Me Bouchachi à El Watan: « Les Algériens sont démissionnaires! »

bouch.jpgA la question de savoir pourquoi les Algériens ne s’intéressent-ils pas aux élections ? Me Mostefa Bouchachi, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), considère, que les Algériens ne sont pas indifférents à ce qui se passe dans leur pays, mais qu’ils sont «démissionnaires». «Les Algériens s’intéressent aux droits politiques, aux droits de l’homme, aux droits socioéconomiques et à la démocratie, mais quand ils voient que rien ne change, ils s’en désintéressent», explique-t-il. Et d’ajouter: «Les citoyens ordinaires arrivent à cette conclusion: vous parlez des droits de l’homme, mais ils sont toujours bafoués. Petit à petit, les gens commencent à démissionner de leur citoyenneté.»

Commentaires

  1. torchi dit :

    les algeriens plus de confiance a ce regime mediocre,ce fakhamatou il se croit comme un roi,mais il est malade,ces coequipiers ils utilusent comme un pion,il s’est meme pas parler cancer d’estomat,c’est lui le malheur des algeriens et non pas aliance(fln,rnd,hms,et les huits associations de massages,ils trouvent leurs comptes de voler l’argent du peuple,les algeriens ils ont pas besoin de cet election fruduleuse,c’est de la mascarade,ont a le droit de boycotter et abstention,le peuple ils a vomirent,vive une guerre contre le clan de oujda 99% abstention inchallah et tu v’as mourrir ya atika qu’es ceque tu v’as repondre a dieur l’enfer directe inchallah

  2. muss dit :

    en faite cette démocratie arrongée, guidée,manipulée, avec tout ces adjectifs elle n’est plus une démocratie mais une dictaturie, et bien sur , on verra tous que la procédure des éléctions vas t’etre respctée, mais ils vont assurer la victoire à ce président qui veut rester au pouvoir éternèllement en écartant tout candidat éstimé dangereux pour eux, vraiment on est dans un système corompu, la seul ,solution c’est de boycoter, c’est ce qui reste à ce peuple,qui maintenat n’a meme pas le droit d’aller en mer pour autre payer,vraiment puisque ils veulent voter une lois consernat les réseaux d’immigration clandestine, au lieu de se préocuper des problèmes qui poussent ces jeunes d’affronter la mer.alors le boycote c’est la solution de monter au monde qu’on est pas d’acore avec cette dictaturé maquillée.

  3. torchi dit :

    c’est riducule pour un mauvais president le plus impopulaire de l’histoire de la republique algerienne et meme dans sa propre région,voir son bilan negatif,jamais l’algerie n’a été aussi riche que ces dix dernieres annee grace aux hausses du baril de petrole plus de 400 milliards de dollars de rentes cumulee.et pourtant durant cette meme periode l’algerien n’a jamais ete aussi pauvre dans sob pouvoir d’achat aussi abandonne et delaisse dans sa vie quotidienne,mal défendu et inquiete dans son avenir;
    la mendicite et le vagabondage envahissent les rues de nos villes,des familles entieres sans abris se banalisent et les exodes légaux ou illegaux deviennent des echappatoires une jeunesse incomprise,mal orientée,mal prise en charge ou tout simplement sacrifiee.il distrubue de l’argent du contribuable a des associations de massage les opportunistes avec khalida messaoudi l’ivrogne qui danse avec khaled jamais de la vie meme les presidents qui ont passees laisses une femme,il merite la mort avec ube guillotine ou tribunal international de la haye,voir un president noir de 47 ans president des USA ya limatehchemeche ya lkhyine tkhasha ghali inchaalah le mort vivant

  4. amina&amin dit :

    Histoire nous juge(ra)!

    1. Boutef est malade.
    Une des conditions de la constitution est tout candidat doit etre physiquement et psychiquement frais NON malade.

    2. Bilan de BouTef est catastrophique en 10 ans!
    BouTef lui-meme a reconnu l’ECHEC total lors des reunions des maires.

    3. BouTef a volé et violé la constitution
    il a corrompu des de-putés maisons bni-oui-oui-t-istes!

    Maintenant si les decideurs et faiseurs de presidents pensent utiliser la fameuse formule de « Bourguiba » pour case OuyahiaNE, ces diables de decideurs vont commettre un autre crime humanitaire de plus et de trop!

    Nous (Algerien(ne)s) avons decidé de clarifier la situation dramatique de l’algerie á plusieurs leaders du monde dont le plus frais actuel president OBAMA des USA.

    PS: nous ne voulons plus de ces fameuses sorties des ambassadeurs francais en algerie avant chaque echeance electorale en algerie…

    L’avenir de la démocratie en Algérie, entre la transition ou le soulèvement

    Par Hoggar, le chroniqueur citoyen , le 22/01/2009 | réactions : 5 762 visites

    A trois mois des élections présidentielles, les principaux partis de l’opposition envoient un signal fort aux décideurs du pays, en refusant de jouer aux lièvres. C’est aussi le cas d’autres personnalités politiques comme les anciens premiers ministres Ahmed Benbitour et Sid Ahmed Ghozali, ou l’ancien président de la république Liamine Zeroual. L’étau se resserre sur ceux qui veulent crédibiliser les futures élections présidentielles, et le borgne se retrouve tout seul sans aucun aveugle autour de lui. Dans ce contexte, les futures élections présidentielles vont, sans le moindre doute, accentuer la crise politique en Algérie.

    Faut-il alors sauver le soldat Bouteflika ou le régime?

    Le président le plus impopulaire de l’histoire de la république algérienne et même dans sa propre région, comme disait le sociologue Addi Lahouari, a un bilan très négatif. Jamais l’Algérie n’a été aussi riche que ces dix dernières années grâce aux hausses du baril de pétrole (plus de 400 milliards de dollars de rente cumulée), et pourtant durant cette même période l’Algérien n’a jamais été aussi pauvre dans son pouvoir d’achat, aussi abandonné et délaissé dans sa vie quotidienne, mal défendu et inquiété dans son avenir.

    La mendicité et le vagabondage envahissent les rues de nos villes, des familles entières sans-abris dehors ; l’informel et la spéculation dominent les marchés de commerces ; le chômage et l’exclusion se banalisent et les exodes légaux ou illégaux deviennent des échappatoires pour une jeunesse incomprise, mal orientée, mal prise en charge, ou tout simplement sacrifiée.

    Bouteflika a incarné pendant 10 ans le président de la médiocrité, de l’immobilisme, de la corruption, du sous-développement et de la désindustrialisation de l’Algérie, et sans oublier aussi celui des grandes affaires non élucidés, pour ne pas dire plus (Khalifa, KBR..). Bouteflika a été sourd aux aspirations du peuple, et muet même dans les moments les plus tragiques. Bouteflika ne peut en effet convaincre que ceux qu’il a payé avec l’argent du peuple, ce même peuple qu’il a ignoré pendant les dix ans de ces deux mandats.

    Oui en effet, tous les indicateurs de la misère sociale, du manque de réformes politiques, et de la destruction économique sont au rouge. Bouteflika n’a pas le droit de briguer un troisième mandat après son bilan catastrophique, et les jeux de fraudes électorales ne pourront plus le légitimer ou le crédibiliser.

    Après le viol de la Constitution, la candidature de Bouteflika pose un problème insurmontable, que même le régime lui même ne pourrait surmonter. Bouteflika est mal, et le régime qui envisage de lui offrir un troisième mandat, l’est aussi.

    Les futures élections nous interpellent tous, elles interpellent nos démons et nos peurs, elles interpellent nos aspirations et notre ras le bol, elles interpellent notre colère et notre patience excessive et abusée. En Algérie, personne ne croit à la formule démocratique d’Abraham Lincoln : « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ».

    La démocratie est inévitable quel que soit le prix

    L ‘heure a sonné pour la démocratie en Algérie. La démocratie n’est pas un modèle unique qu’on peut copier d’une nation pour l’implanter dans une autre, mais une multitude de modèles qui ont tous les mêmes objectifs : la souveraineté populaire, la liberté et la justice pour tous, le développement et la prospérité. Aujourd’hui dans l’état actuel des choses, deux options sont ouvertes au peuple Algérien pour passer d’un régime absolu à une démocratie :

    - Une transition, comme le défend le sociologue Addi Lahouari, qui consiste à créer une séparation de pouvoirs entre l’armée et la présidence, et permettre des élections libres qui donnent un parlement démocratique et un gouvernement démocratique qui sera élu par un programme économique et social, et ne pas interférer dans sa gouvernance, sauf si les fondements de la république sont touchés ou menacés. Et dans ce cas de figure, la démocratie en Algérie sera réelle, progressive, pacifique, douce et sans effusion de sang, et permettrait donc à ceux des clans du régime qui ont peur pour leur vie et leur existence de ne pas être inquiété. Cette solution me paraît un bon compromis entre les aspirations du peuple et les craintes du régime.

    - La seconde solution, qui est sans doute imprévisible et douloureuse, c’est la solution de la révolte, c’est la solution de l’explosion due à une longue tension interne, et c’est la solution dont personne ne pourrait garantir les résultats. Cette solution peut surgir à n’importe quel moment si la transition démocratique n’est pas amorcée au plus tôt.

    L’Armée (dans son organisation globale) doit assumer ses responsabilités en se plaçant en dehors de la politique mais en restant un pole de contrôle et d’équilibre du pouvoir. L’armée doit être tout simplement le garant de la démocratie et qui n’interviendra que dans des cas extrêmes qui touchent les fondements ou l’existence de la république.

    La démocratie est seule capable de réconcilier les Algériens

    Ce n’est pas parce que Bouteflika et son régime de soutien ont décidé une réconciliation nationale, que le peuple a oublié la perte de ses enfants. On ne peut pas oublier les 200 000 morts et on ne peut pas oublier les pillages, et on ne put pas oublier dans quel état de faiblesse est l’Algérie.

    La meilleure solution de réconcilier le peuple algérien est que les porteurs de tort cèdent au peuple la principale part de pouvoir qui lui incombe, et qui lui donne le droit de choisir et gérer son destin de façon démocratique. La réconciliation par le partage du pouvoir est notre seule salut, et c’est cette même réconciliation réelle qui mettra l’Algérie à l’abri d’une révolte ou d’une situation non maîtrisable.

    Un Algérien meurtri, privé, opprimé, ou mal jugé, ne pourrait pardonner que si demain il est sûr qu’il ne revivra plus ce qu’il a vécu auparavant. La confiance du peuple est l’élément indispensable et nécessaire pour reconstruire l’Algérie, et la meilleure façon de le mettre en confiance est de le responsabiliser et de partager le pouvoir avec lui.

    Entre la transition démocratique et pacifique, et une révolte non maîtrisée, l’armée doit assumer ses responsabilités, et le meilleur choix qu’il pourrait offrir au peuple est de cautionner la transition démocratique, et permettre des élections libres. Dans tous les cas, la démocratie est inévitable en Algérie, ce n’est qu’une question de temps, et le compte à rebours a bien commencé.

    http://www.tout-sur-l-algerie.com/tsa.html

    Histoire nous juge(ra).
    Tendrement votre

  5. abdelkader dit :

    j’ai adoré lire le com de amina&amin mais le probleme c’est que a un moment j’ai cru que j’été dans une reunnion ou on dis quoi? on va mal et on a deux solutions ; a un moment il faut poser la bonne question notre pays est – il capable d’etre une democratie ou pas ? sommes nous pret a nous bouger un peu et de dépasser l’epoque du « chacun pour soit et tout pour moi » cet égocentrisme du pouvoir et du peuple qui dans un aucun moment pense au collectif (je ne vais pas faire le philosophe en rappelant demos cratos « le pouvoir du peuple « conte de fée!!).

    je ne vais pas demander de la transparante mais au moins sortir du noir et devenir plus au moins opaque (c’est déja mieux que rien )la realite c’est quoi nous avons rater le virage vers la democratie nous sommes encore blesser par cet foutu événement(« Ce n’est pas parce que Bouteflika et son régime de soutien ont décidé une réconciliation nationale, que le peuple a oublié la perte de ses enfants. On ne peut pas oublier les 200 000 morts et on ne peut pas oublier les pillages, et on ne put pas oublier dans quel état de faiblesse est l’Algérie »). je reprend le com de amina&amin pour appuyer sur la fait que on est encore traumatise par cette epoque et nous arriverons a rien tant que notre peur ne sera pas parti pour moi tant que le fantome du tero restera plus la dictature dans notre pays persistera.

    j’ai envie de changer l’algerie (« change we need,yes we can »foutu obamania :) )mais on s’y prend comment par la voie politique jamais on y arrivera car le pouvoir est pourri de la racine jusqu’au fruit qu’il engendre; ce fruit qui est un pays de plus en plus analphabète qui a peur de parler de reagir (terrorisme)(je dis n’importe de quoi il a peur d’agir )d’une jeunesse qui aussi pur que nos dirigeants qui apprend a dealer avant de parler cette generation que je voit monter et qui me fait peur moi qui est 18 ans j’ai peur oui peur car cette jeunesse avec qui je vis le jour au jour c’est quoi leur reve y’en a ceux qui deal et qui ont y reussi ,et les autre sout ceux qui ne peuvent etre des dealer qui ne peuvent vivre ni s’exprimer ils font quoi d’apres vous il affronte vent et autre pour un autre contient (sans parler de la fuite de nos cerveaux qui est je croit sans égal dans le monde )et puis de nos partis politique ces super puissance de la conneries jamais je dit bien jamais vu un parti politique dans ce bled milité dans des mannifs*(*oups un mot tabou)ou autre a un moent je le dit et je revient a ma questions sommes nous prêt a une démocratie ou pas et par celle ci viendra par nous le peuple (celui qui comme moi il ne sait pas pourquoi mais aime ce pays malgré ces dechets et équipe de foot qui n’a rien gagner depuis que je suis née ) ou par un homme envoyé par dieu (il faut le dire aussi qui aura le courage de mettre un parti et de changer(obamania)notre pays ) ou biensur la solution la plus probable a ce jour avec 99% de chance comme nos élections qui ont la même probabilité de changer un truc en mieux (car en pire il l’on bien fait dans un immobilisme sans égal )c’est biensur je me sauve financièrement je me casse et je laisse ce pays comme il est et il le restara helas car moi le changement(obamania) dans ce pays ce n’est par pour ce soir ……………………….sur ceux ……………

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER