L’autonomie n’est pas un boulversement, une révolution

kabyle.pngA Sniper, il y a dans ton commentaire beaucoup de choses que j’aime et que je partage, mais et tu le reconnais toi-même, il y a aussi des points sur lesquels la discussion peut porter pour les expliciter.

Tu défends l’intégrité territoriale et l’unicité de la nation tout est en ton honneur. Nous aussi nous ne souhaitons pas livrer notre territoire aux convoitises encore que, comme tu sais, après la Dst, le Fbi la Cia, et Africacorp, les concessions multiples aux Etats et aux opérateurs multinationaux de tout bord, il ne reste plus rien à cacher et à préserver. Je ne serai pas surpris qu’un jour on découvre un Mossad actif sous une quelconque bannière.

Ce sont ceux-là qui m’inquietent, et qui, comme on le constate, sont arrivés à faire changer de politique à nos dirigeants autrefois anticolonialiste, antisioniste et anticoloniale, des défenseurs des opprimés, ils ont fait de nous des pas plus et pas moins que les autres peuples arabes du Moyen-Orient notamment. Takhti rassi est la recette en vogue.

L’autonomie mon ami ce n’est pas une vente de souveraineté, ce n’est pas un mariage arrangé, ce n’est pas une condamnation perpétuelle, ce n’est pas un divorce non plus avec nos voisins, quand bien même certains le voudraient, ils ne peuvent pas changer l’histoire, ni la situation présente. Il faut distinguer la Kabylie et les Kabyles. Il y a des Kabyles partout et c’est normal car c’est leur proprieté originelle. L’histoire a décidé et a imprimé quelques changements qu’ils ont acceptés, personne ne peut revenir dessus. Même les Arabes n’y peuvent rien.

En 2009, il est difficile de balayer les résultats et les transformations de la société algérienne même si on le voulait. Certains ont bien essayé pendant le guerre de libération (Benbella notamment) d’attirer l’attention sur la suprématie des Kabyles au niveau des instances politiques et militaires, après l’indépendance aussi… les premières années de l’indépendance furent un cauchemar. Que de fois j’ai entendu dire, enfant que j’étais, mais les Kabyles sont partout dans tous les rouages, ils dirigent tout. Ces rumeurs malveillantes ont produit des effets sur la situation et sur le devenir de beaucoup de cadres pour la simple raison qu’ils appartenaient à telle ou telle région. De toute manière cela se poursuit actuelement allégrement.

Dans le corps de sécurité il y a bien évidemment des Kabyles, comme il y a dans tous les corps de l’Etat, mais aucun ne peut dire qu’ils bénéficient pour cela de faveurs supplémentaires comme on ne manque pas de le relever souvent en ce qui concerne la région de Tlemcen ou de l’Ouest, après avoir vecu de longues années sous le primat des BTS comme on disait. Toutes les régions ont leurs hommes du bien et leurs parts de mal. L’autonomie ne vise pas cette dimension, elle ne veut pas revisiter l’histoire, elle veut seulement imprimer un mode de gestion plus adaptée.

L’autonomie n’est pas un boulversement, une révolution. Elle n’est pas non plus un registre de commerce pour l’accomplissement de personne. Les Kabyles conscients veillent comme ils ont veillé hier aux déviations. Les Kabyles n’ont pas besoin de guide, ils ont besoin de rassembleurs et de chefs de chantiers. Ils ont besoin de bras et de têtes qui travailleront ensemble pour améliorer la situation de la Kabylie. Laquelle malgré tout n’est pas ce qu’elle peut être. Elle en a les atouts et les hommes. Elle peut rassembler des hommes, des compétences, et des moyens pour transformer la vie de ses habitants. Si les autres régions en font de même c’est tant mieux.

Loin de nous l’idée de faire de cette idée un tremplin pour nos ennemis d’hier ni d’aujourd’hui, elle ne se limite pas non plus à pis aller pour quelques ténébreuses personnes.
J’exclue de mon raisonnement les acteurs pour la simple raison que je ne les connais pas personnellement, la différence de jugement peut résider dans cela. C’est un principe de vie, je ne condamne jamais sans preuve et je ne vénére pas une chimère lointaine.

La Kabylie est une entité viable qui peut produire ce sursaut salutaire pour changer. Elle peut symboliser cette recherche éperdue d’une vie meilleure, tout comme cette envie de faire quitte à copier, ce qui ailleurs a produit de bons résultats.
Rien n’est plus normale dans une gestion décongestionnée de former des gouvernements régionaux et des assemblées régionales.
Les exemples sont nombreux dans le monde moderne, il suffit de définir les missions et les rôles pour que tout fonctionnent comme une machine bien huilée pour le grand bonheur de leur concitoyens. Il y a même des gouvernements intermédiaires entre le fédéral et le régional sur base languistique.
Ne soyons donc pas effrayés par les changements. C’est au contraire cette volonté de faire mieux qui consolide les Etats et leur donne une force et un prestige universel.

Bien évidement les avis contraires et les mises en garde sont utiles, c’est pourquoi cher Sniper, votre avis est aussi important pour la construction de ce projet et son enrechissement. Ce n’est pas un projet de Ferhat mehenni, c’est celui d’une grande partie des gens qui pensent, et qui sont convaincus que c’est une solution. On évitera les malentendus et les catégorisations. La diabolisation d’un homme et ou d’une idée est tout aussi mauvaise que le fait d’affirmer que nous ne sommes pas à l’abri de manipulation.

Ce qu’il y a je crois d’assez singulier dans le comportement de certaines personnes (kabyles de surcroit) ils acceptent de débattre sans faux fuyants et ils arrivent souvent à se faire comprendre et à se faire entendre. Car ils n’ont pas d’arrière-pensée et ils ne jugent pas à l’emporte pièce. C’est ma conduite et mes idées, mon travail et mes projets qui font de moi ce que je suis et je le défends sans brutalité avec pédagogie, mais il y a toujours des données qui nous échappent et c’est pourquoi plusieurs têtes valent mieux que peu. La notion de Zaim et ou de catalyseur unique lorsqu’il s’agit de réflechir à un projet aussi important, je n’y crois pas. Voila pourquoi je fais abstraction des hommes, au profit des idées.

Le mode de fonctionnement de nos villages kabyles perchés sur les montagnes a bel et bien vécu aux hommes, et ce depuis des siècles. Prenons donc exemple pour en élargir la portée tout en préservant ce qui a vécu malgré les guerres et les invasions de toutes natures… L’autonomie est une étape, elle permettra de réunir les ferments d’une remise au centre de l’homme tout en mettant en exergue ses vertus et en banissant ses défauts vieillissants et empruntés des tumultueux évenements vecus depuis des lustres.

Par Mohand

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire