• Accueil
  • > Archives pour décembre 2008

Archive pour décembre, 2008

Condamnation de journalistes

libertepresse.jpgUn journaliste d’Ennahar condamné à une amende: 

La cour d’appel de Mascara a confirmé, dimanche dernier, la condamnation du journaliste Bouazza Aïssa, du quotidien arabophone Ennahar Al Djadid, à une amende de 21 000 DA et à verser une somme de 50 000 DA de dommages et intérêts.

Ce jugement avait été prononcé le 21 juillet dernier en première instance (tribunal de Mascara). Le journaliste est accusé d’avoir diffamé un imam exerçant au niveau de la mosquée du quartier Aïn Kahla, relevant de la commune de Mamounia, à 2 km de Mascara. Cet imam a déposé une plainte judiciaire devant le tribunal de Mascara contre le journaliste en question, après la publication d’un article de presse jugé diffamatoire, intitulé « Enquête sur un imam à Mamounia », paru dans le quotidien Ennahar Al Djadid, le 15 mars 2008.

Le correspondant d’El Watan à El Tarf écope d’une amende de 20 000 DA:

Le correspondant d’El Watan à El Tarf, Slim Sadki, a été condamné dimanche dernier à une amende de 20 000 DA dans l’affaire qui l’oppose à la direction de l’éducation. C’est pour avoir parlé de magouilles dans cette administration, sans cependant citer quiconque, que le journaliste a été condamné. Nul pourtant n’ignore à El Tarf et ailleurs que cette administration est au centre de plusieurs affaires dont deux liées à l’ex-wali d’El Tarf et pour lesquelles le directeur de l’éducation en personne a été placé sous contrôle judiciaire pendant plusieurs mois. (Source El Watan)

Hommage de Hocine Aït-Ahmed: A la mémoire de Jean-Jacques De Felice

felice.jpgMessage transmis par Hocine Aït-Ahmed à l’occasion de l’hommage rendu par la Ligue des Droits de l’homme à Me Jean-Jacques de Felice, le samedi 29 novembre 2008 à la Maison du Barreau à Paris. ……………..

A la mémoire de Jean-Jacques De Felice
 
Les Algériennes et Algériens viennent de perdre en Jean-Jacques De Felice un ami très cher, un allié de toujours, d’hier et d’aujourd’hui, et un témoin vigilant et incorruptible.
Je présente mes condoléances les plus attristées et amicales à sa famille, ses amis et aux dirigeants et militants de la Ligue des Droits de l’Homme.
 
Jean-Jacques fait partie des Françaises et Français qui ont soutenu les longues luttes d’émancipations politiques et sociales depuis la fin de la première guerre mondiale … et  auxquels j’exprime mes hommages les plus profonds.
 
Permettez-moi d’évoquer la mémoire Claude Bourdet, figure emblématique de la résistance française et d’une gauche sincère et conséquente. Sa  solidarité anticoloniale reste marquée  par l’enquête réquisitoire qu’il avait publiée sur la généralisation de la torture en Algérie, au lendemain de la terrible répression militaro-policière à Sétif et Guelma  … sous le titre « Existe-t-il une gestapo en Algérie? « . Par ailleurs, sans oublier son texte sur le poids politico-médiatique « des lobbies de la grosse colonisation en Afrique du Nord » et leurs complots permanents pour torpiller les projets de réformes gouvernementaux si minimes soient ils, et ainsi empêcher toute évolution graduelle et pacifique des pays maghrébins vers leur indépendance. Il introduira et soutiendra le mouvement nationaliste dans les conférences de solidarité anti-coloniale. Une manière de rendre ses dirigeants conscients de la nécessité de faire jouer
les courants de solidarité pour soutenir le mouvement national algérien. Le député MRP, libéral de droite Fonlup Espéraber, il s’est illustré par des campagnes de dénonciation du nouveau gouverneur Naegelen,  responsable de  falsifications électorales, il lui a collé « les Elections à l’Algérienne » comme une tunique de Nessus fabriquées par l’usage massif des fraudes et  des répressions sanglantes.
Pratiques, d’ailleurs, hélas ! toujours et encore en honneur aujourd’hui, depuis la confiscation de l’indépendance et du droit à l’autodétermination des Algériennes et des Algériens par une interminable gouvernance crypto-stalinienne.
 
De  nombreuses  figures anticoloniales : journalistes, avocats, démocrates de gauche et de droite militants politiques pour ne citer que  Robert Barra , Germaine Tillon, Pierre Bourdieu, Jean-Paul Vernant, Jean Lacouture, Pierre Vidal-Naquet qui recevront  de plein  fouet la  tragédie de la guerre de reconquête ; ils affronteront les terribles épreuves de la  guerre  coloniale en  dénonçant les dérives totalitaires des répressions  policières et des opérations militaires. Peu nombreux, certes, mais ils refusaient que l’Etat français se déshonore en torturant et tuant femmes et hommes qui combattaient  pour leur  liberté nationale et le respect des droits humains.
 
C’est  exactement  pour les mêmes valeurs que Me Jean-Jacques De Felice s’est engagé  pour assurer la défense des compatriotes algériens livrés aux répressions sauvages, au règne de la responsabilité collective et de l’illégalité. Grâce à son courage et ses convictions morales et politiques, il a défié les pressions fascisantes qui pesaient sur les avocats. L’assassinat de Me Ould Aoudia ayant été un avertissement contre les défenseurs de « terroristes ».
 
C’est exactement pour les mêmes idéaux démocratiques et des droits de l’homme que Jean-Jacques, après l’accession de l’Algérie à l’indépendance, ne s’en sera pas tenu à la solidarité anti-coloniale. Il ira plus loin par delà une solidarité anti-coloniale, sans dérobade ni complexe. L’engagé d’hier ne se désengagera pas dans son soutien aux forces de la modernité et de l’Etat de droit. Il ne fera pas l’impasse sur les dérives catastrophiques des putschistes, accomplies au nom de la  » révolution » dans le style rétrograde des nationalismes fascisants et staliniens du 20ème siècle.
 
Face à la sale guerre, il n’a  jamais cédé à l’indifférence, à la légèreté laïciste, et aux campagnes de manipulations et de désinformation qui ont  banalisé et crédibilisé les thèses les plus saugrenues de la junte militaro-policière…jusqu’à faire croire aux fictions du suffrage universel, voire à l’existence d’une constitution légitime. Depuis qu’au lendemain du referendum d’auto-determination une clique miltaro-policière imposa à l’Assemblée Nationale Constituante une constituante  trafiquée dans un cinéma. en 1962.
 
Jean-Jacques n’était pas dupe, il évoquait devant moi comment le FIS devait être perdant aux vraies premières élections législatives qui devaient avoir lieu en juin199&,  la  loi électorale  et le découpage des circonspections ayant été préparés, sans  par  Mouloud Hamrouche, le 1er ministre qui avait ouvert  le pays à la démocratie. Il savait donc la déroute assurée des  radicaux islamistes, autrement dit, une solution démocratique par excellence et au surplus  sans effusion de sang. Or, le 5 juin 1991, les panzers de l’armée occupent la capitale et le chef du gouvernement sera limogé.  Le  Cabiner Noir fera alors passer le FIS à la 2ème élection législative. Episode idéal visant à  justifier le coup d’Etat militaire du 11 janvier 1992 qui devait enterrer définitivement l’ouverture  démocratique. C’est à ce moment que le frère De Felice a percé la tragédie algérienne piégée par les mensonges et les manipulations dignes des systèmes totalitaires.
 
Ce faisant, a-t-il rompu  ainsi avec un  consensus de complicités occidentales, confortables et  sans gloire, pour renouer avec cette solidarité qui ne nous a jamais fait défaut dans les pires moments. Comme pendant les années de braise, ils ne pouvaient mettre en balance, d’un côté les souffrances et la détresse d’un peuple qui se voit dépouillé de ses idéaux et d’une  résistance très chère payée et de l’autre des groupes d’imposteurs qui ont confisqué son droit à  la paix  à  une vie digne  et heureuse.
 
Vos attitudes Jean-Jacques étaient tout sauf banales. Elles nous ont  été incroyablement précieuses pendant notre résistance à la dictature .Tous ceux et celles qui refusent d’être dupes ont contribué à empêcher que les 200 000 morts de la décennie 90 soient engloutis dans cette indifférence généralisée qui fait de l’Algérie un pays à part, une sorte de trou noir où les valeurs universelles n’ont plus court, une Omerta à l’exemple de celle  qui, dans les années 1930, avait été complice de la destruction de le république espagnole.
 
Vous restiez toujours disponible pour faire en sorte que le peuple français ne méprenne pas sur les enjeux réels d’un pouvoir mu par une obsession : que la France continue à cautionner une politique d’oppression et de régression afin d’empêcher toute solidarité avec celles et ceux qui, en Algérie, n’ont pas renoncé.
 
Merci Jean-Jacques d’être resté VOUS.
 
Le 28-11- 2008
Hocine Ait-Ahmed 

ArcelorMittal: la suppression d’emplois ne concerne pas l’Algérie

La suppression de 9.000 emplois au niveau mondial envisagée par le premier groupe sidérurgique mondial ArcelorMittal ne concerne pas sa filiale en Algérie, a affirmé, dimanche à l’APS, le PDG d’ArcelorMittal Algérie, Bernard Bousquet. « L’Algérie n’est pas concernée par ce plan de suppression aussi bien à Annaba qu’au complexe d’El Hadjar ainsi que dans les mines (qu’elle exploite) et les dépôts », a indiqué M. Bousquet. Face à l’effondrement de la demande d’acier du à la crise économique, ArcelorMittal avait annoncé jeudi dernier qu’il pourrait supprimer, au niveau mondial, jusqu’à 9.000 emplois, soit 3% de son personnel, et l’Europe pourrait à elle seule en perdre 6.000, rappelle-t-on.

Cependant, M. Bousquet a précisé que si les effectifs de la filiale algérienne de ce géant de l’acier ne seront pas touchés « on doit, par contre, réduire tout nos coûts autres que ceux des effectifs, c’est-à-dire réduire les coûts de production par une amélioration de nos performances dans le process de production et baisser les achats qui comprennent les contrats de sous-traitance et les emplois temporaires ».

ArcelorMittal Algérie, a-t-il ajouté, fait face actuellement à une baisse des prix de ses produits (ronds à béton notamment) sur le marché algérien induisant, par ricochet, une réduction des volumes de production de l’entreprise dont essentiellement les produits exportés. M. Bousquet table sur une production de 800.000 tonnes d’acier en 2009, au lieu des 1,3 millions de tonnes prévus initialement, et ce, en raison des répercussions de la crise économique mondiale.

Pour rappel, l’usine ArcelorMittal d’Annaba emploie quelque 7.000 personnes dont 1.000 agents opérant dans la sous-traitance.

Hamiani « Les IDE ont ciblé d’autres secteurs que ceux générateurs d’emplois »

hami.jpgIntervenant ce matin sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Réda Hamiani, a regretté que les Investissement directs étrangers (IDE), en Algérie, ont été non seulement insuffisants, mais en plus mal placés. Les chiffres de la Banque centrale sont une illustration parfaite de cet état de fait. «On a enregistré, selon les années, entre 1,5 milliard et 1 milliard de dollars, ce n’est pas suffisant.» « Nous attendions les IDE dans la manufacture, dans les projet structurants. Malheureusement ces IDE sont plutôt dans les services et dans le tourisme alors que la priorité doit être donnée aux secteurs qui relancent notre économie, qui créent de la valeur et qui créent de l’emploi», a encore regretté M. Hamiani. Synthèse d’El Mouhtarem

Béjaia: Sept communes toujours bloquées

zerh.jpgSept communes de la wilaya de Béjaia sont toujours bloquées. Il s’agit des localités de Tinebdar, Feraoune, Aokas, Melbou, Souk Oufella, Chemini et Ath M’likech rapporte L’Expression. Le journal ajoute que les communes en question ont reçu des notifications signées par le wali, déléguant leur pouvoir à leur daïra de dépendance.

Ces communes qui, depuis leur installation en novembre 2007, n’ont pu dégager de majorité devant leur permettre une prise en main effective des affaires de leurs administrés. Le problème concerne tout particulièrement les délibérations inhérentes à la répartition ou l’exécution de certains budgets (le budget communal et celui des PCD), en relation directe avec les besoins ou le confort des habitants. L’arrêté de notification de la wilaya a été pris au bout de trois mises en demeure, restées vaines, et intervient en application des dispositions du Code communal.  Synthèse d’El Mouhtarem

L’Alliance présidentielle appelle Bouteflika à briguer un 3ème mandat

lejour2.jpgLes trois partis de l’alliance présidentielle (FLN, RND, HMS), réunis au siège du FLN à Hydra, ont appelé hier le chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika à se présenter à la présidentielle de 2009 pour un troisième mandat en vue, affirment-ils, de poursuivre la réalisation des projets prometteurs, d’assurer la stabilité politique et le retour à la sécurité après une décennie de terrorisme aveugle.  

Le nouveau président de l’Alliance, Abdelaziz Belkhadem a indiqué que les trois partis composant l’Alliance ont la responsabilité de faire remporter l’élection présidentielle le candidat qu’ils présentent.

Par El Mouhtarem

Benjedid, le retour?!

chadli.jpgLâcher brutalement à la face d’un monarque avant son intronisation officielle qu’il n’est pas un homme de parole, qu’il a trahi la Constitution et tout le peuple avec elle, n’est pas désagréable à entendre de la bouche d’un ancien président de l’Algérie. Avec sa tirade calfeutrée certes, mais très claire et ô combien cinglante ! Chadli Benjedid vient d’ouvrir un front inattendu contre fakhamatouhou. Cela tombe au moment où, sur la scène politique, le pays vit dans un silence de mort une espèce de flottement général et un hébétement paralysant suite au changement expéditif de la constitution.

Le peuple qui subit les fourches caudines et son opposition laminée, sont frappés d’une syncope devant un évènement hallucinant qui a transformé par la magouille leur pays et ses richesses en un grand territoire féodal servi sur un plat pour un vieux gâteux à la mine évidente d’un pré sénile qui se donne des airs de seigneurs. Ses deux frères vont rapidement le supplanter dans les faits avec la bénédiction de la Nomenklatura qui se soucie de la pérennité de la manne. Le sérail et l’Algérie doivent désormais composer ces deux compères. Ils sont en passe de devenir dans quelques mois la Wassila Bourguiba avec sa légendaire influence sur la vie politique et son autoritarisme pour pallier la chute des facultés intellectuelles et physiques de son époux.

Devant un tel horizon sombre, notre opposition officielle ou officieuse est restée inaudible. Elle a failli à son devoir de faire face au danger qui guette la nation. Le régime ne l’a pas invité dans l’entreprise constitutionnelle qui remet sa vocation aux calendes grecques, résignée, les représentants de la démocratie se sont contentés de maugréer.
Elle n’a pu avoir le moindre courage d’organiser, des marches ou des piquets de protestations séparément ou conjointement, pour marquer son refus et dénoncer la pièce théâtrale de Bouteflika.

Dans cette atmosphère délétère, asphyxiante, une voix d’un poids lourd est la bienvenue pour déranger les certitudes du monarque et réanimer une opposition démocratique tombée littéralement en panne au moment où le pays a le plus besoin d’elle.
Le “je ne suis pas de cela” (de ceux qui trahissent leur serment fait la main sur le Coran) de Chadli sonne comme une charge un peu trop violente contre fakhamatou habitué à n’entendre que les flatteries serviles et ne sentir que du baume autour de lui. Comme le miroir magique de la méchante sorcière dans l’histoire de Blanche-Neige, la télévision algérienne, où fakhamatouhou a l’habitude de se regarder et jauger sa popularité et Sa Grandeur, ne cesse de le rassurer; tout un peuple est à ses pieds et ne demande que son secours et sa grâce. Il peut et doit donc continuer à régner jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Mais que voilà un bruit bien distinct et désagréable vient égratigner sa vanité. Son miroir n’a pas pu l’étouffer. Alors rien que pour cela, l’acte de Chadli a beaucoup de mérite. Plus tard le peuple saura si ce geste est motivé par l’amour du pays et les remords pour une présidence manquée ou il n’est qu’une vulgaire vengeance contre celui qui jadis l’a tourné en ridicule. En tous les cas il a plus d’audace qu’un Zeroual terré dans un silence coupable qui na rien fait pour défendre sa Constitution

Par Sniper 

Affaire Hasseni: Mohamed Samraoui et Hicham Aboud convoqués comme témoins

imagePar Noureddine Khelassi, La Tribune

L’affaire du diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni serait enfin entrée dans le vif du sujet avec la convocation comme témoins des anciens officiers du DRS algérien, le colonel Mohamed Samraoui et le capitaine Hichem Abboud. Les deux hommes, selon des
sources concordantes, ont été convoqués par le juge Baudoin Thouvenot, en charge du dossier d’enquête, avec obligation de se présenter devant lui à la mi-décembre. En cas d’absence, le magistrat aurait recours à des mandats d’amener à l’encontre de ces deux témoins qui résident respectivement en Allemagne et en France.

Cette information est notamment confirmée par Hichem Abboud sur son site Internet. Sans citer son propre nom et celui de son ancien compagnon d’armes, l’ex-chef de cabinet du général Mohamed Betchine à la DGPS, devenue DRS en 1990, indique que les deux témoins précités ont été effectivement convoqués, se félicitant, du coup, de participer lui-même à la manifestation de la vérité. Le rétablissement des faits consisterait alors à établir la véritable identité de Mohamed Ziane Hasseni, victime dans l’affaire d’une homonymie partielle qui lui a valu mise en examen, assignation à résidence et mise sous contrôle judiciaire.

Depuis l’ouverture de l’enquête, l’ex-colonel Mohamed Samraoui, haut cadre du contre-espionnage en avril 1987, date de l’assassinat de l’avocat français André Ali Mécili, a affirmé au juge Baudoin Thouvenot, devant des journalistes français aussi, que Mohamed Ziane Hasseni, directeur du protocole au ministère des Affaires étrangères algérien, serait bien Rachid Ziane Hassani, ancien capitaine de la DGPS et présumé commanditaire de l’assassinat de l’ancien bras droit de Hocine Aït Ahmed, leader du FFS.

Quant à Hichem Abboud, aujourd’hui journaliste indépendant, il a toujours défendu la thèse de l’homonymie. Sa conviction personnelle est fondée sur sa connaissance personnelle du témoin Mohamed Samraoui, du mis en examen Mohamed Ziane Hasseni et du présumé commanditaire de l’assassinat d’André Ali Mécili, l’ex-capitaine Rachid Ziane Hassani. 

Ces témoignages tant souhaités par la défense permettraient au juge Baudoin Thouvenot de se forger une nouvelle conviction, indépendamment des résultats de l’expertise graphologique et du test ADN, auxquels s’est récemment plié Mohamed Ziane Hasseni. S’agissant de l’examen graphologique, les experts ont dû probablement comparer l’écriture de Mohamed Ziane Hasseni et la signature du capitaine Rachid Ziane Hassani, apposée en bas de l’ordre de mission récupéré sur l’assassin présumé d’André Ali Mécili, Abdelmalek Amellou, et dont un fac-similé avait été publié à l’époque par la presse française.

Si les futurs témoignages de Mohamed Samraoui et de Hichem Abboud, contradictoirement appréciés, devaient conforter la thèse de l’homonymie partielle dont est victime Mohamed Ziane Hasseni, le colonel Mohamed Samraoui serait alors en difficulté. Son témoignage, déjà bancal car entaché de doutes du témoin lui-même, et bien qu’il ait été initialement retenu par le juge d’instruction et ait servi de base à l’accusation, serait alors perçu comme un faux témoignage. 

Un avis sur la politique à 2 vitesses pratiquée par le RCD

saidsadi118697007.jpgObservateur attentif de la scène politico-mediatique locale, depuis les législatives de 2007 (Objet d’une thèse), je voudrais apporter ma contribution au débat sur la politique à 2 vitesses pratiquée par le RCD en illustrant mes propos par 2 exemples concrets :

01) Lors d’une conférence de presse, concernant le blocage de la commune de Tinebdar, animée par son secrétaire national à l’organique le 19 septembre dernier, le RCD, en chantre de la démocratie et en défenseur invétéré de la souveraineté populaire, s’est félicité de l’attitude des élus de l’opposition rejoint pour la circonstance par un élu du RCD pour procéder à la destitution du maire en application de l’article 48 du code communal.

Devant le refus injustifié de l’administration d’approuver la délibération des 5 élus, le RCD crie au scandale et dénonce le parti pris et l’arbitraire des commis de l’Etat. Le maire étant toujours en poste, décide alors de se faire justice en l’expulsant de ses rangs ainsi que 3 autres de ses amis cadres du parti les accusant d’avoir tenu la commune en otage (voir déclaration du 11 Novembre 08…)

02) En parallèle, le RCD, soutient mordicus et fait l’éloge de la servilité du maire de la commune voisine «Souk-Oufella» qui est également bloquée et dont le P.APC est maintenu en poste grâce notamment à la complaisance de la même administration vilipendée à Tinebdar au mépris d’une opposition majoritaire disciplinée et respectueuse du jeu démocratique (voir déclaration du 27 juin sur le site)

Moralité…
Ces Walis et ces chefs de Daïras qui légifèrent, délibèrent, ordonnent, jugent, sanctionnent, administrent, régissent, contrôlent et régentent la vie de la population en véritables seigneurs du moyen âge; agissent précisément ainsi à cause de la platitude des partis politiques et des comportements avilis de leurs (mal élus).

Les élus dits d’opposition ne sont en réalité qu’une pale reproduction de ceux du FLN, RND, HAMAS (dits de l’alliance Présidentielle) même s’ils jouent dans deux (2) cours distinctes…
Zerhouni et consorts ont encore de très belles années devant eux…

Par Innas de Sidi Aich

1...1112131415

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER