• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 28 janvier 2009

Archive pour le 28 janvier, 2009

Da Medjber, nous ne t’oublierons jamais

medjber.jpgVoilà déjà un an, le 29 janvier 2008, disparaissait à jamais mon cher et regretté ami Da Medjber MAROUF, infatigable militant de la démocratie. Il a donné sa vie au FFS en 1963 et depuis, il a consacré son temps au combat démocratique et mis ses moyens au service du parti dont il était un des poumons depuis sa légalisation en 1989. Depuis cette date jusqu’au jour où il s’est éteint suite à une longue maladie, dont il avait souffert en silence, Da Medjber n’a cessé de se battre et cela en dépit  des attaques personnelles gratuites et infondées qui l’ont beaucoup affectées et auxquelles il a refusé de répondre.

Ayant accompli deux mandats d’élu local (APC/APW), il avait toujours privilégié les intérêts de sa commune et de sa wilaya aux intérêts partisans. O combien il aimait Bouira. Repose en paix Da Medjber. Que tes leçons de militantisme, de loyauté, de droiture, d’engagement, d’intégrité, d’humilité, de dignité, de constance et surtout de fidélité soient retenues à jamais par les jeunes militants. Même quand tu as été déçu par certaines personnes, tu leur es resté fidèle jusqu’à ton dernier souffle.

ALLAH yarahmak ouALLAH yasmahlhoum. A tous ceux qui t’ont connus, aimés et appréciés, je leur demande d’avoir une pieuse pensée en ta mémoire. Que Dieu le Tout-Puissant, Clément et Miséricordieux t’Accueille en Son Vaste Paradis. Ton fidèle ami Kaci HAMADI  

94 % des ressortissants Algériens à l’étranger n’iront pas voter

votere1.bmpEffectué par le club «Cercle de Progrès Algérie –Europe» en coordination avec «l’association algérienne Errihab» basée à Hambourg en Allemagne, un sondage a révélé que 94 % des ressortissants algériens à l’étranger vont bouder les urnes lors des élections présidentielles d’avril prochain. L’opération ayant touchée 18000 personnes s’est étalée du 15 décembre 2008 au 15 janvier 2009, où des Algériens ont été interviewés dans huit pays européens à savoir l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, la Hollande, l’Autriche, l’Ukraine, l’Espagne et la France.

Chargés d’une mission par Boudiaf, un commandant et deux lieutenants ont été tués dès leur retour de France où ils avaient rencontré Beregovoy et le chef de la DST

boud.pngTout à fait d’accord avec vous Achour. J’apprécie que des êtres disent ce qu’ils pensent et quand ils se retrouvent sur l’essentiel c’est la plenitude. J’ai lu aussi votre commentaire au sujet de ce qu’a écrit ainsi que le long commentaire de “personne”, j’espère avoir le temps non, de répondre mais de dire ce que je pense.
En ce qui concerne la question de mak ci dessus, je mesure tout à fait la portée de mes propos. Voulez-vous me titiller pour dire plus ou alors vous vous interrogez sur ma probité.

Dnas l’un ou l’autre cas voici un résumé sur chacun d’eux, je précise que ces informations sont d’ordre public.
Kasdi Merbah a été tué par un groupe de terroristes dont le chef est Hattab. A l’origine du guet à pens qui lui a été tendu à Bordj el Bahri, c’est les dossiers qu’il avait sur lui et qu’il a ramené de Suisse notamment, ainsi que sa volonté de trouver une solution avec le FIS qui lui ont coûté la vie. Lui et Boudiaf voulaient éliminer des circuits de décisions tous les DAF, les traîtres et les voleurs.

Je vous signale que son cartable a été pris lors de l’assassinat par les tueurs eux-mêmes. Je me souviens de ce moment-là, on l’a assassiné lui et les membres de sa famille, alors que pendant le même temps Messaadia se pavanait avec son cigare dans les cafés de Bordj el KIFFAN, en toute quiétude.

Mohamed Boudiaf a été tué par Lembarek Boumarafi qui est en prison, mais il a reçu des ordres et pour savoir qui lui a donné l’ordre il suffit de le sortir de prison, de lui donner des garanties sur sa vie, il serait prêt à tout avouer, il était en service commandé. N’oublions pas également de la même manière que le dossier renfermant des données sur les comptes des dirigeants algériens civils et militaires ramenés de l’étranger par le chargé de mission spécial en Europe par Boudiaf, il s’agit d’un commandant et de deux lieutenants. Ils ont été tués lui et ses adjoints, dès leur retour de France où ils avaient rencontré Beregovoy et le chef de la DST. Ce dossier a été volé du bureau du président Boudiaf.

Quand à Ali Mecili, on a tout dit sur ce sujet pour en revenir, rappelons seulement que tout le monde sait qu’il a été tué par les services secrets algériens sur ordre du Président d’alors seul à même de prendre une telle décision, selon les habitués du sérail, et évidemment l’ordre a été donné et pris en charge par ses services à commencer par son chef de cabinet… puis le Responsable du contre espionnage etc..la chaîne de prise de cette décision est également connue jusqu’à l’exécuteur lui-même qui coule des jours “heureux” entre Alger et Akbou.

Tout le monde sait cela, mais tous ils se taisent… par peur pour certains et par opportunisme pour d’autres; alors ils participent à des dénis de justice et ainsi va l’Algérie du 21ème siècle. Un pays de droit, disent les “charlots” qui gouvernent et ceux qui participent de près ou de loin, aucun ne rougit de honte au contraire ils s’extasent de leurs bétises devant un peuple silencieux…
Par Mohand

Un bureau d’Al Jazeera à Alger après l’élection de 2009?

La télévision qatarie avait montré son entière disponibilité pour établir les ponts de la communication avec Alger, mais le gouvernement a toujours opposé un niet à une réouverture de son bureau dans la capitale. On reproche à la chaîne qatarie l’ouverture de la tribune à des opposants, et surtout après l’interview accordée à Mohamed Samraoui. L’expression

Quatre journalistes primés par la Gendarmerie nationale

securite22254111.jpgLe quotidien Liberté a été primé, pour la seconde année consécutive, par la Gendarmerie nationale pour la qualité de ses écrits relatifs à la couverture médiatique de cette institution. En effet, après le journaliste Djilali Benyoub, qui a obtenu le prix de l’année 2007, c’est au tour de Farid Belgacem de décrocher ce titre honorifique, a annoncé fièrement Liberté. Trois autres journaux, en l’occurrence Echourouk, Echaâb et El Akhbar El Yaoumi, ont également été primés par le commandement de la Gendarmerie nationale. Les prix ont été remis par les colonels Abderrahmane Ayoub, Kadour Djebar et Amar Kara lors d’une cérémonie organisée au Centre d’information et de coordination routière (Cicr) de Bouchaoui.

54.000 détenus dans les prisons en Algérie

prison1.gif« Le nombre de détenus au niveau national est actuellement de près de 54.000 incarcérés et celui des établissements pénitentiaires est de 127, sachant que 81 autres seront réceptionnés dans le cadre de la réforme pénitentiaire », a déclaré hier le directeur général de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, Mokhtar Felioune. Ce dernier a annoncé la réception, avant la fin de l’année en cours, de 13 nouveaux établissements, d’une capacité de 19.000 places.

Tabbou répond au RCD: « Pour qu’il y ait une entente, il faut partager les éléments basiques… »

tazbou.jpgLe premier secrétaire du FFS a animé dans la soirée du lundi une conférence au niveau de la résidence universitaire de Targa Ouzemmour de l’université de Béjaia. Durant cinq heures, a développé les positions du FFS sur la situation politique du pays. Au sujet de la  présence d’observateurs étrangers à la prochaine élection présidentielle, le conférencier dira qu’il fallait attendre les massacres de Ghaza pour savoir que des observateurs étrangers incapables de défendre les enfants ne peuvent protéger les élections en Algérie.

L’appel du président du RCD à l’union avec le FFS a été abordé par le responsable du FFS qui a dit que pour qu’il y ait une entente, il faut tout d’abord partager les éléments basiques qui sont réalisables avant de s’entendre sur les visées politiques. Ainsi, le FFS maintient son appel à la démission des députés qui perçoivent un salaire dépassant le budget d’une commune, soit près de quatre milliards de centimes. La conférence s’est achevée aux premières heures de la matinée.  Synthèse (source La DDK)

Algérie Télécom: Mouloud Djaziri sous contrôle judiciaire

photo.jpgLa direction de la communication d’Algérie Télécom a indiqué à la presse que l’ex-PDG Slimane Kheireddine et le DFC du groupe ont été placés sous mandat de dépôt. Le responsable de la communication d’Algérie Télécom a confirmé que Djaziri Mouloud, ex-PDG du groupe, a été placé sous contrôle judicaire.

Pour rappel, Mouloud Djaziri a été nommé parton d’Algérie Télecom en janvier 2008 en remplacement de Slimane Khiredine. L’ancien ministre de tutelle, Boudjemaa Haïchour, a déclaré à l’époque que cette série de nominations est loin d’être une sanction. Selon le ministre des TIC, ces changements sont opérés afin de donner un nouveau dynamisme à son secteur.

Photo: de gauche à droite: Djaziri, Haichour et kheirddine. De cette photo, il ne reste qu’un souvenir…

Chlef: 210 milliards engloutis par des projets «douteux» (El Watan)

trme.jpgL’association des sinistrés du séisme de 1980 réclame la constitution d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur certains projets qu’elle qualifie de «catastrophiques», tels l’ovoïde de l’oued Tsighaout et la trémie au chef-lieu de wilaya.

Ces derniers, d’après elle, se sont avérés «inefficaces et ont fait apparaître beaucoup de défaillances suite aux dernières chutes de pluie». Les membres de l’association réclament carrément un audit des projets incriminés, qui ont coûté pas moins de 210 milliards de centimes.

A lui seul, l’ovoïde construit dernièrement le long de l’oued Tsighaout, a nécessité une enveloppe de 125 milliards de centimes. A chaque chute de pluie, il est submergé par les eaux alors qu’il est censé contenir et réguler les crues. A cela s’ajoute la galerie souterraine réalisée en 2002 à Ténès, d’un coût de 30 milliards de centimes ; elle s’est avérée elle aussi «inefficace» et a fait l’objet d’une nouvelle opération d’un montant de 20 milliards. La nouvelle trémie est logée à la même enseigne puisqu’elle s’est affaissée en plusieurs endroits, une année après son inauguration par le président de la République. Confiée à une entreprise publique et réalisée en sous-traitance, elle a coûté près de 35 milliards de centimes.

Le nouveau centre d’enfouissement technique des ordures de Meknassa, à la sortie ouest de Chlef a fait l’objet d’un véritable cri d’alerte émanant du bureau communal d’hygiène et du service de prévention de la direction de la santé. Ils attirent l’attention des autorités concernées sur les risques de contamination qui pèsent sur la nappe phréatique. Il est signalé «qu’à cause du mauvais revêtement des bassins de stockage des lixiviats, les liquides dégagés par la compression des ordures se perdent dans la nature et menacent un forage destiné à l’AEP ».

Ce centre, qui a bénéficié d’un montant de 27 milliards de centimes pour sa réalisation et son équipement. La situation ne semble guère reluisante pour d’autres projets qui ont englouti, eux aussi, des sommes faramineuses, tels le port de pêche d’El Marsa qui traîne depuis 2002 et la station d’épuration des eaux usées qui fonctionne au ralenti, selon les élus de l’APW. Synthèse d’El Mouhtarem

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER