Bouteflika accorde des miettes aux étudiants !

algerie1.jpgLa bourse des étudiants algériens n’a pas connu d’augmentation depuis 1990. L’Etat n’accorde aux étudiants qu’une somme dérisoire de 900 DA par mois ! Dix neuf ans après, le président Abdelaziz Bouteflika décide de revoir à la « hausse » la bourse de l’étudiant. C’est aujourd’hui à Sidi Bel Abbès, que Bouteflika a annoncé une augmentation de 50% de la bourse…Elle est désormais de 1350DA/Mois. El Mouhtarem 

Commentaires

  1. Ammisaid dit :

    Enfin, Fakhamatouhou sait qu’il y a des universités en Algérie. Il était temps de le savoir avant de mourir. Mais, il ne sait et il ne saura jamais qu’ils vivent dans la misère et que la bourse pour acquérir le savoir doit intègrer doit s’acheter au moins de tant en tant un livre pour l’étudier ou le lire. Le prix des livres fait peur à la bourse d’aujourd’hui et terrorise encore celle d’hier.

  2. Ammisaid dit :

    excusez moi, lire de temps en temps

  3. Awalelhak dit :

    Devenons tous des agriculteurs avant que cela ne soit trop tard. Surtout, qu’ils effacent facilement leurs dettes. Tu fais un prêt, tu achetes la marchandise à un général et tu la vends. NI vu, ni connu ! Pourquoi se salir les mains et pourquoi se casser la tête pour devenir un intellectuel qu’ils vont assassiner à la moindre parole. Mettez vous sur la route du roi, il paraît qu’en ce moment, il est atteint de la maladie de la générosité. Il n’arrive pas à fermer sa main, les dinars tombent par milliards et il n’essaye pas de les ramasser. Il nous dit cot cot cot cot, venez mes poules, venez mes coqs, venez mes lièvres, venez tous là, mes animaux de la basse cours, venez manger, venez picorer, venez becqueter, courez de parout de l’est, du nord, de sud et de l’ouest, venez votez et mangez, servez vous mais votez. Votez pour votre beau roi, le roi qui va vous diriger tout droit et qui vous donnera plus que vos droits. Prenez ce qui vous manque, il ne reste que quelques jours, car après le 9 avril et pendant au moins cinq ans, je fermerais à double clefs les portes de ma générosité et je serais même sévére contre tous ceux et toutes celles qui me demanderont une graine pour ne pas mourir de la faim, du froid et de la misère. Venez, votez, votez pour moi et donnez moi au moins 85 % de voix comme il l’a si bien dit mon petit Soltani.

  4. Mohand dit :

    Que deviennent les 45 milliards placés aux USA ? Question à 100.000 DA ? les a t il récupéré ? Est cela qui justifie soudainement cette générosité avec l’argent du peuple? En a t il beaucoup dans ces cagnottes pour en distribuer à tous autant, ou bien pour cacher les offrandes faites à ses amis politiques. L’avenir nous le dira avec justesse inchalah. Un article paru sur un journal algérie de H. Zerrouki est vraiment à lire…

    « Cet argent arabe parti en fumée.
    Le chiffre a de quoi donner le tournis. «Les pays arabes ont perdu 2 500 milliards de dollars en raison de la crise financière mondiale», a révélé le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Mohammed Al-Sabah. Tout cet argent, investi dans les institutions financières occidentales — banques, assurances — a fondu comme neige au soleil. Il en est ainsi des prises de participation d’Abu Dhabi Investment et du saoudien Kingdom Holding dans le capital de la banque américaine Citygroup, laquelle a dû être secourue par l’Etat américain afin d’éviter le dépôt de bilan.
    Mais aussi dans d’autres institutions financières comme Merryl Lynch, quatrième banque d’affaires américaine, rachetée au dernier moment par la Bank of America. Quant aux milliards de dollars investis par ces pays mais aussi par l’Algérie dans l’achat de bons du Trésor américain, rien ne permet de penser qu’ils seront un jour récupérés sans perte, du fait de la dépréciation du dollar. Ajoutons à cela les 400 milliards de dollars des pays du Golfe qui dorment dans les banques suisses ! Le même ministre koweïtien, prenant soudainement conscience de la catastrophe que représente cet argent envolé, appelle aujourd’hui à un «marché commun arabe». Idée appuyée par les autres pays du Golfe avant de faire l’unanimité au sein des Etats membres de la Ligue arabe. C’est un peu tard, car cette somme colossale investie dans les pays occidentaux aurait pu aider au développement des pays arabes moins riches. D’autant que la trentaine ou plus de milliards de dollars investis par ces pétromonarchies dans les économies des pays frères ne sont rien en comparaison des 2 500 milliards de dollars définitivement perdus dans l’économie spéculative occidentale. Les pays du Golfe investissaient (et continuent à le faire) dans les pays arabes, dans l’immobilier et le tourisme, des projets peu créateurs d’emplois durables, et quelquefois dans des projets agricoles, la téléphonie mobile parce que rentable à court terme, rarement en tout cas dans de gros projets industriels. En revanche, ils n’hésitent pas à mettre la main à la poche pour financer la construction de mosquées et autres institutions religieuses (ça ne crée pas d’emplois). De manière générale, tout porte à croire que les stratégies d’aide des princes du Golfe en direction des pays arabes consistent à s’acquitter du minimum syndical afin de ne pas être accusés de délaisser leurs «frères», avoir la conscience tranquille pour investir en Europe, y disposer de luxueuses résidences secondaires, et profiter des délices qu’offre la société bourgeoise occidentale. Pire, certains émirs préfèrent investir dans le football, se payant à coups de dizaines de milliards de dollars le club de Manchester City, d’autres lorgnent vers le Milan AC… Alors que pendant ce temps, des millions de Palestiniens vivent grâce à l’aide de l’Union européenne, des petits Soudanais meurent de faim, des petits Marocains et Yéménites travaillent dans des petites entreprises artisanales de textile, de cuir… Aujourd’hui, ces émirs veulent donc un marché commun arabe. Soit. Mais, il est à craindre que ce ne soit trop tard. Le fléchissement de l’activité industrielle américaine, européenne et asiatique se traduit par une baisse de la consommation pétrolière et donc de la demande mondiale, fléchissement qui se traduit par une pression à la baisse sur les prix du baril. De ce fait, bien que disposant encore de ressources certaines, les pays du Golfe, confrontés déjà à une baisse des revenus, n’auront pas les moyens de leur politique d’aide aux autres pays arabes, si jamais ils ont l’intention de se décider enfin à investir dans les secteurs productifs créateurs de richesses et d’emplois, et non dans les seuls projets immobiliers et touristiques de prestige, destructeurs de l’environnement. »

  5. zahirus translator dit :

    Azul fellawen,

    Pourquoi cette misérable augmentation de la maigre bourse intervient-elle à cette misérable période-presque à un mois de la mascarade électorale? La réponse est une lapalissade: amadouer les étudiants pour aller voter, pas forcément pour lui, mais pour réduire un tant soit peu le taux d’abstention, qui a été et le sera toujours catastrophique à ce régime totalitaire. S’agissant des résultats du vote, pour boutef et sa caste ce n’est plus une mer à boire!
    Les étudiants, n’en déplaise à boutef et la bande d’opportunistes et de mésirabilistes qui l’entourent, n’iront pas voté, même s’ils verront leur bourse versée en USD; le message des étudiants sera clair « ni carotte, ni bâton », et au diable avec ce vote qui vous perpétue et qui nous opprime.
    « Ce que craigne les puissants, ce sont les citoyens informés ». Le jour viendra où le vent de la révolte décimera ces gueux qui nous gouvernent ainsi que tous les parasites avec!

  6. boudersa Maamar dit :

    Mensonges ou corruption
    A croire que ce que dit le candidat de l’échec est vrai relève de la supercherie. C’est la loi de finances qui décide de l’affection des dotations budgétaires. Vérifier au niveau du trésor oublic, au niveau des offices des oeuvres universiataires, au niveau de la BADR et ailleurs, si ce que déclare le guide de la nation est vrai, ou bien, il s’agit de mensonges électoraux pour corrompre les gens à participer à la farce électorale du pouvoir qui est à nu, et il ne sait plus sur quel pied danser, sauf celui de la corruption, croyant qu’en soudayant agriculteurs, étudiants, salariés et fonctionnaires, il va les faire sortir le 9 avril 2009 pour les diriger vers les urnes, comme si les Algériens était un troupeau de bétail qui suit le berger à la recherche de quoi brouter.
    Pauvres maitres sans troupeaux. Démissionnez, c’est mieux pour vous. Même au pouvoir, la confiance est percue à jamais. Le mensonge ne peut plus cacher votre échec et votre incompétence et même vos crimes.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER