Une justice malade

 

justic.jpgDe quelle justice on parle ? Une justice à deux vitesses pour ceux d’en haut non concernés et ceux de l’Algérie d’en bas piétinés, humiliés. L’exemple du scandale du siècle, l’affaire Khalifa où seuls les lampistes ont été sanctionnés. Visitez les tribunaux et vous verrez.  Ayant accompagné un ami accusé dans une affaire de pseudo corruption dont il a fait appel à la Cour d’Alger (Hussein-dey), arrivés dans l’enceinte de cette infrastructure impressionnante, construite par les Chinois, on a été frappé par un spectacle désolant, on se croirait à l’intérieur d’ «un Souk el fellah « . Une anarchie totale y règne!

Agglutinés devant un tableau électronique, robes noires et citoyens se bousculaient afin de connaître leur tour. A l’intérieur de la salle d’audience au RDC, on a été frappé par un ordre désordre où les gens se disputaient les places devant la passivité d’un service d’ordre totalement dépassé. Ce brouhaha a été momentanément interrompu par l’entrée de la présidente et de ses auxiliaires. Après la formule prononcée: «au nom du peuple….», elle commençait à lire certainement les décisions de justice de la semaine écoulée d’une voix à peine audible. C’est là où l’on a constaté que la sonorisation faisait défaut.

Nullement inquiétée, elle poursuivait sa lecture cachée par une pléiade d’avocats dans une atmosphère de Souk. Une fois ce rituel terminé, le bal est ouvert et les n° se succèdent et les justiciables sont appelés a la barre et au suivant comme disait la chanson. Une remarque importante s’impose: on avait l’impression que la présidente expédiait les affaires courantes, cassante, non professionnelle, non polie qui bouscule les justiciables sans ménagement, dont certains ont l’âge de son père, Elle consulte souvent son dossier faute de sa maîtrise. Elle fait semblant d’écouter et fait certaines remarques désobligeantes tout en tapant sur la table pour demander du silence au lieu d’inviter le service d’ordre présent dans la salle d’interdire l’utilisation du mobile.

Aucune sérénité, aucun savoir-faire, ni respect, même les concepts juridiques utilisés et appris àl a fac sont mal assimilés. Mon voisin était outré et considérait que ce magistrat se comportait en « femme de ménage de bas étage » tellement son niveau était bas.  Le juge a droit de vie et de mort sur la personne humaine; le calvaire du justiciable commence avec l’instruction.

Lors de la pose déjeuner, on tendait l’oreille et écouter les appréciations de tout un chacun sur la DAME JUSTICE: «il n y’a pas de justice, elle ne concerne que nous les pauvres bougres, ceux qui sont en haut ne la connaissent même pas… Mme KSENTI qui a présidée ce matin est taxée de chiffonnière . Habitant Blida donc pressée de rentrer chez elle au détriment de la qualité de justice, mauvaise, non professionnelle, non qualifiée pour être juge.  On a compris….ils sont au courant de tout, les justiciables redoutent particulièrement le mercredi et disent: «si vous avez la malchance de tomber sur le magistrat KHERCHI, vous êtes foutus..» Il semblerait que c’est une personne sans foi ni loi, surnommé par les prisonniers: le SS. Il ne préside pas un tribunal, on se croirait à la GESTAPO. Il t’envoie au trou pour un oui ou un non. Qu’attend le ministre de la justice qui dispose d’une inspection générale pour contrôler, évaluer, sanctionner les magistrats surtout ceux qui ne remplissent pas leurs missions

La justice est un service public, elle est rendue au nom du peuple algérien, gardienne des libertés individuelles et de l’État de droit, elle veille à l’application de la Loi et garantit le respect des droits de chacun, c’est à elle seule qu’il appartient de trancher, en toute neutralité, les conflits entre les personnes.

Par Nour

Commentaires

  1. samaritain dit :

    UN JUGE GROSSIER ET CORROM-PUE , UN PROCUREUR OBSCÈNE ET CORROM-PUE , UNE JUSTICE GANGRENÉ PAR LA CORRUPTION A 100 % (**).ET POUR PREUVE REGARDER LES BELLES VILLAS OU ILS HABITENT LES SIMPLES GREFFIERS GRACE A LA TCHIPPA, LA RACHWA, LES POTS DE VIN, LES IKRAM …..ECT.

    AYA YA SI BELAIZ SI T ES HONNÊTE FAITE UNE ENQUÊTE SUR LES RICHESSES DE TES « ZOMMES » DE DROIT, SINON CA S APPELLE TOUT SIMPLEMENT DE LA COMPLICITÉ.

    (**): JE SAIS DE QUOI JE PARLE JE SUIS UNE DES VICTIMES DE LA HOGRA ET LA TCHIPPA DE LA JUSTICE ALGÉRIENNE. (avec preuve a l appui)

  2. tabtab dit :

    VOUS ETES TROP DURS.LA JUSTICE ALGERIENNE A CHEVAL SUR LES PRINCIPES DU DROIT PRONONCE SES JUGEMENTS EN TOUTE EQUITATION.

  3. MPIBS dit :

    E
    A

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER