• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 février 2009

Archive pour le 9 février, 2009

Hend Sadi, affaire Mecili et Ould Abbes

avril2008hendsadi.jpgLe 31 janvier 2009 aux salons Vianney à Paris, étaient invités par l’espace franco-algérien des cadres et des officiels algériens pour débattre de la passerelle entre l’Algérie et ses émigrésrois ans. Le ministre Ould Abbès était présent à la rencontre.

Extrait de l’intervention de Hend Sadi:

« Si j’évoque avec émotion la mémoire de Mécili, c’est aussi parce que le dossier de son assassinat vient de connaître un rebondissement qui nous interpelle tous. Le chef du protocole du ministère des AE de notre pays est mis en examen, ici à Paris, à l’heure où nous parlons, pour complicité dans l’assassinat de Mécili. Pendant de longues semaines, le gouvernement algérien d’habitude si chatouilleux fit profile bas.

Je vous avoue que nous étions nombreux à ne pas comprendre, car si vous ne nous comprenez pas toujours, il nous arrive, nous aussi, de ne pas vous comprendre.

Et lorsque le gouvernement se décide enfin à parler, ce fut encore pire ; il invoque une pitoyable affaire d’homonymie : Mohamed Ziane Hasseni ne serait pas le capitaine Rachid Hassani qui a transmis à Abdelmalek Amellou l’ordre d’assassiner Mécili, lesquels Hassani et Amellou ont trouvé refuge sur le sol riche et généreux de l’Algérie.

Alors comment voulez-vous que l’on vous comprenne ? Que voulez-vous que l’on comprenne ?

Qu’au lieu de châtier les criminels, le gouvernement algérien préfère protéger les assassins d’un officier de l’ALN, un vrai, qui une fois l’indépendance acquise a refusé de participer à la curée, un patriote qui a préféré l’exil volontaire pour combattre l’égoïsme et la tyrannie des siens après avoir combattu ceux des colons ?

De quelle éthique, de quelle solidarité pouvez-vous vous revendiquer pour asseoir la passerelle dont nous débattons ?

Pour établir une passerelle entre la communauté immigrée et le gouvernement algérien, il faut d’abord casser celle qui relie le sol riche et généreux de l’Algérie à  l’égoïsme et la tyrannie de ses dirigeants. »

Un point de vue sur l’affaire du viol de deux Algériennes par un agent de la CIA

ware.jpgJe voudrais juste apporter ma contribution espérant avoir l’avis des lecteurs. Aujourd’hui j’ai lu le quotidien « Liberté » avec comme titre à la Une: « Washington apprecie la retenue d’Alger »!!? mais je n’ai rien compris de l’atitude des Algériens. Dans un autre pays du monde pas seulement musulman, boudhiste s’il faut, on aurait pas pardonné un acte scandaleux, immoral, grave contre deux Algériennes si on peut les appeller ainsi. On a pardonné à l’agent et aux deux filles en meme temps. Incroyable. On dirait que l’Algérienne n’a aucune, mais aucune dignité vue la maniére dont est traitée l’affaire. Si ce n’était pas la presse aucun Algérien ne serait mis au courant. La premiére des choses à laquelle moi je m’attendais c’est l’interpellation de ces deux Algériennes . Mon Dieu, ce qui nous attend en ce 2009.

H. A.       

La Tariqa tidjania soutient la candidature de Bouteflika

tidjania2694381901.jpgLe porte-parole de la Tariqa tidjania a exhorté hier le président Abdelaziz Bouteflika à se représenter pour un troisième mandat. Les dirigeants de la confrérie et de ses adeptes souhaitent voir le président Bouteflika «poursuivre sa noble tâche à la tête de l’Etat». «L’homme a prouvé ses compétences sur le terrain et notre Tarîqa ne loue ni ne soutient un homme que sur la base de ses qualités», a déclaré M. Tidjani en énumérant les réalisations de Bouteflika. «Le Président a éteint le feu de la fitna qui a failli ravager tout le pays et notre Tarîqa a de tout temps hissé la bannière de la paix, de la concorde et de la réconciliation. Même si le Président n’a rien fait d’autre, nous l’aurions soutenu rien que pour avoir réussi à rétablir la paix à travers tout le pays», a-t-il dit tout en soulignant que «les réalisations du président Bouteflika dans tous les domaines ne peuvent être remises en cause par aucun esprit raisonnable et sensé».

Ghlamallah, ce nostalgique du parti unique !

ghlamallahvg4.jpg« Le problème qui est derrière les affrontements entre ibadites et malékites dans la localité de Berriane, à Ghardaïa, n’est pas d’ordre religieux. Il est tout simplement politique », a déclaré hier le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Bouabdellah Ghlamallah, lors d’un point de presse tenu à Mascara. Le ministre n’a pas manqué de fustiger des partis et autres personnages politiques. Selon Ghlamallah, membre du RND, l’apparition des partis politiques dans la région de Berriane a eu un effet négatif. «Dans le passé, Berriane n’a jamais connu de tels affrontements entre les deux communautés. Les gens vivaient en paix. C’est l’apparition des partis politiques et autres politiciens qui a, malheureusement, tout bouleversé.» Par ailleurs, le ministre du RND a appelé le demander aux imams de sensibiliser les croyants à l’acte de vote.  

Leur emblème national est taché de sang

emb.jpgLeur emblème national est taché de sang de Abane, de Krim, de Chabani, de Khider, de Djaout, de Mekbel, d’Alloula, de Hachani et de tous les Algériens et de toutes les Algériennes lâchement assassinés. Leur emblème national est le cimetière ou sont enterrés les chouhada de la guerre de libération et tout ceux qu’ils ont exterminés depuis l’indépendance. Sur leur embléme national est inscrit ici git: la démocratie, la liberté, la fraternité, la solidarité, la dignité et les valeurs ancestrales qui nous ont été précieusement légué, la vérité, les libertés individuelles et collectives, les droits de l’homme, le savoir, notre glorieuse histoire, nos diversités, notre identité, notre douce Algérianité, la justice indépendante et la justice sociale et l’indépendance chèrement acquise par nos valeureux martyres.

Leur emblème national couvre tous les disparus, les exilés, ceux qui sont censurés, ceux qui sont humiliés, ceux qui sont dépouillés de ce dont dieu les avaient doté, ceux qui se sont suicidés, ceux qui se sont risqués à défier sur une pirogue de fortune les dangers de la mer à n’importe quelle heure de la nuit, ceux qui errent dans les rues pour fuir la réalité, ceux qui n’ont pas le moyen de se marier alors que la vieillesse ne cesse de s’approcher, ceux qui cherchent un peu d’air à respirer, ceux qui sont attirés par l’illusion la plus raffinée…Sur leur emblème national sont admirablement dessinés: des millions de billets de dinars et dollars qu’ils nous avaient volés, des centaines de milliers de lots de terrain dont ils nous ont spolié et toutes les grandes catastrophes qu’ils ont provoqué et toutes les catastrophes naturelles qu’ils n’ont pas essayé de prévoir ou qu’ils ont très géré. Leur emblème national c’est le linceul dans lequel ils nous ont roulé alors que continuons à marcher.
Fraternellement Ammi Said

Neuf février, jour de la haine et du malheur algérien !

urgence.bmpLe neuf février en Algérie, et depuis 1992, ne peut ni ne doit vouloir dire autre chose que la peur, la colère et la haine. Et comme dit George Lucas: “La peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine mène à la souffrance”. Me voilà donc, une boule de colère, après avoir été pris pour cible par la peur, un certain neuf février ; je hais la vie comme je souffre de mal être.

Que s’est-il donc passé ce neuf février ? Rien de plus qu’une confiscation de latitudes à un peuple auquel on refuse le droit de choisir de vivre sa vie. Depuis ce jour, une junte militaire s’empara de nos libertés et fit de nous un paquet de sujets sans vie. Depuis ce jour l’Algérie libre fut transformée en prison à ciel ouvert et les Algériens, y compris les geôliers sont réduits en captifs.

En effet, une équipe de bandits décida comme à la française, de nous museler et de nous isoler en décrétant l’état d’urgence.

Voici brièvement le film des évènements ayant mené à notre perte et notre malheur :

11 janvier 1992 : Coup d’Etat militaire contre le peuple qui s’est exprimé à travers le suffrage universel le 26 décembre 1991donnant le FIS vainqueur dès le premier tour avec 188 siège. Le second tour qui devait se dérouler le 16 janvier 1992 n’aura jamais lieu. Démission-déposition de Chadli Bendjedid. Apparition de blindés dans nos rues..
12 janvier 1992 : Dans un communiqué, la direction provisoire du FIS appelle “le peuple algérien à protéger son projet et son choix”.
Vaste opération d’arrestations nocturnes. On parle d’un millier d’arrestations pour les deux seules dernières journées.

14 janvier 1992 : décret instituant le HCE (Haut Comité d’Etat), comité non prévu par la constitution, composée de 5 personnes (Khaled Nezzar, ministre de la Défense ; Ali Kafi, président de l’Organisation des Moudjahiddines ; Ali Haroun, ministre des Droits de l’Homme ; Tidjani Haddam, recteur de la mosquée de Paris et Mohamed Boudiaf qui présidera cette nouvelle formation. Les textes portant sur la création du HCE prévoient son existence jusqu’à la fin du mandat du Président déchu Chadli Bendjedid, en décembre 1993. Durant cette période transitoire, un Conseil consultatif national (CCN), ersatz du parlement dissous est prévu. Il n’aura que des prérogatives vagues et aucun pouvoir légiférant.

Lors d’une conférence de presse au Luxembourg, François Mitterrand qualifie l’arrêt du processus électoral “d’acte pour le moins anormal”.

15 janvier 1992: Le FLN et le FFS condamnent l’anti-constitutionnalité du HCE.

16 janvier 1992 : Retour de Boudiaf en Algérie après 29 ans d’exil dans un pays considéré l’ennemi numéro UN de l’Algérie. On le place à la tête du HCE issu du putsch du 11 janvier. Ses véritables amis s’interrogent et s’inquiètent de son engagement précipité dans ce processus putschiste, d’autant plus qu’au lendemain du 1er tour, il déclarait dans la presse qu’il fallait laisser le FIS gouverner. Le FIS, le FLN et le FFS exigent le retour à la légalité constitutionnelle.

17 janvier 1992 : Plus de 500 militants du FIS dont des élus sont arrêtés par les services de sécurité.

18 janvier 1992 : Rappel de l’ambassadeur d’Algérie en Iran suite aux vives critiques du gouvernement iranien au lendemain du coup d’Etat des généraux d’Alger.

19 janvier 1992 : Les 188 élus du FIS lancent un appel à l’opinion publique nationale et internationale pour un retour à la légalité constitutionnelle. Un militaire tué et deux gendarmes blessés selon la presse à 20 Kms d’Alger.

21 janvier 1992 : Un gendarme tué à Lakhdaria (Bouira).

22 janvier 1992 : Arrestation d’Abdelkader Hachani, président du bureau provisoire du FIS pour avoir diffusé un communiqué appelant l’armée à respecter le verdict du suffrage universel.

23 janvier 1992 : Arrestation de huit journalistes du quotidien El Khabar suite à la publication d’un encart publicitaire d’Abdelkader Hachani appelant l’armée à respecter le verdict du suffrage universel.

24 janvier 1992 : Affrontements sanglants à la sortie des mosquées, après la grande prière du vendredi, sur pratiquement tout le territoire national. L’armée tire sur la foule : 30 morts sont dénombrés.

25 janvier 1992 : Quatre journalistes espagnols sont arrêtés puis expulsés pour avoir interviewé des islamistes. Poursuite des arrestations nocturnes de militants et sympathisants du courant islamique.

28 janvier 1992 : Arrestation de Rabah Kebir, membre de la direction politique du FIS, pour “incitation à la rébellion contre l’autorité”. Arrestation d’un certain Tayeb El Afghani, responsable présumé de l’attaque de la caserne de Guemmar.

29 janvier 1992 : Manifestation de citoyens dans le quartier de Bachdjarah (Alger) pour protester contre la répression. L’armée tire sur la foule : un mort.

31 janvier 1992 : Deuxième vendredi consécutif d’affrontements à la sortie des mosquées. Des morts et des blessés sont encore une fois à déplorer. On parle de plus en plus de constitution de maquis.

01 Février 1992 : Dans un rapport concernant la situation des droits de l’homme en Algérie, Human Rights Watch :

- condamne le coup d’Etat survenu le 11 janvier 1992.
- dénonce les arrestations des militants islamistes et de vingt et un journalistes.
- exige la levée de l’état d’urgence et la poursuite du processus démocratique.
- exige la libération des responsables du FIS et plus particulièrement Abdelkader Hachani et Rabah Kebir.

4 février 1992 : Le FIS réclame la levée des mesures restrictives contre les mosquées et la libération de ses dirigeants. Il appelle la communauté internationale à boycotter le HCE.

5 février 1992 : Nombreux mouvements de protestation dans les universités algériennes pour dénoncer le coup d’Etat du 11 janvier.

7 février 1992 : Poursuite des manifestations à travers le territoire national contre le coup d’Etat. De nombreux morts sont signalés selon des sources hospitalières. Des centaines de jeunes seraient passés dans la clandestinité ou rejoint les maquis pour échapper aux arrestations massives et à la déportation dans les camps de concentration du Sud. Les autorités annoncent l’ouverture de 7 centres de détention (camps de concentration) dans le sud algérien.

4 au 8 février 1992 : Soulèvement populaire dans le quartier de Bouakal à Batna. L’armée encercle les cités et ouvre le feu en donnant les blindés : 52 morts dont sept enfants.

8 février 1992 : Arrestation de l’imam Moghni, député du FIS à Bab El Oued (Alger)..

9 février 1992 : Instauration de l’Etat d’urgence

J’ai été arrêté puis déporté vers le camp de concentration de Reggane où j’ai passé six longs mois puis cinq mois à Tibeghamine puis à Tassabit et enfin, à l’hôpital d’Adrar. Et la suite sera dure dure dure.. Elle se termine par l’exil en France puis le retour vers l’enfer en Algérie où je continue à murir comme une figue de chez nousPar Laïd DOUANE

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER