A. Ouali: « Je peux être formel: Hasseni n’est pas Hassani »

hasni.jpgMOHAND,

Merci de m’offrir l’hospitalité dans cet espace de LIBERTE. Si j’ai manqué de m’y manifester avant ce jour c’est simplement parce que je ne le connaissais pas. Je l’ai découvert au hasard d’un moment de navigation. Je suis journaliste. Donc je connais les critiques, les insultes, les anathèmes. Dès qu’on refuse de servir de simple relais à une thèse ou à un discours on est habillé du burnous de l’infamie. Vous dites vous même que je reçois des fax (de mes manipualteurs…) Samraoui laisse entendre que je serais un indic. Il n’a pas changé. C’est le propre des services qui l’ont nourri et élevé au grade de colonel, avec en prime un poste à à l’étranger toujours réservé aux plus zélés des affidés, de répandre ce genre de rumeurs pour discréditer quiconque s’oppose à eux. Ces mêmes services sont en mesure de fabriquer leur plus virulent détracteur quand ils ont besoin d’infilter l’opposition. Je joins ici la réponse donnée à Sniper.

Sniper, vous avez peut-être bien choisi votre surnom puisque vous dégainez très vite. Mais là, votre tir ne fais pas mouche. Je vous rassure: je ne cherche ni à être sénateur, ni député, ni maire. Je ne veux même pas d’un poste de journaliste dans la presse publique en Algérie. Et ce pas Liberté qui me fait vivre à Paris ! Que me reprochez-vous? D’affirmer que l’audition de Samraoui est un casse-tête? Vous en avez maintenant la preuve puisqu’il n’est pas venu à Paris. Sortez votre flingue et accusez-moi de l’avoir découragé et de lui avoir fait peur. En 2003, je n’avais rien écrit sur le sujet et le juge Thouvenot avait dû se déplacer en Allemagne… Dans cette affaire, malgré les limites qui sont celles de la presse algériene, j’ai toujours écrit que la mort de Mecili était un crime d’Etat. Au demeurant, je compte dans mon entourage énormément de militants du FFS qui savent tout sur mes engagements politiques.

Pour votre gouverne, le baba du journalisme s’appelle le recoupement des informations. J’ai donc pris en compte le témoignage de Samraoui en essayant de le recouper avec le parcours de Hasseni. Dans mon premier article, je m’étais contenté de rapporter l’interpellation de Hasseni et son inculpation. Après, j’ai essayé de vérifer s’il y avait effectivement une erreur sur sa personne. J’ai pu retracer son parcours depuis l’université. Je me suis interessé à sa belle famille. J’ai aussi vérifié s’il y avait bien un Rachid Hassani. Je peux être formel: Hasseni n’est pas Hassani. Le juge d’instruction instruit à charge et à décharge. Après avoir commencé par instruire à charge il va maintenant le faire à décharge. Vous verrez à ce moment-la que Hasseni sera déclaré innocent. Il restera Hassani: c’est au juge d’aller le chercher et pas à moi. C’est à la défense de Mme Mecili de demander aussi l’audition d’autres témoins.

Comme vous, je tiens à connaître la vérité sur la mort de Mécili. Et cela, je l’ai écrit. Mais je suis convaincu qu’elle ne viendra pas du témoignage de M. Samraoui. Après tout, ce n’est pas moi l’officier des services. Comme la majorité des Algériens, ma seule relation avec l’armée a été mes deux années de service militaire. Et comme tous ceux qui n’ont pas de piston, je n’ai pas eu de dispense malgré mes charges de famille. Et je les ai passé dans le désert…Si Samraoui est le responsable qu’il prétend avoir été, je pense qu’il pourra reconstituer mon parcours. J’écris sous la seule dictée de ma conscience, après avoir vérifié les informations.
Cordialement

A. Ouali, journaliste de Liberté

Commentaires

1 2
  1. Taous dit :

    Cher A. Ouali,

    Quel bonheur de vous lire. C’est heureux que vous ayez decouvert ce site, notre site, tres implique sur cette affaire, ainsi que sur d’autres et qui est un authentique espace de liberte et un veritable ballon d’oxygene pour nous.

    Toutes les opinions y sont permises, tel que le revele la lecture de nos echanges, voire de nombre de nos empoignades. Mais l’essentiel pour nous est de ne pas etre victime de la censure.

    Vous avez souvent ete cite par des blogueurs sur ce site car vos articles sur l’affaire Mecili n’ont laisse personne indifferent: que ce soit ceux qui croient dur comme fer en l’innocence de Mohamed Ziane Hasseni, ceux qui doutent, et le groupe a Samraoui qui pratique la politique du chameau en oubliant sa bosse a lui.

    Nous sonnes systematiquement accuses de rouler pour le DRS, d’etre des agents zeles, des opportunistes a la recherche de postes et de privileges indues et j’en passe.

    Donc bienvenue au club .

    Pour Samraoui, nin il n’a pas change comme vous le notez si pertinnement. C’est toujours la barbouze intrigante et dangereuse. Une bete fauve et un predateur qui n’hesite pas pas a accabler un innocent pour mieux faire diversion et faire oublier son implication criminelle dans l’assassinat du preux A.Mecili.

    POur Sniper, ce n’est pas Lucky Luke, loin de la car s’il tire sur tout ce qui bouge, il atteint rarement sa cible car il defend une cause perdue et se compromet.

    Oui, la verite sur l’affaire mecili ne viendra pas du pretendu « temoignage » de Samraoui que les intrigues, les voltes faces, les propos deplaces et le bluff permanent ont totalement et definitivement discredite.

    Savez vous qu’au lieu d’aller temoigner et de produire les preuves qu’il se faisait fort d’apporter, ce pretendu temoin « habite » un site et ressasse sa verite. Or, cela est trop facile. Il est vrai que la perspective d’etre confronte a Mohamed Ziane hasseni et a Aboud Hichem avait de quoi inquieter le mounafek qu’il est.

    Mais je pense qu’il ne perd rien pour attendre car a ce stade de l’instruction, et ainsi que vous l’avez releve, les choses devront se decanter avec l’instruction a decharge qui prouvera l’innocence du diplomate Hasseni.

    Mais ce resultat attendu ne signifiera pas la fin de l’instruction car Rachid Hassani et Mohamed Samraoui, deux complices dans l’assassinat de Andre mecili devront repondre de leur crime, de meme que ceux qui ont ete mis en cause par Aboud depuis 2001.

    Tres amicalement M. Ouali.

  2. Sniper dit :

    @Taous

    Qu’est-ce qui se passe dans votre tête? vous me tirez dessus sans raisons. Malgrè votre affirmation, vous n’êtes pas très loin du DRS.

    La haine qui vous anime contre Samraoui dépasse celle d’un reglement de compte personnelle. Vous n’avez que ce sujet sur la bouche. C’est incroyable ce que vous pouvez sentir les godasses.

    Vous nous reprochez nos points de vue. De quel droits? Les Agériens sont LIBRES et CONSCIENTS. Il n’y a pas que des béni-oui. Vous vous arrogez le droit de dire vos vérités mais vous le déniez à ceux qui ne pensent pas comme vous?!
    Réveillez-vous vous êtes au 21e siècle. La contradiction est vitale pour la vérité.

    Je tire sur ceux qui ont réduit mon pays à territoire de mafia, à un charnier, et ont affamé et infantilisé le peuple.

  3. Mohand dit :

    Désolé Taous, mais vous donnez la nette impression de vouloir à tout prix incriminer le colonel tout comme ses anciens collègues qui veulent le faire taire.
    Si vous ne voulez pas être cataloguée parmi les membres appointés des services n’agissez pas comme eux. Et puis ce langage, ces insultes, cette diffamation permanente à quoi rime t elle?
    Même les plus grands criminels d’Algérie, les hatab et ses camarades de « promotion » n’ont pas eu droit à un traitement semblable. Je dirais même plus, on les appelle Monsieur, on les absout de leurs crimes et de leurs vols, on les accueille douilletement et on se moque de la justice qui veut les juger.
    Alors de grace, le jour ou vous aurez une preuve tangible sur d’éventuels agissements condamnables de Samraoui, alors nous vous suivrons dans la réprimande, en attendant, respectez les lecteurs et modérez votre paroles. L’enthousiasme de participer au lynchage systématique est mauvais et ses dérives sont humainement condamnables.
    Mohand.

  4. Mohand dit :

    Kbil , je ne te permets pas de citer mon nom encore moins de nous qualifer de meute sous entendu de chiens.
    Nous étions assez sereins ces derniers jours. Nous avions décidé de plus polémiquer ni commenter cette affaire. Pour deux raisons : la lassitude de lire toujours les mêmes personnes et leurs arguments restés les mêmes depuis le début. De la discussion donc la lumière n’a pas jallie. Nous avions décidemment de laisser faire les choses jusqu’à plus de données ce qui ne saurait tarder.
    Mais voila que cette intervention de Ouali, en ce moment de « trêve » pourrait on dire , a réveiller les irrascibles qui dorment en nous.
    Gardez vos insultes et vos catégorisation pouir d’autres. Pour ma part je vous dénie le droit de me faire mention de mon pseudo , il y a longtemps déjà que nous avons su que nous n’avons pas les mêmes objectifs et les mêmes valeurs.

    Dans ma culture, un chien est la pire des insultes qui puisse être faite à un humain, vous ne mesurez peut être pas la portée de vos envolées mais mesurez vos paroles. Ayez du respect pour ceux que vous ne connaissez pas au moins , puisque vous n’avez aucun respect pour vos amis… vos péripities et vos agissements sont un livre ouvert.

    Mohand

  5. Mourid dit :

    Sincèrement ce site donne trop d’importance à ce Sam ex barbouze devenue délateur d’innocent et manipulateur de personne sincère qui cherchent à faire payer et à juste titre leur crime aux commanditaires de l’assassinat de feu Mecili. Il a réussis à ce faire passer pour un témoin alors qu’il est partie prenante dans ce crime du moins selon ses propres dire à posteriori. J’espère que le nouveau juge ne le lâchera pas et arrivera à faire payer aux ex collègues de sam leur différents crimes

  6. Sniper dit :

    M. Ouali,

    Vous avez lu les interventions des anti-Samraoui sur quel ton elles sont servit. Vous comprendrez, si besoin est, que l’Algérie n’est pas encore prête d’être libre. Imaginez un citoyens défier la thèse du Pouvoir dans un journal Algérien et demander l’arrêt du vrai commanditaire et de son assassin. D’autres Taous et d’autres Kbil le feront ajouter illico à la liste des disparues.

  7. justice&verite dit :

    Il y’a une seule justice&verite entourée de mensongeS.

    A. Ouali de liber-té:
    « Merci de m’offrir l’hospitalité dans cet espace de LIBERTE. Si j’ai manqué de m’y manifester avant ce jour c’est simplement parce que je ne le connaissais pas. Je l’ai découvert au hasard d’un moment de navigation. Je suis journaliste. »

    A. Ouali, « how nice to get you here » parmi les algerien(ne)s simples modestes en quete de la justice&verite qui fait toujours et depuis la nuit des temps defaut en algerie.

    Ici vous etes libres de deballer vos opinions mais vous endosser votre responsabilité vis-á-vis du peuple algerien car vous dites que vous etes journalistes.

    Soyons sinceres envers soi-meme, vous savez tous que les algerien(ne)s n’ont jamais ete et ne le sont pas dupe sinon on aurait jamais eu un certain 1er novembre 1954, malgré le lynchage les mensonges de l’armée coloniale qui nous traitait de toutes les maledictions citoyen de seconde categorie ou basse classe ces bougnoules … etc

    D’ailleurs nous sommes toujours dans le meme « sillon » cad l’algerie est toujours colonisé en 2m9…
    le comble les sequelles du colonialisme qui gouvernent toujours le pays.

    e-ss-i Ouali est toleré d’etre un peu journaliste… et dans quel journal? son patron? qui est le parrain de son patron? … etc

    Les sinceres journalistes sont en taule ou evincés par la force… n’est-ce pas?

    Si vous etes serieux et certain, pourquoi ne pas alors interviewé les vrais Hass(a/e)ni et Amellou pour serieusement aider l’actuel inculpé qui est serieusement « jugeable ».

    Vous anticiper sur l’innoncence de ce diplomate dans vos articles sans presenter le vrai.
    CHICHE oser trouver alors le vrai … faite votre metier serieusement si vous osez, CHICHE.
    Prouvez-nous que vous etes vraiment un professionel dans le journalisme.

    Vos attaques contre le HERO col. Samraoui nous rappelle les attaques contre l’autre HERO sous-lieutnant Souaidia…

    Vous jouez au juge, avocat et procureur, franchement vous depassez le cadre journalistique…

    L’inculpé diplo-MATE/ECHEC n’a pas encore rempli toutes les conditions requises pour son innoncence c’est pourquoi vous l’avez aidé á aller aux assises.
    Vous etes les bienvenus de temoigner si vous avez du serieux entre vos mains sinon laissons la justice suivre son cours normal. Il y’a plusieurs autres acteurs de ce crime terrible qui avait saccagé les reves d’une famille Mecili de vivre le plus normalement du monde comme toutes les familles du monde.
    Qui a le droit d’oter une vie humaine?

    Nous y reviendrons car nous detestons les mensonges.

    Avant de clore

    un lien interessant
    http://groups.google.com.mx/group/soc.culture.berber/browse_thread/thread/fdeef79bb7b3f5ca/96a7babe4067d3d6?lnk=gst&q=

    qu’en dites-vous?

    ACB, créée sous
    l’égide du Président Bouteflika. Aujourd’hui, un de ses collaborateurs
    affirme que Issad Rebrab a été piégé et qu’il n’avait jamais réellement eu
    l’intention d’uvrer dans l’ACB. Mais à l’époque le grand patron y voyait bel
    et bien un moyen de « promouvoir la justice et de ne pas laisser le terrain
    aux islamistes » ; dixit Issad Rebrab.

    et des assassinats de ces honorables et vrais journalistes
    et des Mokbel, Djaout et autres

    Au bon entendeur.

  8. kaci-la-merveille dit :

    J’ai lu avec attention la contribution au blog de l’ »illustre » journaliste du journal pouilleux appelé « Liberté » et pour une fois qu’on peut dire directement ce qu’on pense, vous imaginez bien qu’on va pas s’en priver!
    Ainsi le monsieur prétend avoir fait des « recoupements ». Il n’ose pas dire une enquête ou une investigation sur cette affaire. Cela, il le sait, risque de l’engager davantage auprès du lecteur de ce blog ou du lecteur en général et l’obligerait à en dire un peu plus.

    Monsiuer Ouali, on peut dire ceci de vous: vous avez fait un recoupement sur un point bien précis, et vous vous êtes empressé de livrer votre conclusion, sous la forme d’un texte enrobé d’insinuations et de sous-entendus favorable aux thèses du régime maffieux en parfait accord avec la ligne défendue par votre employeur.
    Pour le reste, motus et bouche cousue, point de résultats de « recoupements » : ni sur de le devenir du vrai Hassani, ni sur celui de son comparse Amellou, encore moins sur la posture honteuse des autorités algériennes au devant d’une affaire où elles apparaissent comme un voleur pris la main dans la poche qui tente maladroitement et honteusement d’esquisser une esquive…..pour un Journaliste !!!!, excusez du peu, mais y a beaucoup mieux !!!

    La déferlante de vos sentiments et impressions personnelles, que ce soit sur cette affaire ou sur une autre, le lecteur, monsieur Ouali, n’en a cure, et c’est pas ce qu’il demande, contentez-vous de vous en tenir aux faits et de les relater sans aucun parti pris, par obligations morale et déontologie, cela l’école ou vous avez appris le journalisme vous l’a enseigné, j’espère!!!
    Vous nous devez le Respet quand vous écrivez, sachez-le!!!!!

    Si vous avez un témoignage à faire suite à vos résultats de « recoupements » et que vous jugez que vous pouvez apporter votre témoignage, adressez-vous directement au juge pas au lecteur!!!

    kaci la merveille

  9. Idir 16 dit :

    Le droit de réponse de A. Ouali, grand journaliste à Liberté, quotidien crédible et l’audience bien établie, n’aurait pas du entrainer cette polémique. Mais il est vrai que les écrits de M. Ouali n’ont jamais été tolérés par certains blogueurs qui l’avaient, en son temps déjà, éreinté.

    Je me rappelle etre intervenu pour appeler au respect de la liberté d’expression et pour insister sur le droit de ce journaliste, dont la réputation n’est plus à faire, à traiter quelque sujet que ce soit librement. Et en toute conscience, comme vous l’avez écrit.

    J’ai procédé à une petite recherche sur le site et retrouvé ce qui suit:

    « Idir 16 a dit 18 octobre 2008 à 17:32:

    A Mots…Amizour,

    Vous faites une lecture tronquée des articles du quotidien Liberté. Ce journal a gagné ses titres de noblesse en des temps ou être journalistes vous mettait en danger au quotidien et il a montre régulièrement du courage dans l’expression de sa ligne éditoriale.

    Il n’est donc pas aux ordres, ne vous en déplaise, simplement parce que depuis le début de cette affaire, il a fait état d’un point de vue constant…on peut ne pas le partager mais on doit le respecter…

    Assassiner une deuxième fois notre frère Ali Mecili serait se tromper et voir une justice, pas aussi indépendante qu’on veut nous le faire croire, condamner un innocent. Cordialement.

    idir 16 a dit 18 octobre 2008 à 17:14:

    Décidemment, aucun point de vue contradictoire ne peut être donne sans soulever l’ire d’aucuns ! Et le plus remarquable est que cette intolérance provient de personnes se présentant comme démocrates et croyant aux vertus de la liberté de la presse… quand cela leur convient seulement…
    Pour ma part, j’ai apprécié cet article qui pose les vrais problèmes et traduit ce que nous sommes nombreux a ressentir. Je vous renvoie aussi a Liberté d’aujourd’hui qui par le biais d’un éditorial et de deux articles a couvert cette affaire comme il se doit. »

    Du reste, les échanges acrimonieux de ce jour montrent combien les positions sont irreductibles entre ceux qui, se basant sur un certain nombre de principes,ont pris position pour que la presomption d’innocence s’applique au diplomate algérien qui n’est pas Rachid Hassani; et certains autres internautes qui , en prenant position comme ils l’ont fait pour M. Samraoui, ont administré la preuve que la recherche de la vérité leur importait peu. Pas un instant ils n’ont semblé douter. Leur haine féroce du système algérien les a poussé à un manichéisme impitoyable car ils en ont perdu tout bon sens et, selon leur « justice expéditive », Mohamed Ziane Hasseni doit payer pour ce qu’il n’a pas fait. Il est tout simplement coupable d’etre un Haut fonctionnaire et cela suffit pour eux.

    A temps perdu, relisez les horreurs qui ont été proférées à son égard. Mohamed Ziane Hasseni a été victime d’un lynchage médiatique dés le départ et nombre de pseudos démocrates lui ont dénié les droits les plus élémentaires que lui reconnait pourtant le droit français.

    Je ne sais pas, car je me méfie des certitudes bien établies, mais pour ma part,il me parait impossible de prétendre vouloir la vérité sur l’assassinat de Ali Mecili et, dans le meme temps, de prendre pour argent comptant ce que raconte un ex-officier du DRS, qui plus est partie prenante à, au moins, un épisode, de ce forfait. Jamais ils n’ont cherché à comprendre ce que faisait M. Samraoui à Skikda. Quel avait été son role à ce moment précis, et alors que la tombe de Si Ali était encore tiède. Je ne sais plus qui sur ce site s’est essayé dernièrement à dresser une sorte de portrait de Rachid Mecili; Pensez-vous que cela ait retenu l’attention ? pas du tout. Un article de TSA sur le fait que les tests ADN étaient négatifs a été aussi superbement ignoré. Cette « cécité » est quand meme problématique et l’on ne peut que se poser des questions sur cette prise de position partiale.

    Avant de terminer, permettez-moi, cher M. Ouali, de vous faire part de mon grand respect pour l’homme et le journaliste que vous etes et vous souhaiter bon courage. Je fais partie depuis longtemps, des lecteurs fidèles et assidus de Liberté, quotidien algérien qui compte au nombre des meilleurs du paysage médiatique algérien.

    Très cordialement.

  10. mark wanes dit :

    À toutes ces Taous et à tous ces Mohand ! Sniper a raison !! Donner son avis ne signifie pas porter un jugement je suis un lecteur de liberté mais exclusivement de Mustapha Hamouche mais lui il se tient à distance de liberté et de sa ligne éditoriale
    C’est comme l’enfer de Ghaza il est bel et bien orchestre par les chefs d’état arabe qui ne veulent pas de concurrents dans ce bas monde Nasr Allah est au chaud en Syrie il actionne quelques fous et il est certain de ne plus avoir de gêneurs parmi cette bande et dans la bande…. De Ghaza .D’ailleurs le principal gêneur est mort avec 14 membres de sa famille des les premiers jours d’enfer

  11. Idir 16 dit :

    Je parlais du portait du commanditaire présumé de l’assassinat de Ali Mecili, le capitaine RACHID HASSANI à l’époque mais, concentré par mon texte, j’ai par erreur accolé le nom de famille de Si Ali Mecili au prénom du commanditaire présumé. Je m’en excuse.

  12. vamos dit :

    The Kbih
    Tu oses nous traiter de chien petit …
    Je te réponds comme tu le fais , voyou de merde .Je t’interdis de me citer .Arrêtons nous là et laissons la justice faire son travail et on verra qui a raison .Je te demande toi et collègue du DRS de lire l’intervention de Lahouari Addi sur le même sujet sur le site de notre frère D.Benchenouf un véritable journaliste et vous verrez qui de nous a raison ainsi que les réponses du GRAND SAMRAOUI qui vous fait trembler .A quand les tribunaux du peuple ?

  13. jazairia dit :

    azul falakh assi Ouali,

    cela fait longtemps que personnellement j’espérais ardemment que l’un des intellectuels notamment les journalistes qui ne sont pas aveuglés par des partis pris dogmatiques, forcément iniques, que des journalistes donc qui ont écrit qur le sujet nous disent exactement ce qu’il en pensent de cette malheureuse affaire où le diplomate endure l’infame doute de complicité de meurtre alors qu’à l’évidence il n’y est pour rien et que manifestement il ne peut pas être Rachid Hassani le militaire.

    intevienne sur ce blog pour dire comment et pourquoi il est

    si j’étais un homme je vous saluerais bien bas. mais comme je suis une algérienne, et fière de l’être, je vais user de mes ressorts féminins pour vous dire que j’admire votre courage. vous êtes vraiment comme on dit chez nous « dhargaz elâali ».

    écrire ici et maintenant, comme dirait l’autre, et avec quel brio, que vous êtes convaincu que le diplomate Hasseni n’est pas le militaire Hassani, c’est très osé sur ce blog pour moins que ça , certains d’entre nous, qui ont aligné les contradictions flagrantes et les contrevérités répétées de l’ex colonel, ont été voués aux gémonies.

    oui Monsieur Ouali, vous prouvez avec votre démonstration très cartésienne que vous êtes un journaliste soucieux de la déontologie de votre profession: chercher les infos, les recouper, chercher les témoins, les acteurs les parents et alliés etc…

    ne vous en faîtes pas pour les insultes, j’en ai essuyées de très nombreuses et de toutes sortes, y compris physiques alors que l’on ne me connaît pas. vous savez ce qui tourmentent les intervenants su ce blog qui sont très certainement des alliés objectifs de Samraoui, c’est que justement leur « pion » ne veut pas aller plus loin dans la perfidie et la perversité. comme vous, moi, et tant d’autres, qui avons fait l’effort de lire et d’analyser les faits et déclarations des uns et des autres, il est clair qu’effectivement il y a erreur sur la personne. et ce sont les proprs dires de Samraoui qui ont souvent montré les fausses accusations.

    ci après je réponds à Sniper sur un extrait de son post que voici:

    « Comme M. Aboud. M. Samraoui a accusé Rachid Hassani et non le chef du protocole au ministère des Affaires étrangères M. Hasseni. »

    lorsque, à plusieur reprises, j’ai sonné l’alarme pour dire attention vous accusez un innocent en l’appelant Hassani, je ne me souviens pas que vous m’ayez soutenue. au contraire, vous m’avez dit de patienter jusqu’à l’audition de Samaraoui et que nous verrions bien qui a tort ou raison. et vous n’avez même pas dit que de toutes façons il y a en droit pénal ce qu’on appelle la présomption d’innocence. alors c’est parce que Monsieur Ouali vous a asséné une démonstration de maitre dont la limpidité vous a coupé le souffle au pint où vous reconnaisse maintenant que c’est Rachid HAssani qui est soupçonné de complicité et non pas Mohamed Hasseni le chef du protocole.

    On n’a pas eu connaissance que c’est M. Samraoui qui a insufflé au juge Thouvenot d’arrêter et de mettre en examen M. Hasseni. M. Samraoui n’a rien avoir avec l’arrestation de M. Hasseni (s’il y a homonymie). Les déboires de ce dernier sont dus à la seule justice française.
    en voilà une nouvelle qu’elle et bonne: c’est justement les témoignages de Aboud et Samraoui aux journalistes qui ont rouvert le dossier. dans un sens tant mieux qu’on rouvre ce dossier mais accuser un haut fonctionnaire qui n’a rien à voir avec le crime horrible de feu Mécili est belle et bien l’oeuvre peverse de Samraoui. c’est lu et uniquement lui qui a dit que Hassani était en poste en Allemagne en tant que Consul Général et comme Samraoui est en exil en Allemagne et qu’en plus il a dit qu’il l’avait accompgné à Skikda pour terminer l’oeuvre malfaisante , eh bien le juge l’a cru et nous aussi au début mais avec toutes les preuves matérielles irréfutables sur l’homonymie eh bien il était clair que Samraoui avait fait une fausse déclaration, peut être à son corps défendant si par exemple qq’un auquel il avait confiance le lui avait affirmé que c’était la même personne, c’est possible, et puis lui aussi avec les preuves à décharge qui s’accumulent il s’est rendu à l’évidence. voilà pourquoi c’est faux ce que vous dites, c’est bien Samraoui qui a dit le premier que c’était le diplomate le complice, alors ne tentez pas maladroitement de le disculper.

    L’identification par Samraoui à Mediapart n’est pas la cause des ennuis de M. Hasseni. non sauf que vous omettez de préciser qu’il avait rien identifié du tout puisqu’il a accusé l’ambassadeur à Belgrade. de plus comme je l’ai souvent dit, et vous pouvez le vérifier vous même, Hasseni et son collègue ne se ressemblent pas du tout. CQFD.

  14. lounes dit :

    Vous dites aux journalistes « La liberté comme d’autres journaux d’ailleurs n’a pas le professionnalisme d’aller chercher la vérité chez les vrais responsables. Personne n’a publié la photo de Hassani et de Amellou, ni parler avec leur entourage familial ou professionnel. » c’est comme si on était dans un pays de liberté .alors que avec votre blog vous n’osez même pas vous identifier .vous travaillez dans l’anonymat total .drôles de donneurs de leçons.

  15. Samir dit :

    M. Sniper,

    Rak tkassar fi rassak, remarque que c’est le seul sujet su lequel ils interviennent tous, tout le monde est la, je le redis: yakhi Tablouat yakhi.

    Ce sujet devrait etre clos jusqu’a ce que de nouveaux developpements aient lieu.

  16. amina&amin dit :

    Merci Mohand pour ta synthese objectif mais differe de la langue de boie de ce iste A. Ouali de Liber UND té.

    Samir et les fideles blogeurs pour la quete justice&verite.

    La societe-drs criminelles (prouvé par des crimes anti peuple algerien) qui tentent vainement d’IMPOSER indirectement son propre jugement/VERDICT á cet horrible crime alors qu’uniquement le juge Thouvenot que jusqu’á present n’a pas recu aucune reponse de toutes les questions demandées au gouverne-MENTEUR ILLEGITIME algerien qui cache le vrai aSSaSSin Amellou et point de Hass(a/e)ni car il parait qu’il y’a qu’UN SEUL Hass(a/e)ni entre les mains du juge Thouvenot… et le reste n’est que du Festi Lill wa Nhar.

    Pour ce qui est est de A. Ouali,
    il fut consigné de nous exposer la dictée des maitres (drs) de son maitre (rebreb connu avoir financé le GIA…lors d’une grande marche vers Alger)…,
    soyons franc, y’a-t-il une presse avec des journalistes libres actuellement en algerie?
    M A K A C H, une denrée rarissime en 2m9.

    Nous detenons leurs documents avec des temoignages á l’appui, ILS ont UNIQUEMENT plusieurs mensonges et des crimes humanitaires.
    Une chose est certaine tot ou tard justice&verite TRIOMPHERONT.

    Tendrement votre.

  17. Mohand dit :

    N’avoir aucun sens de l’honneur , c’est ça. Nous faire dire des choses qu’on n’a pas dites, nous traiter de tous les noms est leur plaisir. Notre franchise engendre leurs haines.
    Que dire d’autres, rien ne peut convaincre celui qui ne veut pas entendre. Laissons les à l’hérésie de leurs attitudes et à leurs pueriles besognes. Le temps passé à essayer de faire dire raison est du temps perdu.
    Nous avons été interpellé par Ouali nommément , nous lui avons répondu. Que viennent donc faire les autres?
    A t il besoin d’avocats et plus de soutiens il en a assez, rassurez vous.
    La caque sent toujours le hareng, tout comme on reconnait l’arbre à ses fruits.

    A bon entendeur salut !

  18. ouali dit :

    Azul fellawen

    Je me permets une nouvelle fois d’intervenir dans votre espace pour vous remercier de m’y avoir hébergé. J’aimerais juste dire à ceux d’entre vous qui soupçonnent en moi un ennemi du FFS qu’ils se trompent. Je n’en ai pas la carte de militant, certes. Pas plus que celle d’un autre parti, d’ailleurs…De Hocine Aït-Ahmed (adhisghzef rebbi lamriss) jusqu’à karim Tabbou en passant par Mustapa Bouhadef, Saïd Khellil, Seddik Débaïli et M’brak Mahiou (paix à leur âme), Ahmed Djeddaï, Abdesselam Ali-Rachedi…tous les dirigeants du FFS m’ont connu. Dans les années 70, j’étais jeune collégien quand Samraoui s’engageait dans le sécurité militaire (parce que c’est un patriote, nous dit-il aujourd’hui). Dans nos villages de Kabylie, notre lueur d’espoir à tous était le FFS et son fondateur Ait-Ahmed. Je me souviens de la joie qui nous avait parcourus lorsque nous apprenions par un entrefilet du quotidien Le Monde qu’il venait de soutenir sa thèse de doctorat en Droit. Quel fierté d’avoir pour repère ce grand militant nationaliste désormais doublé d’un intellectuel! En ces temps-là, nous devions nous cacher à l’écart du village pour écouter Radio Tanger qui tendait le micro aux opposants algériens. On se passait sous le burnous les revues éditées par l’Académie berbère. On apprenait en cachette l’alphabet thifinagh. Pourquoi? Parce que Samraoui et ses pairs avaient peur de voir se dissoudre leur patriotisme dans nos errements d’aspirants démocrates. Souvenez-vous des débats sur la charte nationale, de nos camarades de classe arrêtés. Par qui? Demandons-le à M. Samraoui! Ceux qui ont mon âge doivent encore se souvenir: dans les collèges et les lycées, on recevait la visite d’officiers qui nous faisaient miroiter le rêve d’une grande carrière en allant dans les écoles militaires. Sur ma fiche de renseignement, j’écrivais JOURNALIER à la case reservée à la profesion de mon père (athirhem rebbi). C’était un ouvrier irrégulier parcequ’il n’y avait pas de travail dans nos montagnes. On devait élever des vaches pour constituer un appoint à notre alimentation. Mes soeurs ont dû arrêter les études à la fin du primaire parceque mon père n’avait pas les moyens de les envoyer en internat à Tizi ouzou. Même si pauvres, on n’avait pas succombé aux sirèmes de la grande carrière d’officier qui ont séduit Samraoui. Je ne dis pas ça pour pleurer mais pour rire des insinuations de HADHARAT AL AQID. Je suis issu d’une commune dirigé par un maire FFS qui peut vous confirmer tout cela…
    Comme vous, j’ai lu avec beucoup d’intérêt le livre « chronique des années de sang » de Samraoui, la « sale guerre de Souaidia » , j’ai suivi le proçès à Paris contre le général Nezzar. Oui, Samraoui a contribué à éclairer l’opinion sur le fonctionnement du service qui a fait de lui un colonel. Comme n’importe quel ouvrage (roman, témoignage, autobiographie, essai) je le lis avec une certaine distance, une dose de circonspection. Je ne suis pas obligé de leur croire sur parôle. J’essaie de soumettre son témoigange – autant que faire se peut – au filtre du recoupement. D’ailleurs, s’est-il « repenti se son passé »? Jamais, je ne l’ai entendu sur ce sujet. C’est un grand PATRIOTE des services!
    S’agissant maintenant de mes articles sur l’assassinat d’Ali Mecili, je peux vous assurer que ma seule crainte c’est celle de voir l’enquête s’égarer sur une mauvaise piste. Même avec les limites et les contraintes de la LIBERTE en Algérie, je n’aurais pas écrit une ligne sur l’innocence de M. Hasseni si je n’en avais pas la conviction. Vous êtes des combattants de la justice, ne souhaitez pas qu’un acte d’injustice soit commis. Evidemment, je ne perds pas de vue que dans ce dossier la grande victime c’est Ali MECILI et non pas Mohamed Ziane Hasseni.
    Peut-on soupçonner l’avocat Jacques Vergès qui n’est pas constitué dans cette affaire d’être une potiche du régime algérien? Je ne le crois pas! En 1992, il était venu défendre les dirigeants du FIS et il s’était brouillé avec son ancien ami Ali Haroun qu’il avait qualifié publiquement de pantin. J’ai discuté avec lui de ce dossier. Il a les mêmes doutes que moi!
    Si jamais il s’avérait que je m’étais égaré je ne manquerais pas de me « repentir », pour ma part. Et si je m’explique ici c’est en respect à la mémoire du grand militant Ali MECILI.

    Thanemirth

  19. justice&verité dit :

    Azul Fellak et fellawen – salam-alikum

    Tout ce que nous voulons que « justice&verite » triomphe pour le bien de tout le monde.

    N’est-ce pas le voeux de la famille Mecili et meme de tous les etres epris de justice&verité?

    Si vous voulez vous impregner dans ce terrible crime, tout est á votre honneur mais de grace faites-le serieusement cad un vrai professionnel, trouver les coupables, certains sont juste á coté de vous, tutoyer-les, mais nous aurons peur de votre vie cad que vous devenez un autre Mokbel et Djaout.
    Savez-vous qui les avait TUé?
    vous allez dire le GIA.

    Mais qui est au juste ce GIA?
    GIA est la creation du DRS.

    Qui sont ces arouch? et leur financier?
    savez-vous que Rebreb avait financé ces fameux, et les arouchs et ce GIA contre une GRAND marche vers Alger organisée par un GRAND UNIQUE parti democratique d’opposition qu’est le FFS?

    un site pour vous re-sourcer un peu + si vous voulez
    L’Algérie est-elle réellement indépendante ?
    Le Dossier Mhenna Djebbar
    …..الاستقلال بين الحقيقة
    Comment le DRS a créé et manipulé les GIA
    http://www.anp.org/

    puis cet autre lien et vous allez pas nous dire qu’ils sont des menteurs et uniquement le regime connu sanguinaire et dictateur qui detient la verité….

    Vous savez le peuple algerien n’a jamais ete dupe et ne l’est pas.
    L’armée coloniale francaise traitait nos peres de dupes, betes et indigenes bougnoules de meme l’actuel regime depuis 1962 á nos jours 2M9. Y’a qu’á voir l’etat de siege non legitime depuis 1988 á nos jours.

    Nous avons les faits/documents/temoignages, le pouvoir a les crimes humanitaires vols/viols de la constitution….etc

    Au bon entendeur

  20. Mohand dit :

    J’ai hésité avant de vous répondre cette fois encore, car
    votre mea culpa a les accents de sincérité. Mais comme des personnes bien nées, disons nous tout sans échappatoire,sans l’intention de nuire ni à l’image des uns et des autres, mais seulement de dire les choses avec la sincérité si caractéristique de gens de nos montagnes bien aimées.
    Vous élevez le débat et vous le transposez sur des points de concensus alors qu’à l’origine tout nous divisait.
    Nous pouvons tous nous tromper, c’est sur. Mais le fait que vous
    ne répondez pas à nos questionnements, parceque probablement vous n’avez pas la liberté de ton du fait de votre qualité et de votre notoriété, nous restons donc pantois et avide de connaitre l’autre face de la même pièce.
    Tout comme nous voudrions tant connaitre les fondements des critiques que vous adressez clairement sans en citer un cas de torture répréhensible qui pourrait lui être endossé.
    De toute bonne foi, nous le croyons quand il dit, n’avoir jamais enfreint ni la morale ni les limites humaines de sa mission.
    Nous sommes également acquis et ce depuis le début à l’hypothèse de voir enfin la justice passer , sans aucune espèce d’influence et c’est cela qui nous fait réagir avec passion en rejetant notamment les invectives des uns et les injures des autres, ainsi que les interventions inopportunes des hommes politiques.

    Tout comme vous, qui vous défendez d’être d’un clan bien particulier, nous refusons les critiques et la diabolisation d’une partie et le fait d’accorder le blanc seing à l’autre. Tous nos arguments et nos critiques se résument à cela. Vous auriez raison de critiquer l’ennemi commun de la presse et des services ,si vous faisiez le sacrifice de nous dévoiler les quelques faits singuliers qui ont forgé votre réprobation de cet ex. Colonel.
    Que dire des autres honorables personnages dont nous connaissons tous les agissements et dont on ne dit jamais un mot.
    Quand on aura le courage et l’honneteté intellectuels d’écrire invariablement sur les agissements de tous, SM et autres services , et dont certains sont encore aujourd’hui au pouvoir.
    quand nous pourrions aussi parler des ignares érigés en Emirs
    du gia et du gspc aujourd’hui rentrés dans les rangs. Quand nous traduirons en justice les assassins des 126 kabyles tombés sous les balles des « défenseurs de l’ordre ». Quand nous saurons tous et nous aurons le courage de parler de Zerhouni, qui a dirigé longtemps la SM en tant que numéro 2 puis 1, lequel impose le silence et il arbore un costume de civil taillé à sa taille.
    Lorsque notre Presse et nos journalistes écriront sur tous ces sujets alors nous applaudirons et nous aussi nous nous repentirons et nous ne vous accuserons plus de connivence.

    Nous savons l’effet que nous produisons , nous donnons l’image de ceux qui rejettent systématiquement les envolées particulièrement injustes et opportunistes de beaucoup d’intervenants. Pourtant à chaque fois nous avons seulement une lecture critique de ce qui sort des imprimeries, et appelle à chaque fois de nos voeux plus d’implication dans cette quête de la vérité.
    Elle est malheureusement, maladroitement estampillée pour le moment.
    Nous lirons la version autorisée pour le moment sur votre journal notamment, tout en souhaitant qu’elle puisse un jour s’émanciper du pouvoir de l’Argent, et de la propagande officielle. Ces deux monstres cyniques et calculateurs n’oeuvrent et vous le savez comme pour leur bien être exclusif.

    Mohand

  21. ouali dit :

    Merci Mohand, nous sommes d’accord sur tout! Il va sans dire que les articles publiés dans Liberté ne disent pas tout. Vous connaissez autant que moi l’état des libertés en Algérie. Je n’en dirais pas plus. S’agissant de Samraoui, je n’ai rien personnellement contre lui. A partir du moment où il prend le risque de s’exposer sur la scène publique avec la publication d’un livre il faut qu’il assume les critiques potentielles. Le problème, c’est qu’il a du mal à se convertir en démocrate: il n’accepte pas la contradiction. Sinon, pourquoi insinue-t-il que je serais un indic? Une méthode bien connue de l’école qui l’a formé.

  22. Belaid Ait Mohand dit :

    Je confirme tout ce qu’a dit Amer sur le FFS et Ait Ahmed , mais sur Samraoui , je ne le suis pas car , on ne peut pas être d’accord sur tout . On a abordé une seule fois ce sujet mais malheureusement , j’ai vite compris qu’il y a une divergence entre nous .Amer est de mon village , il est un ami et un frère s’il est du DRS , moi aussi je le suis .Je ne suis pas là ,pour le défendre , et je pense qu’il s’est bien expliqué avec sincérité et je réitère ma position que sur Samraoui , je ne suis pas du tout d’accord avec lui et je souhaite qu’il se trompe cette fois ci .
    Pour mon ami Mohand et tous les internautes qui pensent comme moi , Amer n’est pas du meme bord que Jazairia , Taous et consort je tenais à le préciser .
    Amer doit savoir aussi plus que moi que dans notre village , nous avons des officiers du DRS qui n’ont jamais les mains tachés de sang et je pense que Samraoui fait parti de ces gens là .J’ai vu une seule fois Samraoui lors du procès Nezar / Souadia et depuis ce jour , je me suis dit que s’il y a une centaine d’officiers comme lui , l’Algérie sera libre et démocratique .

  23. Mohand dit :

    Cher Belaid, ce que vous dites est d’autant plus vrai qu’il suffit de lire ses deux dernières interventions pour s’en convaincre. Merci pour les précisions que vous donnez.
    Comme on dit « qui aime bien chatie bien ». Dans notre for intérieur on refuse de voir le peu d’intelligence que nous avons être utilisée dans de basses entreprises, quand bien même il s’agit d’un gagne pain. Notre prestige et notre honneur vaut mieux que les plus bons mets du monde, surtout lorsqu’on se doute des intentions de ceux qui les servent. Il y a déjà beaucoup qui se complaisent dans des rôles de second , c’est devenu la spécialité Kabyle , pour en supporter qu’elle se développe. Ces rôles ne nous ressemblent pas.
    On a pas besoin d’aller encore plus loin nous nous comprenons.
    Je suis tout à fait en phase avec vous quand vous dites qu’il y a aussi au sein de ce corps maudit et craint des hommes au dessus de tout reproche Dieu m’est témoin , je ne mélange pas tout le monde.C’est d’ailleurs pourquoi nous refusons les attaques gratuites fortuites et inutiles envers un homme à genous, et vivant la pire des situations pour un être humain. Il est difficile de saisir la portée de ces actes quand on est entouré des siens, à l’abri du besoin et entourés de beaucoup d’attention.

    Votre intervention Belaid vous honore, car vous dites la vérité, des vérités que nous aimons lire.
    Mohand.

  24. kaci-la-merveille dit :

    Cher admin,

    Pour l’interet de ce site je ne crois pas que ce fut une bonne idée d’avoir censuré The Kbil!
    Le Bien a besoin du Mal et la vérité est supérieure au mensonge!!!!

    kaci

  25. Mohand dit :

    Comment vous savez que l’administrateur du site a coupe un commentaire en particulier?Dites le nous s’il vous plait ça nous permettra de connaitre toutes les gorges profondes ,Monsieur Kaci.

  26. kaci-la-merveille dit :

    Je le sais parceque j’ai suivi le thread dès le début et j’ai lu le commentaire en question!!!
    Aussi simple que cela, ca vous va mon capitaine?

    kaci la merveille

  27. Mohand dit :

    C’est seulement pour savoir, mon général. Bonne soirée.

  28. kaci-la-merveille dit :

    A vous de même cher camarade!

    kaci

  29. The Kbil dit :

    Non, mon commentaire n’a pas été censuré. Qu’est-ce qui vous a fait croire cela Kaci ?

  30. Taous dit :

    Cher Administrateur, pourquoi m’avez-vous censurée? Je n’ai rien inventé. Afin de participer au débat, fort intéressant favorisé par A. Ouali, journaliste de Liberté, j’ai jugé utile de me concentrer sur la position de Sniper, uniquement puisée sur ce site, et de mettre en exergue les parties relatives à Hasseni et Samraoui afin de bien montrer son parti pris et de ne pas etre accusée d’avoir trahi sa pensée.

    Enfin, je m’incline et je vous fais parvenir une version plus courte de mon précédent commentaire. Et je remercie Kaci La Merveille pour sa vigilance, meme si nous ne partageons pas le meme point de vue en l’occurence. Mais, cher Kaci, ne soyez pas trop présomptueux et estimant détenir la vérité. L’avenir nous le démontrera d’ailleurs.

    Taous a dit 10 janvier 2009 à 17:16:
    Cher A. Ouali,

    De grace, ne cherchez pas à vous justifier auprès du ramassis qui vous a pris à partie. Ils savent ce qu’ils font et sont des plus pernicieux car je soupçonne très fortement Samraoui d’intervenir sous plusieurs pseudos.

    Ne rentrez pas dans leur jeu, enfin dans le jeu de l’ex, et toujours, barbouze, et continuez à faire ce que votre conscience vous dicte car vous serez sur d’etre dans le vrai et, jusque-là, vous n’avez pas failli.

    Après etre intervenue à chaud hier, je me suis dit qu’il serait bon de vous livrer comme cela, en vrac, des commentaires de Si Sniper. Ils sont éloquents et devraient vous édifier définitivement sur le personnage. Voilà donc ce florilège, hélas non exhaustif:

    „…M. Hasseni. Ah le pauvre malheureux. Il subit les affres de la mise sous contrôle judiciaire. À… Paris. Son nom est traîné dans la boue. Le pauvre haut fonctionnaire mérite que l’on soit à ses côtés. Il faut même exiger sa libération puisqu’il dit que ce n’est pas lui. Il suffit qu’il le dise et on doit le croire sur le champ…Il ne faut pas regarder les zones d’ombre qui entachent l’affaire de Hasseni, ni se poser des questions qui restent en suspens. Le moindre doute sera interprété par nos humanistes algériens de circonstance comme une grande injustice contre M. Hasseni. Alors, arrêter de penser, arrêter d’analyser, arrêter de bloguer. Apportez votre soutien ou continuez votre chemin. L’histoire du M. Hasseni va connaître un happy-end. Hasseni va se fondre dans l’anonymat, reprenant son beau train-train de haut fonctionnaire bien engraissé… Ah M. Hasseni si vous saviez combien votre amour pour la France a pu causer de tort…

    Ce diplomate Algérien ne vit pas mal son affaire, il a là une occasion de “servir” de remplir un rôle, qu’il a probablement accepté. Il se tait, il laisse faire les choses, il ne participe pas à la manifestation de la vérité. Il observe un silence et vit bien ces évenements dans son appartement luxueux au frais du contribuable dans la capitale française. ”C’est vrai. Cette attitude est pour le moins curieuse. Un autre à sa place aurait crier sa rage au monde entier pour cette injustice. Mais, lui, il se cache, il évite les médias. Ne dit mots etc. Cela ne prouve pas sa culpabilité mais renforce les suspicions contre lui. Il n’est pas impossible qu’il est en mission comme vous le dites si bien. Pourquoi il s’inquièterait alors de son sort. Il n’est pas à Guatanamo…

    …le refus de collaboration qui devait être rapide et naturel a jeté, ipso facto, le doute sur ses assertions. …ce dernier qui au demeurant …ne doit pas s’ennuyer outre mesure à Paris… Au contraire, il devrait trouvait cette mésaventure comme une aubaine divine qui va peut-être le propulser vers des hauteurs plus élevées dans le système algérien…

    En ce qui concerne M. Hasseni … …. Et c’est de sa faute si son affaire a pris de la longueur. … pour un membre à part entière à un système qui étouffe mon pays. ses vicissitudes je m’en soucis comme je m’en soucierai du sort du cuisinier d’un tyran. Lui et ses enfants ont été, ils sont toujours et seront toujours dans le confort que lui confère son appartenance au sérail. Ce n’est certainement pas pour lui que mon cœur va flancher. Il a suffisamment de solidarité de ses maîtres. Alors, s’inquiéter de son sort…Je partage totalement ses idées qui sont toujours bannies par le système auquel appartient M. Hasseni. Il est très curieux et totalement injuste que le mis en cause bénéficie des largesses de fakhamatou sur le dos du peuple.

    je n’ai rien à voir avec Samraoui. Pour le moment et pour moi il bénéficie plus de présomptions de sincérité que celle de méfiance. Je suis porté à le croire mais je garde un oeil sur lui. Jusqu’à présent je n’ai rien vu de suspect chez lui. Revenons au cas de M. Hasseni… sur les raisons qui ont pu amener M. Hasseni à rentrer en France avec un homonyme. Je pense qu’il devait crever l’abscès d’une situation qui devenait intenable pour lui et ses enfants qui vivent en France. Il devait regler cette question pour pouvoir joindre sa famille quand il veut et quand c’est nécesaire.

    Même si M. Hasseni est innocent, cette affaire a le mérite de dévoiler les méthodes peu orthodoxes que le régime algérien utilise contre l’opposition quand elle dérange. Ce qui ne m’emballe pas c’est le sort de M. Hasseni, il est de toutes les façons, meilleur que le mien, que celui du ghâchi de Tolga et la majorité des Algériens.

    C’est à craindre que M. Samraoui soit tombé dans un traquenard aussi diabolique qu’extrêmement élaboré. Cette histoire de Hasseni ressemblerait à un gigantesque complot méticuleusement ourdi depuis de longues dates. traité de la même manière. Ceux qui doivent se fier aux simples déclarations de M. Hasseni et des cabotins du régime. Pour celui qui est convaincu de l’innocence de M. Hasseni, il n’y a pas meilleur moyen pour le sauver de cette”erreur judiciaire” que d’apporter la meilleure preuve qui soit et qui existe:le vrai coupable. Cet acte non seulement libérerait et réhabiliterait définitivement M. Hasseni… Les délais ont été retardés par M. Hasseni qui au début a refusé les tests.

    Tant que Samraoui n’a pas identifié M. Hassani-Hasseni, larbin (le pauvre meskine) de Bouteflika et de ses prédécesseurs devant le juge, Si M. Samraoui… restera un héros national. ..

    l’acharnement continuel qui se fait contre M. Samraoui est la conséquence de sa bravoure… On veut l’intimider et lui passer des messages codés.

    La mésaventure de Hasseni est due … à Hasseni lui-même qui a refusé au départ les tests.

    la polimique sur Hasseni-Hassani est toujours entretenue de façon malveillante par les detracteurs de Samraoui et les embaumeurs de Aboud.

    Aboud, je l’avais cru un héros au même titre que Samraoui. ..la haine et le venin qui colorent la plupart des réactions des clones affectés dans ce site dans le seul but est de nuire à Samraoui.

    Hasseni-Hassani bénéficie d’une protection et d’une solidarité gigantesque, assurée par des moyens médiatiques énormes…l’affaire de M. Mecili, que Dieu ait son âme, tient à un fil: Colonel Samraoui. Et c’est justement lui qui subit toute la pression phénoménal pour être discidité et abbatu médiatiquement et politiquement..

    Que Dieu protège Samraoui…

    on imagine Hasseni-Hassani très maleureux, en train de pleurnicher sur sa situation. Il fait pitié vraiment. ..il est à Guatanamo, abondonné à son sort, avec une tenue infâmante, enchaîné de lourdes chaînes au pied et poings, transporté sur des chariots comme un animal, son pays ne veut pas le recevoir, aucune visite, personne ne le pleure. Il fait vraiment pitié, et les journaux et les officiels de pacotille et les intrenautes officieux ne s’interressent pas à lui. Il ne reçoit pas de vistes de sa famille ni des des ses co-hauts responsables. Il est dans une situation” insupportable “… qui pourtant fait envier des centaines de milliers d’Algériens… Si M. Hasseni-Hassani souffre vraiment c’est qu’il est coupable et là il a de bonne raison d’être terorrisé… Sinon il est le plus heureux des suspects… M. Hasseni-Hassani est très bien où il est; il déclinerai une telle faveur. Sa famille est près de lui et n’ont pas besoin de la faveur du juge.. un journal algérien a bien spécifié que lors de son arrestation à Marignan, M. Mecili se rendait chez ses enfants qui habitent à Marseille…M. Hasseni-Hassani coule de beaux jours à Paris, hors d’Algérie…, et au frais de la princesse. Si il était innocent, il doit se délecter de cette situation, tout est payé, même la biche…et le réveillon, et en en prime finale la justice française va s’excuser.

    Ils ont des ressources inépuisables. C’est comme des insectes, vous en écrasez un, il en ressort d’autres par derrière. Ils abondent dans les jugements de valeur à laquelle ils s’attachent et s’y agrippent corps et âme. Avilir avant de détruire. ..

    PS: cet exercice a été long, fastidieux meme, mais au regard du “produit fini” je ne regrette pas d’avoir fait cet effort car ce qui saute aux yeux, c’est la rage à l’égard du diplomate algérien et cette “adoration” à l’égard de Samraoui… un projection narcissique en somme. Vous m’aurez compris, bien sur?

  31. The Kbil dit :

    Mais c’est vrai que j’ai été censuré et ce n’est pas la première fois.

    Si j’accepte que nous puissions etre rappelé à l’ordre de temps en temps quand nous nous laissons emporter, par contre, je ne comprends pas pourquoi les réactions de Vamos et de Mohand à mon commentaire n’ont pas été suppréimées. C’est juste une question de logique et de cohérence.

    Et puis aussi, juste histoire de comprendre: pourquoi seuls Mohand et Sniper voient leurs commentaires repris en article prinicipal et seulement eux ? nombre de contributions qui font prévaloir d’aures points de vue sont aussi valables mais n’ont jamais été distingués. Pourquoi?

    merci de me répondre, M. L’Administrateur.

  32. kaci-la-merveille dit :

    @The Kbil

    Eh bien!, autant pour moi!! et tant mieux pour le site!

    ——–

    Madame taous, le proverbe dit:
    La vérité n’a pas peur du tribunal…

    kaci la merveille

  33. The Kbil dit :

    Kaci, soyez fair play voyons! j’ai apprécié votre position de principe sur la censure et je vous en sais vraiment gré. Cela étant dit, reprenez votre commentaire. Il y avait une pique qui m’était destinée et j’y ai répondu car vous sembliez insinuer que je n’étais pas dans le vrai et je répondais que cela était relatif et que la suite de l’affaire Mecili nous édifierais.

    Donc merci pour votre vigilance et votre sens de la tolérance et pour le fond, continuons à débattre.

  34. Taous dit :

    Mohand, quand vous départirez vous de votre déplorable attitude qui consiste à voir le DRS partout et à taxer tous ceux qui ne sont pas sur la meme longueur d’ondes que vous d’agents des services, avec tous les qualificatifs infamants dont vous les accompagnez.

    reprenons: je n’ai rien personnellement contre Samraoui. Je me suis investie dans la défense d’une cause pour les raisons suivantes:

    - Rien ne prouve quele diplomate algérien ne soit pas Mohamed Ziane Hasseni et la défense à qui la charge de la preuve revient n’a pas été en mesure de le faire jusqu’à l’heure actuelle.

    - Au contraire, elle a été fragilisée par l’unique témoin à charge qui n’a cessé de dire une chose et son contraire et le juge Thouvenot doit se demander aujourd’hui s’il n’aurait pas du etre plus prudent et rassembler plus de preuves avant de lancer un mandat d’arret qui porte en lui des vices rédhibitoires flagrants.

    - Samraaoui a raté son audition et aucun des justificatifs apportés à postériori n’est recevable car ces empechements existaient et il n’en a jamais fait cas. Y compris après la réception de sa convocation il prétendait vouloir se rendre à Paris pour etre entendu par le magistrat instructeur.

    - Je n’ai pas de sympathie particulière pour Aboud mais reconnaissons lui tout de meme le mérite de la constance et aussi d’etre celui qui a déterré l’affaire Mecili.

    - Ce témoin s’est rendu à la convocation du juge et a acccablé Samraoui et innocenté Mohamed Ziane Hasseni.

    - Que faisait Samraoui à Skikda ?

    - Comment a-t-il pu désigner un Ambassadeur et dire que sans aucun doute il s’agissait de Rachid Hassani son collègue avec qui il avait fait la mission de paiement du reste de la rétribution de l’assassinat de Mecili?

    - Que pensez vous de ses récentes menaces que le meilleur moyen d’envoer Hasseni aux assises était de continuer à lui tomber dessus?

    Je pourrais encore énumérer un certain nombre de questions et vous avouerez qu’elles sont tout de meme légitimes et qu’il y a de quoi douter de la bonne foi de Samraoui?

  35. Taous dit :

    Pardon de renvoyer ce commentaire, mais des coquilles s’y étaient glissées.

    Taous a dit:
    10 janvier 2009 à 22:46
    Mohand, quand vous départirez vous de votre déplorable attitude qui consiste à voir le DRS partout et à taxer tous ceux qui ne sont pas sur la meme longueur d’ondes que vous d’agents des services, avec tous les qualificatifs infamants dont vous les accompagnez.

    reprenons: je n’ai rien personnellement contre Samraoui. Je me suis investie dans la défense d’une cause pour les raisons suivantes:

    - Rien ne prouve quele diplomate algérien ne soit pas Mohamed Ziane Hasseni et l’accusation à qui la charge de la preuve revient n’a pas été en mesure de le faire jusqu’à l’heure actuelle.

    - Au contraire,l’accusation a étésingulièrement fragilisée par l’unique témoin à charge qui n’a cessé de dire une chose et son contraire et le juge Thouvenot doit se demander aujourd’hui s’il n’aurait pas du etre plus prudent et rassembler plus de preuves avant de lancer un mandat d’arret qui porte en lui des vices rédhibitoires flagrants.

    - Samraaoui a raté son audition et aucun des justificatifs apportés à postériori n’est recevable car ces empechements existaient et il n’en avait jamais fait cas. Y compris après la réception de sa convocation, il prétendait vouloir se rendre à Paris pour etre entendu par le magistrat instructeur et se déclarait pret pour la confrontation avec le mis en examen, notamment.

    - Je n’ai pas de sympathie particulière pour Aboud mais reconnaissons lui tout de meme le mérite de la constance et aussi d’etre celui qui a déterré l’affaire Mecili.

    - Ce témoin s’est rendu à la convocation du juge et a acccablé Samraoui et innocenté Mohamed Ziane Hasseni.

    - Que faisait Samraoui à Skikda ?

    - Comment a-t-il pu désigner un Ambassadeur et dire que sans aucun doute il s’agissait de Rachid Hassani son collègue avec qui il avait fait la mission de paiement du reste de la rétribution de l’assassinat de Mecili?

    - Que pensez vous de ses récentes menaces que le meilleur moyen d’envoer Hasseni aux assises était de continuer à lui tomber dessus?

    Je pourrais encore énumérer un certain nombre de questions et vous avouerez qu’elles sont tout de meme légitimes et qu’il y a de quoi douter de la bonne foi de Samraoui?

  36. abdelkader dit :

    @ l’inspecteur taous
    la justice suis son court il n’y a pas lieu de spéculé
    sans connaitre les tenant et les aboutissants de cette imbroglio diplomatique alors patience !
    et entre nous si hasseni n’avez rien avoir dans cette histoire
    pense tu que la justice française l’aurais encore gardez depuis le mois d’aout en liberté conditionnel?
    franchement !

  37. Taous dit :

    M. Ouali, je suis deçue.

    Comment avez vous pu tirer le constat que vous etiez d’accord avec Mohand et, de surcroit sur tout, alors qu’avec l’approche désormais brevetée qui est la sienne, il se satisfait que vous ayez fait votre mea culpa, et, donc, que vous vous rangiez à son point de vue partial.

    Est-ce cela qu’il faut comprendre de votre dernier commentaire ?

    Vos certitudes sur le commanditaire présumé de l’assassinat de A. Mecili étaient-elles à ce point branlantes que vous cédiez à la première attaque des partisans du félon Samraoui?

    Excusez-moi, mais ce revirement, si revirement il y a, serait grave. Merci de bien vouloir me répondre.

  38. amina&amin dit :

    A la spa-drs Taous et cie … vous etes totalement á coté…
    Depuis 1963 mais surtout le 19 juin 1965 á nos jours, etat algerien est basé sur le terrorisme et les crimes humanitaires.
    Voulez-vous qu’on vous re-ecrit les longues listes de leurs crimes humanitaires?
    ou bien vous etes aveugles et naifs…ou alors des complices.

    La question du terrorisme est encore un domaine où Mécili s’oppose au pouvoir algérien.

    Lui-même a mis, depuis fin 1985, ses relations et ses talents de médiateur au service de la libération des otages français du Liban[19]. Et il n’a de cesse de dénoncer l’ambiguïté du rôle de l’Algérie vis-à-vis des mouvements terroristes, allant jusqu’à déclarer sur FR3, le 26 mars 1987[20] :
    « Quand on est terroriste à l’égard de son peuple, il n’y a qu’un pas à franchir pour l’être aussi sur le plan international […][21] »

    Quelques années auparavant, se sachant personnellement menacé, il a écrit dans un texte qui sera trouvé après sa mort : « Lorsqu’on ouvrira cette lettre, se sera accomplie une destinée qui, depuis ma plus tendre enfance, n’aura jamais cessé de hanter mon esprit. […] Je meurs sous des balles algériennes pour avoir aimé l’Algérie. […] Je meurs seul, dans un pays d’indifférence et de racisme. […] Je meurs pour avoir vu mourir l’Algérie au lendemain même de sa naissance et pour avoir vu baillonner l’un des peuples de la Terre qui a payé le plus lourd tribut pour affirmer son droit à l’existence[22]. »

    Le 7 avril 1987, Ali André Mécili est assassiné dans l’entrée de son immeuble parisien.

    Khider, assassiné sur ordre de Boumedienne
    Krim Belkacem, assassiné sur ordre de Boumedienne

    BouTef etait M.A.E. donc il etait au courant alors un complice de ces assassinats.

    Le pouvoir d’alger est toujours assassin et est le meme.

    http://www.facebook.com/group.php?gid=21298226397

    Tendrement votre.

  39. Mohis dit :

    Je souhaite vous soumettre ce radar de Liberté, puisque c’est de lui qu’il est question actuellement, pour bien montrer que, quelles que soient les critiques que l’on peut adresser à la presse privée algérienne, et que personnellement je ne partage pas, il convient de se rendre à l’évidence:le métier de journaliste est dangereux et cette corporation, qui a payé un lourd tribut lors de la décennie rouge, continue de payer pour que la liberté de la presse ne soit pas un vain mot chez nous.

    J’espère que le journaliste blessé se remettra et je tiens à lui faire parvenir mes voeux de prompt rétablissement et de l’assurer de ma solidarité et de mon profond respect.

    « Le journaliste d’An Nahar Al-Djadid a subi une opération lourde
    Par :Rubrique Radar

    Blessé lors de la marche de vendredi, en recevant un coup derričre la tęte qui lui a enfoncé une partie de son crâne, le journaliste du quotidien An Nahar Al-Djadid, Hocine Ben Rabia, a subi dans la soirée de vendredi une opération lourde au service de neurochirurgie de l’hôpital Mustapha. Actuellement, il est sous surveillance médicale et ses jours ne sont pas en danger.

    C’est ce que nous a indiqué, hier, Anis Rahmani qui nous a dit que son journaliste est toujours en réanimation. Selon lui, le journaliste, aprčs avoir reçu le coup ŕ la tęte, est resté abandonné au parc de l’APN et n’a pu ętre évacué qu’au bout d’une heure. »

  40. Sniper dit :

    M. Ouali

    Dans une enquête sur un meurtre comme dans toute enquête, ce sont la probité, le sérieux, la rigueur et le langage rationnel, qui doivent prévaloir. Le cœur à des raisons que la raison ne connaît point…

    Je suis complètement abasourdi et consterné par votre réponse. Quand j’ai lu votre première contribution surprise, j’ai dit, au fond de moi-même: ce journaliste est courageux et a une conscience professionnelle; il veut se défendre auprès de ces détracteurs; il veut soigner son image. À mon grand regret, votre deuxième intervention m’a laissé terriblement déçu et sans voix. J’ai été vraiment choqué par les motifs que vous avez présentés pour fustiger M. Samraoui. Et ce n’est absolument pas par manque de respect que je réagis vivement à votre réponse. J’aurai réagi pareillement avec un ami quand je vois une aussi grosse bavure. J’aurais préféré de loin que vous teniez contre Samraoui un langage aussi hostile, mais aussi échafaudé que celui de M. Aboud; aussi clair, inquisiteur et malveillant que de ceux, qui habituellement représentent sa ligne dans ce blog; et comme vous l’avez certainement remarqué, ils sont toute une famille d’assaillants *, que de lire un texte remplit de sensiblerie, d’émotion et d’une attendrissante histoire de jeunesse qui n’a absolument rien à voir avec l’affaire.

    Vous n’avez pas apporté la moindre explication sur les raisons qui vous ont amené à faire accroire à vos lecteurs que Samraoui est un « gros menteur » et un dégonflé qui fuit la justice. Vous n’avez pas abordé aucun de mes trois reproches que je vous ai indiqués. Au lieu de cela à quoi avions-nous droit? A des blâmes et à des anathèmes qui le visent pour son choix d’être un militaire, et sa décision d’ être un membre des services de renseignements. Je cite:

    « Parce que Samraoui et ses pairs avaient peur de voir se dissoudre leur patriotisme dans nos errements d’aspirants démocrates. Souvenez-vous des débats sur la charte nationale, de nos camarades de classe arrêtés. Par qui? Demandons-le à M. Samraoui!  » (Pourquoi celui-ci et pas à Aboud, Bouteflika et Cie?! Incroyable! cet acharnement discriminatoire).

    Et vous nous présentez ces raisons-là ainsi que la pauvreté qui régnait dans votre région dans les années 70 comme les éléments clés de votre conviction de l’innocence de M. Hasseni?! Je n’en reviens pas encore. Vraiment, M. Ouali, en voulant vous justifier, vous n’avez fait que déstructurer littéralement votre système de pensée, truffé d’incohérences que je ne veux pas démontrer pour ne pas susciter d’autres polémiques qui vont nous éloigner du débat de fond: l’affaire Mecili et la thèse de l’homonymie de M. Hasseni-Hassani.

    Monsieur Ouali, il s’agit d’une affaire de meurtre, vous ne pouvez pas l’utiliser pour un règlement de compte ou pour assouvir votre haine contre le régime algérien dans les années 70. Si vous avez contre le témoin Samraoui des accusations graves, des indices tangibles de son animosité pour M. Hasseni, il faut se dépêcher de les publier et alerter l’opinion publique tant que l’instruction est en cours, « Liberté » se fera un plaisir de vous aider et je serai parmi les premiers à les lire. Vous rendrez un immense service à la vérité que vous auriez aidé à éclater.

    Mais, de grâce! si vous ne pouvez pas pousser vos investigations dans tous les sens par crainte sur votre vie, si vous n’avez que vos intuitions à proposer et vos dépits contre Samraoui le « carriériste », l’ »antidémocrate « , l’ »oppresseur », le soudard,  » antiKabyle « , à transmettre sournoisement à vos lecteurs, n’écrivez pas sur l’affaire Mecili. Exprimez ces sentiments clairement indépendamment de l’affaire de M. Mecili. Ou du moins, astreignez-vous exclusivement à votre témoignage sur l’innocence de M. Hasseni. N’attaquez pas la crédibilité d’un autre témoin avec du vent.

    Vous nous dites que vous n’auriez jamais écrit un mot sur cette affaire si vous n’aviez pas l’intime conviction que M. Hasseni-Hassani était innocent. Alors, je vous pose ces deux petites questions

    1. Qui vous empêche de révéler vos preuves si elles sont différentes de celles qui sont déjà avancées et qui, pour le juge français, doivent être étayées, car elles ne sont pas des pièces à conviction .

    2. Croyez-vous que le juge Thouvenot s’acharne sur lui si les preuves que vous détenez étaient aussi irréfutables?

    Pour ce qui est de l’avocat Verges, je suis d’accord que ses déclarations avaient joué en faveur de M. Hasseni. Mais je vous dois l’information que ses déclarations étaient basées sur des doutes et non sur des certitudes. Voilà une information qui ne va pas dans le sens de votre article publié chez Liberté.

    C’est mon besoin de savoir la vérité qui me pousse à vous interroger encore une fois en étant très direct. Il ne faut surtout pas voir dans ma réaction une quelconque malveillance de ma part. Vous êtes journaliste, vous avez sûrement l’habitude.

    Amicalement

    * la famille des Daltons, pour reprendre l’aimable comparaison de lala Taous qui avec The Kbil (reconverti dans la délation et le harcèlement après avoir souhaiter obséquieusement la bonne année au juge Thouvenot) est la plus revêche de la famille.

  41. Mohand dit :

    Quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse, ils s’agrippent aux moindres faits pour revenir à la charge. Je disais dans un précédent mail , que je leur donnais l’urticaire, ils ne peuvent pas laisser passer un commentaire sans répondre avec leurs mots,leurs tactiques, leurs déviations naturelles.
    Vous profitez de notre échange , au demeurrant exemplaire , avec A.Ouali de Liberté, pour venir encore nous dire ce que vous dites depuis septembre dernier.
    La singularité de la logique que vous essayez d’imposer et le mode d’emploi que vous appliquez sont d’une lecture tellement évidentes que même si on abdiquait par lassitude on ne pourrait vous créditer d’un quelconque point de neutralité et de vérité. A l’évidence vous voulez toujours nous amener sur vos repairs. Votre DRS ne m’obsède pas , ce sont les menteurs ,les bras armés, ainsi que les laches sans foi ni loi qui , l’instar de tous ceux qui savent distinguer le vrai du faux, qui le sont. Et dans ce forum on en compte certains.
    Car il faut être aveugle pour ne pas voir et lache pour ne pas reconnaitre, et enfin dévoyé et intoxiqué pour ne pas lire dans nos commentaires une recherche saine et non tendancieuse de la vérité. Vérité sur tout et sur tous.
    Comme je l’ai dit à M. Ouali et M. Belaid, nul n’est à l’abri d’une erreur d’appréciation.
    Vous vous offusquez aujourd’hui sur deux choses précises : 1° vous êtes ennuyés par le fait que certains écrits de sniper et moi même sont repris en sujets, et la 2° chose vous critiquez parceque deux blogueurs se sont compris et on fait leurs mea culpa.
    Ce sont là des signes sur le caractére belliqueux de votre présence ici, vous n’aimez pas les compromis , vous cultivez les alliances pour renforcer les différences.
    Si on se base uniquement sur ce point, vous montrez combien nous sommes loin de nous ressembler, combien nous agissons pour des buts différents. Quand à répéter que je suis Samraoui , et que ce dernier pense son temps sur blog pour commenter son cas en usant de pseudos divers, c’est aussi une disposition de l’esprit OUCHAN YATSAGADH AYAN YATOUNOU , je vais vous laisse le soin de comprendre cette phrase bien de chez nous.
    Soyez tranquille, en un sens vous avez de la chance, car si j’étais celui que vous traitez de tous les noms et que vous accusez sans preuve de tous les faits, je saurai vous retrouver et alors rira bien qui rira le dernier. Même le Tribunal d’Elharrach, ne saura pas vous blanchir.

    Donc pour conclure, celui qui vous donne le change, il mesure parfaitement et précisement le degré de votre implication , il connait les buts que vous poursuivez et c’est pourquoi , vous ne pouvez rien. Vous vous retrouverez seuls au pilori et vous rentrerez bredouille , sans rien dans vos gibecières.
    Mohand.

  42. Mohand dit :

    Aujourd’hui, j’ai du temps, je vais jouer au chat et à souris, pour confondre celui ou celle qui se fait un malin plaisir à écrire sur moi des idioties.

    Voila ce qu’écrit Taous le 10 et le 11 janvier.

    Debut de citation:

    10 janvier 2009 à 22:46
    « Mohand, quand vous départirez vous de votre déplorable attitude qui consiste à voir le DRS partout et à taxer tous ceux qui ne sont pas sur la meme longueur d’ondes que vous d’agents des services, avec tous les qualificatifs infamants dont vous les accompagnez ».
    Taous a dit:
    11 janvier 2009 à 11:56
    « M. Ouali, je suis deçue
    Comment avez vous pu tirer le constat que vous etiez d’accord avec Mohand et, de surcroit sur tout, alors qu’avec l’approche désormais brevetée qui est la sienne, il se satisfait que vous ayez fait votre mea culpa, et, donc, que vous vous rangiez à son point de vue partial ».

    Fin de citation.

    Je me permets de prendre à témoins les autres blogueurs qui ont la patience et la courtoisie de relire mes commentaires ci après, ils se feront une idée et ils tireront les conclusions qui s’imposent.
    Comme je l’ai dit dans mon précédent commentaire à ce sujet, quoi que je dise, quoi que je fasse, ils ne lachent pas leur proie. Ainsi soit il …

    « Mohand a dit:
    9 janvier 2009 à 17:28
    Désolé Taous, mais vous donnez la nette impression de vouloir à tout prix incriminer le colonel tout comme ses anciens collègues qui veulent le faire taire.
    Si vous ne voulez pas être cataloguée parmi les membres appointés des services n’agissez pas comme eux. Et puis ce langage, ces insultes, cette diffamation permanente à quoi rime t elle?
    Même les plus grands criminels d’Algérie, les hatab et ses camarades de “promotion” n’ont pas eu droit à un traitement semblable. Je dirais même plus, on les appelle Monsieur, on les absout de leurs crimes et de leurs vols, on les accueille douilletement et on se moque de la justice qui veut les juger.
    Alors de grace, le jour ou vous aurez une preuve tangible sur d’éventuels agissements condamnables de Samraoui, alors nous vous suivrons dans la réprimande, en attendant, respectez les lecteurs et modérez votre paroles. L’enthousiasme de participer au lynchage systématique est mauvais et ses dérives sont humainement condamnables.

    Mohand a dit:
    9 janvier 2009 à 17:40
    Kbil , je ne te permets pas de citer mon nom encore moins de nous qualifer de meute sous entendu de chiens.
    Nous étions assez sereins ces derniers jours. Nous avions décidé de ne plus polémiquer ni commenter cette affaire. Pour deux raisons : la lassitude de lire toujours les mêmes personnes et leurs arguments restés les mêmes depuis le début. De la discussion donc la lumière n’a pas jallie. Nous avions décide de laisser faire les choses jusqu’à plus de données ce qui ne saurait tarder.
    Mais voila que cette intervention de Ouali, en ce moment de “trêve” pourrait on dire , a réveiller les irrascibles qui dorment en nous.
    Gardez vos insultes et vos catégorisations pour d’autres. Pour ma part je vous dénie le droit de me faire mention de mon pseudo , il y a longtemps déjà que nous avons su que nous n’avons pas les mêmes objectifs et les mêmes valeurs.
    Dans ma culture, un chien est la pire des insultes qui puisse être faite à un humain, vous ne mesurez peut être pas la portée de vos envolées mais mesurez vos paroles. Ayez du respect pour ceux que vous ne connaissez pas au moins , puisque vous n’avez aucun respect pour vos amis… vos péripities et vos agissements sont un livre ouvert.
    Mohand a dit:
    10 janvier 2009 à 12:50
    N’avoir aucun sens de l’honneur , c’est ça. Nous faire dire des choses qu’on n’a pas dites, nous traiter de tous les noms est leur plaisir. Notre franchise engendre leurs haines.
    Que dire d’autres, rien ne peut convaincre celui qui ne veut pas entendre. Laissons les à l’hérésie de leurs attitudes et à leurs pueriles besognes. Le temps passé à essayer de faire dire raison est du temps perdu.
    Nous avons été interpellé par Ouali nommément , nous lui avons répondu. Que viennent donc faire les autres?
    A t il besoin d’avocats et plus de soutiens il en a assez, rassurez vous.
    La caque sent toujours le hareng, tout comme on reconnait l’arbre à ses fruits.
    A bon entendeur salut !
    Mohand a dit:
    10 janvier 2009 à 18:58
    Cher Belaid, ce que vous dites est d’autant plus vrai qu’il suffit de lire ses deux dernières interventions pour s’en convaincre. Merci pour les précisions que vous donnez.
    Comme on dit “qui aime bien chatie bien”. Dans notre for intérieur on refuse de voir le peu d’intelligence que nous avons être utilisée dans de basses entreprises, quand bien même il s’agit d’un gagne pain. Notre prestige et notre honneur vaut mieux que les plus bons mets du monde, surtout lorsqu’on se doute des intentions de ceux qui les servent. Il y a déjà beaucoup qui se complaisent dans des rôles de second , c’est devenu la spécialité Kabyle , pour en supporter qu’elle se développe. Ces rôles ne nous ressemblent pas.
    On a pas besoin d’aller encore plus loin nous nous comprenons.
    Je suis tout à fait en phase avec vous quand vous dites qu’il y a aussi au sein de ce corps maudit et craint des hommes au dessus de tout reproche Dieu m’est témoin , je ne mélange pas tout le monde.C’est d’ailleurs pourquoi nous refusons les attaques gratuites fortuites et inutiles envers un homme à genous, et vivant la pire des situations pour un être humain. Il est difficile de saisir la portée de ces actes quand on est entouré des siens, à l’abri du besoin et entourés de beaucoup d’attention.
    Votre intervention Belaid vous honore, car vous dites la vérité, des vérités que nous aimons lire.
    Mohand.

    Si cela n’est pas des accusations gratuites, alors c’est quoi ?
    Même si ses tiroirs sont pleins, intarissables, d’idées préconcues, sa conscience ne la limite elle donc pas ? Il semble bien que oui.

    Mohand.

  43. The Kbil dit :

    Mohand, c’est assez lassant et barbant de te lire une première fois mais le bis repetita c’est vraiment l’overdose.

    Ton manichéisme impénitent est édifiant sur ta propension au nombrilisme tout aussi étroit qu’aigu. Ainsi selon toi, Ouali a fait son mea culpa, s’est rangé à ta prise de position, a eu des accents de sincérité… C’est n’importe quoi.

    Je pense qu’effectivement, et en toute objectivité, tu ne mérites pas d’etre « distingué » ainsi sur ce site , non que j’ai quelque chose de personnel contre toi, mais parce que tu es loin d’etre neutre et que tu es l’un des membres les plus actifs de l’ »équipe y » ainsi que vous vous etes vous meme catalogués. Il est vrai que vous etes les spécialistes de la théorie du labelling.

    Je retiens que tu ne réponds jamais aux questions qui te sont adressées sur le fond de l’instruction et les développements que nous savons.

    Et puis, j’avoue que l’association dans tes blogs d’invectives et de prose mielleuse et basic renseigne sur ton inconfort: à défaut de débattre sur des faits précis, tu pratiques, sans succès d’ailleurs, ce que Ouali, dans l’un de ses articles,nous avait rappelé: l’histoire du lombric et de la trompe d’éléphant.

  44. Mohand dit :

    Je disais bien que tu ne peux pas te passer de me citer.
    Et ton commentaire te ressemble bien, il est dans ta logique, celle de vouloir rabaisser injustement les autres pour ton bon plaisir.
    Que de fois nous avons lu que les autres sont nuls et ont tous les défauts du monde, contrairement à toi qui à tes yeux, a les
    les vertus d’un saint, mais dont les basses besognes sortent de l’habit que tu portes comme des piques cherchant à aveugler toute lumière qui jaillit dans le noir et le désordre orchestré par ceux à qui tu ressembles du moins dans la pratique et l’application éhontée d’une stratégie dont vous voulez point vous lasser et vous départir.
    Si cela te réjouis de me juger comme tu le fais , je te laisse à tes réjouissances et j’en attends pas moins.
    Si tu pouvais me flinguer tu l’aurais fait pour me faire taire. C’est une pratique largement usitée par ici.

    Tu te crois même intelligent au point de faire une analyse psychologique de ma personne. Tu as peut être l’habitude, tu mets en pratique des leçons que tu as reçues dans ton passé.Mais tu as mal appris ou alors tes enseignants étaient aussi pleins de suffisances qu’ils prennent leurs chimères pour des vérités et leurs envies pour des règles de sciences humaines. Vous ragez que je sache suffisamment sur vous ?
    Quand à ma prose mielleuse comme tu dis , elle te dérange car la tienne est rugueuse, elle ressemble à des rapports sans consistance sur des faits et des actes , souvent,qui émanent de ton imagination malveillante. Elles me rappellent ces rapports sans vie de flics dont le seul fait de porter un flingue s’imaginent être supérieur au point de prouver qu’ils sont ridicules.
    Je ne mérite pas à tes yeux et tes semblables d’être distingué, je t’avoue que je ne cherche pas contrairement à toi.
    Non content de ton site, tu débarques sur d’autres blogs pour dispenser tes rancoeurs. Toutes tes élucubrations sentent le barbouze insatisfait. Je suis peut être dans l’inconfort , comme tous les Algériens, mais elle a cette particularité d’être semblable à la vie de mes compatriotes, ceux qui
    refusent de manger à vos gamelles d’assoiffés. Je me satisfait de peu figure toi. Tu ne peux pas savoir combien je m’en fous de vos attraits et des honneurs que vous distribuez a vos accolytes dans le déshonneur.
    Quand aux questions auxquels je n’aurais pas répondu , bien évidemment , on chasse le naturel il revient aux galots, tu as l’habitude de poser des questions peut être, et bien continue tu ne sauras rien , et tu n’auras plus rien à mettre sous la dent pour justicier d’être encore une fois rentré bredouille, la gibécière vide. Le monde a changé mais toi tu t’accroches … Alors bon courage. Mais évite mon pseudo, sinon tu entendras des vertes et des pas mures sur toi et sur tes commanditaires. Je te laisses revasser et vivre tes cauchemars d’une vie ambigue problématique. Désolé pour les autres blogueurs je réponds encore et encore , car leur levure n’a pas encore pris, et alors ils perdent patience et passe à une attaque qui leur ressemble bien, juger les valeurs de leur contradicteur.
    Mohand

  45. ouali dit :

    Bonsoir à tous,
    Une dernière intervention avant une trêve » comme dit Mohand. Je salue fraternellement Belaid Ait-Mohand, un militant dévoué et désintéressé et aussi l’intervenant qui me connaît le mieux. Je salue également cet autre blogueur qui dit être mon ami mais qui s’est abstenu de s’identifier. Je ne sais pas s’il est journaliste. Si tel est le cas, il doit savoir que j’ai forgé ma carrière sur le terrain: d’Alger aux Aurès, puis vers la Kabylie, la Mitidja, Chréah, Chenoua, le Dahra, l’Ouarsenis…j’ai parcouru l’Algérie durant la décennie sanglante, le plus souvent avec la seule compagnie d’un anonyme chauffeur de taxi. J’ai aussi parcouru, l’Irak, le Liban la Syrie. Sans compter quelques reportages disons plus « confortables » sous des cieux cléments. Je remercice mes contradicteurs qui m’ont poussé à me dévoiler un peu. Beaucoup de confrères savent les déboires que j’ai vécus (menaces, convocations, visites à mon domicile, poursuites judiciaires, condamnation) mais dont je ne me suis pas servi pour réclamer un brevet de « martyr » ou solliciter l’asile quelque part. Je remercie ceux qui m’ont appuyé ici comme Jazaïria ou Taos qui a fini par être déçue après qu’elle eut cru déceler dans mes derniers propos un méa-culpa. C’est une façon de voir! Sur l’objet de notre polémique, à savoir le cas du diplomate Hasseni, je maintiens ma version jusqu’à administration de la preuve irréfragable du contraire. De nombreux blogueurs interviennent sous le confort de l’anonymat, donnant à l’échange un caractère inégal. Je ne peux donc pas le poursuivre sous cette forme.
    Notre second point de divergence concerne l’officier Samraoui. J’ai expliqué qu’en se lançant dans l’arène publique, il s’exposait à la critique comme n’importe quel auteur. J’ai sous les yeux « chronique des années de sang ». Je ne ferai pas un relevé exhaustif de tous les faits rapportés et qui sont DE MON POINT DE VUE contestatbles. Je vais me contenter d’en relever deux:
    1 – En page 130, il écrit que la presse francophone a déformé les propos du dirigeant du FIS Mohamed Saïd appelant les Algériens « à se préparer à changer leurs habitudes alimentaires et vestimentaires ». Cette remarque me concerne directement puisque je suis le journaliste ayant rapporté le prêche de Chiekh Mohamed Saïd. Cela se passait le vendredi 27 décembre 1991. Depuis plus d’un an déjà, j’étais chargé de la couverture de la prière à la mosquée Sunna de Bab El Oued, un collègue étant chargé de celle de Ben Badis à Kouba. Le 27 décembre donc, on voulait voir dans quelle ambiance allait être célébrée cette prière au lendemain d’une victoire électorale annoncée. Le FIS, alternant ses rendez-vous entre Sunna et Ben Badis, le grand rendez-vous était à Kouba ce jour-là. Donc sous la responsabilité de mon collègue. De mon côté, je me suis quand même rendu à Sunna où j’ai retrouvé l’imam Abdelkader Moghni avec une poignée de militants. Après une petite discussion, ils dûrent prendre congé de moi. J’ai alors décidé de me rendre à la mosquée Al Arqam de Bouzaréah ou cheikh Mohamed Saïd avait retrouvé son minbar après sa libération de prison. J’étais muni de mon magnétophone qui m’a permis d’enregistrer son prêche. J’avais pour habitiude de préserver pendant longtemps les enregistrements justement en prévsion d’éventuelles mises au point. Masivement présents en Algérie, les journalistes de la presse étrangère étaient tous à Kouba. En tout cas, je n’en avais vu aucun à Bouzaréah. J’ai donc suivi et enregistré le prêche. Dans un reportage, dont je détiens toujours une copie, j’ai rapporté l’appel de Mohamed Saïd sans le mettre d’ailleurs en évidence puisqu’il était au milieu de l’article. Dans les jours qui ont suivi, de nombreux journaux en Algérie et à l’étranger l’ont repris. Les propos feront l’objet d’une utilisation politique qui m’avais surpris mais que je ne conteste pas. A l’époque, le siège du FIS rue Khelifa Boukhalfa était ouvert et je m’y rendais tous les jours en quête d’infos. Face à l’écho donné aux propos, on me reprocha de les avoir extraits de leur contexte et on me demanda de les rectifier. Comme j’avais gardé l’enregistrement, j’avais demandé une mise au point écrite signée de la main de Mohamed Saïd. Elle ne me fut jamais parvenue. Par contre, le cheikh avait envoyé une mise au point au Quotidien d’Algérie (publiée dans sa version hebdomadaire Le Jeudi d’Agérie) en réponse à un article de Kamel Belkacem en « une » intitulé, si ma mémoire ne me trahit pas, « ne touchez pas à mes libertés ». Cheikh Mohamed Saïd a BIEN TENU les propos que j’avais rapportés. Certes, je n’avais pas rapporté l’intégralité de son prêche mais pris des extraits qui me paraissaient les plus saillants.

    2 – En page 279, Samraoui soutient que la mort du général Fodhil Saïdi dans un accident de la route est en réalité un assassinat. Il en veut pour preuve qu’aucun passager n’a survéu à l’accident. Pour ma part, je n’ai aucune thèse sur l’accident. Mais je peux affirmer que la preuve de Samraoui est fausse. Si le général et le chauffeur sont décédés, les deux autres passagers du véhicule ont survécu. Il s’agit du directeur général de la Protection civile de l’époque nommé plus tard wali d’Oran et d’un jeune médecin qui effecctuait son service militaire. Ce dernier, devenu hémiplégique, vit aujourd’hui à Paris.

    Par ailleurs, je peux dire à Samraoui que nous avons un ami commun (et oui!) qui le défend mordicus et qui soutient que son rappel de Bonn par sa hiérarchie est un acte d’injustice qui a conduit l’officier à quitter les services. Mon ami pense que ces conditions sont suffisantes pour justifier la défection. Je ne suis pas de son avis.

    Cordialement.

  46. taous dit :

    Cher M. Ouali,

    merci de m’avoir fait l’honneur de me répondre. Je n’en attendais pas moins de vous. Vous alliez, avec beaucoup de classe, un professionalisme pointu et un humanisme qui ont fait de vous le journaliste de talent que vous etes et dont la réputation n’est plus à faire.

    Je m’interrogeais, en fait, sur les conclusions toutes personnelles de Mohand et vous sais gré d’avoir levé l’équivoque.

    Je suis une lectrice assidue et fidèle de Liberté depuis sa création dans les circontances historiques que nous savons et ai été de pratiquement toutes les causes défendues par LIBERTE. Je vous lis aussi régulièrement depuis longtemps et sais l’homme de conviction que vous etes. Cela se perçoit à travers vos écrits et vos engagements personnels.

    Pour moi aussi il ne fait pas de doute que Mohamed Ziane Hasseni est totalement étranger à l’assassinat de notre frère Ali Mecili. VOus devez en savoir beaucoup plus que moi pour avoir fondé votre position sur des faits et j’ai retenu que vos investigations ont toutes convergées vers un meme constat: celui de l’innocence de Mohamed Ziane Hasseni. Il n’a rien à voir avec cette histoire mais il a été pris à son corps défendant dans une tourmente politico-judiciaire qui a menacé de le broyer, mais Dieu merci, les choses se décantent aujourd’hui et l’accusation peine à rapporter les preuves irréfragables dont vous parlez.

    Je suis de votre avis: je n’accepterai de me dédire que lorsque l’on me prouvera par A+B pour reprendre cette « promesse de gascon » de Samraoui que Hasseni est Hassani.

    Puisque je me réfère à Samraoui, ce so called témoin à charge, ses faux témoignages sont nombreux et son livre en regorge effectivement. A ce sujet je suis particulièrement heureuse que vous puissiez prouver que les propos d’un représentant islamiste étaient bien de nous contraindre à changer nos habitudes alimentaires et vestimentaires. Ce funeste projet m’avait empoisonné la vie à l’époque et je n’aime pas me rappeler combien nous avons souffert, à commencer par nous les femmes,véritable obsession de ces fous de Dieu.

    Dans le cas du diplomate aussi Samraoui a additionné les mensonges et a abusé beaucoup de gens mais son forfait prend l’eau de toute part et il faudra bien qu’il s’explique un jour sur son role dans l’assassinat de Si Ali. Rappelons nous qu’il n’a pas témoigné spontanement:ni en 1987, ni en 2001 comme l’en priait Adoud, ni lors de son passage à Paris dans le cadre du procès Nezzar.Il a fallu que Thouvenot se déplace en Allemagne.Difficile dans ces conditions de croire à sa bonne foi ou qu’il ait pu tardivement etre frappé par la grace divine.

    Je partage votre point de vue sur la défection de Samraoui: meme s’il a effectivement été victime d’une injustice, dixit votre ami commun, rien ne pourra jamais justifier sa félonie. Nous avons tous été victimes, à un moment ou à un autre, dans nos vies et dans nos carrières, sans pour autant verser dans l’infamie; L’oppostion oui et c’est meme un devoir vis-à-vis d’un système qui nous a broyés.

    Je pense aussi qu’il est bon que vous mettiez un terme à cet échange car, ainsi que vous le relevez, il est inégal du fait de la particularité inhérente à ce type de débat.

    Vous avez pu vous rendre compte par vous meme, au cours d’un échange, qui fut court mais intense, des ravages que provoque l’intolérance, les certitudes toutes faites et combien il peut etre facile de lyncher un innocent.

    Merci de tout coeur de nous avoir fait profiter de vos vues. Ce fut un plaisir et je resterai nostalgique car des intervenants de votre trempe sont une espèce rare.

    Avec tout mon respect et mon admiration, grand frère.

  47. jazairia dit :

    cher M. Ouali,

    de crainte de ne pas égaler l’excellent post de lalla Taous comme la surnomme Sniper, je me limiterai donc à dire Amen à son écrit, en vous souhaitant tout de même force et courage pour continuer à nous instruire de vos bons mots. n’y voyez aucune falgornerie, mais votre bref passage sur ce blog a eu le mérite de mettre en exergue l’approche partiale et parcellaire sciemment empruntée par certains, juste pour épargner un ex colonel des DRS.

    j’ai moi aussi lue le livre de Samraoui, avec il est vrai un sens critique aux abois, et je me suis rendue compte qu’il a beaucoup usé d’enjoliveurs pour travestir la réalité. de toutes manières, son faux témoignage, en ce qui concerne l’identification de Rachid Hassani, prouve bien sa propension à aliéné la réalité pour l’adapter à ses intérêts personnels. sinon moi aussi je comprends aisément votre décision de ne plus blogger avec nous sur cette affaire, mais je vous invite fraternellement à nous taper sur les doigts si nous déraillons.

  48. Mohand dit :

    Cher A.Ouali, je ne vais pas applaudir à ce que vous venez d’ajouter ni vous faire des louanges, tout d’abord parceque je ne vous connais pas, je risque de me tromper de jugement. Je connais de vous que les écrits publiés sur « liberté ». Je ne veux pas non plus revenir sur les impétueuses déclarations des uns et des autres. Rien de plus aisé que de prendre les sentiers battus. Force est de vous faire remarquer qu’il y a aussi des personnes qui empruntent par courage et compassion les lisières pour faire parvenir les bonnes paroles et les vérités . Ils sont souvent la cible toute désignée je le reconnais.Ils ont cependant opté pour ce principe de vie qui les met parfois dans des difficultés mais ils s’en sortent souvent.
    Vous qui êtes d’un age certain, vous savez tout autant que moi que s’il fallait juger et condamner un être sur une ou deux péripéties ou déclarations il n’en resterait pas beaucoup sur terre de non justiciable. Imaginons que je fasse la même chose que ce que vous venez de faire pour nous convaincre, sans doute que je trouverai de quoi alimenter la polémique. Mais je le fais pour la bonne raison que ce n’est pas mon objectif ici ni ailleurs.Il faut à mon avis, ANKHALIOU ALBIR BAGHTAH, car comme cette légende colportée ou le hadith qui disait « que celui qui n’a rien à se reprocher lui jette la première pierre ».
    Le plus important à mon sens c’est la « répentance » et l’avenir; chaque fois que nous jugeons un être, sans le connaitre, nous agissons avec legereté or Dieu lui même le créateur ne le fait pas de cette façon.Pretium doloris dit le vocable latin.
    Bien évidemment, vous etes responsable de vos propos et l’avenir nous réserve tous des surprises car sinon nous serions des prestidigitateurs.
    Quand à la culture de l’équivoque et de l’amalgame, je n’en suis pas fervent. J’aime être clair et transparent dans cette ténébreuse situation comme dans mes jugements et mes remarques. tout comme j’ai horreur des divisions et la constitution ou la tentative de renforcement d’une « équipe » au dépend d’une autre.
    Désormais je lirai vos articles avec plus d’attention. Quand à votre appréciation sur l’ex colonel, vous connaissez certainement le texte d’un fragment de chanson bien de chez nous … je ne me souviens pas très bien des mots exacts, il est en substance « quand un boeuf met un pied à terre on accourt avec des couteaux pour l’égorger » … oubliant tous ses actes positifs… la traduction est approximative mais c’est bien le cas de le dire. J’ai véritablement horreur du lynchage et c’est ma philosophie de vie. Je n’oblige personne à prendre conscience mais j’essaie. L’autocritique est sans doute un signe de maturité et de sagesse mais il y a là aussi des degrés c’est ce qui fait nos différences.
    Bonne continuation.
    Mohand

  49. Idir 16 dit :

    Le débat induit par la réaction de Ameur Ouali au commentaire d’un internaute a été tellement vif et passionné qu’il nous a fait perdre de vue un élément capital: « Hasseni n’est pas Hassani ». Cette affirmation, ou plutot cette conviction, M. Ouali l’a assumé jusqu’au bout, fort d’une certitude inébranlable. Cette dernère rejoint les convictions de nombre d’entre nous qui ne se sont jamais trompé de débat et qui n’ont jamais pratiqué l’impasse sur l’essentiel: à savoir l’absolue nécessité de tout faire pour que la vérité s’impose à tous.

    Il est de plus en plus clair, du moins pour ceux qui nourrissaient des doutes, qu’il y a deux personnes en présence:

    l’une, Mohamed Ziane Hasseni, qui s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Je suis persuadé que s’il avait été Rachid Hassani il n’aurait pas effectué ce déplacement, et surtout en France, car qui ne savait pas que depuis décembre 2007 deux mandats d’arrets avaient été lancés par le juge Thouvenot. Rappelez-vous que lors de sa première comparution, le diplomate algérien avait abordé cet aspect crucial avec le juge chargé de l’audition et qu’il avait déclaré, qu’en janvier 2008, des collègues du MAE avaient attiré son attention sur la proximité homonymique avec le commanditaire présumé recherché dans le cadre de la relance de cette grave affaire, mais qu’il ne s’était pas particulièrement apesanti sur la question car, de fait, il ne se sentait pas du tout concerné.

    Le second est le colonel à la retraite Rachid Hassani, que l’on dit actuellement malade, et qui a choisi de « faire le mort », en attendant que la vague passe. Parce qu’il faut ne se faire aucune illusion, ce triste sire ne semble pas etre tourmenté outre mesure par le remords. Il a fait à l’époque ce qu’il devait faire: c’est à dire d’une pierre deux coups: se porter volontaire pour un sale coup dont personne ne voulait et venger son oncle, l’ancien moudjahid et Ministre des PTT,Moussa hassani, qui aurait eu maille à partir avec Ali mecili. Cela me rappelle un constat de Dalhou qui se demandait dans son livre quel regard Moussa Hassani devait aujourd’hui porter sur son neveu commanditaire de l’assassinat de A. Mecili.

    Je ne sais plus qui sur ce site a fait l’effort de réunir l’ensemble des informations sur Rachid Hassani qui ont circulé au plan médiatique et qui nous permet de mieux « toucher » en quelque sorte la « réalité existentielle », passez moi l’expression, de ce personnage qui ne semble pas s’etre bonifié avec l’age. Dire que l’on crédite d’habitude les chaouias d’une rejoulia qui semble cruellement faire défaut à Hassani; Il est vrai que les témoignages recueillis sur les blogs le concernant décrivent un peronnage mièvre, sans envergure, nourri à la mamelle du piston et pret pour tous les coups fourrés. Il n’a pas changé. S’il a des enfants, quel regard, eux , portent-ils sur ce père criminel. Vu son age, ces derniers doivent etre adultes et en mesure de le juger. Il ne mérite que ça: le mépris et le rejet, d’abord de sa propre famille, et ensuite ceux de ses proches et, de facon plus large, le notre. car, qu’il ne se leurre pas, meme s’il échappe ici bas au chatiment, vivre dans l’opprobre et l’indignité ce qui lui reste à vivre sera un début de chatiment pour son crime dont l’imprescriptibilté le poursuivra ad vitam eaternam.

    Je préfère m’arreter ici pour ne pas lasser mais reviendrais sur le sujet avec plus de détails afin de nous permettre de ne pas négliger ce fait incontournable: Hasseni n’est pas Hassani.

  50. radjef said dit :

    Bonsoir tout le monde. Cher Ouali, tu peux me dire pourquoi en dépit de ton infaillible probité intellectuelle, les copins d’Alger t’appelent toujours Nounours? Est ce que cela est du à ton goût porté pour le miel? Je voulais savoir si Liberté qui roule pour le DRS et la gendarmerie, peut avoir dans ses rangs un redacteur en chef qui roule pour le compte de l’opposition? Parceque si est tel le cas…

1 2

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER