• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 janvier 2009

Archive pour le 13 janvier, 2009

Mohamed Hadef: « Je suis un homme libre »

lievref.jpgLe Dr Mohamed Hadef, président du Mouvement national d’espérance (MNE) (!!!), candidat à la candidature pour la présidentielle d’avril prochain, s’est qualifié, lors d’une conférence de presse qu’il a animée, hier, à l’hôtel Safir d’ »homme libre qui aime la fiabilité et la loyauté des gens ». M. Hadef a lancé un appel au président de la République pour « garantir l’accès à la candidature » à la présidentielle aux candidats qui le désirent.

Concernant la fraude électorale, le chef du MNE estime qu’ « il pourrait y avoir  et elle est inévitable dans une certaine mesure » et dénonce comme une première fraude le fait qu’il y a   »une phase préliminaire administrative ». 

A propos de Abdelhafid Yaha

hafid.jpgAbdelhafid Yaha, moudjahid, membre fondateur du FFS, était, il y a quelques jours, à la tête d’une délégation qui s’est rendue chez l’ex président de la République, Liamine Zeroual, pour le convaincre de se présenter aux prochaines élections présidentielles. Cette sortie de Si Hafid serait l’oeuvre de ceux qui, en 1989, lui ont demandé de retourner en Algérie pour créer des divisions au sein du FFS.  Par devoir de mémoire, j’ai décidé de publier cet article sur la période ayant précédé la légalisation du FFS. (El Mouhtarem)

Au retour de Abdelhafid Yaha en Algérie, après l’adoption de la constitution du 23 février 1989, il a laissé sous-entendre, dans une interview à Algérie Actualité, l’existence d’un différend entre lui et M. Hocine Aït-Ahmed. S’appuyant sur la légitimité historique, Yaha dénie le droit au porte-parole, le Dr Hachimi Nait Djoudi de parler au nom du parti. 

Dans une déclaration rendue publique au nom du Conseil  national provisoire (CNP), M. Yaha dénonce «le dépôt du dossier d’agrément des statuts du parti par des éléments ayant usurpé les qualités de fondateurs et de responsables portant atteinte à sa crédibilité». Le document signé aussi par le colonel Sadek et le docteur Laliam ajoute que « le FFS entend faire opposition en utilisant toutes les démarches légales nécessaires » (…) Par ailleurs, le CNP adresse une lettre à M. Aït-Ahmed: «Nous attirons ton attention sur tous ces points en espérant que tu puisses nous faire partager tes suggestions, voire tes décisions ».   

Le 21 septembre 1989, M. Hocine Aït-Ahmed répond à M. Yaha et ses amis. « J’y suis bel et bien sommé -les apparences et les précautions de style mises à part- de donner ma caution à une véritable OPA sur le Front des Forces Socialistes ». Après avoir opéré un parallèle entre « les procédés antidémocratiques qui, en 1962, ont présidé au détournement de
la Révolution algérienne », et ceux utilisés par le CNP, M. Aït-Ahmed propose la constitution d’un « comité central du FFS le plus élargi possible pour une représentativité ». Mais, auparavant, il ne manque pas de mettre le doigt sur l’infiltration du FFS par des éléments troubles et surtout sur la régionalisation de la direction.  « 
De la même manière, instruit par les pratiques tribalistes du FLN, je n’aurais pas laissé passer que Ain El Hammam ait une représentation paritaire- 8 membres sur 16 au Comité exécutif (C.E)- avec le reste de l’Algérie ».

« Il n’a pas dépendu des camarades responsables vivant en exil, ni de moi-même que Si Hafid soit rentré au pays à l’instigation pressante de M.R., dit G. Cet individu est connu pour son activité dans les rangs du FLN jusqu’aux événements d’octobre 1988. Depuis quelques années, il se signale par son rôle occulte à Paris auprès des mouvements d’opposition et particulièrement dans notre organisation. Il se retrouve aujourd’hui membre di Comité exécutif du FFS (…) L’intrusion de G. illustre la volonté de la police politique de discréditer, diviser et déstabiliser notre mouvement ». 

Pourquoi je ne crois plus aux élections

algerievote.jpgLe RCD a suggéré la présence d’observateurs étrangers lors des élections présidentielles du mois d’avril 2009. 

En qualité de jeune algérien, je ne crois plus aux élections dans notre pays. Pourquoi ?
1-Comment expliquez-vous votre présence à l’APN avec un taux record d’abstention, soit environ 75% des Algériens qui n’ont pas jugé utiles de voter.
2- A chaque élection, vous signalez une fraude ; alors il est inutile de se porter candidat à une élection qui se prépare déjà par des fraudes.
3-Trouvez-vous juste qu’un député algérien perçoit un salaire mensuel de 300.000,00 dinars au moment où certains Algériens (nes) ne possèdent même pas un domicile ?
4-Pour ma part, en référence à nos qualités d’algériens (solidaires), comment acceptez-vous de percevoir ces 300.000,00 dinars au moment où vos frères mangent qu’un seul maigre repas par jour et parfois même pas.
5- Parfois ça m’arrive d’avoir honte de mon algérianité suite à cette situation.
6-Les partis politiques sont les seuls défenseurs des citoyens après le pouvoir bien sûr qui est censé de défendre ces citoyens.
7-C’est pour cela que je n’ai pas confiance plus aux élections.
J’espère que notre chère Algérie deviendra le premier pays juste, démocratique du monde. 

Mes remerciements.

Arezki, jeune algérien

La Russie récupèrera 34 chasseurs destinés à l’Algérie

mig.jpgRIA Novosti. Les forces aériennes russes se doteront de 34 chasseurs MiG-29SMT et MiG-29UBT flambant neufs initialement destinés à l’Algérie. « Le constructeur MiG a signé avec le ministère russe de la Défense un contrat de livraison de 28 chasseurs MiG-29SMT, dont le montant dépasse 20 milliards de roubles (plus de 480 millions d’euros) », a indiqué un haut responsable au sein du ministère de la Défense.

Selon lui, l’achat de six MiG-29UBT, eux aussi initialement destinés à l’Algérie, devrait être décidé prochainement. Le contrat entre Moscou et Alger sur la livraison de 34 chasseurs MiG-29, signé en 2006, avait été dénoncé par la partie algérienne en 2008 sous prétexte que les avions étaient de mauvaise qualité et équipés d’engins désuets. 15 appareils déjà livrés avaient été renvoyés en Russie.

Les tests effectués par la partie russe ont confirmé les bonnes performances des appareils.

Les étudiants du MAk marchent à Tizi-Ouzou

ferhat.jpgA l’occasion du nouvel an berbère, les étudiants affiliés à la section estudiantine du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou ont organisé une marche depuis le campus de Hasnaoua jusqu’au carrefour jouxtant le siège de l’ancienne mairie, a rapporté El Watan.  Près de 400 personnes étaient venues des quatre coins de la Kabylie, notamment des wilayas de Bouira, de Boumerdès et de Béjaïa, pour participer à la manifestation.

Les militants du MAK ont crié à tue-tête «l’autonomie de la Kabylie», qu’on pouvait également lire sur les banderoles. Arrivés vers 13h au rond-point du centre-ville, les meneurs du mouvement ont improvisé un rassemblement. Dans sa communication aux manifestants, le responsable de la section du MAK promet, en citant les prochaines joutes électorales : « Nous sortirons en avril prochain pour revendiquer notre droit à l’autonomie, lors de leur (le système) carnaval (l’élection présidentielle) qu’ils sont en train de préparer. »

Liamine Zeroual s’est éclipsé

zeroual.bmpCes jours-ci, un grand remue-ménage a lieu devant le domicile de Liamine Zeroual, à Batna.Des associations, des personnalités de divers domaines et autres anciens responsables y viennent dans l’espoir de le rencontrer et de l’inciter à se porter candidat à la présidentielle. Le va-et-vient des journalistes y est aussi intense. Hier, devant tant de sollicitations et une procession ininterrompue de gens pressants pour le moins gênante, il s’est éclipsé, étant même allé s’installer quelque temps, selon certaines sources, à l’extérieur de Batna, après avoir donné congé à certains de ses agents de sécurité. Plusieurs informations émanant de Batna font état du total désintérêt de Zeroual pour le retour à la politique ; preuve en est qu’il avait jeté l’éponge avant l’heure, afin de favoriser une bonne et saine alternance. Source El Watan

Massacre de Gaza: deux poids, deux mesures

sarko3bdcb0.jpgDans leur traitement de l’information relative à la boucherie commise dans la bande de Gaza par l’Etat hébreu, et afin d’expier leur péché originel, celui de leur compromission avec le nazisme, les Occidentaux en général et les Français en particulier, par le biais de leurs médias, s’ingénient à trouver des formules politiquement correctes pour qualifier le crime contre l’humanité dont se rend coupable présentement l’Etat d’Israël, dans le but évident de ne pas offusquer l’éternelle-victime, telle cette géniale trouvaille servie à toutes les sauces et qui consiste à mettre sur le même pied d’égalité les belligérants : «Les combats entre le Hamas et l’armée israélienne font rage dans la bande de Gaza…».

Mais de quels combats parlez-vous messieurs des pays des droits de l’homme ? Certainement de celui du Hamas avec ses Kalachnikov et ses roquettes al-Qassam faisant office de pétards, d’un côté, et de celui d’Israël encerclant dans une superficie d’environ 320 km2, 1 500 000 Palestiniens, l’une des plus forte densité humaine au monde, en les bombardant par air, mer et terre avec un armement des plus sophistiqué, à la pointe de la technologie militaire mondiale, de l’autre.

Autres complicités médiatiques vues à la télévision française. Pendant que des centaines de Palestiniens, toutes franges confondues, meurent sous un déluge de feu inouï catapulté par l’armée de Tsahal, la télévision française ne trouve pas mieux que de s’apitoyer sur le sort de cette petite fille israélienne blessée, sans gravité, par des éclats de verre provoqués par l’explosion d’une roquette lancée par le Hamas. Ou cette autre maman qui s’inquiète pour sa fille-chérie de ne pouvoir trouver un moment pour aller jouer dehors au toboggan par la faute des méchants palestiniens, dérangeant ainsi la quiétude de braves familles israéliennes.

Par ailleurs, il se trouve des courtisans qui défendent la thèse selon laquelle c’est le Hamas qui a rompu la trêve en lançant des roquettes sur les villes frontalières israéliennes et qu’Israël n’avait pas d’autres choix que de se défendre. Nous posons quant à nous la question de savoir que reste-t-il à faire à un peuple affamé, encerclé, floué de sa liberté, de sa terre, de sa dignité, de ses symboles depuis 60ans, devant un colonisateur arrogant et omnipotent qui a de tout temps fait fi des innombrables résolutions onusiennes le condamnant, avec la bénédiction bienveillante de la première puissance mondiale, elle-même écrasée sous le poids des lobbies pro israéliens très influents? Le récent épisode du «mécène» Bernard Madoff en dit long sur la collusion du monde des capitaux, donc de la décision et du pouvoir, avec la «cause» israélienne.

Israël exige, entre autres, que cesse l’approvisionnement en armes du Hamas à partir de Rafah, en Egypte. Pour notre part nous posons la question encore et toujours de savoir qui mettra un terme à la course effrénée de l’Etat hébreu à l’armement, y compris nucléaire ? Pourquoi ce qui est valable pour les opprimés ne l’est pas les oppresseurs?

En fait, tout est fait pour ne pas titiller la sensibilité à fleur de peau d’Israël, même pas par la plus petite des critiques, même pas quand elle tue des femmes et des enfants, au risque de se voir taxé d’antisémite et de voir s’abattre sur les imprudents les foudres des relais d’Israël solidement ancrés dans les rouages des états qui comptent. L’humoriste Dieudonné en fait les frais.

Mais pourquoi? Pourquoi cette complaisance? Pourquoi cette connivence? Le général De Gaules, en homme politique averti qu’il était, avait en son temps apporté une explication tellement vraie que depuis, elle ne s’est jamais démentie. Il avait qualifié par une phrase aussi laconique que subtile les juifs de peuple d’élite. Et il ne s’est pas trompé. Leur stratégie et surtout celle de leur diaspora, est de se rendre utile, voire incontournable dans la vie publique des sociétés occidentales où ils vivent, par l’accaparement des différents postes clés de décision pour pouvoir par la suite imposer, entre autres, les éternelles thèses hégémonistes d’Israël et se comporter en véritables gardiens du temple. C’est ce qui explique la frilosité, voire la peur qu’ont les sociétés occidentales à l’égard de toute voix discordante qui pourrait entacher l’image d’Israël. Le résultat du sentiment d’impunité qui anime Tsahal se matérialise aujourd’hui sur le terrain par un carnage des plus sanglants qui a fait en quelques jours un millier de morts, des milliers de blessés, des orphelins, des veuves, des centaines de sans-domiciles, des handicapés à vie…, sans que la communauté internationale réagisse efficacement.

Les autres complices qui font le lit d’Israël et le renforcent dans son impunité ne sont autres que les chefs d’états et souverains arabes qui sont en déphasage total avec leurs peuples et dont la seule cause qui vaille la peine, pour eux, d’être défendue est celle de se cramponner indéfiniment au pouvoir.

A quoi sert une armée qui engloutit de faramineux budgets, si elle est incapable de nous défendre quand on est humilié, atteint dans notre dignité et nos symboles les plus sacrés, assassiné par milliers? Ou bien sert-elle uniquement les desseins des dignitaires sévissant de l’atlantique au golf persique afin de contrecarrer toute velléité de changement démocratique?

Nous restons convaincus qu’un jour viendra où une élite issue de la volonté de nos peuples et de ce à quoi ils aspirent prendra les rênes et gouvernera nos pays comme les israéliens gouvernent le leur. Ce jour-là nous auront mis fin à toutes les souillures et aucune puissance au monde, quelle qu’elle soit, ne s’aventurera à tuer nos enfants.

Par A. Mazari

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER