Comme nous manquons de beaucoup de détails cruciaux pour pouvoir juger impartialement alors il est plus sage de garder une position du juste milieu. Voilà en toute modestie ma position. Le temps finira par nous révéler les mystères qui enveloppent cette affaire comme il finira par démasquer tous les criminels qui ont fait du tort à notre cher pays.

    Quant à votre commentaire sur ce que j’ai dit sur ce que devraient faire les vrais Moujahiddines et les responsables sincères en de pareilles circonstances, je vois encore une fois que vos interprétations à mes propos se laissent aller à des extrapolations erronées et fallacieuses. Pour celui qui est convaincu de l’innocence de M. Hasseni, comme le proclame M. Ould Abbas, tout en le soutenant, il n’y a pas meilleur moyen pour le sauver de cette »erreur judiciaire » que d’apporter la meilleure preuve qui soit et qui existe:le vrai coupable. Cet acte non seulement libérerait et réhabiliterait définitivement M. Hasseni mais surtout, il réparerait l’autre grande injustice, celle qui hante l’Algérie tout entière. L’assassinat de Maître Mecili que Dieu ait son âme.
    Il y aurait chantage si M. Hasseni était retenu indéfiniment. Que sa libération est conditionnée par la livraison de vrai Hassani. Or ce n’est pas le cas du tout. Or ce n’est pas le cas. L’instruction suit son cours indépendamment des déclarations embarrassantes de M. Ould Abbas le bravache; la vraie bravoure est dans l’arrestation des assassins.
    Les délais ont été retardés par M. Hasseni qui au début a refusé les tests. L’épisode du Mali que vous relatez, je ne peux la commenter, car ce détail souffre par son caractère rocambolesque et son inconsistance. C’est mon avis personnel. Vous avez le droit de garder le vôtre. Peut-être la suite de l’affaire apportera plus de précision.

    Amicalement.

  5. Sniper dit :

    Rectification:

    À la place de MAOL, il faut lire MALG

    Merci

  6. belaid dit :

    Je m’excuse auprès des lecteurs car vous allez peut etre me dire que j’exagère avec mes fleures que je lance souvent à mes chers frères Sniper et Ammi Said , c’est plus fort que moi car , vraiment , je suis enchanté et très heureux de voir que nous avons des Algériens de cette trompe .Merci mes frères et je vous savoure en vous lisant et vous nous redonnez espoir et fierté .

  7. jazairia dit :

    @ Sniper,

    vous avez bien fait de clarifier votre idée car maintenant je peux y adhérer complètement. ce qui me révulsait c’était la correlation, on ne peut pas émettre des conditions à lalibération d’un innocent. maintenant je vous suis tout à fait dans l’idée d’arrêter les commanditaires de tous les crimes politiques y compris des actes terroristes, car je suis profondément convaincue que tant que nous n’extirperons pas ces crimes impunis de notre conscience collective, eh bien le peuple algérien demeurera assoifé de vengeance. il y a un gros travail à faire sur la mémoire. nous avons tous le devoir de rétablir la vérité historique je suis de ceux qui ont applaudi aux confidences de l’ex Président M. Bendjedid et je trouve qu’il est courageux de le faire et de reconnaître qu’il a été complice de l’exécution de Chaabani. contrairement à ce qu’on pense le déballage fait du bien à ceux qui témoignent mais aussi à toute la nation. il faut qu’on se délivre complètement de la chappe des nombreuses victimes du pouvoir. je suis convaincue que les crimes impunis constituent de lourdes chaines qui entravent l’émergence d’une conscience collective libérée et donc à même de construire sereinement son avenir. si vous vivez à Alger ( je ne cherche pas à le savoir cela m’est égal, c’est juste pour vous inviter à voir , entendre et écouter autour de vous) vous vous rendrez compte combien le peuple est haineux envers le pouvoir, combien il est désemparé, combien il n’a plus d’espoir.

    pour en revenir à l’affaire qui nous préoccupe, vous vous meprenez complètement si vous pensez que je suis instrmentalisée, manipulée ou dirigee, la seule chose qu m’horripile c’est l’injustice. vous m’honorez en me comparant à Powel mais ça n’est vraiment pas le cas. je dis comme vous que j’attends avec impatience les témoignages des deux ex officiers chez le juge et pour moi il est important qu’il y ait uneconfrontation générale afin qu’on puisse faire le tri entre le grain et l’ivraie. face à face les témoignages seront définitifs. mon parti pris pur le diplomate n’est pas du tout à interpréter comme une position de principe contre l’ex colonel Semraoui, ou pire dictée comme le sous entendent certains. pour moi il n’y a aucune différence entre Aboud et Semraoui sauf le grade. je n’ai aucun souci avec cela. la parole des deux est également valable ou non d’ailleurs de la même façon. le problème c’est que l’ex colonel Semraoui a dit beaucoup de choses qu se sont révélées fausses par la suite. c’est tout ce qui vous l’admetrez jette un sérieux doute sur ses déclarations. sinon s’il a des preuves irréfutables qu’il va révéler durant son témoignage à Paris eh bien , je suis personnellement du côté de la vérité. quant à la question de la photo de l’ambassadeur à Belgrade, je ne sais que vous dire auf que quel que soit les moyens par lesquels elle a été soumise à Semraoui, il a reconnu de manière indéniable qu’il s’agissit de Hassani et le comble c’est que l’ambassadeur à Belgrade et son collègue Hasseni ne se ressemblent pas du tout. donc on ne peut même pas dire que Semraoui a pu se méprendre car lorsque Hasseni était plus jeune il ressemblait à cette photo. et question photos je pense que l’administration française doit en avoir des tas de M. Hasseni dans ses tiroirs puisqu’en tant que diplomate chargé du protocole je suppose qu’il a du se rendre ou transiter par la France des dizaines de fois.

    vous voyez cher Sniper que je ne suis pas du tout arc boutée sur mes positions, mais j’ai la nette impression que le pouvoir algérien serait heurex d’une inculpation du diplomate. une victime supplémentaire ne dérangera nullement ces adeptes du glaive tordu, au contraire cela leur permettra de se préserver des éclaboussures.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER