Khalifa: « Mes relations avec l’armée et Bouteflika… »

khalifadrcopy1.jpgAbdelmoumen Rafik Khelifa a été entendu hier après-midi pour la première fois par le tribunal de Westminster, à Londres, et ce, depuis le début des auditions portant sur l’examen de la demande d’extradition formulée à son encontre par la justice algérienne, a rapporté Liberté.

Au sujet de ses rapports avec la classe politique et l’armée en Algérie, Khelifa dit avoir entretenu des relations exclusivement professionnelles avec le personnel militaire et politique. À aucun moment, il n’aurait eu besoin d’un coup de pouce du gouvernement ou de l’armée pour fonder et faire prospérer son empire. “J’ai connu les responsables politiques et militaires quand j’ai commencé à travailler avec eux sur des projets”, a-t-il appris au tribunal. À ce sujet, il a cité la conclusion par Khalifa Airways du contrat d’achat de 6 hélicoptères de fabrication US pour l’ANP. Dans ces circonstances, Khelifa assure avoir rencontré l’ex-chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Mohamed Lamari. Revenant sur ses relations avec le président Bouteflika, l’ancien golden boy révèle que celui-ci le sollicitait régulièrement pour la prise en charge et le financement de certaines opérations médias visant à redorer l’image de l’Algérie à l’étranger. Il assure ainsi avoir financé une rencontre du Nepad au Nigeria, qui avait coûté au groupe 200 000 dollars US.

Sur sa proximité avec les dirigeants, il raconte qu’il était invité à tous les dîners officiels entre 2001 et 2002. Plus proche des militaires “avec qui il est plus facile de travailler”, Khelifa révèle avoir eu à subir la colère du Président auquel déplaisait par exemple l’idée de créer une TV concurrente de l’ENTV et qui aurait pu contrecarrer sa réélection en 2004. D’après lui, les représailles ont été immédiates. Le 27 novembre 2002, El Khalifa Bank périclitait. “Au niveau de
la Banque d’Algérie, on m’a dit que la décision émane directement de Bouteflika”, raconte l’ancien patron. Il révèle, par ailleurs, qu’avant cette date, des cercles lui avaient demandé de faire attention et que des choses se préparaient contre lui.

Commentaires

  1. jazairia dit :

    comme je suis sure que tous le monde cliquera sur cet article et les commentaires des bloggeurs je profite de cette situation pour soulever un problème qui est demeuré honteusement tu. il s’agit de la débaptisation du collège des frères Rahabi. voici ce qu’écrivait El Watan, plus précisément le journalise Ali Bahmane il y a plus d’un mois:

     »
    Profanation(s)

    En cette Journée nationale du chahid, comment ne pas avoir une pensée émue pour la famille Rahabi de Guelma blessée dans ce qu’elle a de plus cher : sa participation à la Guerre de libération. Un des siens, Abdelaziz, a interpellé, il y a une semaine dans les colonnes d’El Watan, ceux qui, écrit-il, « comme des voleurs, alliant la lâcheté à l’obscurité, ont déboulonné le fronton portant collège des Frères Rahabi, situé dans la cité Emir Abdelkader de la ville ». Un acte gravissime qui avait vocation d’ôter la qualité de martyrs au grand-père et au frère de Abdelaziz ; celle-ci leur a été pourtant décernée par toute la région de Guelma reconnaissante de leur sacrifice pour la nation. Abdelaziz n’a eu que sa plume pour crier sa révolte et témoigner de sa peine sur ce geste honteux qui a fait pleurer le commandant Azzedine, pourtant rompu à toutes les épreuves humaines, ne pouvant imaginer que le règlement de comptes politique pouvait aller jusqu’à la profanation des mémoires sacrées. Car il s’agit bien là d’une vengeance contre l’ancien ministre et ambassadeur, Abdelaziz Rahabi, qui a pris son indépendance vis-à-vis du pouvoir en place, prenant régulièrement position ouvertement sur les atteintes aux libertés publiques et individuelles.
    Les visiteurs de nuit au collège de Guelma n’ont fait qu’exécuter un ordre venu d’en haut et c’est un truisme que de dire que les puissants n’aiment pas les esprits libres critiques, le faisant savoir chaque jour, n’hésitant pas à user contre eux de tous les procédés possibles, y compris le plus vil d’entre eux : transformer un héros de la Guerre de libération en harki et un harki en moudjahid ou en martyr. Les faux moudjahidine se comptent pas milliers, la plupart d’entre eux ayant bénéficié de la complicité des autorités locales. Les gouvernements successifs ont toujours évité d’ouvrir ce dossier explosif. La liste des forfaitures de l’histoire est longue, bien longue. Le lycée Mouloud Feraoun d’Alger a été débaptisé en 1980, en plein printemps berbère. Les familles et les compagnons d’Iveton et de Maillot doivent chaque fois quémander une autorisation administrative pour déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de ces martyrs de la nation. Plus loin dans le temps, Ferhat Abbas, Benyoucef Benkhedda, Hocine Lahouel et Mohamed Kheireddine ont été placés en résidence surveillée et leurs biens confisqués pour avoir osé dénoncer le pouvoir personnel de Boumediène et demandé un peu de démocratie. Nombre de héros de la Révolution ont fini assassinés, car leur présence dérangeait ou culpabilisait les dirigeants qui se sont emparés du pouvoir par la ruse ou par le rapport des forces. Les martyrs ne peuvent qu’être heureux, car ils n’ont rien vu… Et c’est mieux ainsi. »

    mis à part la réaction, à juste titre, de choc traumatique de l’ex ministre Abdelaziz Rahabi, et des commentaires du quotidien Le Matin, je n’ai rien vu dans a presse ce qui est consternant.

    comme je l’ai déjà écrit lors d’un commentaire sur l’affaire Mécili où le diplomate Hasseni continue de subir l’infamie alors que son innocence est clairement établie du fait de sa filiation, il me semble que les Hommes courageux ont déserté l’Algérie et que de plus en plus de haffaguines tiennent les raines du pouvoir. y compris du quatrième qui dans de nombreux pays est précisément celui qui empêche l’irréparable. désormais la non dénonciation par la presse de la scandaleuse débaptisation du collège des frères Rahabi, en pleine nuit, ce qui est normal pour des traitrises de ce genre, signe l’arrêt de mort de la démocratie.

  2. Anonyme dit :

    combien et combien de milliards detournes, et el khalifa n’etait que 5%.comment un jeune de 35 ans peut avoir des milliards et des milliards????? bien sur car ce n’etais que les comptes de nos vampires generaux combien d’affaires??!!!: affaire khalifa, affaire de mohamed samraoui, affaire de mellouk, affaire mecili, affaire de ben telha, affaire du seisme, affaires de hamrouche (26 mlrd de dolar), combien……

  3. Anonyme dit :

    DE LA CONNERIE PURE ET SIMPLE

  4. pauvre dit :

    on est cuit les amis !! des voyous assoifés de sang et d argent nous gouvernent !!!

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER