• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 28 mars 2009

Archive pour le 28 mars, 2009

Résolution des femmes militantes du FFS

dilem.jpgLes femmes militantes du Front des Forces Socialistes, réunies dans le cadre du forum national de débat et ce conformément aux résolutions du 4ème congrès du parti, le jeudi 26 mars 2009 au siège national du parti, ont adopté la résolution suivante :

Depuis des décennies, des générations de militantes, toutes tendances confondues, toutes classes confondues ont labouré, semé et engrangé: ont labouré des sillons revendicatifs, ont semé les idéaux de liberté, ont engrangé la visibilité plus manifeste par une présence marquée et remarquée dans tous les compartiments et lieux de la société algérienne. Aujourd’hui, le devoir de mémoire nous impose d’abord de saluer les femmes palestiniennes courageuses et résistantes à la violence, à la sauvagerie et au chantage alimentaire que leurs impose l’armée israélienne.

Le devoir de mémoire nous impose d’honorer celles de nos aînées de la lutte de libération nationale. Elles s’étaient imposé comme droit et devoir de libérer la terre et les êtres. A l’indépendance, l’ingratitude, les habitudes, les pesanteurs sociales ont pris le pas sur le rêve commun : un pays libéré, une société juste. Celles qui vivent parmi nous encore avec des corps meurtris et torturés continuent toujours par leur présence et leur témoignage à nous rappeler et exiger de nous de réaliser les objectifs de notre Révolution.

Notre fidélité aux idéaux de liberté et de justice nous impose de saluer la mémoire des militantes de 1963, qui après avoir subi l’arbitraire colonial ont subi l’arbitraire de l’Ordre Etabli. Nous saluons également le courage et l’engagement des mères de disparus qui, avec quelques rares compagnons, continuent de manifester à Alger, la capitale interdite de manifestation. Elles sont emblématiques d’une société qui résiste, d’une générosité qui survit, d’une exemplarité à suivre. Elles sont révélatrices de la cruauté et du cynisme d’un système arbitraire et d’une société civile frileuse. Nous payons là le prix des faux débats, des débats tronqués, d’un discours sur les Droits de l’Homme à géométrie variable.

Le constat est là :

Durant toutes ces années, nous avons consacré beaucoup de temps au débat sur le Code de la famille sans grand résultat. Ce code a été proposé, approuvé et consacré par des institutions illégitimes. 

Aujourd’hui, prenons la parole pour dire que la précarité qui touche l’humanité algérienne touche d’abord la femme. Que la précarité qui touche l’enfance touche plus la fille que le garçon, mais pas autant que la mère ; car elle les protège même au prix de sa vie. Mobilisons nous pour que la femme cesse d’être un simple jouet de l’histoire. Si la précarité sociale oblige de larges pans de la société à devenir des clientèles du pouvoir ou à entrer dans les réseaux d’allégeance, elle jette la femme dans beaucoup de cas, à la rue, dans la prostitution et  dans la servitude.

Toutes les femmes doivent dire aujourd’hui et toujours avec la même voix : Nous sommes pour un Etat de tous les citoyens qui reconnaît et sacralise la citoyenneté, laquelle citoyenneté doit avoir pour corollaire l’égalité. Nous ne sommes ni dociles et ni complices.  Nous n’acceptons ni le marchandage électoral ni les rôles de supplétives. Nous, femmes militantes du FFS réunies dans ce forum, saluons la résolution de boycotte du scrutin présidentiel prise par le parti. Nous considérons que cette décision révolutionnaire est juste. Une décision qui s’inscrit dans le prolongement du combat de libération nationale et du combat pour la démocratisation de l’Etat et de la société.

Nous appelons toutes les femmes Algériennes à boycotter ce scrutin et à s’engager dans le combat pour le respect intégral du droit. Le doit d’avoir des droits. Au FFS, nous militons pour une Algérie qui donne la parole à l’homme comme à la femme. Nous militons pour une société humaine ou seront consacrées les valeurs de respect, de dignité, d’égalité, de paix et de démocratie. Nous voulons construire une société débarrassée de toute forme de violence.

M. Ouyahia, le colonialisme français traitait aussi les Algériens, qui luttaient pour leur indépendance, de «criminels»…

ouyah.jpgNe trouves-tu pas que tu fais là usage de vocables et d’invectives qui datent un peu ? Ben, oui ! C’est le moins qu’on puisse dire puisque, de son temps déjà, le colonialisme français traitait aussi les Algériens, qui luttaient pour leur indépendance, de «criminels»…
En fait, c’est une des deux: Ou vous êtes tous de mauvais élèves et des cancres fermés à triples tours, ou alors c’est votre employeur, «Madame
la France», qui a oublié de vous offrir une petite formation de mise à jour puisque, de toute évidence, vous en êtes restés aux anciennes consignes… d’avant 1962.
Mais, moi, à ta place je prendrai tout de même le temps de réfléchir à la probabilité d’une… heu… troisième piste. Ben, oui ! Il n’y a pas que les «mandats» qui se déclinent en trois après tout !
Ne vous êtes vous pas dit, vous tous, qu’il serait peut-être du domaine de la probabilité qu’en ces temps troublés et incertains de crise mondialisée, que vos employeurs, insatisfaits de la médiocrité de votre rendement et constatant vos lamentables échecs, réfléchissent maintenant à une version «Ponce Pilate» améliorée leur permettant de se départir de vos services ?
Cette thèse n’expliquerait-elle pas au fond la panique qui s’est emparée de vous tous vis-à-vis du boycott par le peuple de votre triple mascarade ? Parce que, que pèserait et que vaudrait alors votre «crédibilité» sur la scène internationale si cela devait arriver ?
Bref, sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, tous cela n’annonce rien de bon pour vous tous. Les guezanettes et certaines zaouïettes peuvent, contre petites rétributions, vous confirmer certains présages. Et ce n’est pas le fait d’avoir le «courage» d’insulter et de menacer le peuple qui va rassurer «madame la France» et toute les autres madamettes qui vous mènent par le bout du…« nif». C’est que, pour l’opinion internationale, votre approche, pas très catholique pour un sou, ne fait pas non plus, tellement… «démocratique» !
Tu vois ? Tout le problème réside à ce niveau : Vous n’êtes même pas foutus, avec toute la latitude qui vous est accordée et les moyens colossaux que vous vous octroyez, de simplement faire semblant ! De tout simplement sauver les apparences ! Ce n’est pourtant pas la mer à boire ! Ni tout le pétrole d’ailleurs ! Et c’est justement cette incapacité chronique à vous renouveler et à vous dépasser qui semble inquiéter et irriter l’employeur en chef qui, par ailleurs, a déjà commencé à sévir en douce et sans aucun état d’âme (Guinée, Madagascar, Soudan… Gaza…).
Mais toi, Ouyahia, de quoi as-tu peur finalement ? De perdre ton contrat actuel ou celui déjà «promis-et-réservé» ? Mais qu’est-ce qui te déstabilise autant ? Les pressions venant d’«en haut» ? La crainte que le boycott ne puisse pas te permettre de bourrer les urnes à ta guise ? La peur de voir le boycott se traduire, à terme, par un changement de régime et de voir ainsi filer sous ton nif (qui s’est d’ailleurs bien accommodé de la moustache qui le cache depuis longtemps déjà) la consécration ultime de toute ta carrière ?
Tu ne seras plus le premier ministre, c’est un fait. Mais tu ne seras pas le premier qui sera au chômage boulitik. Et qui sait ? Peut-être que tu effectueras, toi aussi, la traversée de quelques déserts salutaires. Et puis, après tout, ça ne sera pas la fin du monde! Parce que d’ici là le taux de chômage ne sera plus que de 0,333 % – rendons donc grâce, nuit et jour, à notre grand bienfaiteur, sa fakhamatouhou Bout-hef 1er, le clairvoyant et bien guidé.
Et dans le pire des cas, dis-toi une seule choses : ton expérience, tes hautes compétences et ton savoir-faire unique dans le domaine du nationalisme patriotique ne peuvent aucunement laisser certaines puissances étrangères indifférentes et de glace devant ce genre de profil. Elles auront toujours besoin de gens comme toi.
Prépare donc ta valise et ton CV ! Par Rezki

Le P/APC de Draa Ben Khedda quitte le FFS pour rallier Bouteflika

miraoui.jpgLe président de l’APC de Draa Ben Khedda, wilaya de Tizi-Ouzou, M. Mohamed Miraoui, a décidé de quitter son parti, le Front des Forces Socialistes (FFS), et annoncé, par conviction, son soutien au candidat indépendant Abdelaziz Bouteflika. Dans un communiqué qu’il a rendu public ce vendredi, M. Miraoui a indiqué : «j’annonce, par conviction, mon soutien au frère Moudjahid Abdelaziz Bouteflika, initiateur du projet de réconciliation et de paix, et artisan de projets et de grandes réalisations que l’Algérie n’a pas connus auparavant». Et d’ajouter : «Par la même occasion, j’annonce ma démission du FFS».

Source: Le site officiel de Bouteflika.

Commentaire: Le président de l’APC de DBK vient de prouver qu’il n’a aucune conviction. Il a participé à la rencontre des Maires avec Bouteflika alors que le FFS a demandé à ses élus de ne pas prendre part à la rencontre. Il est passé à la commission de médiation et du règlement des conflits du parti. Sachant qu’il ne lui reste rien à espérer du FFS, il décide de rallier Bouteflika. Bon débarras.

12

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER