• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 mars 2009

Archive pour le 21 mars, 2009

Mise au point

Je viens de recevoir le message suivant: « C’est quand même triste de ne pas publier un APPEL de cette importance dans son intégralité et attendre 48h pour en publier des fragments. Un appel qui a été publié par 26 sites et blogs algériens, maghrébins, européens et canadiens et dont en a fait part la presse internationale. Drôle de liberté d’expression et de démocratie ! Hier c’était le FIS qui avait le monopole de la religion, aujourd’hui c’est une minorité qui veut s’accaparer de la “démocratie spécifique”. Amar Oufella.

Mise au point: 

Je tiens à vous informer Mr Amar Oufella que j’ai publié un extrait de l’Appel pour le changement avec la mention « Lire la suite www.algeria-watch.org ». Vous me repprochez le fait d’avoir attendu 48 h pour publier l’Appel ? Je pense qu’outre mes obligations professionnelles qui m’empêchent de mettre à jour le blog, je n’ai pas les moyens de connection à Internet. Je suis obligé de me rendre quotidiennement dans des cybers et Dieu sait que le prix de la connection est de 70 DA/Heure. Je ne vis pas en Europe, mais en Algérie !  Si j’ai accepté de prendre des risques, je n’accepte pas d’être interpellé de cette manière. Sans rancune.  El mouhtarem

Bouteflika à Batna: « Mon programme est comme une pastèque »

pastque.jpgLe candidat au scrutin présidentiel d’avril prochain, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé jeudi dernier à Batna que son programme est comme une pastèque. « Mon programme est comme DELAA, vous pouvez le goûter, si il ne vous plait pas, ne l’achetez pas ! »

A Bechar, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé vendredi que son programme est comme du tissu « si il ne vous plait pas, il ne faut pas le prendre ».  »Durant le prochain mandat, je vous offre 150 milliards de dollars de tissu », a-t-il souligné.  El Mouhtarem

Le fils de Zeroual au meeting de Bouteflika

zer1.jpgLe fils de l’ancien président de la République, Liamine Zeroual, a assisté jeudi dernier au meeting du candidat Bouteflika à Batna. Installé au premier rang réservé aux officiels, Karim Zeroual a expliqué qu’il est présent en tant que citoyen, ni plus ni moins. «Je suis venu voir et écouter le discours du candidat Bouteflika», a-t-il répondu aux nombreuses sollicitations des journalistes.

Le nouveau business de la présidentielle

teguia.jpgDécidément, l’élection présidentielle fait le bonheur de nombreuses personnes, notamment les représentants de la grande majorité des partis politiques qui font carrément du business illicite avec les accréditations prévues au niveau des CWISSEL et CCISSEL (Commission de wilaya et  communale de surveillance des élections). Ces accréditations se vendent désormais sur les places publiques et dans les cafés au su et au vu de tout le monde à des prix exorbitants. Entre 15 000 et 20 000 DA pour les accréditations au niveau de la CCISSEL et 30 000 à 40 000 DA pour la CWISSEL. À Boumerdès et Alger, elles ont atteint 25 000 et 45 000 DA, nous ont affirmé certains responsables locaux de partis. L’on sait que l’État alloue aux membres retenus par les partis politiques pour les représenter de la CSISEL un pécule de 30 000 DA par personne et  6 millions pour les représentants de wilaya. Source Liberté/ Synthèse
Photo:
Mohamed Teguia président de la CPNSEP

Karim Tabbou à Amizour: “Nous allons mener notre campagne anti-vote”

tab1.jpgLe premier secrétaire du FFS a choisi la ville d’Amizour pour entamer sa campagne pour le boycott des élections présidentielles devant un nombreux public. Karim Tabbou a, dans son pamphlet, tiré sur “tous ceux qui bougent” pour ces élections. Il dira d’abord qu’à cette occasion de la journée historique d’arrêt des hostilités entre la France et l’Algérie, son parti appelle à casser les interdits pour expliquer par la suite que le chef de daïra d’Amizour a interdit ce regroupement, ce qui dément, selon l’orateur, les dires du ministre du l’Intérieur Yazid Zerhouni que les partisans du boycott sont libres d’activer. L’orateur estime que le FFS reste le seul opposant politique au pouvoir actuel et pour lequel le boycott est devenu un cauchemar qui hante les esprits de ses dirigeants. Selon Tabbou, “les populations se désintéressent de ces simulacres d’élections et le FFS ne fait que capter ce que pense cette population outrée.La DDK

Le retour tonitruant de Baâziz

baaziz.jpgLa chanson de l’artiste Baâziz, Ana n’voté l’Bladi, est diffusée régulièrement et simultanément avant ou après le journal télévisé de 20h sur les trois chaînes de télévision algériennes. Ce clip a pour objectif de sensibiliser les Algériens pour aller glisser le bulletin dans l’urne au prochain scrutin présidentiel du 9 avril prochain. Pour ce chanteur, qui a été interdit d’antenne tant à la radio qu’à la télé pour ses chansons qui tiraient à boulets rouges sur le pouvoir, c’est vraiment un sacré retournement de situation ! Son goût pour les textes provocateurs lui ont valu une réputation de rebelle en Algérie. Ce clip met en scène un jeune prêt à quitter le pays sur une barque de harraga, mais renonce à ce projet à la dernière seconde. L’amour du pays l’a emporté devant l’envie d’aller vivre sous d’autres cieux. Il est loin le temps de Ya Hasrah kikount Esseghir…

Les supporters de Mohamed Said agressés à Bab El Oued

babeloued2.jpgLa fin du meeting du candidat Mohamed Saïd à la salle Atlas a été marquée par des échauffourées. Des jeunes gens se sont pris aux participants et ont saccagé les bus les transportant. Dans un communiqué rendu public hier, la direction de campagne de ce candidat dénonce ces incidents et souligne que «le comité de soutien de Mohand Oussaïd à Alger avait informé les services de sécurité de la daïra de Bab El Oued de la tenue du meeting à la salle Atlas ; pourtant, la police a été absente. Cette absence a permis à quelques éléments de s’en prendre aux neuf bus transportant les participants et de saccager leurs vitres».

Paroles d’un candidat à la présidentielle

mohamedsaid2.jpg«Les moyens médiatiques sont mobilisés dans une seule direction ; la commission nationale des élections a été composée de gens qui sont passés maîtres dans la fraude ; la commission politique de surveillance des élections a été constituée selon la volonté d’un seul candidat. Sans oublier les affiches et exhibitions en tout genre qui sont apparues des semaines avant le début de la campagne, alors que l’aide financière dont devaient bénéficier les autres candidats n’a été délivrée que la veille de la campagne», a déclaré le candidat Mohamed Saïd lors d’un meeting à la salle Atlas de Bab El Oued.

Le vent souffle à Annaba

bouteflika.bmpCe vendredi le vent s’est invité dans la campagne électorale; pas de chance pour Bouteflika, du moins pour ses immenses affiches placées n’importe comment et qui ne lui résistent pas. Le spectacle est édifiant : elles sont en lambeaux et les Annabis ricanent. Ils savent que le wali s’est déplacé en personne à l’hôtel Seybouse (l’équivalent ici de l’ Aurassi ) il a réquisitionné 6 balcons (avec les chambres) pour (mal) installer une immense affiche du beau Boutef. Le vent a fait des siennes et maintenant l’affiche en lambeaux  flotte au gré du vent. Belle revanche de la nature. C’est le même spectacle un peu partout dans le centre ville là où les immenses affiches ont été installées. Même celle où  Mennadi  (le sulfureux ex président de l’USMAn ) s’affiche aux cotés de l’Inamovible. En lambeaux. D’ailleurs curieusement les affiches de Boutef sont absentes dans les quartiers populaires qui sont ainsi tranquilles loin des agitations des riches excités qui ont cru s’approprier l’espace urbain avec la complicité des figurants qui se prennent pour des candidats à des élections présidentielles. Pauvre Louiza ! Maintenant on attend la pluie et on espère qu’elle va effacer ! Par Kamel Daoud, 20/ 03/ 2009

Le FFS se mobilise pour le boycott

ffs.jpgLe FFS se mobilise pour le boycott de l’élection présidentielle du 9 avril. Il a réuni hier, à son siège national, les présidents d’APC et ses élus APW.

La rencontre comptait un seul point à l’ordre du jour : le débat sur la falsification du processus électoral. D’emblée, le premier secrétaire du parti de Hocine Aït Ahmed, Karim Tabbou, a tenu à dénoncer ce qu’il qualifie de «double langage» du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nourreddine Yazid Zerhouni, qui a indiqué récemment que le FFS est autorisé à faire campagne pour le boycott alors qu’en réalité, il a donné des instructions pour faire obstruction à ses activités. «Comme si le FFS attendait son autorisation», a lâché M. Tabbou, qui assure que sa formation activera avec une «détermination particulière», affirmant que «les partis de l’Alliance ont été obligés d’annuler les manifestations» programmées dans la wilaya de Béjaïa «faute d’auditoire». «On a même, selon lui, transporté des populations de partout pour leur faire écouter le discours de Belkhadem.» L’orateur soutient que son parti dénoncera   »tout le processus de défi et de violence qui se pratique contre les Algériens». Il y a beaucoup de contradictions dans les statistiques livrées à l’opinion, a dit M. Tabbou, qui explique que lors du recensement général de la population de 1998, «on avait annoncé qu’il y avait 26 millions d’Algériens et le fichier électoral donnait 12 millions en âge de voter ; dix ans après, ce chiffre a atteint 20 millions, soit 8 millions de plus».

Dénonçant la manipulation éhontée du fichier électoral, le premier secrétaire du FFS souligne avec beaucoup de dérision: «On ne savait pas que les Algériens naissaient avec des moustaches.» «Nous sommes dans la sophistication du processus de la fraude», ajoute le responsable de la formation de Hocine Aït Ahmed, avant de lancer: «Le corps électoral est composé de fantômes.» Comment ? Karim Tabbou affirme que «le corps électoral a été dédoublé avec la création des électeurs qui seront en mission sécuritaire urgente, du 16 mars au 17 avril, dans les communes et le corps des électeurs temporaires dans les cités universitaires». Le régime, selon lui, a poussé «les limites de la bêtise en bricolant et en trafiquant des candidats qui travaillent tous en réalité pour Bouteflika». Le seul candidat «qui leur fait mal est le candidat du boycott», dit le premier secrétaire du FFS, qui qualifie l’élection présidentielle de «processus mafieux. Sinon comment comprendrequ’on recrute des étudiants et des étudiantes en leur offrant une indemnité de 4000 DA pour organiser le vote dans les cités universitaires ?». Le responsable de la formation de Hocine Aït Ahmed a saisi l’occasion pour dénoncer les pressions qui s’exercent sur le parti. «Au premier jour de la campagne électorale, notre siège a été assiégé par les services de sécurité», raconte-t-il. M. Tabbou indique: «La bataille psychologique, nous l’avons gagnée.» Selon lui, «c’est un produit de laboratoire, une technique propre au DRS que d’annoncer des chiffres astronomiques : 8000 meetings, 20 millions d’électeurs». «L’objectif, dit-il, est d’accréditer la thèse d’un taux de participation de 80%.» Le premier secrétaire du FFS n’hésitera pas à critiquer, sans la nommer, la candidate Louisa Hanoune qui appelle à l’organisation d’élections législatives juste après le scrutin du 9 avril. «Ils veulent faire accepter une mascarade avant de nous engager dans une autre», estime l’orateur, qui ne manque pas de décocher une flèche à «ceux qui ont décidé de se mettre au congélateur pour ne pas avoir de problèmes avec le raïs».

Convaincu que «le FFS a réussi une bipolarisation de la scène politique du pays en s’imposant comme seule force politique contre le pouvoir», M. Tabbou affirme que son parti a décidé de mettre en place un véritable ministère de l’Intérieur parallèle, des brigades de collecte d’informations sur le processus de falsification électorale qui travailleront pour informer les Algériens. Le responsable du FFS, qui indique qu’«on fait assister la même population aux meetings de tous les candidats», soutient que «le candidat Bouteflika n’a pas joint à son dossier de candidature le certificat médical». Selon lui, à la remarque de l’agent, le chef de l’Etat avait eu pour toute réponse: «Non, je ne suis pas malade !» Le FFS, indique son premier secrétaire, ne se contentera pas de mener des actions à l’intérieur du pays mais organisera, dans le cadre de l’Internationale socialiste, dont il est membre, des actions diplomatiques contre la mascarade électorale. Karim Tabbou annonce également que le journal du parti reparaîtra à partir de lundi prochain avec un tirage de 50 000 exemplaires. Par Said Rabia EL Watan

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER