Archive pour mars, 2009

Halte aux intimidations !

libertepresse1.jpgLe Club des journalistes algériens de France (CJAF) condamne avec la plus grande fermeté l’intimidation dont a été victime notre consœur Samia Baba Aïssa lors du meeting de soutien au candidat Abdelaziz Bouteflika organisé à la maison de la Chimie samedi à Paris. L’un des organisateurs l’a prise à partie publiquement et l’a menacée de dévoiler sa «fiche». «J’ai ta fiche, je vais l’étaler, tu peux compter sur moi» (sic !). Notre consœur posait des questions sur le déséquilibre de moyens entre les candidats à la présidentielle. Ces menaces rappellent de tristes pratiques du parti unique au plus fort de la dictature. Nous appelons les responsables politiques à raison garder et à respecter le travail des journalistes. Le CJAF apporte tout son soutien à Samia Baba Aïssa dont le professionnalisme n’est plus à prouver. Par ailleurs, le CJAF continuera, en toutes circonstances, à s’élever contre ces pratiques en les dénonçant et en faisant des libertés d’opinion et de presse, son combat.

La police interpelle deux militants du FFS à Tizi-Ouzou

article2150.jpgDeux militants du Front des forces socialistes (FFS) ont été interpellés, dimanche 29 mars, par la police au niveau de la ville de Tizi-Ouzou. Les deux militants de la section de Aït Aissa Mimoune ont été arrêtés alors qu’ils ramenaient des affiches appelant au boycott des élections présidentielles du 9 avril prochain. Conduits au commissariat de police à 15h00, ils ont été auditionnés avant d’être relâchés à 2h00. Par ailleurs, la demande formulée par la section FFS de Tizi Ouzou pour l’organisation d’un meeting  jeudi prochain avec le premier secrétaire du parti, Karim Tabbou, a été refusée par l’administration locale. En réponse à ce refus, le FFS a décidé de tenir son meeting le même jour devant le siège de sa section communale du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou.

Lettre ouverte au présumé président de l’APC de Draâ Ben Khedda

miraoui.jpgTout d’abord un petit rappel. Je suis un honorable citoyen de la commune de Draâ Ben Khedda dans la wilaya de Tizi-Ouzou, ici tout le monde me connaît et me respecte parce que je suis respectable et respectueux, je suis un artiste et mon riche palmarès me rend encore plus fier. Pendant toute ma jeunesse j’ai servi cette commune en animant des galas pendant les fêtes nationales, sans jamais demander de retour et les gens qui représentaient les autorités locales à cette époque peuvent témoigner de ma bravoure. Mes amis se retrouvent tous aisés aujourd’hui, un chez soi, un poste de travail stable et j’en passe, mais moi je me retrouve actuellement marié, père de deux enfants, habitant toujours chez mon père et sans emploi. Bien sûr ce n’est la faute à personne d’autre que moi-même, j’ai été naïf plus qu’il en faut.

Ma femme travaillait dans le cadre de l’emploi de jeunes (IAIG), nous survivions mes enfants et moi avec les 3 000,00 DA que gagnait ma femme et des fois je bricolais en composant des musiques ou en arrangeant des chansons pour des chanteurs. Dès l’installation du FFS et dès leur première délibération, ma femme fut licenciée sous prétexte qu’il y avait des dossiers empilés des gens nécessiteux, mais ce n’était là que des paroles parce que tout le monde à Draâ Ben Khedda sait qu’il y avait des gens plus aisés et leurs filles travaillaient dans ce cadre. Il y avait des gens qui jouissaient d’un poste stable et leurs salaires atteignaient les 12 000 DA et en plus on leur a accordé des postes dans ce cadre et sans même se présenter touchaient les 3 000 DA (ce sont leurs proches).
Ma femme a été licenciée parce que son unique crime c’est d’être la fille d’un adhérent du FLN. Voici la vraie raison parce qu’en même temps une amie à elle a subi le même sort et quand elle s’est présentée au siège de l’APC pour réclamer sa réintégration on lui a répondu: «Va demander au FLN de te recruter !» Et croyez-moi qu’elle est seule à subvenir aux besoins de toute une famille parce que son père est mort (c’est quelqu’un qui a honoré le club de Draâ Ben Khedda, qui ne connaît pas MOH SELLAH l’ancien gardien de but ?)

Quand je me suis rendu au siège de l’APC pour te parler gentiment, tu as refusé de me recevoir. J’ai attendu de 8h 00 jusqu’à 13h 00 pour me recevoir, en vain. Tu as reçu tout le monde sauf moi. Tu te rappelles ? Je vais te rafraîchir la mémoire. Quand tu es descendu pour te rendre à la wilaya, je t’ai intercepté au portail en te disant: pourquoi tu refuses de me recevoir ? Tu m’as répondu froidement: Qu’est ce que tu veux ? Je t’ai expliqué mon problème et tu m’as répondu: «Elle a été licenciée et puis point final». Et quand je t’ai dit: «Comment ça licenciée et puis point final ?» Tu m’as surpris avec ta fameuse phrase et choquante en même temps: «Fais ce que tu veux, on peut tous tuer, on peut tous devenir terroriste». Tu te rappelles ? Et bien mon cher parle pour toi, c’est toi le terroriste et ta première tendance le prouve d’ailleurs. Moi je suis un artiste et je te ferais regretter le jour de ta naissance et artistiquement. Mais apparemment tu n’as aucun principe, tu as trompé les gens grâce auxquels tu es là ou tu es (ceux à qui tu as donné les bons de ciment, les bons de ferraille, bons de parpaings, et ceux à qui tu as promis des locaux). Parce que sans ces gens là tu n’as aucun mérite pour atteindre ce siège, ni toi ni tes compagnons d’ailleurs. Vous n’êtes que des affamés, et assoiffés du pouvoir. Tu as trahi même le parti qui t’a donné l’occasion de sortir de ta coquille, parce que, comme on te connait, tu n’es jamais sorti de ton quartier auparavant.

Aujourd’hui tu insultes les gens en te cachant derrière le blason de l’APC. Sais-tu ce que les gens disent de toi et de tes semblables ? Vas voir l’opinion publique, approche –toi des gens de la localité et tu sauras ce que tu es en réalité. Un moins que rien surtout avec la dernière surprise que tu leur as réservé. Mais ce que je te dis, moi en tant que citoyen de la localité, rappelles-toi qui tu es, D’où tu viens, et avec qui tu as grandi.  Par Hamid Ben.

Technologies de l’information: L’Algérie classée à la 108e place

internet.jpgLe PDG de l’Eepad Nouar Harzallah s’est dit, hier, déçu du classement de l’Algérie en matière de technologies de l’information par le Forum économique mondial, qui a placé notre pays parmi «les derniers de la liste, à la 108e place». Il ajoute que bien que l’Algérie ait mis le paquet pour développer la technologie de l’information, il se trouve que nos voisins ont été mieux classés par le Forum économique mondial, «parce que, tout simplement, ils ont su développer le contenu des informations à l’extérieur». Il ajoute que «nous disposons de moyens et de la volonté de l’Etat, mais nous sommes toujours à la phase de la consommation». Et de poursuivre qu’«il faut des actions et sortir des salons et des séminaires, si on veut vraiment développer les technologies de l’information», a-t-il recommandé.

Sept personnes au meeting de Madjer

Le directeur de campagne du candidat au scrutin présidentiel, Abdelaziz Bouteflika au Quatar, Rabah Madjer, a animé un meeting dans la capitale qatarie Doha. L’ex-international de football a réussi à mobiliser 7 personnes.

Koul Ya El guellil !

lgumes.bmpLa pomme de terre, denrée à large consommation, est cédée à partir de 75 DA, la courgette est affichée à 80 DA, la carotte à 65 DA, la tomate à 90 DA, la banane à 160 DA le kilo, les haricots verts à 220 DA le kilo, le poivron à 160DA, les oeufs à 15 DA l’unité, sardine à 300 DA le kilo…

Petit propos…suite à l’Appel du 19 mars !

Chers amis et chers compatriotes,  

Signataire de l’«Appel», je voudrai exprimer mon profond respect à toutes celles et ceux de nos compatriotes qui ont bien voulu prêté attention et faire part de leurs avis au sujet du texte tant dans son esprit général que dans son contenu. Ils ont bien voulu partagé avec d’autres citoyens algériens que nous sommes, leurs objections, leurs critiques et de nous interpeller en toute sincérité, courtoisie et respect. Et nous serons très heureux de poursuivre le débat à chaque fois que l’occasion nous le permettra. Ceci, grâce à l’amabilité de tous ceux qui ont accepté de publier l’Appel sur leurs différents sites respectifs. D’ailleurs, enrichir le débat entre citoyens de tout bord aujourd’hui, n’est pas une chose inutile. Il y va de l’avenir de notre pays.  

Par ailleurs, je suis obligé de dire que certains, aussi minoritaires soient-ils, ont versé dans une logique d’anathèmes et de rupture totale avec toute éthique de pensée aussi primitive qu’elle soit. Notamment, avec la tentation de s’attaquer de manière abject contre un certain nombre de signataires du Texte. Avant de ‘‘s’offusquer’’ tout simplement de ne pas voir le texte censuré ! C’est dire combien la liberté d’expression chèrement payée à travers les phases douloureuses de notre pays, peut encore représenter quelque chose de ‘‘vital’’ aux yeux de ces personnes. Pourquoi ? Il faut dire que leur autosatisfaction (de ces quelques citoyens) va même jusqu’à reprocher aux signataires le fait d’utiliser le mot ‘‘Salem’’ !!? Un terme que j’utilise personnellement avec nos lecteurs internautes ! La tornade de blasphèmes et d’opprobres qui s’est abattu frôlait à bien des égards le délire paranoïaque avec tout ce que cela implique comme irrationalité…En effet, pourquoi tant de peine à se donner bonne conscience en vilipendant des ‘‘agitateurs’’ (signataires) qu’ils ne connaissent même pas !?   

Leur bonne ou mauvaise conscience n’était pas sans rappeler les moments les plus révulsifs des années de sang; où par des communiqués obscures, des concitoyens étaient désignés comme ‘‘ennemi(es)’’ à abattre…! A en croire, certains commentaires (voir matindz.net) : les signataires du texte seraient tout simplement des ‘‘fous’’ et ‘‘agitateurs’’…! En tous cas, tout semblait faire écho aux irresponsables propos qui traitaient les Algériens boycotteurs de ‘‘traîtres’’ et de ‘‘criminels’’. Pourquoi ? Serions-nous le nouvel ‘‘Ogre’’ qui viendrait troubler le sommeil des bienfaiteurs de la Nation ? Simple phobie infantile ou véritable «névrose obsessionnelle», la batterie d’injures a fini par mettre ces ‘‘commentateurs’’ dans un véritable exercice de «talking cure»: espoir ou désespoir de se ‘‘guérir’’ par la ‘‘parole’’ ! Pourquoi pas ! Puisque aujourd’hui le Net le permet et SVP «gratuitement» !  

Cette marche irrésistible d’un ‘‘discours’’ nihiliste au substrat ségrégatif et discriminatoire a trahi le «narcissisme» de ces laisser-pour-compte et ‘‘bienveillants’’ de la Nation. Peut-être, ne fallait-il pas songer à proposer ces «diatribes généreuses» à notre égard, tout simplement comme alternative au «boycott» et constituer la seule réponse sérieuse au malaise de notre Algérie saigné par leurs maîtres ?! Cette volonté d’exclusion – non assumée – de tout « Sujet » assumant les constituants de son imaginaire social et collectif, spirituel ou matériel depuis des millénaires est à verser dans le même lit d’un totalitarisme sadique qui n’ont pas fini d’abreuver. Sacré combat…Enfin ! Encore une autre ‘‘petite’’ leçon de l’Histoire pour les ‘‘petits’’ citoyens que nous sommes… 

Je tiens à réitérer ici – quitte à me répéter – qu’aucune prétention élitiste corporatiste ou intellectualisme éthéré ne sont à mettre au compte de notre démarche. Certains se demandant légitimement qui sommes-nous ? Je dois dire que nous sommes des algériens, venons d’horizons différents et avec des cultures professionnelles aussi différentes les unes que les autres. Seul l’avenir d’une Algérie meilleur nous intéresse. Seule une nouvelle ère qui mettra fin à cette tyrannie aux facettes de plus en plus obscures demeure notre souci. Seule une Algérie doté de nouvelles institutions élues au suffrage universel constitue notre priorité. Seul un Etat de Droit garant d’une Démocratie capable de protéger le plus faible d’entre nous contre l’injustice des plus forts reste notre motivation première. Un choix que nous défendrons et proscrirons en lettres d’or dans un socle constitutionnel commun. Ceci, afin que chaque citoyen se sente aussi bien fier qu’épanoui au sein d’une Algérie ‘‘rêvée’’ enfin, pour l’instant…!          

Tahya Aldjazaïr ! Fraternellement, K. Samy de Paris, 29 mars 2009 

Communiqué de la section FFS de Tazmalt (Béjaia)

La section FFS de la commune de Tazmalt (Béjaia) organise aujourd’hui, 30 mars, à 17h30 à la salle des conférences de la structure, une conférence sous le thème: « Les contradictions politiques des réformes économiques en Algérie ». La conférence sera animée par Mourad Ouchichi, enseignant à l’université de Béjaia.

39ème kidnapping à Tizi-Ouzou

lekidnapped.jpgUn jeune entrepreneur répondant aux initiales H.Z., âgé de 31 ans, a été enlevé vendredi en fin de soirée sur la RN30 menant de Aïn Zaouia -dans la daïra de Draa El Mizan- à Boghni, chef-lieu de daïra dont elle est distante d’environ sept kilomètres. Cet entrepreneur rentrait en fin de journée à son domicile à Boghni. En cours de route, il est tombé dans un guet-apens dressé par un groupuscule terroriste. Les éléments armés ont intercepté le véhicule de l’entrepreneur dont l’identité a été vérifiée, comme pour s’assurer qu’il s’agissait bien de leur cible, avant de le forcer à les accompagner. Les terroristes n’auraient pas encore contacté la famille du kidnappé, et ce, jusqu’à hier en début d’après-midi, alors que d’autres -impossibles à confirmer- affirment que les ravisseurs ont téléphoné à la famille en utilisant le mobile du kidnappé pour exiger une forte rançon. Certains parlent d’un milliard de centimes. Avec cet enlèvement, Tizi-Ouzou enregistre son 39ème cas. La Voix de l’Oranie

Louisa Hanoune: «Malédiction aux partisans du boycott !»

ha.jpgLa candidate du PT à l’élection présidentielle, Louisa Hanoune, a exhorté, vendredi dernier, les citoyens de Sidi Bel Abbès à se mobiliser le jour du scrutin pour barrer la route à ceux qui appellent au boycott de l’élection présidentielle. «Malédiction aux partisans du boycott !», a-t-elle martelé sous les acclamations de ses partisans et leurs incessants «Louisa Hanoune, Allah Akbar », a rapporté El Watan.

12345...25

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER