• Accueil
  • > Affaire Mecili
  • > Combien d’assassinats auraient pu être déjoués si les hommes parlent et agissent

Combien d’assassinats auraient pu être déjoués si les hommes parlent et agissent

boudiaf.gifJe vous parle de l’Algérie, vous me répondez Hassani. A un autre je dis qui il est, il me répond j’écris mal. Bien sûr nous n’avons pas eu les mêmes enseignements. C’est le réflexe de journaliste, qui pense qu’il est le plus compétent pour dire les choses.
Ce blog a pris les formes, il est en quelque sorte l’image même de la situation du pays. Il y a des démocrates épris de droit et de justice, des défendeurs des intérêts publics et qui veulent que leur pays redevienne fréquentable avec des principes des devoirs et des droits. Et puis à côté, il y a ceux qui ont le pouvoir, qui ont formé une caste de priviligiés, qui ont constitué une armée de soumis, qu’ils abreuvent et satisfont du plus petit désir jusqu’au plus grand: l’impunité. Ils sont prêts aux plus vils combinaisons. Ils veulent que l’Algérie continue d’être infréquentable et ils feront tout pour demeurer dans cet état qui s’apparente à une organisation mafieuse et non un Etat démocratique.

Avec cette race d’opportunistes ce n’est pas demain que nous aurons des Nobel. Ce n’est également pas demain que le droit s’appliquera sans passer outre. Ils se liguent pour combattre des idées, un à un, nous subissons leurs attaques. Aucun d’eux ne fait son autocritique ni ne dit que peut être le vis à vis a raison non ! Ils continuent leur oeuvre démoralisatrice dans le but est la démobilisation sur les principes. Ils font ici aussi comme leurs chefs, combattre tout esprit libre, annihiler toute idée de changement, façonner la vie de millions d’Algériens pour leur unique bénéfice, se renforcer partout où ils se retrouvent pour faire front à ceux qui remettent en cause leur ignoble conduite.

Quand on veut abattre une personne, il faut se demander pourquoi ? Est-ce seulement de la vanité ? Est-ce une compétition ? Est-ce un réglement de compte ? Est-ce l’application réflechie d’une mesure qui prend toute son importance maintenant après la déroute de leurs complices et l’utilisation illégale des outils du droit international.

On manipule les personnes et on déroute les esprits. D’une affaire de droit pénal, de l’assassinat, ils sont arrivés à s’arcbouter sur une personne pour nous faire oublier l’essentiel. Les écrits qui ont un dénominateur commun, celui de défendre une idée vaille que vaille, fusse-t-elle déraisonnable, continuent avec la même hargne. Un à un nous devenons leur cible, leurs arguments sont toujours les mêmes, leurs objectifs sont inchangés: protéger un des leurs et incriminer celui qui est devenu la cible de tous y compris des politiques de pacotilles. Ils se mobiliseraient jamais autant s’ils ne se sont pas ligués pour un objectif celui de faire taire Samraoui de toutes les façons. Il a un pouvoir de nuisance qu’ils ont compris, son cas rappelle d’autres cas dans l’histoire récente de l’Algérie.

J’ai lu depuis plusieurs jours, sans intervenir, un certain nombre de commentaires, ils ont un dénominateur commun, celui de brouiller les pistes qui nous méneront à la vérité sur cette assassinat. Assassinat qu’on aurait pu éviter comme a dit Sniper et il a raison. On fuit les faits. Quand on est au courant qu’un crime ou qu’un délit allait se commettre et on se tait, on est complice.
Combien d’assassinats auraient pu être déjoués si les hommes parlent et agissent. Mourad et ses compagnons, ont bien été assassinés Kasdi merbah aussi, Boudiaf également et la liste est longue, tous ceux qui avaient à coeur de mettre les points sur les I à ceux qui aujourd’hui encore tentent de perpétuer une situation intenable, on veut les empêcher d’agir. Mais en sous mains on pousse d’autres à agir dans le sillon qu’ils ont décidé: celui de ne rien laisser poindre de leurs actes pendant la décennie noire et maintenant encore.

Les assassinats ne resteront pas impunis tout comme comme celui de Mecili, c’est une simple question de timing. Comme en justice pour qu’une plainte soit recevable, il faut avoir un intérêt évident. Posons nous la question: pourquoi il y a autant de personnes qui se posent en censeurs et qui ne cessent de tenter de nous manipuler ? Quel intérêt ont-ils à agir ainsi au détriment de la raison ? Quelle raison suffisante permet de qualifier un témoin de complice alors qu’il a dit et répété qu’il dirait ce qu’il sait sur ce dossier. Quelle différence de ton enfin nous remarquons sur ce blog. Cette différence de ton nous apprend beaucoup. Elle permet de se faire une raison et de laisser se déchainer ceux qui désormais ne peuvent pas se cacher même derrière l’anonymat du Net. Les véritables responsables se dissimulent derrière des leures petits par leur tête et par leur envergure. Mecili même mort les fait se mouvoir comme des bêtes traquées. Dieu leur réservera une mort lente plus lente encore que la manifestation de la vérité.

Je termine ce commentaire par une suggestion. Il apparait clairement qu’il y a deux clans distincts sur ce blog. Il y a les serviteurs de la mafia d’un côté et les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme de l’autre. Qu’on me dise le contraire car c’est tellement évident qu’aucune passerelle n’est possible.
Ne serait-il pas correct d’inviter ceux qui ne partagent pas la philosophie du FFS de créer leur propre blog pour se défouler. Je ne cite personne, ils se reconnaitront.
Les déchirements et les attaques répétées des uns sur les autres montrent qu’ils sont différents et qu’ils ont fondamentalement des visions différentes. Dans ces conditions, il n’y a pas d’enrechissement par les échanges, il y a anéantissement. L’anéantissement des voix discordantes en Algérie nous suffit pour en souffir d’autres.

Les opposants de pacotilles auront tout intérêt à se retrouver entre potes. Ils pourront mieux élaborer leurs tactiques parceque jusqu’à maintenant on peut dire qu’elles sont toutes décousues et tellement nulles.
Par Mohand

Commentaires

  1. Ammisaïd dit :

    Salam, azul, bonsoir cher Mohand
    Rien à dire. Tout est clair pour celui qui sait lire. Tout est claire pour celle qui ne possède pas la langue d’une vipère. Tout est clair pour ceux qui ne veulent pas mourir pour satisfaire leurs seigneurs. Tout est clair pour celui qui veut vivre libre sans guide pour marcher dans la lumière et ni maître pour savoir quoi et qui choisir. Tout est clair pour celui qui ne veut être un des hypocrites et des menteurs. Tout est clair pour celui qui s’offre le droit de penser et de réfléchir. Tout est clair pour celui garde intact les souvenirs de ceux et de celle qu’ils ont assassiné pour garder ce trône qui leur permet de s’enrichir sur le dos d’un peuple juste, patient et sincère. Tout est clair pour celui qui sait pourquoi ils veulent embrouiller nos esprits et incruster le doute dans nos coeurs qui n’aspirent qu’à la fin de ces tragédies qui endeuillent des hommes et des femmes habitués à souffrir dans le silence pour ne pas gêner. Tout est clair certains veulent nous diviser pour continuer à nous massacrer et d’autres essayent de nous unir pour arriver recouvrir notre liberté, notre dignité et notre fraternité. Le nombre de morts doit à mon avis dépasser un demi million, sans compter les conséquences sociales, affectives, physiques, psychologiques, familiales, économique…De toutes ces pertes inutiles pour l’algérie.
    Salutations fraternelles à toutes et à tous

  2. abdelkader dit :

    l’algérie a deux face
    « l’espoir et l’assassins »

  3. justice&verite dit :

    Merci mohand vous etes consiste clair et nette.

    Nous sommes convaincus que justice&verite triompheront en fin de compte malgré ces obstacles insignifiants/miserables qui croient arreter le train de la justice.
    Nous savons tous que celui/celle,
    qui est propre ne craint rien dans sa vie
    mais les agitateurs cachent souvent quelque chose de criminel
    alors il/elle se fait prendre par la justice to´t ou tard.

    Happy new year
    Au bon entendeur

  4. jazairia dit :

    cher Mohand,

    vous avez pris bien soin de ne nommer personne et c’est donc en mon nom personnel que je vous réponds. il y a manifestement un immense malentendu entre certaines personnes ( pour continuer sur la voie du mabni lilmajhoul). comme d’habitude je vais m’appuyer sur vos mots pour vous montrer à quel point vous aussi vous vous posez en censeur à l’endroit de pesonnes que vous accablez de tous les maux et notamment d’appartenir à la caste dirigeante, n’est ce pas?

    afin que ce doute soit levé une bonne fois pour toutes, je peux m’avancer et vous donner RDV quand vous voulez et dès aujourd’hui (à condition que vous soyez à Alger bien sûr). je donne l’autorisation à notre modérateur de vous communiquer mon e mail pour convenir directement entre nous de la date et du lieu. vous verrez mon cher Mohand que vos supputations sont tout à fait fausses. jen’ai absolument rien à voir avec la nomenklatura et j’ai dit avec vous combien je honnis le système et le pouvoir actuel pour en avoir été moi même victime. vous verrez cher Mohand, vous serez upris si vous vous donniez seulment la peine de me fixer RDV. je ne me débinerai pas, je puis vous l’assurer.

    pour en revenir à vos écrits, très globalisants, vous l’admettrez, je vais en reprendre les extraits qui je pense méritent qu’on s’y attarde et en débattre sereinement entre nous. mais avant cela permettez que j’insiste avant tout sur un aspect primordial: le statut même de ce blog. vous dites et je vous cite:  »Je termine ce commentaire par une suggestion. Il apparait clairement qu’il y a deux clans distincts sur ce blog. Il y a les serviteurs de la mafia d’un côté et les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme de l’autre. Qu’on me dise le contraire car c’est tellement évident qu’aucune passerelle n’est possible.
    Ne serait-il pas correct d’inviter ceux qui ne partagent pas la philosophie du FFS de créer leur propre blog pour se défouler. Je ne cite personne, ils se reconnaitront. »

    cet extrait à lui seul montre votre propension dictatoriale et votre dérive totalitaire. j’imagine que vous me classez dans le premier clan ( celui des serviteurs de la maffia) et que vous vous réservez l’honneur du second ( les défenseurs de la démocratie et des droits de l’Homme). et tout cela pourquoi? parce que vous vous échinez à accuser, sans preuves, je le souligne très fortement, un homme Mohamed Ziane Hasseni, tout simplement parcequ’il est diplomate de carrière et haut fonctionnaire. et que moi je soutiens qu’il n’est pas du tout certain que ce Hasseni soit le Hassani qu’on recherche. depuis le tout début et je vous engage à me relire, je souhaite vivement qu’il ait une confrontation générale afin que tout soit sassé une bonne fois pour toutes. je crois que vous pouvez me rendre cette justice que j’ai aussi dit au début de l’Affaire que l’ex colonel parle de Rachid Hassani, militaire de carrière, originaire de Oum El Bouaghi, qui a été son collègue à la DRS, puisqu’il a dit qu’il l’avait cotoyé un temps, qui a été en poste à Bamako, etc.. sur tout ce qui concerne Hassani, personnellement j’ai dit que c’est bien possible. là où il me semble qu’il y a vraiment matière à discussion c’est lorsqu’il affirme que le diplomate Mohamed Ziane Hasseni et Rachid Hassani ne sont qu’une seule et même personne. la dessus je suis tout à fait certaine qu’il se trompe car nous avons eu à constater des incohérences, des contevérités et autres non concordances entre la vie et la trajectoire de Hassani et celles du diplomate. vous ne pouvez pas nier au moins les tros erreurs suivantes:

    1- Semraoui a affirmé que Rachid Hassani avait préféré aller en poste au Mali plutôt qu’en France de peur d’être inquiété par rapport à l’affaire Mécili, n’est ce pas? eh bien nous savons maintenant par Maitre Pelletier, que le diplomate Haseni n’a jamais été en poste au Mali, ni bamako ni ailleurs. je pense qu’un avocat, surtout penaliste, ne peut pas avancer une affirmation aussi forte s’il n’a pas les moyens de le faire prouver par le juge même

    2- Semraoui a affirmé mordicus, au journaliste de FR3,qu’il reconnaitrait Hassani même de dos, n’est ce pas? il s’est trompé de face lorsque les journalistes de médiapart lui ont montré la photo de l’ambassadeur d’Algérie à Belgrade et qu’il y a reconnu Hassani. cet ambassadeur peut effectivement ressembler à Hassani, mais en ce cas il ne ressemble pas du tout à Hasseni, car nous avons vu et nous connaissons tous à présent le diplomate,grace à FR3. d’ailleurs je m’étais interrogée ici même sur l’intérêt d’une confrontation entre Semraoui et Hasseni vu que maintenant il le connait grace à la télé.

    3- Semraoui a affirmé tout aussi fortement que Rachid Hassani était un chaoui d’Oum El Bouaghi, n’est ce pas? or il s’est avéré, livret de famille de l’époque coloniale que le diplomate est natif de Tolga et que toute sa famille est de la région de Biskra.

    ce n’est pas de l’acharnement contre Semraoui. personnellement je n’ai rien contre ce monsieur et au demeurant je pense qu’il vit une situation bien difficile, car je maintiens qu’à mon avis il st toujours n service mais je pense qu’il croyait que c’était juste pour un temps et non pas autant. mais là desss je peux me tromper, je n’en disconviens pas.

    bien sur vous avez raison de dire qu’il ya nombre de pourris en haut de la pyramide, mais c’est très injuste de généraliser, et en l’occurrence, il semble bien que ce diplomate est un Homme propre sur lui et plutôt honnete homme sinon je pense qu’Alger ne l’aurait pas laché comme il l’a été. vous ne pouvez quand même pas nier qu’il a fallu tois bons mois avant qu’Alger commence à s’émouvoir de sa situation alors que le Président du Rwanda à réagi au quart de tour pour défendre son directeur du protocole Rose Kabuyé.

    dois -je vous rappeler qu’elle a été autorisée par la justice française à passer les fêtes de fin d’année en famille, alors qu’elle est accusée de complicité de génocide donc plusieurs personnes occises. et bien qu’en matière d’horreurs, compraison n’est pas raison, je soutiens qu’il aurait été plus juste d’ouvrir à ce diplomate la même porte de générosité afin qu’il passe les Aids, Mouharem ou l’Achoura en famille à Biskra ( et non pas à Oum El Bouaghi). tiens il me vient une idée: le juge Thouvenot ou celle qui va apparemment le remplacer devraient se rendre tous les deux avec M. Hasseni à Biskra et Tolga et constater de visu s’il est ou non originaire de cette région. ce simple déplacement permettrait de lever le doute. en effet, si le diplomate les emmennent rencontrer ses oncles tantes, frères soeurs et cousins cousines avec chacun son livret de famille, dont certains auront surement celui de l’époque coloniale, eh bien je suis sure qu’ils verront bien qu’il est bel et bien de Tolga.

    vous écrivez aussi  »

    Ce blog a pris les formes, il est en quelque sorte l’image même de la situation du pays. Il y a des démocrates épris de droit et de justice, des défendeurs des intérêts publics et qui veulent que leur pays redevienne fréquentable avec des principes des devoirs et des droits. Et puis à côté, il y a ceux qui ont le pouvoir, qui ont formé une caste de priviligiés, qui ont constitué une armée de soumis, qu’ils abreuvent et satisfont du plus petit désir jusqu’au plus grand: l’impunité. Ils sont prêts aux plus vils combinaisons. Ils veulent que l’Algérie continue d’être infréquentable et ils feront tout pour demeurer dans cet état qui s’apparente à une organisation mafieuse et non un Etat démocratique. »

    idem que précédemment. vous vous érigez, cher Mohand, en juge et en détenteur de la vérité. vos affirmations s’appuient uniquement sur le fait que certains dont vous même êtes certains que le diplomate est Hassanitandis que de nombreux autres vous disputent cette sentence en affirmant que l’ex colonel Semraoui se trompe et que le diplomate n’est pas Hassani.

    je ne vois pas mais vraiment pas les preuves irréfutables qui vous font croire que Semraoui dit vrai lorsqu’il affirme, avant même de le rencontrer et en s’étant trompé lourdement sur trois ou quatre preuves et photos, que le diplomate Mohamed Ziane Hasseni est le capitaine Rachid Hassani. j’attends avec intérêt vos arguments et ne me dites pas comme certains, notamment les siamois: il y a eu un crime, donc il y a un criminel. le diplomate c’est un haut fonctionnaire, il a travaillé à la présidence du temps où Belkheir était directeur de cabinet du Président Bendjedid…. donc c’est lui le complice. c’est pour le moins, un peu court et hâtif comme conclusion, ne trouvez vous pas?

    imaginons que vous êtes journaliste dans une chaine de radio publique (simple supputation, si c’est le cas c’est juste un hasard), imaginons maintenant que ce media, pas vous personnellement, annonce que l’Algérie n’est pas du tout touchée par la grippe. imaginons ensuite que plusieurs personnes décèdent de la grippe en Algérie. est ce que vous seriez accusé de complicité de non assistance à personnes en danger parce que vous travaillez dans cette chaine? vous voyez maintenant l’absurdité d’une position tétue doublée d’incohérence et de certaines contrevérités flagrantes. désolée mais je ne peux me joindre à la sentence politique d’abattre un homme juste parcequ’il a travaillé un temps aux côtés de crapules. qui d’entre nous peut affirmer sans l’ombre d’un doute qu’il n’a fréquenté que des gens intègres et au dessus de tout soupçons. est ce que nous devons être punis du fait qu’on a côtoyé des malhonnêtes? des maffieux?

    moi je dis que non. je refuse de m’associer à cette furieuse envie de casser du haut fonctionnaire. et avant qu’on dise quoi que ce soit j’affirm haut et fort que je n’en suis pas.

     » Ils se liguent pour combattre des idées, un à un, nous subissons leurs attaques. Aucun d’eux ne fait son autocritique ni ne dit que peut être le vis à vis a raison non ! Ils continuent leur oeuvre démoralisatrice dans le but est la démobilisation sur les principes. Ils font ici aussi comme leurs chefs, combattre tout esprit libre, annihiler toute idée de changement, façonner la vie de millions d’Algériens pour leur unique bénéfice, se renforcer partout où ils se retrouvent pour faire front à ceux qui remettent en cause leur ignoble conduite. »

    cher ami puis- je vous suggérer de faire votre auto inspection en vous efforçant de laver votre matière grise de toutes doctrines et démagogies et e vous concentrer sur un seul aspect: est ce que Semraoui a-t-il promis oui ou non de se rendre à Paris, de témoigner, de rencontrer Hasseni? n’a t-il pas émis le désir d’être confronté au diplomate pour délivrer son témoignage définitif? est ce que j’invente? n l’a t-il pas dit et reditplusieurs fois que nous allions avoir les preuves par A+B? et enfin est ce qu’il ne s’est pas dérobé lorsque justement le juge l’a covoqué et offert les moyens de mettre en pratique ses désirs? est ce qu’il n’a pas varié d’arguments selon les interlocuteurs pour expliquer sa dérobade?

    ce sont là des faits cher Mohand, rien que des faits.

     »On manipule les personnes et on déroute les esprits. D’une affaire de droit pénal, de l’assassinat, ils sont arrivés à s’arcbouter sur une personne pour nous faire oublier l’essentiel. »

    cher ami, si on parle de Semraoui c’est que c’est lui même qui affirme qu’il avait accompagné Hassani à Skikda pour remettre à Amellou le montant de l’exécution. c’est meme son témoignage au juge Thouvenot en 2003, sur insistance de Aboud avec lequel ils étaient comme c… et chemise, qui est à l’origine de la réouverture du dossier. Est ce que j’invente? est ce que je manipule en rappelant cela?

     »Un à un nous devenons leur cible, leurs arguments sont toujours les mêmes, leurs objectifs sont inchangés: protéger un des leurs et incriminer celui qui est devenu la cible de tous y compris des politiques de pacotilles. Ils se mobiliseraient jamais autant s’ils ne se sont pas ligués pour un objectif celui de faire taire Samraoui de toutes les façons. Il a un pouvoir de nuisance qu’ils ont compris, son cas rappelle d’autres cas dans l’histoire récente de l’Algérie. »

    là mon cher ami, vous érigez Semraoui en Héros national. vous l’idolatrez presque. même que si c’était lui qui écrirait cela on le taxerait de mégalo total et d’orgeulleux démesuré, il doit être mal à l’aise avec ce déversement d’amabilités.

    de nouveau je vous assure que je n’ai strictement rien à voir avec l’Affaire Mécili. j’avoue cependant que le diplomate, s’il veut bien, a toute ma sympathie et que je serai heureuse de le rencontrer dès son retour à Alger, ce dont je ne doute pas une seconde tellement le dossier est vide.comme tout le monde au début j’avais beaucoup de questionnement. j’ai même envisagé l’hypothèse d’un coup du pouvoir, avec la complicité des services français pour débusquer les vrais coupables, j’ai émis des tas d’hypothèses. comme tous l’arrestation ‘un haut fonctionnaire algérien muni d’un passeport diplomatique m’a fait hurlé pour le mépris évident à l’endroit de nous tous. et là je dois dire que la réjouissance de certains m’a fortement déplu mais c’est leur droit d’être anti algérien.

    depuis plus de quatre mois nous avons eu la possibilité d’analyser les faits, les déclarations, les attitudes et alors pour moi il est clair que le diplomate es innocent. la meilleure preuve ce sont les déclarations officielles, noamment de son propre ministre, mais aussi de celui de la solidarité nationale ainsi que de Ksentini. Aussi décousues que contreproductives au point qu’elles en sont néfastes pour M. Hasseni.

    quant à Semraoui, je crois franchement que vous vous montez le bourrichon, avec ou sans lui, ainsi qu’avec ou sans moi ou vous ou même tous les algériens réunis, la terre continue de tourner. ceux qui pensent qu’ils sont irremplaçables et absolument nécessaires à la vie d’autruis devraient faire un tour au cimetierre il y a de parfaits inconnus qui cotoient avec une belle impudeur de grands noms de l’Histoire. par exemple à El Alia vous seriez surpris.

    un peu de modestie mon ami et surtout de relativisation, comme dirait Einstein.

    commentpouvez vous dire que certains veulent faire taire Semraoui? personnellement je lui ai demandé à maintes reprises de se dépêcher de témoigner pour enfin libérer le diplomate. je l’ai instamment invité à donner ses peuves à enin concrétiser ses promesses. je reconnais que dernièrement lorsqu’il a avancé l’argument du passeport et qu’il a exigé une escorte ou une protection particulière, il m’a fortement déçue car tout le monde sait que les autorités allemandes sont tenues de lui en fournir un, donc il a un passeport, et de toutes façons il aurait dû s’inquiéter de cet aspect organisationnel dés le début de la mise en examen de Hasseni s’il était vraiment impatient de livrer son témoignage. non?

    quant à la protection rapprochée, j’ai déjà dit sur ce blog qu’il me paraît bien naif s’il croit qu’il n’est pas déjà  »entouré d’une surveillance assidue » d’au moins trois services secrets. Alors? ne suis je pas en droit de me demander s’il n’est pas en train de se dérober par des pretextes fallacieux.

    mon dernier commentaire concerne ce paragraphe :

     »Posons nous la question: pourquoi il y a autant de personnes qui se posent en censeurs et qui ne cessent de tenter de nous manipuler ? Quel intérêt ont-ils à agir ainsi au détriment de la raison ? Quelle raison suffisante permet de qualifier un témoin de complice alors qu’il a dit et répété qu’il dirait ce qu’il sait sur ce dossier. »

    c’est précisément ce que je ne cesse de lui demander cher Mohand, là vous empruntez la litote du groupe des siamois, Justice et consorts. personnellement j’attends, mieux j’invite avec le plus grand respect l’ex colonel Semraoui à témoigner aussitôt que possible et à dire face à face avec le diplomate s’il s’agit de Hassani ou pas. je suis convaincue maintenant au bout de quatre mois de faits et de déclarations ds uns et des autres, jusqu’à l’avocat de la Partie civile qui depuis deux mois maintenant ne cite le diplomate que sous son nom de Hasseni.
    alors cessez de dire qu’on en veut à Semroui. c’est faux on lui en veut de ne pas témoigner. et de se dérober sans cesse.

    vous ne pouvez pas nier ce fait éclatant, publié par notre blog:
    c’est le diplomate qui a présenté la requete au juge demandant une confrontation avec chacun des deux témoins les ex officiers des DRS Aboud et Semraoui et aussi une confrontation générale.alors que si on suit votre logique et surtout les dires de l’ex colonel au début de la mise en examen, eh bien c’est lui qui aurait du demander cette confrontation au juge puisqu’il a dit qu’il n’attendait que cela, rappelez vous ses dires d’ailleurs rassemblées par notre modrateur que je salue bien bas encore une fois pour sa grande tolérance.

    En définitive, je ne suis d’accord avec vous dans cet article, car souvenez vous je vous ai souvent rejoins sur d’autres questions, sur ce blog. c’est lorsque vou dites  » Assassinat qu’on aurait pu éviter comme a dit Sniper et il a raison. Quand on est au courant qu’un crime ou qu’un délit allait se commettre et on se tait, on est complice. »

    là je vous rejoins tout à fait. Aboud est coupable de non assistance à personne en danger et Semraoui de complicité de meurtre puisqu’il accompagnait Hassani. tous les deux ont trempé dans ce crime abominable. tous les deux connaissent Hassani et tous les deux savent très bien que ce n’est pas Hasseni le diplomate. j’en suis convaincue. vous pouvez m’insultez à loisir pour ma position, cepenant je vous enjoins à la modération quand même car il est faux de croire que c’est le pouvoir qui me dicte
    celle-ci. je suis vraiment loin des cercles du pouvoir, si loin que je vous réitère mon invitation à nous rencontrer mon cher Mohand.

  5. Taous dit :

    Mohand,

    Ainsi selon vous ceux qui ne partagent pas la philosophie du FFS n’ont qu’a être boutés de ce site, et puis vous continuez dans la politique du pire, qui est, en fait, la votre singulièrement depuis que Samraoui a vu sa marge de manœuvres se réduire comme peau de chagrin depuis que son « débinage », passez moi l’expression, est devenue publique, en faisant preuve d’un manichéisme tranché: il y aurait donc d’un coté les démocrates épris de liberté, de démocratie, pétris de valeurs; et bien sur vous en êtes, et de l’autre coté une mafia, dont nous serions, bien entendu !!

    J’ai assisté, sidérée, depuis quelque temps à votre escalade verbale et un constat s’impose : le vernis « intellectuel » était, en vérité bien mince. De fait, vous êtes depuis quelques jours sur tous les fronts et vous vous êtes vraiment lâché. Ca ne gênerait pas outre mesure si vous parveniez à garder votre sang froid, à défendre toute position que vous voulez, mais sans vous en prendre aux autres avec autant d’agressivité et d’intolérance.

    Pour le coup, vous pratiquez la politique du curé : faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.

    Moi je pense, au contraire, que le site ALGERIE POLITIQUE a gagné en crédibilité et en influence en élargissant son audience, en favorisant un débat contradictoire et en libérant la parole. Et puis, comment pouvez-vous émettre avec autant de légèreté des jugements de valeur sur l’adhésion ou non des blogueurs aux idéaux du FFS ? Que savez-vous de nos convictions et de nos engagements ?

    S’il est vrai que Da El Hocine s’était mobilisé pour Samraoui lorsqu’il a été arrêté en Espagne, tout autant qu’il s’était félicité de l’arrestation de celui qui avait été présenté comme le présumé commanditaire de l’assassinat de Ali Mecili, il faut, dans le même temps, avoir en mémoire la teneur de la préface de son livre sur le sujet relative à la sécurité militaire. Par ailleurs, sa réserve actuelle est, pour moi, révélatrice de la prudence qu’il incombe d’avoir du fait des évolutions récentes ; le pire serait, en effet, qu’après tout le combat mené et tout ce temps, un lampiste paie et que les véritables coupables puissent profiter d’une immunité ad vitam aeternam.
    Maintenant, nous affilier à une mafia, c’est sans doute aller un peu vite en besogne et, ne vous en déplaise, cette prise de position par trop manichéenne n’est pas sans me rappeler le profil psychologique de Mohamed Samraoui qui est d’une infinie indulgence à l’égard de sa petite personne et d’une impitoyable stigmatisation à l’égard de ses adversaires ou de ceux qu’il juge comme tels.

    Alors, si vous souhaitez un vrai débat, il conviendrait de rompre avec cette tendance déplorable qui est la votre, et qui ne cesse de se durcir, de vouer aux gémonies tous ceux qui ne partagent pas votre point de vue.

    Non, nous ne sommes pas des mafieux, ou des mafieuses, non nous n’émargeons pas au DRS, non nous ne sommes ni des ripoux nid es rapaces.
    Il se trouve que nous sommes des Algériennes et Algériens qui peinent à trouver leur place dans l’Algérie façonnée depuis l’indépendance et dont les déviations et turpitudes ont gâché notre vie au-delà du possible. Malgré cela nous n’avons jamais abdiqué et continuons, au jour le jour, à nous affirmer contre vents et marées, et souvent nous y avons laissé des plumes mais sans que cela n’altère notre détermination.

    C’est au nom de ses valeurs, tout autant humaines que patriotiques, que nous avons décidé de nous mobiliser pour empêcher qu’une forfaiture soit perpétrée dans le règlement de l’affaire Mecili et que la quête de vérité entreprise il y a de cela quelque vingt ans ne soit pas vaine.

    Ne tentez pas de nous intimider, vous n’y parviendrez pas. Ne tentez pas de nous faire renoncer, vous n’y parviendrez pas non plus.

    Nous avons nos convictions en la matière et notre conscience pour nous. Je vous souhaite très sincèrement la même sérénité et la même conviction que vous œuvrez pour que justice soit faite.

  6. The Kbil dit :

    Chassez le naturel, il revient au galop. Cet inénarable Mohand est partout actuellement. On dirait presque qu’il vient d’etre touché du don d’ubiquité. Sur Algérie politique, sur tahia Bladi, il a décidé de nous faire avoir une indigestion. Il a sans doute pensé, qu’à défaut de pouvoir convaincre avec des arguments qui tiennent la route et qui pourraient lui valoir l’adhésion du plus grand nombre, hé bien il fallait faire dans l’overdose: la quantité au lieu de la qualité.

    C’est un choix. Mais un piètre choix car on voit que les arguments manquent sur l’affaire Mecili, alors on a recours à ce qu’on a sous la main: les violents assauts contre le pouvoir. Jusque-là pas de problèmes car le combat démocratique et la résistance à un système moyennageux et liberticide, on a donné.

    Mais là où je m’insurge, c’est quand ce combat est détourné et vicié pour servir une mauvaise cause. Plus on avance dans la gestion de l’affaire de Ali Mecili et plus les choses se clarifient car l’imposture de Samraoui est en train de se déliter au su et au vu de tout le monde.

    Il a accablé un innocent, pensant faire d’une pierre deux coups: éloigner de lui tout soupçon, surtout qu’il a fini par se rendre compte que ses déclarations sur sa présence à Skikda allaient, à plus ou moins long terme, se retouner contre lui, et régler un compte imaginaire avec un diplomate enposte en Allemagne que dans son délire il rendait responsable de sa déchéance. Alors, évidemment, la similitude du nom de famille l’a « inspiré ». de là est né une idée diabolique qui prouve que, meme en dissidence, un agent du DRS du type de Samraoui ne peut s’amender. Toujours à la recherche d’un coup pendable à faire.

    Il se rend compte actuellement qu’il n’a plus la maitrise du processus et que ça commence à sentir le roussi pour lui: je m’explique:

    primo les tests réclamés par la partie civile ont été faits. Pour connaitre le vrai Rachid Hassani, il sait que ces tests seront négatifs. çais, pour beaucoup moins que cela

    Secundo: il était attendu pour la « mère » des auditions et il s’est défaussé et tous les prétextes avancés ne pourront l’exonérer.

    Tertio: le témoignage du premier témoin dans cette affaire disculpe totalement le mis en examen.

    C’est cela la réalité et l’état actuel du dossier d’instruction. Le droit français, pour beaucoup moins que cela, applique la présomption d’innocence. A ce sujet, j’invite nos amis blogueurs à lire la brillante contribution de A. Nait Amar sur le site quotidien d’Algérie sur ce principe cardinal de droit.

    Nous en sommes là aujourd’hui et en cette affaire il importe que la vérité finisse par concerner l’ensemble des protagonistes et que chacun d’entre eux, au niveau de responsabilité approprié, paie pour ce qu’il a fait.

    C’est cela s’engager pour que les choses changent et que finisse par etre instauré un systeme en lequel nous nous reconnaitrons. Se ranger aux cotés d’un « ex-fonctionnaire du crime « , ce qualificatif n’est pas de moi mais je prends la liberté de l’emprunter vu sa pertinence, ne me parait pas relever d’un combat éthique, pas plus d’ailleurs le fait que de lyncher médiatiquement une personne dont le seul tort est d’etre un commis de l’Etat.

    Il est des positions qui imposent le respect, et bien que je connaisse pas Hichem Aboud et que je n’ai pas de respect particulier pour son ex-fonction, je dois reconnaitre que sa prise de position sans concession, alors que, dans le meme temps, il n’a pas fait mystère de ce que lui inspirait la position du diplomate algérien, m’a fortement interpellé.

  7. Pas un derby Samraoui contre Aboud /Arezki dit :

    A djemaâa;

    L’affaire Mécili ne doit pas être réduite à un derby « Samraoui contre Aboud ». Or lorsque l’on lit un certain nombre de commentaires, on peut s’y laisser prendre. On ne doit pas perdre de vue que Samraoui et Aboud sont d’anciens Agents du DRS1 qui ont, l’un et l’autre, des raisons d’entretenir le secret sur leurs activités passées et…présentes !! ??

    On en oublie que le système de pouvoir, en place depuis la proclamation de l’Algérie indépendante en 1962, n’a jamais rompu avec la pratique de l’assassinat politique. Tout le monde aujourd’hui, y compris les officiels algériens, admet que Ali Mécili a été abattu par les services secrets de son pays- l’ex SM / aujourd’hui le DRS-. Les uns explicitement et les autres implicitement !

    Il y a ceux qui soutiennent que Hasseni Med Ziane n’est pas le bon donneur d’ordre. Ainsi, le capitaine Rachid Hassani, comme l’exécuteur Abdelmalek Amellou, serait donc aujourd’hui encore sous la protection de l’état algérien. (Sous entendu, du DRS). Pour les tenants de cette thèse, un malheureux diplomate algérien est donc injustement assigné à résidence depuis le mois d’août passé. Peut être !? De plus, l’instruction menée par le juge Thouvenot n’est certainement pas exempt de toutes critiques. Mais, nul ne peut soutenir que ce dernier est aux ordres d’un parquet qui s’est opposé aux deux mandats d’arrêts internationaux lancés contre le capitaine Rachid Hassani et Abdelmalek Amellou…

    D’autre voix veulent, sans attendre la fin de l’instruction en cours et …d’un hypothétique procès, prononcer la culpabilité de Hasseni Med Ziane. Vingt et un ans après le lâche assassinat de notre camarade Ali, on peut comprendre leur impatience de voir se lézarder la double raison d’état qui a mis sous « chape de plomb » l’affaire Mécili. Mais l’éthique politique défendue par le FFS et son dirigeant de l’époque Ali Mécili considère qu’un justiciable, quel qu’il soit, a le droit à la présomption d’innocence, à un procès équitable et à une défense…

    Toutefois, il nous faut revenir à l’essentiel. La quête de vérité doit se poursuivre. La vérité sur un assassinat politique. Le monde entier sait aujourd’hui que le pouvoir algérien a pris, en cette année 1987, la responsabilité d’exécuter un de ses « citoyens » en territoire étranger. En France.

    En Algérie, les partis politiques autonomes, les syndicats, les médias, les associations, et à travers eux l’opinion algérienne, doivent s’élever contre ces pratiques d’un autre âge. Des pratiques systématisées, notamment sur le territoire national. Hier encore, Mahiou M’barek, Aissat Rabah et de nombreux autres algériens appartenant à d’autres sensibilités et/ou organisations politiques. L’un des derniers en date est le maire RCD de Timezrit dans la vallée de la Soummam…

    Toute notre énergie doit être focalisée sur la manière d’organiser la riposte contre des pratiques qui ne doivent plus perdurer. Des pratiques qui peuvent viser, sans distinctions, chacune des sensibilités qui constituent le spectre politique de l’Algérie d’aujourd’hui !!

    Arezki

    1. Ni Hicham Aboud ni Samraoui ne peuvent représenter un modèle pour les générations d’algériens qui construiront l’Algérie démocratique de demain.On peut leur reconnaître un certain courage lorsqu’ils lèvent quelques pans de voile sur la nature du pouvoir militaro-policier en place et ses pratiques…Mais, de là à les transformer en héros, à l’instar des chahids de notre guerre de libération, cela n’est pas, me semble-t-il, tolérable.

  8. samaritain dit :

    @ THE KBIL

    TU NE CONNAIS PAS HICHEM ABOUD !!?? VOILA UNE AUTRE HISTOIRE A DORMIR DEBOUT !!??
    TU ES DEVENU AMNÉSIQUE !!? TU RECONNAIS PLUS TES POTES!!?? NE ME DIT PAS QUE TU TE RAPPEL PAS DE HYDRA ET BÉNI MESSOUS LA OU LA POULE POND…… TU VOIS CE QUE JE VEUX DIRE MON « HADDARATE ».

  9. jazairia dit :

    @ Taous et TheKbil,

    je souhaite avant tout vous remercier tous les deux pour vos contributions argumentées. c’est un cours magistral, surtout Taous, que vous donnez à notre coforumiste Mohand, dont la plume s’est manifestement transformée en brosse à reluire à Semraoui. comme je l’ai mentionné dans ma longue réponse (je le reconnais), l’ex colonel lui même n’aurait pu mieux se flatter.

    l’objet de mon post d’aujourd’hui est d’ajouter ceci:

    certains sont tellement aux abois qu’à présent il est clair qu’ils ne veulent plus qu’une chose l’accusation du diplomate. peu leur chaut s’il est coupable ou pas. peu importe que les preuves de son innocence s’accumulent. très peu pour eux que les déclarations de Semraoui, qu’il dit par ailleurs qu’elles ne sont pas prises en compte juridiquement, ce qui est vrai mais cela sous entend aussi qu’il raconte n’importe quoi et que pour lui, il est admis de mentir, de se déjuger, etc… tant qu’on n’est pas devant une juridiction. cette seule conception du témoignage nous autorise à penser qu’il est tout à fait capable, après tant de contrevérités et de faits travestis, de mentir même au juge, et de fait je pense maintenant que c’est le cas. si ça se trouve il n’a jamais accompagné Hassani à Skikda. si ça se trouve ce n’était même pas à Skikda. ce qui serait magnifique c’est que le vrai Hassani se manifeste d’une manière ou d’une autre et qu’il dise la vérité. qu’il raconte ce qui s’est passé. il le doit à Mme Mécili, au diplomate Hasseni qui est en train de vivre un cauchemar à cause de lui, mais aussi à nous tous afin que nous puissions classer définitivement les intervenants, puisque Si Mohand veut absolument nous classer.

    je disais donc qu’à force de vouloir à tout prix condamner par avance le diplomate parce qu’il est un commis de l’Etat, eh bien si l’on suit cette logique il faudrait condamner déjà tous les diplomates qui ont été en poste en Allemagne à compter du jour où mister Semraoui a retourné sa veste. car peut être que tous ces fonctionnaires, selon sa logique et celle de Mohand,n’ont été envyés en Allemagne que pour lui nuire, voire le descendre. il n’y a qu’un esprit psychologiquement torturé, perverti par les tortures, malade de ses déconvenues et de sa faiblesse qui peut penser que les autres sont là uniquement pour lui faire du mal. un peu d’introspection et d’autocritique permet de mettre un peu d’eau dans son vin et de voir enfin la réalité.

    enfin @ Samaritain, cher co bloggeur, je ne sais pas pourquoi mais votre contribution, par l’absence absolue de finesse d’esprit et par conséquent sa nullité quant à l’objectif sous tendu, votre post donc m’a immédiatement fait penser que vous êtes un clone du groupe des siamois qui ne font qu’asséner des assertions complètement insensées. si vous etiez Semraoui, mai ce n’est pas le cas car il est quand même bien moins bête, vous auriez tout de suite indiqué combien vous êtes désespéré. vous allez tout droit au mur sans aucun doute si vous persistez à nier l’évidence: le diplomate Mohamed Ziane Hasseni n’a rien à voir avec le meurtre de Mécili. le seul fait d’avoir été fonctionnaire à la présidence du temps de Chadli et Belkheir ne peut en aucun cas constituer un élément de preuve. sinon il faudrait inculper tous les fonctionnaires qui exerçaient en même temps que lui dans cette administration.

    bien entendu il ne m’appartient pas de répondre à la place deThe Kbil, il a assez montré qu’il était capable d’argumenter de manière très structurée, je me bornerai donc à vous dre que lorqu’un commentaire devient une suite d’ineptie c’est que soit la personne est complètement nulle intellectuellement parlant, soit elle est complètement aux abois et désespérée. dans les deux cas cela veut dire tout simplement qu’elle est echec et mat.
    n’êtes vous pas de mon avis, monsieur le samaritain

  10. Mohis dit :

    La fuite en avant de Samraoui et ses promesses, répétées mais que nous savons désormais vaines, de livrer son témoignage à la justice française m’a amené à me poser la question de savoir pourquoi, en fait, l’intéressé avait choisi de se faire porter pâle.

    Outre la raison, que j’estime de plus en plus probable qu’il ne détient aucune preuve et craignait d’être confondu, les menaces de Hichem Aboud, mises à exécution il convient de lui reconnaitre au moins cela, ont du inquiéter Samraoui au point de l’amener a préférer la réprobation quasi unanime que n’allait pas manquer d’entrainer le recul ainsi marqué, lequel a placé le juge Thouvenot, dont toute l’action a reposé sur le seul témoignage à charge de ce témoin, dans une situation intenable, de même que la partie civile qui, rappelons-le, avait été à l’initiative du déplacement du juge d’instruction, en Allemagne en 2003, et qui, plus récemment, avait introduit une demande de confrontation avec le mis en examen, Mohamed Ziane Hasseni, qui, lui-même, demandera à être confronté à son accusateur.

    L’exercice a, certes, été fastidieux, mais je m’y suis volontiers prêté pour alimenter notre compréhension de cette affaire qui a gagné en complexité du fait d’incidences collatérales dont se seraient bien passé la défense et la partie civile. Pour des raisons de cohérence et de concision, j’ai été amené à prendre quelques libertés avec les textes originaux, tout en veillant à respecter scrupuleusement la pensée de Hichem Aboud. J’espère que l’auteur comprendra que cet effort a été fait dans un but strictement pédagogique et qu’il sera indulgent s’il s’avérait que mon souci de concision ait quelque peu altéré sa prise de position.

    Voici donc une sorte de compilation, certes non exhaustive, des principales déclarations de Hichem Aboud relatives à l’implication de Mohamed Samraoui dans l’assassinat de Ali Mecili, mais aussi au-delà puisque il accuse, en outre, son ex-collègue de faits graves durant l’exercice de ses fonctions, en qualité de bras droit du General Smail Lamari :

    N’ayant aucune relation directe avec l’assassin, contrairement au colonel Mohamed Samraoui qui se trouve impliqué en reconnaissant avoir assisté à la remise de l’argent à Abdelmalek Amellou. Dans une affaire frappée du secret d’Etat et qui fait l’objet d’un cloisonnement strict, il n’est pas donné au premier venu d’assister à la rétribution d’un tueur à gage. Il est à rappeler qu’en 1987, le capitaine Samraoui était responsable du service opérationnel de la Sécurité Militaire de la 5ème région militaire (le Constantinois). C’est à ce titre qu’il avait pris sous sa protection Abdelmalek Amellou.

    Impliqué dans un assassinat qui n’a pas encore livré tous ses secrets, Samraoui a tenté de mettre la justice française sur une fausse piste en indiquant que le véritable nom de Hassani Rachid est Hasseni Mohamed-Ziane.

    En accusant Hasseni Mohamed-Ziane d’un crime dont il ignore tout, il pensait que la justice française était à sa botte comme l’était la justice algérienne. Ce n’est que plus tard que j’ai compris le refus de Samraoui d’aller témoigner devant le juge est motivé par sa complicité dans l’assassinat.

    Samraoui n’est pas un témoin. En inventant une histoire abracadabrante impliquant quelqu’un qui n’a rien à voir avec l’affaire il a fini par révéler qu’il est complice et non pas témoin.

    On se demande pourquoi le juge Baudouin Thouvenot n’a toujours pas convoqué les témoins qui connaissent physiquement l’officier traitant de l’affaire Mecili. Leur convocation, en présence des avocats de la partie civile et de l’accusé, aurait réglé l’affaire depuis bien longtemps.

    A un journaliste, Samraoui avait répondu qu’il réservait ses réponses au juge d’instruction qui l’avait convoqué pour témoigner. Or, Samraoui n’a jamais souhaité se présenter devant le juge d’instruction. Il a fallu que le juge Thouvenot se déplace chez lui en Allemagne pour qu’il soit auditionné comme témoin.

    Le temps des choses sérieuses est arrivé. L’agitation et les déclarations farfelues laisseront place au témoignage officiel devant la justice. Tout faux témoignage est passible de prison. Il sera, ainsi, mis fin définitivement aux déclarations contradictoires et aux mensonges.

    Tout sera tiré au clair et les faux témoins seront démasqués. Il se retrouvera seul devant le juge Thouvenot pour s’expliquer sur les raisons qui l’ont amené à mettre la justice sur une fausse piste. Il aura, également, à s’expliquer sur les conditions dans lesquelles il avait assisté à la rétribution de l’assassin.

    Complice dans l’assassinat l’assassinat d’André Ali Mecili, le colonel Lahbib n’a pas du tout intérêt à ce que Hassani Rachid, officier traitant de l’assassin Abdelmalek Amellou soit arrêté. La traduction de son ancien collègue devant la justice révèlera le rôle joué par Mohamed Samraoui dans le crime dont a été victime l’avocat parisien. Notamment en ce qui concerne la prise en charge et la protection de l’assassin lors de son séjour à l’hôtel Essalam de Skikda.

    Lorsque je me suis rendu chez Mohamed Samraoui en juillet 2001, nous avions évoqué l’assassinat de Mecili en parlant de mon entretien accordé au Nouvel Observateur. SamraouiI m’apprend que c’est lui qui avait pris en charge l’assassin Amellou à Skikda et qu’il était présent lors de la remise des 80 millions d’anciens francs.

    Samraoui aura à expliquer au juge lors de son prochain témoignage comment a-t-il été amené à assister à la remise de l’argent à l’assassin ? Une opération pareille se mène dans le cloisonnement total et ne peuvent être mis au courant que ceux qui sont impliqués. Il ne peut dire qu’il passait par hasard et a vu Hassani remettre l’argent à Amellou l’assassin. L’argent a été remis dans un endroit fermé. Et selon les dires de Samraoui à l’hôtel Essalam de Skikda. Et sûrement pas à la réception ni dans le bar de l’hôtel. Cela a dû se passer dans une chambre. Et comme le dit le colonel Lahbib au JT de France 3, c’est la première fois qu’il rencontrait Rachid Hassani. Cela suppose qu’il avait reçu des instructions d’Alger pour l’accueillir. Cela suppose aussi que l’assassin était sur place puisque Hassani était venu lui remettre l’argent. Ce qui signifie que Samraoui avait déjà sous sa protection l’assassin Abdelmalek Amellou. Ces points Samraoui aura à les clarifier devant le juge. Ces points sont suffisants pour révéler sa complicité.

    Le mercredi 17 décembre en qualité de témoin, j’ai été catégorique. Mohamed Samraoui étant impliqué dans l’assassinat de Mecili, il voudrait bien que soit accusé quelqu’un qui ne connaît rien à l’affaire afin que ne soit pas révélé son rôle dans l’assassinat de Mecili.

    Le juge m’a demandé en quoi Samraoui était impliqué dans l’assassinat. J’ai expliqué que l’assassinat de Mecili étant frappé du sceau du secret d’Etat, personne ne pouvait être mis en contact avec l’assassin qui est Amellou, ni avec son officier traitant qui est le capitaine Rachid Hassani. Samraoui en prenant en charge la protection de l’assassin après son expulsion de France s’est, du coup, trouvé complice des assassins.

    Le colonel Lahbib a fait remarquer qu’il n’a pas encore obtenu la protection de la police française pour se rendre chez le juge. Ce qui signifie qu’il a besoin de se protéger pour circuler. Les vieux réflexes chez l’ancien patron du centre de torture de Chateauneuf ont la peau dure. Espérons que la police française accèdera a ses vœux pour qu’il ne rate pas son rendez-vous chez le juge où il sera confronté à Aboud qui l’accuse de complicité dans l’assassinat de Mecili pour avoir protégé l’assassin Abdelmalek Amellou à Skikda et avoir été l’un des rares officiers de la Sécurité Militaire a avoir touché à ce sanglant dossier.
    il a fini par reculer au moment où les choses sérieuses ont commencé. Invoquant le mandat d’arrêt international lancé contre lui, Samraoui a trouvé le bon prétexte pour ne pas se présenter au juge. Il avait peur d’une confrontation avec l’accusé et moi. Je n’avais pas l’ombre d’un doute que Samraoui allait se dérober. il a préféré déclarer forfait.

    Si Mohamed Samraoui est innocent des crimes dont je l’accuse qu’il me poursuive en justice pour dénonciation calomnieuse. Je lui permets de déposer sa plainte en Allemagne et je suis prêt à aller devant la justice allemande pour révéler au monde son véritable visage de tortionnaire.

    J’accuse publiquement Mohamed Samraoui; de :
    1. Complicité dans l’assassinat de Mecili.
    2. De crimes contre l’humanité (enlèvements, tortures et disparitions de plusieurs dizaines de personnes en 1992) alors qu’il dirigeait le centre de tortures de Châteauneuf
    3. Participation dans la création du GIA, selon ses propres aveux publiés dans « La Mafia des Généraux »
    4. De la déportation forcée de 10.000 Algériens dans les camps du sud puisqu’il affirme avoir préparé les dossiers des déportés (voir son interview sur la chaîne Al-Djazeera).
    5. Participation dans l’arrestation du cheikh Ali Belhadj en envoyant le capitaine Amar Guettouchi accomplir la sale besogne au siège de l’ENTV où ils avaient tendu un guet-apens au vice-président du FIS.
    Si dans une seule de ces accusations, le colonel Lahbib s’estime diffamé, je passerais à la trappe le reste des accusations à la condition qu’il m’intente un procès en justice pour diffamation.

    Je doute fort que le colonel Lahbib puisse avoir le courage de m’affronter à la barre d’un tribunal. Il n’osera jamais m’intenter de procès pour diffamation parce qu’il sait très bien que mes accusations sont fondées.

    j’ai accusé Mohamed Samraoui de complicité dans l’assassinat d’Ali André Mecili devant deux juges d’instruction en charge du dossier et sur PV d’audition que j’ai signé. S’il est innocent, il ne doit pas hésiter une seule seconde pour me poursuivre en justice.

    Samraoui est un assassin. S’il échappera à des poursuites judiciaires dans l’affaire Mecili, il n’échappera pas dans les prochaines affaires qui l’attendent. Pour ne pas précipiter son passage devant un tribunal pour crimes contre l’humanité il fait tout pour m’éviter devant les juridictions même en qualité de témoin comme il veut le faire croire ni en qualité de plaignant.

  11. samaritain dit :

    @ jazairi(a),

    MERCI POUR VOS COMPLIMENTS CHER AVOCAT DES PAUVRES MILITAIRES DE BENI MESSOUS ET HYDRA , C EST VRAI JE SUIS AUX ABOIS DE TON FAKHAMET EL RAIS ET TON POUVOIR POURRI ET SURTOUT SURTOUT DE TA DRS .

    JE SUIS PAS ASSEZ MUR POUR COMPRENDRE VOS JEUX D ÉCHEC ET MAT DITES PLUTÔT QUE JE SUIS SURTOUT DOUÉ AU JEUX DES PAUVRES DÉSESPÉRÉ COMME VOUS VOULEZ BIEN ME NOMMÉ C EST A DIRE LA FAMEUSE « DAMMA » ET « KOUL KLABEK » ,MAIS PEUT ETRE UN JOUR ON ARRIVERA A CHASSER VOTRE ROI, VOTRE REINE, VOS TOURS ET CAVALIERS N EST PAS SOUS-FIFRE DE PION ?

  12. Ammisaid dit :

    AZUL CHER SAMARITAIN
    L’ex URSS a formé des grands joueurs d’échecs, ils sont éparpillés un peu partout et surtout dans les pays ou régnent la Dame dictature, Roi voleur, le fou criminel, les cavaliers menteurs, manipulateurs et pervers et les tours infernales(prisons, gourbis, exils, tombes…) ou croupissent les pions (morts, vivants ou morts vivants). Il vaut mieux être pauvre désespéré que d’être riche criminel.
    SALUTATIONS FRATERNELLES

  13. samaritain dit :

    AZUL A AMMISAID

    VOS COMMENTAIRES ET VOS ENCOURAGEMENTS ME TOUCHENT PROFONDÉMENT.

    MES SALUTATIONS ,

    LE PAUVRE SAMARITAIN.

  14. The Kbil dit :

    jeu de ping pong ecule et manoeuvres cousues de fil blanc.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER