• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 avril 2009

Archive pour le 3 avril, 2009

Le RCD hisse un drapeau noir à la place des couleurs nationales

rcd.jpgLe RCD hisse un drapeau noir à la place des couleurs nationales

Sur le fronton de son siège national, à Alger

Après avoir décidé de geler ses activités politiques, consécutivement à sa non-participation à l’élection présidentielle, le RCD se ressaisit et passe à l’action. Le parti de Saïd Sadi n’a pas trouvé mieux que de hisser un drapeau noir à la place du drapeau national sur la façade de son siège national à Alger, rapporte la chaîne 2 de la radio nationale, aujourd’hui.

Il n’est pas difficile de saisir la symbolique de cette action, pour le moins aussi curieuse que saugrenue: le RCD veut certainement exprimer, à sa façon, le deuil que représentent les élections présidentielles du 9 avril prochain.

Au lieu d’occuper le terrain et de renforcer les rangs du boycott, Saïd Sadi se singularise en voulant créer l’événement et réussir, par là, un coup médiatique. Déjà, la réaction de Mohamed  Teguia, le coordonnateur de la CNSSEP ne s’est  pas fait attendre, en condamnant, bien sûr «cet acte».

Au RCD, on se trompe même de drapeau… Ne serait-il pas une réaction à l’affiche pour le boycott diffusée par le FFS et son impact psychologique positif au sein des populations? Un drapeau « blanc » aurait été plus indiqué et approprié…

Par R.Z

Rallye Val d’Hydra-Benak pour Boutef

rallye.jpg

La direction de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika a organisé ce matin un « rallye » de soutien au chef de l’Etat.

Dalil Boubakeur: « Lorsque juifs et arabes s’unissent, ils font un travail merveilleux »

boubakeur.jpgExtait d’un entretien accordé par Dalil Boubakeur recteur de la Grande Mosquée de Paris à SVP Israël.

« Concernant les derniers évènements à Gaza, je crois personnellement que lorsque des organisations comme le Hamas bombardent pendant des années le territoire d’Israël, elles suscitent forcément des réactions d’Israël et exposent les populations palestiniennes à des représailles. Ce qui est irresponsables et très dangereux.

Pour répondre à votre question portant sur les actions à mener ensemble, il suffit de reprendre nos sources pour voir à quel point le Coran est apparu comme un jalon et dans le droit fil du message biblique d’Abraham ou de Moïse. C’est pourquoi, je souhaiterais aller très loin dans notre identité commune judéo-arabe. D’ailleurs, dans le Coran, il est écrit que le peuple juif est le peuple que Dieu a choisi.

– Originaire d’Algérie, quel enseignement tirez-vous de la coexistence entre les deux communautés dans ce pays?

– J’ai grandi en Algérie. Je me rappelle que nous disions alors – lorsque des juifs s’installaient dans un village – que la richesse venait avec eux et que s’ils partaient, la misère revenait. Il faut savoir que l’antisémitisme n’est pas une invention arabe mais typiquement européenne. Car être antisémite pour un arabe n’a aucun sens, car ce serait pour un sémite être contre soi-même. Juifs et arabes sont donc amenés, par la nature des choses, à se tenir la main.

– Quelle image avez-vous d’Israël ?
– J’ai souvent été invité en Israël et j’ai promis d’y aller. J’estime pourtant – étant donné ma fonction - que je dois auparavant convaincre ma communauté de l’intérêt de ce voyage. Concernant Israël, je le voie et l’admire comme un pays en pleine expansion et qui a d’énormes ­possibilités grâce à l’intelligence de sa population, surtout quand on voit comment le pays a mis en valeur ses terres, en comparaison aux terres de ses pays voisins… Israël est l’expression même de l’homme livré à la nature. D’où l’importance à mes yeux, de la connaissance et de l’intelligence humaine.

Karim Tabbou: « Aujourd’hui, le FFS a été une tribune pour tous les révoltés du pays »

tizielkhabar.jpgPar lounes guemache , TSA, le 03/04/2009

« Les marches et les meetings se sont déroulés dans de très bonnes conditions. Nous avons organisé ces démonstrations de rue pour montrer au pouvoir que les autorisations de s’exprimer librement s’arrachaient par la volonté populaire et non par des documents administratifs. Nous avons organisé ces manifestations pour prouver que la stratégie du pouvoir, basée sur l’intimidation, avait échoué.

A Tizi-Ouzou et à Béjaia, nous avons décomplexé la rue. Les deux avenues où les marches se sont déroulées portent le nom «avenue de la liberté». Mais ces dernières années, elles ont été interdites de toute liberté car elles étaient occupées par la police. Aujourd’hui, nous leur avons rendu leur indépendance !

Aussi bien à Tizi Ouzou qu’à Béjaïa, il y a eu une présence importante de citoyens, particulièrement des jeunes. J’ai été impressionné par le nombre de slogans scandés spontanément par ces jeunes manifestants. Aujourd’hui, le FFS a été une tribune pour tous les révoltés du pays. Il a été le porte- voix d’un peuple révolté qui a décidé de casser le mur de peur.

Ces manifestations ont-elles été préparées à l’avance par le FFS ou spontanément provoquées par la population?

Les deux. On a voulait accomplir des actes politiques de nature à adresser un message clair au pouvoir notamment au ministre de l’Intérieur pour lui signifier que nous n’avons peur ni de ses services de sécurité ni de ses menaces et encore moins de ses intimidations. De l’autre coté, les choses se sont décidées aussi sur place avec la population présente aux meetings. Celle-ci était prête à l’action car la colère a atteint un niveau explosif.

Ce qui s’est passé aujourd’hui à Tizi Ouzou et à Béjaïa constitue aussi une mise point à Bouteflika qui a fait dans le mensonge et dans la campagne théâtrale dans ces deux villes. Le président-candidat a été escorté par des milliers de policiers et il a importé des applaudisseurs pour fabriquer des images théâtrales d’un accueil chaleureux afin de les diffuser à la télévision.

Par ailleurs, durant son passage dans la région, Bouteflika a pratiqué le chantage économique. Les populations locales ont constaté aussi que la campagne du président est menée par la pègre locale et par des personnes qui ont des contentieux avec l’administration : prédateurs fonciers, personnes en délicatesse avec la justice ainsi qu’avec les services des impôts…La population observe avec beaucoup de colère cette pègre se proclamer des valeurs de Novembre 54 et de la démocratie.

Aujourd’hui, les populations des deux villes ont montré que tout cela n’est qu’une mascarade électorale. Elles ont prouvé que l’attachement de la région aux valeurs de la Soummam et à la liberté était inoxydable.

Nous l’avons souvent dit: Bouteflika c’est Mugabe. Chez Mugabe, il y le choléra, chez nous nous avons la corruption. Aujourd’hui, nous avons dénoncé ce processus mafieux. Nous avons brisé la peur et le silence.

Vous êtes attendu vendredi à Beni Ouarthilane dans la wilaya de Sétif et Bordj Bouarraridj. Comptez-vous organiser des marches dans ces deux localités ?

Avant même notre arrivée sur place, nous avons été destinataires d’informations inquiétantes: des militants du FFS ont été arrêtés à Bordj Bou Arreridj. Mais ceci n’est pas nouveau: mercredi soir, quatre militants du parti ont été arrêtés à Béjaïa. Cela ne nous empêchera pas de mener nos activités et notre combat pour la démocratie et les libertés. Ce vendredi, une fois sur place, nous déciderons du mode d’action approprié en fonction de la situation sur le terrain.

La phrase du jour

« La pluie et le FFS ont purifié la ville de Béjaia, souillée par la visite de Bouteflika. » Par R.Z

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER