Justice pour Mohamed Baba Nadjar

nedjar.jpgMohamed Baba Nadjar est accusé de l’assassinat de Mr Bazine Brahim.

Le 20 octobre 2005 aux environs de 20h, Mr Bazine Brahim, membre connu du Croissant Rouge algérien et ex-membre du FFS est aspergé d’essence et brûlé vif dans la rue.

Au lendemain du décès de Bazine, soit le 23 octobre 2005, la police remet au père de Mohamed une convocation pour son fils. Le 27 octobre, ce dernier se présente au commissariat, muni de la convocation. Il est inculpé pour meurtre avec préméditation et gardé à vue durant quatre jours où il est l’objet d’un interrogatoire continu. Il ne cesse pas de clamer son innocence et d’insister qu’il est totalement étranger au crime et qu’il ne connait pas la victime. Il est écroué à la prison de Ghardaïa.

Mohamed Baba Nadjar est jugé mardi 06 juin 2006 à la cour criminelle de Ghardaïa et condamné à mort, sans aucune charge de culpabilité ni preuve palpable, dans une affaire où l’instrumentalisation de l’appareil judiciaire est criarde.

La Cour Suprême casse le jugement en décembre 2007 avec un nouveau procès à la juridiction de Ghardaïa. La date du nouveau procès est enfin fixée au 03 juin 2008 à la Cour criminelle de Ghardaïa. Mais l’accusé n’est pas présenté au procès. Il a « disparu » après son transfert de la prison de Berrouaghia le 13 mai 2008, sans aucune explication ni raison valable !! Ni sa famille ni ses avocats ne savent où il se trouve.

Le procès du 03 juin 2008 est alors reporté et le président de la Cour ordonne de compléter les formalités de transfert de Mohamed Baba Nadjar à la prison de Ghardaïa. Mais quatre mois après son prétendu transfert de la prison de Berrouaghia et trois mois après le report du procès, il n’est toujours pas transféré vers la prison de Ghardaïa. Cette situation anormale pousse Mohamed Baba Nadjar, à entamer une grève de la faim durant le mois d’août 2008. Sa seule exigence est son transfert à la prison de Ghardaïa. Il est évacué en urgence à deux reprises vers l’hôpital, dans un état de faiblesse alarmant. Ni les autorités ne répondent à sa demande légitime, ni ses parents ne sont informés de la dégradation de son état de santé.

Finalement les autorités décident de transférer Mohamed à la prison de Ghardaïa en septembre 2008. Mais dès son arrivée, il est tabassé et torturé par un responsable du pénitencier. Son avocat, Me Ahmine dépose une plainte auprès des autorités concernées contre ce tortionnaire, mais sans effet à ce jour.

Le procès est enfin fixé au 03 janvier 2009. Mais une fois encore, le représentant du ministère public demande de reporter le procès à la prochaine session et encore une fois l’appareil judiciaire s’incline !!

Mohamed Baba Nadjar se trouve en prison depuis plus de 3 ans et a été condamné à mort dans un simulacre de procès, expéditif, sans aucun respect des principes élémentaires de justice. 
Le Comité international de soutien à Mohamed Baba Nadjar s’adresse aux autorités algériennes pour:

- Protester contre la gestion d’une affaire dans laquelle un innocent est condamné à mort sans qu’il lui soit concédé la possibilité d’être rejugé alors que la Cour suprême l’a prévu.

 - Assurer un procès juste et équitable au jeune Mohamed Baba Nadjar et de mettre à nu les tenants et aboutissants de cette affaire.

Lettres à adresser au: 
Président de la République :

M. Abdelaziz Bouteflika/ Présidence de la République, El Mouradia, Alger, Algérie/ Fax : +213 21 609618 +213 21 691595 E-mail : president@el-mouradia.dz 

Ministre de la Justice: M. Tayeb Belaiz Ministère de la Justice 8 Place Bir Hakem, 16030 El Biar, Alger, Algérie Fax : +213 21 922956/ +213 21 921701/ +213 21 925557 E-mail: belaiztayeb@mjustice.dz 

Ministre des Affaires étrangères: M. Mourad Medelci Ministre des Affaires étrangères, Ministère des Affaires étrangères Place Mohamed Seddik Benyahia, 16070 El Mouradia, Alger, Algérie Fax : +213 21 504141/+213 21 504242 

Les ambassadeurs algériens dans les différents pays
En FranceAmbassadeur d’Algérie en France M. Missoum Sbih Ambassade d’Algérie 50 rue de Lisbonne, 75008 Paris Fax: +33 1 53932069/ E-mail: chancellerie@amb-algerie.fr 
Nous vous prions de bien vouloir nous faire part de vos correspondances afin de pouvoir évaluer l’ampleur de cette action.  justice-babanadjar@hotmail.com

Commentaires

  1. Mohand dit :

    En 2009, des actes aussi horribles se produisent sans qu’aucune autorité ne s’offusque, sans que les juristes tel Issad et d’autres dans les corps de la justice ne dénoncent cette malédiction qui veut que de vils personnages du fait de leur pouvoir administratif et policier puissent nier les droits les plus élémentaires d’un jeune citoyen ,pris malgré lui dans l’engrenage malsain. Faire justice ce n’est pas en commettre une injustice. J’aimerai bien entendre M. Ksentini nous éclairer de son savoir, lui qui se répand de toute une série de déclarations ayant pour toile de fond son fond de commerce. On aimerait lire les journalistes prompts à faire feu de tous bois et à nous énivrer des insanités dont ils ont le secret et qu’ils répétent à satiété. On aimerait entendre le premier magistrat du pays , ou tout au moins son bras « rallongé » nous expliquer comment cela se fait il que des inepties et des erreurs aussi grossières se produisent au grand jour. On aimerait écouter le Ministre rappeler les principes, ceux que personne ne manque de rappeler maladroitement pour les uns , alors qu’ils se taisent quand il s’agit de simples citoyens. On aimerait entendre les députés engraissés à coup de millions, s’offusquer que la réforme de la justice n’est arrivé à rien de sain. On aimerait les entendre dire qu’il faut enquêter, diagnostiquer remettre les choses dans leur contexte et libérer ce jeune qui fait l’objet sans doute d’une machination de ceux sans foi ni loi, qui oublient Dieu mais exécutent sans rechigner, sans discuter les stratégies des mafiosis locaux soutenus par leurs chefs aux plans régionaux et nationaux. On aimerait voir les citoyens de la ville s’élever pour dire assez et pour marquer leur présence. On aimerait voir des enquêtes sur ce cas comme sur d’autres qui sont légions, pour enfin mettre un terme à l’injustice qu’on érige en systéme.
    Que de discours avons nous supporter de lire quand un membre de la nomenklatura risquait d’être écorché. Qu’avons nous lu de ceux qui voient sur tous les sujets que ce qu’ils peuvent retirer de notoriété et quelle que soit la manière.

    Dans un pays ou des citoyens appelent à l’aide les autorités sensées les protéger,puisque la loi seule ne suffit plus en Algérie, qu’aucun responsable ne répond , ne s’explique, ne veille à l’équité, on ne peut esperer des améliorations.
    Les dirigeants , font ce qu’ils veulent, ont ce qu’ils veulent, prennent ce qu’ils veulent, achetent ce qu’ils veulent, ferment ce qu’ils veulent, couvrent qu’ ils veulent, laissent se produire des injustices flagrantes quand elles concernent les membres de leurs clans, laissent commettre des infractions par leurs membres, un pays où seuls ceux qui disent ce qu’ils pensent sur les idées et les hommes sont suivis, punis et ce de n’importe quelle façon … dans un pays semblable, il ne reste qu’une solution organiser le retrait stratégique et symbolique,faire comme ces contingents de baleine qui épisodiquement échouent sur les rivages , pour exprimer leur ras le bol du comportement des humains. Laissons le pays aux voleurs, aux tueurs et aux profiteurs … ils vont réaliser leurs projets : le vider de tout ce qui est humain, de tout ce qui est Algérien, ils vont remettre les clefs à ceux qui ont inoculé le pays les années la fin des années cinquante ,de microbes dont ils ont le secret,c’est à dire la contagion morale. Puis, agés , malades, inutiles ils iront droit au trou de quelques centimetres de large, avec leurs secrets et leurs millions. Ils laisseront leurs millions volés aux banques étrangères, car beaucoup n’auront pas d’héritier et comme chacun sait un bien mal acquis ne profite jamais sans conséquences morales et physiques. Dans la tombe qui les attend il n’y a pas de juges corrompus, de procureurs aux ordres , d’avocats incompétents et peureux, mais tous nous répondrons suivant les mêmes régles. Nos actes bons ou mauvais seuls comptent.
    Je n’ai pas intervenu depuis un certain temps, depuis un certain jour, j’ai lu des tas de choses mais j’ai résisté à l’envie de répondre et de donner mon avis sur beaucoup de sujets, j’ai laissé les sempiternels lamentations injustifiées se faire et se répéter. Toutefois le cas de ce jeune homme m’a boulversé et je ne pouvais pas rester silencieux. Je voulais tout en exprimant ma solidarité avec toute entreprise dont l’objectif est de sortir ce jeune homme des griffes de ses frères devenus des animaux sans foi ni loi, leur dire à ces infames personnages, qu’ils font honte au pays et que rien ne peut justifier leur envie folle de sévir sans raison.

    Puisque la Justice semble revetir plusieurs habits, agissons , comme a fait toute la smala algérienne pour sauver un des leurs. Nous n’avons pas leurs moyens, leurs armes, leurs monnaies d’échanges, nous avons que le droit pour nous.

    Je ne connais pas un tueur , un assassin, un menteur et un voleur qui n’a pas d’une façon ou d’une autre payé de son vivant avant de rendre l’ame.
    Ceux qui bloquent l’expression sereine et juste de la justice payeront un jour ou l’autre. Ceux qui veulent incriminer leurs adversaires gratuitement et injustement, pour le seul motif de plaire seront également seuls pour ruminer comme des bêtes pendant longtemps leur comportement qui n’a pas de nom mais qu’ils habillent maladroitement d’un nationalisme unique. Leur parcours est clairsemé de petites trahisons.

    L’année 2009 est une année phare, elle nous permettra de mesurer le degré de lâcheté de la société algérienne. Si notre peuple est corrompu jusqu’à la moelle,s’il suffit de le flatter et ou de lui servir des miettes pour qu’il oublie les fondements de sa nature humaine et ses spécificités alors nous nous aviserons. On se demanderait notamment pourquoi alors faire le révolution? Pourquoi ceux qui ont vécu ( et non fait) la révolution agissent comme les colons. Regardez les agir, se comporter et juger leurs frères ! de vrais colons bruns …des arrivistes et chacun d’eux à un prix et croyez moi à leurs yeux ils n’en valent pas beaucoup, c’est pourquoi ils sont tous la propriété de quelqu’un ou quelqu’une…ceux qui les conseillent de sévir. Ils se moquent d’eux en les appelant « amis » pour les circonstances alors qu’ils ne seront jamais que vulgaires bougnoules.

    Mohand

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER