Lettre à Mme Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône

bensa.jpgLes propos que vous avez tenus à la radio Beur FM sur le président algérien Bouteflika vous confèrent la triste exclusivité d’être l’unique élue d’un pays démocratique à monter explicitement au créneau pour défendre un dictateur en reprenant à votre compte ses arguments justifiant son refus de l’alternance. Vous justifiez son viol de la Constitution pour installer une présidence à vie : « Il n’y a personne qui peut lui succéder. » Savez-vous que vous mettez dans la bouche d’une élue l’argument premier de tout dictateur pour dépouiller les peuples de leur droit au choix ? Vous vous égarez encore plus en justifiant pour lui un nouveau mandat qui, selon vous, « va l’aider à préparer son successeur ». Vous lui reconnaissez donc le droit de choisir pour le peuple et à sa place celui qui le dirigera. C’est insulter tout à la fois la démocratie qui vous a faite et l’intelligence du peuple algérien. Ou bien reprenez-vous à votre compte l’idéologie coloniale pour qui la démocratie n’est pas faite pour les « indigènes » ? Vous nous vendez un homme « au cœur de la vie politique mondiale et locale… attentif au monde qui est en train de changer, aux nouvelles générations, à l’arrivée d’Obama ». Il serait peut-être utile de vous rappeler que Bouteflika est arrivé au cœur du pouvoir algérien à quelques mois de l’année où Obama est né et qu’il y demeure à ce jour, que sa « sensibilité aux nouvelles générations » a consisté à se tailler une Constitution pour une présidence à vie dans la même semaine où Obama est élu. Et alors que ce dernier déclarait incarner le changement, à quelques heures près, M. Bouteflika lui faisait écho en fustigeant la limitation de mandats comme « antidémocratique » !!! Même quand elle semble balbutier, l’histoire fait des clins d’œil pour indiquer son sens.

On entend bien dans vos propos la fascination. Pour vous aider à déciller les yeux, je veux bien vous rappeler que l’homme qui vous a séduite et qui est au pouvoir bien avant que les Noirs d’Amérique accèdent aux droits civiques qui ont enfanté Obama est le même homme qui a dirigé l’Algérie depuis près d’un demi-siècle dont une décennie sans partage et un état de siège qui dure depuis 20 ans. Le résultat ? Une situation catastrophique que personne ne conteste – chômage, pauvreté, émeutes, persistance du terrorisme, corruption à une large échelle – alors que le pays n’a jamais rêvé d’être aussi riche : ses réserves de change représentent 200% de son PIB (pour la France, le rapport n’est que de 2%). Dans ce pays où la majeure partie de la population n’était pas née quand M. Bouteflika est arrivé au pouvoir, le désespoir ronge la jeunesse : aux attentats suicide font écho les harraga qui « votent avec leur pieds », bravant la mort sur des embarcations de fortune. C’est au peuple algérien de forger son destin comme le fit le peuple français qui a enfanté de sa démocratie dans la douleur. Mais de grâce, Madame, à défaut d’aider ce peuple, évitez au moins de faire de l’ingérence pour le pire. Si Obama est le président noir qui incarne l’espoir du renouvellement pour l’Amérique, Bouteflika est le Mugabé blanc de l’Afrique, fossoyeur d’espoir et désirant le rester quand bien même il a déjà un pied dans la tombe. Démocratiquement vôtre

L’auteur est: Maître de conférences à l’université de Provence UFR géographie (29, av. Robert Schuman, Aix-en-Provence) et enseignant chercheur au CNRS Iremam (5 rue du Château de l’Horloge, Aix-en-Provence)

Par Ali Bensaâd

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER