• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 5 janvier 2009

Archive pour le 5 janvier, 2009

Le serviteur formé pour plaire !

statuedeserviteur.jpgLe chef a dit, le serviteur a fait. Le serviteur défend les hommes et il croit défendre sa patrie. Le serviteur manipule le peuple mais il ne sait qu’il est marionnette dans les doigts criminels et pervers de son maître, de son chef qui se sert de lui comme un proxénète véreux se sert d’une pauvre fille et de son roi qu’il ne voit jamais et auquel il croit plus qu’il croit au seigneur qui a crée lui et son roi.

 

Le serviteur tue pour faire plaisir à son roi. Le serviteur torture ses frères pour leur faire dire ce que son chef croit être indispensable pour garder au pouvoir son roi, son roi qui s’enrichit sur le dos de son peuple sans honte et son remords. Le serviteur a cessé d’être, de réfléchir, de désirer, de rêver et de penser, il a dans esprit ce que son maître lui a imposé. Le serviteur est heureux quand son chef est content de lui, ses émotions ne lui appartient plus.

 

Le serviteur n’écoute plus son coeur, son coeur bat au rythme du coeur de son chef nuit et jour. Le serviteur possède la raison que son chef lui permet de posséder jusqu’à la fin de ses jours. Le serviteur croit en celui auquel croit son chef et son chef croit à son roi. Son roi qui croit à son orgueil, en la puissance de son pouvoir et aux nombres de ses courtisans et de ses flatteurs. Le serviteur n’a plus ni père, ni mère, il est la propriété de son chef qui le paye, qui le protège, qui le loge et qui le nourrit jusqu’à sa mort.

 

Le serviteur a oublié son histoire, c’est son chef qui décide de son présent et qui lui prépare son avenir. Le serviteur hait celui ou celle que hait son chef. Le serviteur ne comprendra ses erreurs que lorsqu’il sera dans les mains de son créateur sauf s’il se réveille un jour pour aller se mettre du côté  de ceux qui refusent de vendre leurs âmes, leurs esprits et leurs coeurs. Sauf s’il décide de rompre avec ceux qui ont rendu sa patrie pire qu’un cimetière. Fraternellement

Ammi Said

Venue des observateurs étrangers: une randonnée exotique est toujours bien à vivre

randonneepanneaupolice.jpgA propos de l’invitation du président Bouteflika d’observateurs étrangers. Il n’y a que chez nous que de telles inepties se disent et se propagent dans le silence complice. Il agit en qualité de quoi ? En qualité de Président ou de candidat ? Comment vouloir nous mener en bateau quand tout a été fait pour qu’en deux coups, trois mouvements, la constitution est révisée, transformée, violée, le même Gouvernement qui n’a enregistré que échec sur échec sur tous les plans politique social et économique est maintenu, l’état d’urgence toujours en place ….
On veut organiser des élections propres mais on finance la campagne du candidat-président sur les fonds publics…

On invite les observateurs (pique assiette), on leur ouvre les grands salons moelleux et on organise quelques soirées bien arrosées à leur intention dans les grands hôtels et résidences d’Alger. Alors qu’il faut écouter le peuple dire son dégout de vos entreprises, alors qu’il faut permettre au peuple et aux citoyens Algériens, de contrôler… Alors qu’il faut plus de 40.000 contrôleurs, sans compter les différents échelons de synthèses… On préfère agir comme d’habitude, c’est tout ce que l’on sait faire. On manage une Zerda dont on a déjà arrêté les résultats…

Les étrangers viendront bien sûr, mais lesquels ? Combien ? Ils viendront comme ils l’ont toujours fait, car une randonnée exotique est toujours bien à vivre.
S’il y avait de l’honneur et de la rigueur dans le déroulement de cet évènement important, il ne fallait pas le vicier à la base; il ne faut pas le programmer tel une inauguration d’une stèle, en commençant par arroser de pétrodollars tout ceux qui vous aident dans votre perspective, qui vous disent oui pour flatter votre égo… Les finances publiques ne sont pas une cagnotte pour servir vos seuls fantasmes. Les finances publiques ne doivent pas être utilisées pour vos bon plaisirs …

Vous bafouez la constitution; vous vous en foutez de l’issue de votre propre programme; vous avez permis la désorganisation et la vente tout azimut du patrimoine public; vous renforcez votre clan que 10 ans n’ont pas suffit à rassasier, vous ne dites rien sur ce que vous ferez …
Quand on veut organiser des élections propres, on commence par le début, permettre l’expression souveraine des avis et l’émergence de compétences nationales. On fixe les règles et on ne signe pas des chèques à blanc pour tous vos suppôts intimement concernés par votre réussite ou votre échec.

Nous allons assister cette fois à quelque chose d’odieux et les Algériens se souviendront de cela comme la plus grande imposture et le plus abject viol national. Vous vous renforcez peut-être, mais vous renforcez aussi, par votre comportement outrageant, ceux qui se souviendront de vous tous comme “des Barberousse” de ce début de siècle, mais venus de l’Ouest de l’Afrique du Nord et non d’Albanie. Vous avez un trait commun, vous avez été envoyé par des forces étrangères occultes sous le couvert de faire du bien, vous faites du mal et comme vous avez pris des ailes vous ne voulez pas lâcher vos proies.

Vous appelez des étrangers pour les manipuler, car vous ne pouvez pas tromper votre peuple, il vous connait. Même s’il applaudit, intérieurement vous savez qu’il vous hait. Vous le lui rendez bien d’ailleurs et vous le montrez souvent…

Par Mohand

Accidents de la circulation: Algérie classée 1ère dans le monde arabe !

maraccidentdetailpopup.jpg4000 morts, 33.000 blessés, tel est le bilan des 8000 accidents de la circulation, survenus durant l’année 2008. La palme des accidents revient en 2008 à la wilaya d’Alger. Cela étant, l’Algérie demeure aux premiers rangs en matière d’accidents de la circulation. Elle est classée première au Maghreb et dans le monde arabe et 4e à l’échelle mondiale. Selon des statistiques «90% des accidents de la circulation sont dus au non-respect du Code de la route». Cependant, d’autres facteurs doivent être pris en considération, notamment l’état des routes déplorable et le laxisme de certaines autorités. Source L’Expression

Enrico Macias soutient le massacre en Palestine

enricomaciasreference.jpgUne manifestation de soutien à l’offensive menée par l’armée israélienne contre le Hamas dans la Bande de Gaza a  rassemblé près de 4.000 personnes dimanche après-midi à Paris, devant l’ambassade d’Israël.
Parmi les manifestants, on notait le présence du chanteur Français Enrico Macias. Né en Algérie en 1938, Enrico Macias a vécu 23 ans à Constantine avant de partir en 1961 en France !

Le prêt à penser

fis.jpgVoilà neuf jours que la population de Ghaza fait face à un déluge de feu avec près de 500 morts et 3000 blessés. Voilà dix jours que le monde entier, y compris la lointaine Amérique latine, crie sa colère contre ce génocide. Voilà dix jours que des milliers voire des millions de personnes battent le pavé en Europe, en Asie, en Océanie et aux Amériques pour dénoncer l’innommable. Chez nous, ce sont toujours les forces de l’ordre qui battent quelques téméraires manifestants dans leur tentative de défoncer le faux barrage de l’état d’urgence.

Vendredi dernier, un dispositif policier impressionnant a stoppé net une marche spontanée à Alger juste après la prière hebdomadaire. Et à défaut de dénoncer ce refus indigne opposé aux Algériens de manifester leur soutien aux Palestiniens en leur imposant une posture de spectateurs face à une entreprise criminelle, le prêt à penser politique et médiatique a tôt fait d’agiter l’épouvantail islamiste pour crier à la récup. C’est un message subliminal suggérant qu’il faut soutenir le pouvoir dans sa volonté d’interdire la rue à l’expression citoyenne. Et pour ce faire, il n’y a pas meilleur argument que de brandir le fantôme islamiste pour servir de soupape de sécurité contre la réappropriation démocratique de la rue.

Que faire alors ? Attendre, bien sûr, le méga rassemblement politicien que l’Alliance présidentielle et ses satellites ont organisé hier à la maison du «peuple» sans le peuple, le vrai. La guerre contre Ghaza a confirmé le caractère choquant de l’attitude du pouvoir qui consiste à régenter les consciences des Algériens et à monopoliser le coeur. De fait, même la solidarité, ne serait-ce par la parole, est devenue organique et la mobilisation populaire institutionnelle. L’université algérienne qui fut jadis le coeur palpitant des luttes citoyennes est fermée à l’expression. Les étudiants de la faculté centrale d’Alger l’ont vérifié hier à leurs dépens, eux qui voulaient témoigner leur soutien à leurs frères de Ghaza à l’extérieur de leur campus. Les forces antiémeute se sont chargées de leur «clouer le bec». Le pouvoir et ses bras armés ont peur de ne plus contrôler la situation, alors qu’ils ont été curieusement capables d’encadrer les marches – très spontanées celles-là ! – pour le troisième mandat ou encore pour dénoncer les attentats de 2007.

Dans leur logique à l’envers, nos responsables feignent d’oublier qu’ils distillent depuis des années un discours officiel selon lequel le terrorisme n’est qu’un mauvais souvenir. Comment alors avoir peur des islamistes auxquels il a offert des postes supérieurs dans la haute administration ? Comment avoir peur même des terroristes que ce même pouvoir a absout de leurs crimes et pour lesquels il garde la porte grande ouverte pour une future cohabitation s’ils daignent l’accepter ? Brandir l’étendard de la récupération islamiste ou de l’état d’urgence n’est finalement qu’un argument fallacieux destiné à masquer la volonté de casser tous les ressorts de la société. Quant au président Bouteflika, son silence sur le massacre de Ghaza n’est pas vraiment étonnant dès lors que le drame de ses propres concitoyens lors des inondations de Bab El Oued ne l’a pas ému. En vérité, le pouvoir a juste peur que chaque Algérien n’éructe dans la rue sa «Ghaza» à lui, faite de privations, de chômage et de mal-vie. Et cela a un sens en politique. Hassen Moali/ El Watan

Justice pour Mohamed Baba Nadjar

interventiondebouchachi.jpgLe samedi 03 janvier 2009 devait avoir lieu le procès en appel du jeune Mohamed Baba Nadjar, 24 ans, énième victime de l’arbitraire en Algérie, condamné à mort en 2006 pour un crime qu’il nie de toutes ses forces ainsi que sa famille et toute la population de Ghardaïa.

Je me suis déplacé dans cette ville pour assister au procès qui finalement n’a pas eu lieu, car il fut reporté pour la seconde fois. Selon la défense, le procureur général aurait fait le 23 décembre 2008 une demande à la Cour Suprême, de report du procès et en dehors de la juridiction de Ghardaïa, pour «raisons de sécurité» !!!!!!

Après discussion avec le collectif des avocats, il s’avère que le dossier est pratiquement vide. Pour plus d’informations, j’invite l’opinion publique nationale et internationale à consulter le dossier complet préparé par M. Hadi Chalabi, juriste, sur son site : http://elhadichalabi.free.fr/pages/instanceinfo/justice.htm

En ce jour du 3 janvier 2009, la ville a été paralysée par une grève des commerçants, suivie à très grande échelle. Des milliers de citoyens, de tous âges, sont venus occuper les trottoirs de la route principale où se trouve le tribunal. D’une discipline exemplaire, ils scandaient un seul slogan : «justice pour Baba Nadjar».

A la suite du report, la population s’est dirigée à la place du Souk, pour un meeting qui a vu la participation de deux membres du collectif d’avocats, Maîtres Bouchachi et Ahmine, de Mr Karim Tabbou, premier secrétaire du FFS et des Drs Salah-Eddine Sidhoum et Kamaleddine Fekhar, militants des droits de l’Homme. Tous ont appelé au calme et à la poursuite de la lutte pacifique pour faire éclater toute la vérité sur cette machination et rétablir les droits de Mohamed Baba Nadjar.

De tous ces événements et en dehors du report, rien n’a soufflé dans la presse «la plus libre du monde arabe» et encore moins dans l’organe télévisuel de propagande du régime.

Mohamed Baba Nadjar était devenu à Ghardaïa le symbole de la lutte contre l’injustice et l’arbitraire. Nous en ferons un symbole sur le plan NATIONAL.

Nous avons donné notre parole à la famille de Mohamed et à la population de Ghardaïa, de porter le cas de cette victime de l’arbitraire à travers le MONDE. Un dossier sera adressé à la commission des droits de l’Homme de l’ONU et aux ONG internationales.

Je lance un appel à toutes et à tous en Algérie et dans le monde pour la constitution d’un comité international de soutien à Mohamed Baba Nadjar et à travers lui, à toutes les victimes de l’arbitraire et de l’injustice dans notre pays, pour un procès juste et équitable, en présence d’observateurs étrangers.

Tout comme je lance un appel à tous nos ami(e)s avocat(e)s pour venir renforcer le collectif de défense.

Dr Salah-Eddine SIDHOUM/ Ghardaïa le 03 janvier 2009

Election présidentielle: Bouteflika fait appel à des observateurs étrangers

urne.jpgLe premier ministre, Ahmed Ouyahia, a installé hier la commission de préparation de l’élection présidentielle d’avril prochain. Composée de plusieurs départements et présidée par le premier ministre, cette commission aura la charge de mobiliser les moyens afin de préparer le scrutin « dans de bonnes conditions ». Par ailleurs, le président Bouteflika a ordonné au gouvernement de solliciter les premiers responsables de l’ONU, de la Ligue arabe, de l’Organisation de la conférence islamique ainsi que de l’Union africaine pour l’envoi de leurs observateurs à l’occasion de l’élection présidentielle.

Pour rappel, lors de l’élection présidentielle du 16 novembre 1995, les autorités algériennes avaient invité 100 observateurs étrangers, la moitié provenant d’États membres de la Ligue arabe, et l’autres de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) pour assurer la surveillance et le suivi de l’élection. Cette première élection présidentielle pluraliste en Algérie a été qualifiée par ces observateurs de libre et équitable.

Résultats: Liamine Zeroual a remporté l’élection avec 61,34 % des voix, Cheikh Mahfoud Nahnah du Hamas  a obtenu 25 %, Saïd Sadi du RCD a recueilli 9,6 % des voix et Noureddine Boukrouh, dirigeant du PRA,  3,81 %.

Quelques mois plus tard, Said Sadi, avait dénoncé la fraude électorale dans son livre:   »Algérie: l’heure de vérité » édité en France. El Mouhtarem

Les patrons de l’alliance présidentielle hués !

belkhadem2500389553729.jpgL’Alliance présidentielle (composée du FLN, du RND et du MSP) ralliée par le Parti des travailleurs, a organisé hier, en guise de soutien à Ghaza, un rassemblement populaire dans l’enceinte de la Maison du peuple. Il n’y avait pas foule à cette manifestation pour laquelle ont été mobilisés les kasmas du FLN, les organisations estudiantines et de jeunes affiliées aux trois formations de l’Alliance.

C’est dans une anarchie indescriptible que les responsables de l’Alliance présidentielle, Abdelaziz Belkhadem, SG du FLN, Bouguerra Soltani du MSP et Miloud Chorfi représentant le RND en l’absence de Ahmed Ouyahia, Louisa Hanoune, SG du PT, allaient tenir leur rassemblement… Soltani, Belkhadem, Louisa Hanoune et Miloud Chorfi ont découvert hier l’étendue de leur impopularité.

Des sifflets fusaient de tous les endroits du hall où se tenait le meeting lorsque le secrétaire général du FLN a pris la parole. L’assistance ne lui a guère prêté l’oreille, préférant le huer. Ceux qui lui ont succédé à la tribune – les responsables du PT, du MSP, du RND ou encore de l’UGTA – ont eu droit au même désaveu ; ils ont tous été conspués durant leurs interventions à tel point que leurs discours étaient noyés dans les clameurs de la foule. Impossible de les entendre au milieu des cris des supporters que l’on croyait au départ acquis aux partis qui les ont mobilisés. 

D’après El Watan/ Synthèse d’El Mouhtarem

Oran: manifestation de soutien au peuple palestinien mardi 06 janvier

Déclaration de la Coordination des syndicats autonomes de la wilaya d’Oran 

Devant les crimes contre l’humanité dont se rend coupable l’armée israélienne sur la population de Ghaza et ce après un blocus dont l’objectif était de préparer et faciliter le carnage.
Devant le silence complice et la duplicité des différents gouvernements des pays occidentaux.

Devant le silence lâche quand ce n’est pas de la complicité des gouvernements des pays arabes.
Devant l’attitude courageuse de la population de Ghaza.

Devant la colère des peuples de différents pays en particulier ceux dont les gouvernements appliquent une politique de répression de leur propre peuple, assurant ainsi la sous-traitance pour les besoins d’Israël et des pays occidentaux.
Devant l’attitude du gouvernement de notre pays qui se suffit d’aide humanitaire considérant en cela cette agression sauvage comme une calamité naturelle.

Nous, organisations syndicales signataires de cette déclaration, voulons exprimer notre soutien à la population de Ghaza et appelons ceux et celles qui refusent que la question palestinienne soit délaissée par les différents régimes arabes à se joindre à nous et à soutenir notre initiative. Nous exigeons que le gouvernement Algérien prenne des positions honorables à la mesure de celles que les palestiniens sont en droit d’attendre de la part du pays qui s’est affranchie de la colonisation après 130 années.

-Demandons que soit interpellé officiellement l’Egypte afin qu’elle ouvre ces frontières avec la bande de Ghaza et d’agir avec les autres pays pour briser le blocus maritime.
-Demandons que soit appellé les différents ambassadeurs et représentants des pays occidentaux pour leur exiger une intervention afin de faire cesser ce carnage.
-Réitérons notre refus de toute normalisation avec l’Etat d’Israël.
-Préconisons qu’une journée de salaire soit versée dans un compte spécial pour le soutien à la population de Ghaza.

Sachant que notre pays, comme les autres pays de la région, ne pourra peser que s’il s’appuie sur la population pour traduire politiquement ses besoins et ses ambitions, nous devons nous efforcer de prolonger cette initiative par une pratique quotidienne afin d’opérer les changements devenus nécessaires au niveau de la gestion sous tous ces aspects de notre pays. La colère et l’émotion devant de tels drames bien que légitimes se doivent d’être dépassés pour construire ensemble un autre futur.

Pour cela, nous invitons nos propres adhérents, celles et ceux des autres organisations syndicales et associations, tous ceux et toutes celles qui parmi la population oranaise refusent de se taire devant ce crime contre l’humanité à participer à la manifestation qui se tiendra le Mardi 06 janvier à partir de 14 h à la place du premier novembre avec dépôt de lettre de protestation et de dénonciation au consulat de France et d’Espagne.  CNAPEST/ CNES /SATEF / SNAPAP/UNPEF

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER