• Accueil
  • > Libre débat
  • > En Algérie, les lignes rouges devenues célèbres on en fait un leitmotiv pour justifier l’inaction et l’inactivité

En Algérie, les lignes rouges devenues célèbres on en fait un leitmotiv pour justifier l’inaction et l’inactivité

bouteflika08122007.jpgIl y a une habitude chez les fellahs et les agriculteurs traditionnels qui pour effaroucher les oiseaux volants, ils mettent en évidence un ou des épouvantails et le tour est joué. Accréditer l’idée en 2009, que la SM nous regarde, nous espionne, va nous tomber dessus, va nous faire disparaître, nous faire licencier, nous faire juger et condamner, surveille le Président, le menace et j’en passe et des meilleures, c’est du cirque.

Sans doute que depuis Abdelhafid Boussouf, ce corps s’est constitué en une force inébranlable, qu’avec l’entendement ou la peur des hommes politiques et des responsables à tous les niveaux ils se sont donnés des pouvoirs inouïs. Nous avons tous vécu le moment où on se méfiait de son voisin, et que le simple fait de porter un képi suffisait à donner des ailes à certains pour tout faire. Que beaucoup ont cultivé et continuent de nourrir ce phénomène pour leurs propres intérêts. Que tous les jeunes et moins jeunes étaient fiers d’en faire partie, que cela se poursuit actuellement encore. Ne faut-il pas penser que le moment est véritablement venu d’appeler un chat un chat et de ne pas monter des scénaris pour justifier la situation et la peur de dire les choses comme on le ressent ?

Qu’attendent les gens pour dénoncer avec précision, les passes droits de ceux la qui font l’unanimité contre eux, puisque c’est d’eux qu’il s’agit ? Tous les pays du monde moderne ont su dissocier le vrai du faux et ont mis chacun devant sa responsabilité et son rôle. Qui parle de services secrets autant que nous en Algérie, nous sommes malades de ça et nous transmettons encore ce virus encore et encore. Dans la vie des peuples, il arrive toujours le moment de recadrer les débats et définir les rôles de chacun.
L’exemple doit nous venir d’en haut, on l’attend encore cet exemple qui fera de nous tous des personnes se souciant peu de tel ou de tel mais plus de la manière de corriger les situations et faire de la justice et des règles de vie une préoccupation citoyenne avant d’être une émanation des autorités civiles et militaires.

Quand nous restons sur des généralités, c’est simplement que nous ne voulons être des fossoyeurs injustes. Pour accuser il faut être persuadé et pour citer des noms il faut être sûr et avoir des preuves. J’évite de tomber dans la facilité en citant des personnes pour faire plaisir. S’il faut citer des noms quitte à en inventer pour faire bien. Eh bien non ! on invente pas, on raconte pas n’importe quoi. Il faudra bien arriver enfin à sortir de toutes les manigances des chefs et leurs querelles pour ne retenir que la vérité avérée et confirmée sur les agissements des hommes de tous les hommes qui gouvernent ce pays depuis plus 46 ans.

Les lignes rouges devenues célèbres on en fait un leitmotiv pour justifier l’inaction et l’inactivité. On oublie de préciser que tout un chacun doit respecter les lignes rouges c’est-à-dire des limites. Dieu sait pourtant qu’il y a des responsables civiles qui ne s’embarrassent ni de scrupules, ni de la morale ni de la loi. Ils n’ont pas seulement dépasser les lignes, ils les ont effacé et ils ont pris le pouvoir économique, politique et social, sans oublier le pouvoir militaire, sur les biens et sur les humains.

Pour plaire, il est devenu courant de citer des noms, et celui qui ne le fait pas par honnêteté intellectuelle, devient suspect. Il userait de subterfuge. Cibler un général en particulier parce qu’il fait l’unanimité contre lui (vrai ou faux, l’avenir nous le dira) et oublier la multitude d’autres, civils et militaires c’est se voiler la face mais ce n’est pas faire oeuvre utile. Je n’ai en aucune manière la haine de l’autre pour ce qu’il est. Je déteste ceux qui font semblant et qui donnent le mauvais exemple, ils font ce qu’il est raisonnablement pas permis de faire. L’intangibilité des preuves et leur irréfutabilité sont des vains mots pour certains, or ils ont tout leur sens dans mes propos.

Si je dis qu’un Ministre ne fait rien pour régler tel ou tel problème, c’est vérifiable. Si je dis que le Président a tous les pouvoirs, c’est aussi prouvé. Si je dis qu’on peut faire mieux c’est sûr puisqu’il suffit de regarder autour de soit…pour le constater, à commencer par les ordures dont vous parlez, mais à la différence qu’en ce qui me concerne et pour ce dernier point c’est d’abord nous qui ne devons pas jeter partout et dire pourquoi on ne les ramasse pas…

Les assassins de Kasdi Merbah, Mecili , Boudiaf etc… sont en vie. Demandez donc au Président de prendre son courage à deux mains et de réouvrir les enquêtes. Il peut le faire, il n’y a plus personne pour l’en empêcher. Si c’est trop compliqué, car il n’y a pas de juge courageux pour mener ce genre d’enquêtes, on peut attendre encore, en attendant il pourrait n’est-ce-pas exiger d’assainir les rangs des anciens moudjahidine ? Un ministère qui coûte autant que le Ministère de l’Education nationale au budget de l’Etat. Pourquoi ne s’interroge-t-on pourquoi tant de déséquilibres ? Par ailleurs, qui a demandé de placer 45 milliards de dollars aux USA, alors que des centaines de milliers de familles vivent dans des bidonvilles, et que beaucoup de jeunes vivent dans la précarité en s’adonnant à n’importe quoi pour oublier et pour se nourrir. Il y a tellement de choses à dire, alors citer un général ou un autre sans en connaitre la réalité des situations et des rôles nous frions de la fuite en avant. En tout cas, je ne le fais pas et je l’assume.

Pensez ce que vous voulez, imaginez tout ce que vous voulez. Ceux qui aiment citer des noms sans se soucier de l’argumentaire qu’ils utilisent sont ceux là même qui font que le mic mac et la bouillabaisse fermente, pour moi ils sont aussi condamnables. Pour finir, je dirai qu’à l’allure où vont les choses, il est loin le moment tant espéré de dresser telles de forteresses les lignes rouges de la loi pour tous et que tous ceux dont on a les preuves de leurs implications rendent des comptes et s’expliquent c’est ça qui doit nous unir pour y parvenir et non des querelles byzantines. Je ne cherche pas à avoir raison, j’expose mes opinions avec le maximum de ma clairvoyance c’est mon seul but. Si je participe aux débats peut-être un peu trop au goût de certains, ce n’est pas de l’envahissement c’est seulement que je veux donner ce que je peux à mon pays, mon temps et mon expérience. C’est le moins que je puisse faire pour mériter mes racines . Par Mohand

Commentaires

  1. Ammisaid dit :

    Cher mohand, assalam, azul, bonsoir
    Nous aurions aimés, je n’en doute pas, citer des noms de personnes humbles et serviteurs de notre patrie. Le problème de ce système, ce qu’il nous a volé nos héros et ceux auxquels nous aurions aimé ressembler. L’identification à un adulte est necassaire à un jeune pour construire sa personnalité et pour un forger son caractére afin de devenir un adulte responsable et autonome. En kabyle, il a un proverbe qui dit: « mathdidh ak dhou dhebal, ats dhebledh ». Essayons de rêver et de réaliser le rêve de nos martyrs, ceux de la plate forme de la soummam. Essayons, de se dire qu’Abane n’a pas été assassiné, qu’il a êté écouté et suivi par la majorité. L’indépendance arrivée, une assemblée constituante était installée, une constitution qui se serait inspirée de congrés de la soummam a été adopté ( à l’assemblée mais non pas dans un cinema) et la démocratie a été instaurée et puis envoyée pour circuler librement dans tout le pays. J’entends d’ici, de dernier ce clavier, qui permet de te parler car nous pouvons faire autrement pour l’instant, mon frère même si je ne te connais pas et même si tu ne connais pas, tu le sais et je le sais. J’entends les voix des échanges fraternels entre krim, abane, chabani, aït ahmed, ben bella, khider, ferhat et peut être d’autres qui auraient pu devenir députés, ministres…mais qui n’étaient pas connus à cette époque là. J’entends la beauté et la clarté de leurs discours, la franchise de leurs propos et la douceur et le sérieux de leurs paroles. Je les entends faire le serment de liberer la patrie de l’illetrisme, de la pauvreté, de panser les blessures du passé, d’installer une justice propre et indépendante, de construire une armée qui sera dans les casernes et qui défendra les frontières et la constitution dont laquelle l’alternance au pouvoir est intronisée et la defense des intérêts économique, de la justice sociale, des libertés individuelles, de la liberté d’expression et de la diversité cuturelle sont des constantes inchangeables. Je les entends dire qu’il fallait absolument former et préparer la prochaine génération à prendre les régnes du pouvoir pour continuer voire améliorer l’oeuvre de construction que nous aurions commencés. Je les entends même dire qu’il fallait baser notre sur nos valeurs ancestrales de fraternité, de solidarité, de dignité et que jamais plus un Algérien ou une Algérienne ne sera un serviteur soumis de qui que ce soit. Le depart étant bon et juste, maintenant, je vois Djaout recevoir le prix noble de litterature, Alloula s’intaller à la maison de culture de tizi pour plusieurs mois du fait du succés de sa derniére, boucebsi présider le prochain congrés de psychiatrie qui se déroule à alger, l’E.N qualifié pour la coupe du monde en france et puis aller jusqu’à la demi finale, benhemouda continuer à defendre les travailleurs malgré que le chomage soit infirieur à celui des E.U.A, des étudiants de toute l’Afrique venir se perfectionner dans nos universités (medecine, mathematique, politique…Je regardes et je ne vois plus les assassinats politiques, la terreur de la sm du temps de Merbah, les massacres d’octobre, de la décennie noire et de nombre 2001…Je regarde et je ne vois pas les forêts brûler, des milliards de dollars partir en fumée, des jeunes se suicider, se jeter dans le mer, dormir encore 40 ans dans la même studio avec leurs parents…Je regarde et je ne vois cette peur qui ne veut pas quitter nos coeurs, cette tristesse qui ravage nos visages, cette vieillesse qui nous accueille à la naissance, cette méfiance qui nous fait douter de notre frère, cette colère qui détruit nos corps, cette haine qui tormente nos âmes…Je regarde et je ne vois que douceur, volupté, tolerance, joie, courage, fraternité et espoir. Je regarde et je ne vois qu’amitié, solidarité, intélligence, art, piété, vertue et lumière. Je regarde et je ne vois que respect envers les vieux et les enfants dans tout nos villes, nos villages et nos douars. Je regarde et je me dis que tout ça n’est qu’un cauchemar au reveil il va partir et il va me laisser tranquille. C’est bon, ils ont pris le pouvoir, ils ont pris nos richesses, ils ont détruit nos valeurs et notre espoir, ils n’ont qu’à faire le bilan de leur travail et s’ils ont échoué, ils n’ont qu’à laisser ceux qui veulent ruessir à nous en sortir. Le coupable sait qu’il est coupable, la victime sait qui est coupable, c’est un Algérien, c’est un frère ou une soeur, il doit cesser de jouer de notre présent et de notre avenir car nous savons que hier est mort.
    Fraternellement et respectuesement à toi cher frère Mohand et à toutes et à tous

  2. Ammisaid dit :

    je te remercie cher Ammi said de ta sollicitude, ton écrit éveille en nous tout ce qu’il y a de bon, tu fais bouger les coeurs , tes écrits nous soulèvent et nous permettent de croire, jusqu’à ressentir des perles de larmes en nos yeux , qui ont tellement vu.
    Un homme qui pense comme toi est forcément bon, généreux. Il comprend les êtres, il lit à travers les mots, de cette langue française qui nous permet de communiquer, toute la détresse des hommes de bonne volonté. Il comprend que ce qui leur importe le plus c’est d’être des hommes à l’image de nos parents, saints d’esprit, courageux et travailleurs et fonciement justes. Ils n’ont pas fait saint cyr, ni l’école de blida, ni celle du Kgb ou du m6 encore moins de la CIA, mais ils ont sur s’unir pour gagner,dans la douleur certes, mais ils l’ont fait.
    Nous donc leurs enfants, qu’est ce que nous pouvons faire et que nous n’avons pas fait pour mériter d’être des citoyens? Nous avons travaillé longtemps pour des bouchées de pain, nous n’avons rien demandé, nous avons laissé les imbéciles faire les coqs, nous avons laissé le pouvoir aux imbéciles tout en pensant qu’ils se rendraient compte et que leur raison les empecherait de continuer à gacher tout.. On s’est trompé cher, et maintenant que faut il faire… on cherche , on est d’accord sur rien. Chaque fois qu’une idée jailli un vent l’oriente dans un sens ou dans l’autre pour après la faire disparaitre.
    Nous rêverons encore longtemps, et oui , nous devons le faire, car celui qui n’a pas de rêve il ne peut rien réaliser .Or nous avons encore une partie de nous qui crie … oui nous pouvons.

    Bonne soirée à toi ainsi qu’à tous les lecteurs, même ceux dont je ne partage pas la vision des choses, car en fait nos disputes ne sont-elles pas seulement les expressions de nos humeurs passagères? Nous ne sommes que des hommes et rien de ceux qui humain nous est étranger.

  3. Mohand dit :

    L’internet s’amuse à nous jouer des tours… le commentaire ci avant est évidement de moi , en réponse à Ammi said.

    Mohand

  4. davidlemac dit :

    à Mohand
    Quand vous dites que les assassins de Merbah, de Mecili , de Boudiaf sont en vie, est-ce que vous en êtes sûr ? Les connaissez vous ? Peut-être qu’il est sage de mesurer ses écrits

  5. Achour dit :

    En Algérie, le peuple n’est pas représenté dans sa totalité, étant donné qu’il y a une partie à laquelle on refuse la parole,et cette partie est accusé de vouloir représenter l’islam…..!!!
    Si l’islam représente un danger, l’Arabie Saoudite ou l’Iran auraient représentés un danger pour leurs peuples et pour le monde entier, alors qu’en réalité ces deux états n’ont rien changé dans la vie courante des musulmans ou des non musulmans.
    En Algérie, ni ceux qui veulent s’exprimer ni les démissinnaires ne sont autorisés à parler. Seuls ceux qui naviguent dans l’eau du système peuvent s’exprimer mais en levant la main, rien que la main…..pour dire oui.
    Pour comprendre les lignes rouges, il faut comprendre ce qu’on fait de ceux qui les dépassent !!
    Dire qu’il y a des lignes rouges, revient à dire qu’il y a des gens qui tracent ces lignes, donc il y a une autorité supérieure à l’autorité voté par le peuple !!!
    Donc il y a un état dans un état, ce qui signifie que ces gens représentent une autre autorité étrangère, quelqu’un qui les protège, de l’extérieur, quelqu’un qui les influence, qui les pousse à s’imposer même au président de la république.
    Avoir le courage de s’imposer au peuple
    Mais il reste que le président de la république, est le seul responsable devant la ferméture de l’état devant l’opposition, cette ligne rouge qu’il ne faut dépasser, l’ouverture du champ politique au peuple, à tout le monde.
    Le président reste le premier responsable, s’il y a des lignes rouges, c’est lui qui permet leur existence, si non il aurait démissionné et laisser le champ libre pour que ceux qui tracent ces lignes soient découvert, et mis à nu.
    Ces lignes rouges dont on parle, pourquoi elles existent? Elles servent quelqu’un, il doit exister, donc il doit être connu, c’est qui, il n’est pas sûrement un ami du peuple, mais un ennemi.
    En réalité, il n’existe pas de lignes rouges, mais un président qui les protègent, s’il n’est pas capable d’être un président de pleins pouvoirs, c’est qu’il l’a accepté, donc le peuple ne peut pas accepter d’être diriger par une demi président, il doit démissionner……

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER