• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 22 janvier 2009

Archive pour le 22 janvier, 2009

Ils ont peur de nous et nous, nous croyons qu’ils sont forts !

arm.jpgIls ont tué des journalistes, des écrivains, des cadres et des hommes intègres, incorruptibles et courageux parce qu’ils ont peur. Ils vivent dans une zone hautement sécurisée, loin de nos regards et loin de nos voix et impénétrables parce qu’ils ont peur. Ils nous gardent en état d’urgence permanent depuis presque vingt ans, ils ont engraissé les députés, les sénateurs, les juges et les procureurs, ils ont achetés certains militaires, certains cadres et certains intellectuels, ils ont violé la constitution et ils évitent les urnes justes et libres parce qu’ils ont peur.

Ils nous quadrillent d’une façon répressive et agressive par des policiers, des gendarmes et maintenant des militaires qu’on aurait dit des étrangers, qui sont froids et distants, qui sont tout le temps sur leur garde et qui se méfient de nous comme de la peste parce qu’ils ont peur. Ils s’entourent d’amis soumis et prêts à tout, d’idiots, d’ignares et serviteurs zélés parce qu’ils ont peur. Ils persécutent les jeunes insoumis et révoltés, les opposants combatifs et sincères, les journalistes qui écrivent et qui disent la vérité et toute personne qui dénonce leurs actes insensés parce qu’ils ont peur.

Ils nous torturent, nous terrorisent, nous manipulent, nous mentent, nous écrasent, nous emprisonnent, nous censurent, nous espionnent et nous divisent parce qu’ils ont peur. Ils détruisent et ils affaiblissent nos écoles et nos universités parce qu’ils ont peur. Ils nous volent, ils s’arment de plus en plus, ils inventent des lois qui vous les protéger et qui vont leur assurer une impunité du moins terrestre et ils favorisent le banditisme, l’exil, la hogra, le chômage, la prostitution, l’alcool et la drogue sur tout le territoire parce qu’ils ont peur. Ils sèment la haine, la méfiance, la rancune et délation entre Algériens et Algériennes parce qu’ils ont peur.

Ils affament nos hôpitaux et nos médecins pour nous tendre de plus en plus malades et happés par les soucis et la déprime parce qu’ils ont peur. Ils nous maintiennent dans l’obscurité, la terreur permanente, le deuil répété, la pauvreté et la misère parce qu’ils ont peur. Ils ont peur par ce qu’ils ne sont que des profiteurs,, des voleurs, des lâches et des menteurs. Ils ont peur car ils n’aiment pas souffrir, ni suer, ni gagner honnêtement leur vie, ni manquer de nourriture, ni avoir froid en hiver, ni attendre la fin du mois pour toucher un salaire, ni avoir une petite blessure sur leur corps…Car ils n’ont pas connu les affres et les souffrances de la guerre, car ils sont nés avec une cuillère en or dans la bouche, car ils haïssent nos valeureux martyres, car ils ne supportent notre bonheur et car ils ne sont pas en réalité nos soeurs et nos frères. Wa Allahou A3lem
Fraternellement :
Ammi Said

Sonelgaz transformée en holding

sonelgaz.pngLa compagnie nationale d’électricité Sonelgaz devient désormais un holding de sociétés avec l’installation hier des PDG de deux filiales. En effet, le premier responsable de Sonelgaz, Nordine Bouterfa, a officiellement installé hier les PDG de deux filiales. Il s’agit des filiales CEEG (Compagnie de l’engineering de l’électricité et du gaz) et d’ELIT (Système d’information). Dans un communiqué rendu public, Sonelgaz fait savoir que désormais la société holding exercera essentiellement les missions de gestion du portefeuille des actions détenues dans les filiales, celle de l’audit interne et du contrôle ainsi que l’élaboration et la mise en oeuvre de la stratégie de développement du groupe dans son ensemble. «A travers cette filialisation, le groupe entend mettre les premiers jalons afin de, d’une part, reconstituer sa force d’ingénierie et, d’autre part, consolider le développement de ses systèmes d’information en mettant à contribution toute l’intelligence de ses ingénieurs et techniciens », note-t-on dans le communiqué qui revient sur les raisons de la « filialisation » des systèmes d’information et d’engineering. «La création de ces filiales veut être un message d’espoir en la capacité de nos femmes et de nos hommes de se mobiliser et de montrer au monde notre capacité d’innover ».

Me Bouchachi à El Watan: « Les Algériens sont démissionnaires! »

bouch.jpgA la question de savoir pourquoi les Algériens ne s’intéressent-ils pas aux élections ? Me Mostefa Bouchachi, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), considère, que les Algériens ne sont pas indifférents à ce qui se passe dans leur pays, mais qu’ils sont «démissionnaires». «Les Algériens s’intéressent aux droits politiques, aux droits de l’homme, aux droits socioéconomiques et à la démocratie, mais quand ils voient que rien ne change, ils s’en désintéressent», explique-t-il. Et d’ajouter: «Les citoyens ordinaires arrivent à cette conclusion: vous parlez des droits de l’homme, mais ils sont toujours bafoués. Petit à petit, les gens commencent à démissionner de leur citoyenneté.»

Karim Tabbou à El Watan: « Les Algériens sont fatigués par les mascarades »

karimtabbou.jpgLe premier secrétaire du FFS, Karim Tabbou, assimile le manque d’engouement des Algériens pour les élections à une «position politique». «Il y a une défiance des Algériens pour ces élections. Les Algériens ont remarqué que leurs voix sont détournées pour le maintien du pouvoir. La population a vu que depuis 1995, l’Algérie est le pays qui a voté le plus sans aucun impact positif sur leur vie. Le milieu politique s’est confondu avec celui de la mafia et des affaires. Lorsque les Algériens voient les hommes politiques impliqués dans des affaires de corruption, de détournements et d’autres crimes économiques, rien n’encourage les Algériens à croire en eux», affirme le représentant du plus vieux parti d’opposition.  Et d’enchaîner: «Comment voulez-vous que les citoyens puissent croire aux élections lorsqu’ils savent que le plus grand architecte de la fraude de 1997 n’est autre que l’actuel Premier ministre ? Les Algériens semblent avoir reçu des punitions sociales, économiques, politiques et électorales pour avoir osé demander en 1988 leur liberté. Les Algériens ne sont pas indifférents, ils sont fatigués par les mascarades.» 

La peur a-t-elle changé de camp ?

malek.jpgDéclaration de Rédha Malek

J’ai annoncé ce jour mon retrait définitif de l’ANR. Ce n’est néanmoins pas de gaieté de cœur que j’ai pris cette décision, partageant en cela la crainte de certains de nos membres fondateurs les plus respectés que la crise actuelle du multipartisme et, plus profondément, celle du militantisme en général, ne dévaluent complètement la pratique partisane, et ne la réduisent à un simple alibi du pluralisme politique. L’ANR est d’autant moins exempte d’un tel danger qu’elle a toujours placé haut la barre : autonomie vis-à-vis du pouvoir, rectitude morale, rigueur intellectuelle, vocation éducatrice privilégiant la formation citoyenne sur les jeux politiciens. Face à la gravité de l’enjeu, il appartiendra à nos militants d’y réfléchir et d’en tirer toutes les conséquences. A moins qu’ils n’optent pour une initiative plus radicale, celle de la rupture avec les moules préétablis pour forger de leur propre crû une dynamique nouvelle où ils pourront redécouvrir les vertus exaltantes du militantisme tout autant que la justesse des idéaux de l’ANR. On devinera certes dans un contexte peu propice à l’innovation et à la créativité à quelles difficultés s’exposerait pareille perspective. Mais l’émergence d’une relève digne de ce nom est à ce prix. Et relever un tel défi, ne serait-ce pas, au fond, le meilleur hommage qu’on puisse rendre à l’esprit de l’ANR et à sa filiation révolutionnaire du 1er Novembre 1954 ?

Constantine: 15 enseignants du CNAPEST condamnés à 2 mois de prison avec sursis

Le tribunal de Constantine a condamné, hier, 15 enseignants du palier secondaire, membres du bureau de wilaya du Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST), à deux mois de prison avec sursis pour attroupement non autorisé, refus d’obtempérer et port d’écriteaux incitant au désordre, rapporte El Watan Selon un membre du bureau du CNAPEST, 5 éléments seulement ont été réellement interpellés par le service d’ordre lors du sit-in organisé devant la direction de l’éducation, tandis que les autres se sont vus dresser des procès-verbaux au commissariat central alors qu’ils s’y étaient rendus pour avoir des nouvelles de leurs collègues.

Pour rappel, les faits remontent au 2 juillet 2008 où des membres du CNAPEST avaient tenu un rassemblement devant le siège de la direction de l’éducation exigeant le départ du responsable du secteur dans la wilaya. Un rassemblement marqué par une sévère bastonnade de la part du service d’ordre.

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER