Les dernières déclarations de Chadli

algeriachadli.jpgChers frères algériens: pour comprendre les récents propos de l’ex-président Chadli, il faut d’abord savoir que l’Algérien après l’indépendance a oublié pourquoi il s’est battu, à savoir sa dignité… Tous les présidents algériens ont été installés par l’armée, même si la popularité de certains de ces présidents a été la cause de leur désignation (Ben Bella, Boudiaf), l’armée se devant de les utiliser pour se cacher derrière eux, le temps de s’installer, puis les balancer après utilisation.

Ben Bella et Boudiaf ont payé leurs erreurs, mais à cause d’eux, le peuple continue toujours de payer leur manipulation par l’armée (Hogra, Harga). Quant à Boumediene, Chadli, Zeroual et Bouteflika, ce qu’il est important de distinguer d’abord, c’est l’aspect principal de notre désespérance sous la gouvernance de ces présidents et non les aspects secondaires. Ces derniers consistent à dire par exemple que tel ou tel président a fait des réalisations économiques, ou sociales, ou culturelles ; ou que  tel ou tel président est honnête et qu’il n’a rien mis dans sa poche; ou que  tel ou tel président a été pleuré après sa mort par les chakkamas qui se trouvent parmi le peuple.

Tous les dictateurs et les rois arabes, même le Shah d’Iran, ont fait des réalisations économiques et ont été pleurés par leurs chakkamas. L’Algérie ne fait pas exception. Non, ce qui devrait nous importer, en mettant de côté tous les bla bla soi-disant scientifiques et tutti quanti, c’est l’aspect principal de notre désespérance, c’est ce système «qui survit aux évènements et aux hommes» qu’a installé Boumediene qui détenait le pouvoir réel depuis le 5 juillet 1962, un système qui persiste jusqu’à aujourd’hui, un système régi par la peur et la délation (brevet d’invention : Boussouf qui a expérimenté déjà ce système à Oujda avant l’indépendance), un Etat de non droit composé de 3 catégories d’Algériens: la  familia des décideurs (militaires), la cohorte des batteurs de bendirs et des khobzistes (FLN, RND, MSP) et le reste du peuple (la majorité).

Le malheur, c’est que, dans cette majorité des laissés pour compte, on trouve beaucoup de chakkamas envers des présidents  qui ne leur ont jamais demandé leur avis pour les gouverner. A la différence des autres présidents, Chadli a reconnu que le système installé par Boumediene est un système de hogra et qu’il fallait y mettre fin en donnant la voix au peuple. Il l’a dit quand il était président, il l’a réalisé de 1988 à 1992 (la récréation démocratique) et il le confirme aujourd’hui. S’il n’a pas pu réaliser ses propres convictions du temps où il était président avant 1988, c’est parce qu’il en a été empêché par les Boumedienistes (le pouvoir réel) incrustés dans les rouages de l’Etat. 

Il a fallu au président Chadli le discours du 19 septembre 1988 pour provoquer la révolte d’octobre 1988 pour enfin pouvoir arriver à son but de changer le système de la hogra: constitution pluraliste, multipartisme, liberté de la presse, débats démocratiques télévisés, etc.…La plupart de ceux qui critiquent Chadli en traitant son régime de décennie noire sont des partisans du système boussoufiste/boumedienniste ou de leurs chakkamas.

En fin de compte, mon frère algérien, la politique en Algérie, ce n’est pas un problème de régionalisme mais tout simplement un problème de chkima: arrêtons d’être des chakkamas de gens qui nous ont méprisé et qui continuent de nous mépriser et dont le système de gouvernement est basé sur la peur. Le comble du malheur algérien, c’est que la chkima n’est pas l’apanage du petit peuple. Même, notre ingénu Chadli qui a reconnu avoir été complice du meurtre du colonel Chaâbani y est allé de la sienne: d’après lui, le colonel Saïd Abid s’est suicidé (El khabar du 04/12/2008). Puisque la chkima est à la mode, moi aussi, j’ai relevé un grand nombre de suicides dans notre pays musulman où le suicide ne fait pas partie de nos mœurs : Medeghri, Kaïd Ahmed, Krim Belkacem, Abane Ramdane et bien d’autres.

Les Algériens sont maudits tant qu’ils continuent à dire du bien de leurs dictateurs et qu’ils ne rendent pas justice aux assassinés et aux exilés politiques: ils ne sortiront jamais du gouffre dans lequel le régime des dictateurs les a précipités.

Par Said Benfreha

Commentaires

  1. BAKCHICH dit :

    La différence entre Boudiaf que dieu ait son âme Ben Bella et Chadli c’est que Boudiaf a été assassiné si cela ne vous suffit pas Chadli est trompé dans l’affaire Mecili, Ben bella est complice dans l’assassinat de Chaabani, khemisti et tant d’autres, je vais vous dire une bonne chose vous ne méritez pas les Hommes mais que les chakamas comme vous le dites si bien .

  2. tabtab dit :

    CA SIGNIFIE QUOI CHKAMA? MERCI DE DONNER LE SENS EXACT EN FRANCAIS OU DU MOIS LA TRADUCTION

  3. jazairia dit :

    explication ya si tabtab quand qq’un souhaite savoir de quelle région sont certains bloggeurs il utilise à dessein des mots courants du quotidien de son terroir pour identifier ses interlocuteurs (certains surtout et je ne me sens pas concernée ou … alors peut être) c’est pourquoi je laisserai le soin à celui qui a utilisé cette locution de vous l’expliquer. a bientôt

  4. Ammisaïd dit :

    Assalam, azul, bonjour
    Les présidents uniques !

    Président de la république
    Qui vole et qui pique
    Dans les caisses de l’Algérie
    D’une façon libre et démocratique

    Président de la république
    Qui est habillé d’une façon élégante et chique
    Et, qui tue et qui humilie
    Un peuple digne et héroïque

    Président de la république
    Dans un avion supersonique
    Et, qui dirige avec la hogra et le mépris
    Des intellectuels, des cadres et des scientifiques

    Président de la république
    Qui se dit noble et patriotique
    Et, qui insulte et médit
    Les vrais moudjahidins qui font de la politique

    Président de la république
    Médiocre et inauthentique
    Qui sur toutes les questions un avis
    Qu’elles soient sociologiques, historiques ou économiques

    Président de la république
    Qui a fait d’un pays célèbre dans toute l’Afrique
    Un état criminel, sale et pourri
    Avec un justice corrompu et inique

    Président de la république
    Qui fait du rap et qui danse la danse tectonique
    Avec ses serviteurs, ses frères et ses amis
    Alors que sa patrie vit dans une situation dramatique

    Président de la république
    Qui a laissé son peuple dans un état catastrophique
    Qui a divisé une nation digne et unie
    Et qui prétend être un homme charismatique

    Fraternellement

  5. tabtab dit :

    @DJAZAIRIA
    J4ATTENDS TOUJOURS L’EXPLICATION .MERCI

  6. Said Benfreha dit :

    Réponse à Mr Tabtab : le mot « chkima » n’a pas d’équivalent en français. Mais n’importe quel algérien peut en donner une définition pour nos amis étrangers. Ce mot et ses dérivés « chakkem » et « chakkamas » peuvent être définis comme suit : le mot « chakkamas » est le pluriel de « chakkem » qui signifie rapporteur de quelqu’un d’influent dont on veut s’attirer les bonnes grâces ou plus fréquemment rapporteur sans contrepartie ou par crainte. Ce mot veut dire aussi courtisan, lèche-bottes, mais avec une charge très forte. Quant au mot « chkima », il a deux sens : l’information rapportée et généralement le mode de vie du « chakkem ». En tout état de cause, ces trois mots expriment profondément l’indignité, le déshonneur et la bassesse.
    Réponse à Mr Bakchich : 1) un Homme avec un grand H n’est pas une marionnette. 2) Un Homme avec un grand H ne dissout pas un parti sensé éveiller et éduquer le peuple et prendre le pouvoir pour réaliser les aspirations de ce peuple, parce que le dictateur auquel ce parti s’est opposé a été pleuré par une partie du peuple ; il paraît que le regretté Boudiaf a dissous son parti le PRS à la mort de Boumedienne. Le fait qu’une partie du peuple marocain a pleuré la mort de Hassan II a-t-elle été une raison suffisante pour dissoudre les organisations anti-monarchistes comme l’organisation de gauche ILAL AMAM ou l’islamiste El Adl Ou El Ihsane qui sont très fortes aujourd’hui et qui sauvent l’honneur du peuple marocain. Le fait de pleurer un dictateur ou un roi ce qui revient au même n’est pas un argument : souvent, beaucoup de gens sincères sont trompés par le matraquage de la télévision et il appartient justement au parti des Hommes avec un grand H d’éveiller ces égarés.

  7. Said Benfreha dit :

    Notre voix a été entendue (« rendre justice aux assassinés et aux exilés politiques ») : l’ex-Président Ben Bella va être traduit devant la justice pour le meurtre du Colonel Chaâbani (El Khabar du 22.12.2008). Que justice soit faite.

  8. jazairia dit :

    voilà si tabtab on vous a expliqué donc maintenant tout est clair!

  9. tabtab dit :

    @MR BENFREHA & djazairia

    merci pour l’explication j’avoue que je ne connaissais pas toutes ces nuances. moi j’utiliserais plutot le mot ett-hinn

    cordialement

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER