APN, ou Agora des Pourris Nourris

Par Sadeg Nassim 

Mes amis, l’appât du profit a trouvé hameçon 

Après ces années d’épreuves on n’a pas retenu la leçon  

Pourtant, on nous a souvent fredonné la même chanson

Celle qui nous berne et celle qui prend notre dignité comme rançon.                             

 ……………………  

Mes amis, les chants des sirènes sont de retour

Avec ces airs stridents qui captivent nos vautours  

Car la voix  de l’argent a composé un disc à mille tours

Qui  fera danser ces forçats sur des draps en velours     

………………………  

Mes amis, ils chanteront sous les projecteurs de notre misère

Qui, à force de s’enflammer, télescopera des larves austères       

Elles calcineront ces corps sans âme et sans caractères 

De leurs étincelles, on trouvera le chemin vers d’autres faussaires.  

 ……………………….. 

Mes amis, notre pays est assoiffé de bravoure et de courage  

On a plus le temps ni le droit  de gober d’autres outrages

Une autre vie nous attend avec ses délices et feuillages

Le changement est en nous, le reste est une éternité de mirages.      

Commentaires

  1. Boussadf dit :

    Heureux Aragon qui n’a rien vu !

  2. Ammisaid dit :

    Merci Nassim pour cette vérité en rimes et en images !

  3. Amaghar Azzamni a dit dit :

    Nassim, tu es un vrai poète engagé! Je te découvre de jour en jour.Ya3tik assaha yami!Nous sommes fiers de toi!Continues sur ta lancée et tu dépasseras les meilleurs poètes occidentaux!
    Maintenant c’est toi Amghar Azzamni!
    Bravo ! Salutations fraternelles!

  4. Boussadf dit :

    Liberté

    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable de neige
    J’écris ton nom

    Sur les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffées d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orages
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes raisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attendries
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Heureux Paul Eluard qui n’a rien vu..!

  5. l'autre.... dit :

    Nassimovitch , dés que tu vas au « bled » tu te retrouve et retrouve l’inspiration , pas mal . Par contre Ami , je te retrouve bien quant tu parles de « délices » ….suivez mon regard !. Nous les aurons , armons nous de patience et de courage oui .
    Amitié

  6. amghar azzamni a dit dit :

    Thafagh fallak thamourth ya Nassim!Tu devrais y séjourner le plus souvent possible pour ton inspiration.

  7. amghar azzamni a dit dit :

    Ces bandits du commerce sauvage
    Qui se dorent au bord de la plage,
    Seront chatiés pour le bradage
    D’un pays transformé en étalage
    De multiples breuvages!
    Ces salopards,tueurs à gages,
    Mercenaires à spectre large
    Au service d’une mafia qui saccage.

  8. diaz dit :

    Mais c’est quoi toute cette poèsie de bas étage !gage large garage stockage dégoutage….!!!

  9. napoleon dit :

    ya si diaz
    aktabna harz
    nahi a3lina lahzane
    anta klamak balmizane
    anta kateb moumtaz
    wah ya si elbaz!

  10. mayotissira dit :

    MERCI POETE
    MERCI D EXISTER
    MERCI D ECRIRE ENCORE
    NOVICE DANS CES HISTOIRES DE BLOG
    MAIS JE TE PROMETS DE NE PLUS TE LACHER
    MES EXCUSES SI JE NE SUIS PAS DANS LE CONTEXTE CAR JE CLIC A TOUT VA UNE DES RARES LIBERTES QUI NOUS RESTE
    NOS LIBERTES A RECONQUERIR EN RESPECTANT
    MEMES LES ZIGOTOS NOUS NE LES LACHERONS PAS SALUT AZUL ET SALAM

    Dernière publication sur LA COMMUNI-KABYLITE: Tissira ad vitam aeternam : SI PETITS APRES UNE REVOLUTION SI GRANDE

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER