• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 28 mai 2009

Archive pour le 28 mai, 2009

J’ai fait un rêve très bizarre

findupetrole758146.jpgHier, durant la nuit, j’ai fait un rêve très bizarre, incroyable et impossible à imaginer ou à croire. Je me suis réveillé en sursaut, j’ai allumé la télé, pour savoir, s’il était réel. Oui, il l’était: le gaz pétrole sontexilés ailleurs. Ils ont traversé la mer et il se sont réfugiés en occident avec leurs familles (c’est à dire les produits dérivés). Ils n’ont prévenu personne et ils ont préparé leur coup dans la discrétion totale et la prudence extrême car ils ont peur d’être emprisonné dans des puits sécurisés par notre Armée populaire ou d’être brûlés et ne plus servir. Il faut dire qu’ils étaient conscients, qu’ils peuvent être utiles, encore, pour le bien être de l’humanité entière. Et, il faut dire aussi, qu’ils sont au courant, du sort réservé aux harragas qui échouent: une amende et une prison humiliante, un chômage dur, un célibat éternel et une déprime de toute heure.

En arrivant en occident, le gaz et le pétrole ont tenu une conférence de presse solennelle devant les journalistes de dizaines de pays de la terre, pour exprimer les raisons de cet exil inattendu et forcé. Voilà, le texte lu par le pétrole avec l’accord ferme du gaz son frère: « Nous sommes nés, il y a de cela plus 50 ans dans le Sahara; nous sommes, donc, d’origine algérienne. Pendant longtemps nous étions soumis comme le peuple de notre terre au pouvoir dictatorial qui s’était installé de force au départ du dernier colonisateur. Pendant longtemps, nous avons cru aux promesses de ceux qui utilisent les recettes que généraient notre exportation à savoir: un partage équitable des richesses que nous engrangeons, un développement d’une économie diversifiée pour assurer un jour l’autonomie de notre peuple, une instauration d’une justice sociale, une école et une université offrants un savoir clair et productrices d’hommes capables de penser, de créer et d’inventer comme partout ailleurs, une justice respectueuse des lois, un liberté réelle…

Mais, malheureusement, ces dernières années, les vibrations, les hurlements et les sensations que nous recevons là où nous habitons nous terrorisent jour et nuit. En effet, nous nous sommes rendus compte que nous sommes responsables de tousles maux, de tous les soucis et de tous les tourments que subit ce peuple qui n’aspire qu’à vivre dans la paix, la fraternité et la dignité. Nous avons pris conscience que l’argent que nous générons est utilisé pour: assassiner des hommes intelligents et honnêtes, massacrer des innocents, humilier les faibles, mépriser les pauvres, détruire l’unité nationale et liquider les valeurs qui avaient résistés à tous les envahisseurs.

La situation s’aggrave de jour en jour;  pour ne pas participer encore à cette destruction programmée d’une nation par des hommes qui refusent de voir et d’entendre l’état lamentable dans lequel se trouve ce peuple que nous respectons et que nous admirons, nous avons décidé de quitter clandestinement notre pays. Et, nous refusons d’y retourner tant qu’ils resteront au pouvoir. Nous prions toutes les puissances du monde, qui utilisent nos vertus de faire un geste de soutien à ce peuple qui veut récupérer sa souveraineté acquise grâce au sang de ses meilleurs enfants, avant que cela soit trop tard. Merci pour votre attention et au revoir.

Alléluia comme a dit notre frère et ami Sniper
Ps: excusez moi, si mon rêve est un peu ou très fou !
Fraternellement
Ammi Said

Condamner un jeune de 24 ans à perpétuité, c’est abominable !

injustice.jpgNous avons assisté ce jour à un procès déjà conclu il y a longtemps. Condamner un jeune de 24 ans à perpétuité, c’est abominable d’autant plus que le dossier est complètement vide du point de vue preuves l’accablant. Que des juges qui reçoivent des instructions par simple coup de fil ? Le juge en charge de l’affaire en question a vraiment amadoué toute l’assistance y compris un collectif d’avocats, vraiment à la hauteur de sa tache. A l’annonce du verdict, nous étions tous abasourdis par une sentence manigancée et préparée à l’avance par le pouvoir qui en voulait à tout prix à l’inculpé.

Tout au long du procès, nous avions assisté à des témoins à charge transformés pourtant à décharge; ce qui nous a permis de rester largement optimistes quant à l’issue du procès en question. Mais à notre grand étonnement, les choses n’ont pas tourné comme nous le pensions. A partir de ce moment nous avions compris que ce procès n’était qu’une parodie et le dispositif de sécurité déployé sur place, montrait bien que le verdict déjà prononcé il y a si peu de temps, allait être reconduit sans peur et sans reproches.

Encore une fois, le pouvoir se joue de nos enfants à sa guise et qu’il demeure capable de transformer toute l’Algérie en un grand pénitencier pour y enfermer tout le monde et mettre main basse aisément sur toutes les richesses que comporte notre pays. D’ailleurs l’avocat de la partie civile, après avoir fait sa plaidoirie, a quitté la salle et pris immédiatement la route pour rentrer chez lui, confiant et certain d’avoir épinglé un innocent ! Honte à notre justice ! Mais, personne de ces sbires du pouvoir ne perd pour attendre car le verdict de la providence serait plus dur , le jour du jugement dernier ..Dieu ne pardonne jamais l’injustice ! Par Amghar Azemni

Compte-rendu de la parodie de procès de Baba Nadjar

sidh.bmpPar Salah-Eddine Sidhoum, Médéa le 27 mai 2009

Aujourd’hui s’est déroulé le procès en appel de Mohamed Baba Nadjar, après deux reports successifs. Ce procès, comme nous l’avons annoncé la semaine dernière, a été délocalisé à Médéa, pour «des raisons de sécurité».

Tôt le matin, à 7h 30 alors que nous étions sur la route pour rejoindre le tribunal, des citoyens venus de Ghardaïa m’ont appelé pour me signaler qu’ils avaient été arrêtés à l’entrée de Médéa. En effet, les véhicules immatriculés 47 (Ghardaïa) étaient arrêtés par les services de sécurité à un barrage situé à l’entrée de la ville et leurs occupants invités à remettre leurs pièces d’identité, sans aucune raison valable. Leurs papiers leurs furent restitués après avoir été enregistrés par ces mêmes services.

A l’arrivée, de nombreux véhicules de police étaient stationnés à la périphérie du tribunal. Ses rues d’accès étaient occupées par des policiers. Près de 200 citoyens venus d’Alger, de Ghardaïa, de Béjaïa et de Tizi-Ouzou attendaient l’ouverture du procès. Ce dernier s’est ouvert vers 9h 30. Une cinquantaine de citoyens de Ghardaïa n’a pu accéder à la salle d’audience. Les malheureux attendront dehors, sous un soleil de plomb et ce, jusqu’à 17h 30. L’entrée à la salle d’audience de la victime de l’arbitraire, Mohamed Baba Nadjar fut accueillie par des applaudissements de l’assistance qui s’est levée à l’unisson. Douze avocats du collectif étaient présents. Sept autres s’étaient excusés la veille pour raison de programmation. Une avocate marocaine a tenu à être présente au procès en solidarité avec ses confrères algériens et avec la victime de l’arbitraire.

Le procès fut marqué par la citation de nombreux témoins à charge et à décharge. Aucun d’eux n’avait vu Baba Nadjar sur le lieu du crime ! Au fil des minutes, tout le monde, assistance et avocats, était persuadé de l’issue favorable du procès. Le procureur général réclamera, malgré tout, la peine de mort. La brillante plaidoirie de cinq avocats de la défense finira par détruire toutes les «preuves» de l’accusation.

La Cour se retirera en fin d’après-midi pour délibérer. Tout le monde était confiant. Aucune preuve tangible. Les jeunes de Ghardaïa rayonnaient d’espoir. Ils parlaient de retour triomphal à Ghardaïa, avec, dans leurs «bagages» Mohamed Baba Nadjar. L’espoir était vraiment permis, au vu du dossier vide démontré avec brio par la défense.

Un fait attirera cependant notre attention, lors de notre sortie dans la cour du tribunal, dans l’attente du verdict. Des renforts de gendarmes et de policiers étaient arrivés sur les lieux. La route du tribunal vers le haut était bouclée par un double cordon de policiers et de gendarmes. La salle d’audience fut envahie par de nombreux policiers en civil portant des gilets «police». Pourquoi ce soudain déploiement des services de sécurité alors que le calme régnait tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du tribunal ?

La délibération sera très courte. Elle ne durera pas plus de 30 mn. Stupeur dans la salle quand la condamnation à perpétuité sera prononcée. Baba Nadjar, blême, s’effondrera sur son siège. Son père et son oncle éclateront en sanglots. L’assistance, stupéfaite et scandalisée criera à l’injustice. De jeunes citoyens, révoltés par le verdict crieront leur rage en scandant: ‘Adalat Etilifoune» (justice du téléphone).

Les jeunes restés à l’extérieur, ayant appris la nouvelle, se mettront à scander «pouvoir assassin». Les plus âgés lèveront leurs mains au ciel pour prier et maudire l’injustice et ses fonctionnaires aux ordres. C’était l’image d’un peuple mahgour qui criait sa rage, son désespoir et son impuissance devant cette situation de non-droit. De nombreux sages de Ghardaïa, ont déployé tous leurs efforts pour calmer cette population révoltée à juste titre. C’était une fin d’après-midi triste non seulement pour la population de Ghardaïa, mais pour toute l’Algérie. Un malheureux jeune citoyen condamné à perpétuité pour un crime qu’il nie de toutes ses forces. Un malheureux jeune innocent qui voit sa vie brisée par l’imposture au pouvoir.

Nous continuerons cependant le combat pour sauver Mohamed Baba Nadjar. Nous frapperons maintenant aux portes des instances judiciaires internationales pour que la vérité, toute la vérité éclate sur cette affaire plus que douteuse et pour que les véritables criminels soient démasqués.

PS: Une analyse du procès sera réalisée par un ami juriste et professeur de droit qui a assisté à l’audience. Nous la publierons dès sa réception.

La souffrance du jeune Baba Nejar est celle de tout un pays…

nedjar.bmpRévoltant et totalement inhumain, ce verdict porte la marque de forces occultes et sinistres qui manipulent sans vergogne et les juges et l’Algérie. Mohamed Baba Nedjar n’a pas eu droit à un procès équitable parce qu’il n’est pas le fils d’un notable local et parce qu’il n’est pas l’enfant chéri d’un haut responsable. Au-delà de ce énième scandale de l’appareil judiciaire, les pouvoirs publics ont renforcé le dégoût des jeunes Algériens pour leur terre et cultivent encore le terreau de la violence et du terrorisme. La violence est le produit naturel de l’injustice.

Cette injustice est très lourde à supporter, les cœurs sont gros, mais nous avons confiance en la clairvoyance et la sagesse proverbiale des Ibadites devant les grands malheurs qui les frappent. Ils ont su dominer l’adversité et l’aridité du désert, ils sauront dominer leurs souffrances devant l’aridité des consciences et des cœurs qui les ciblent. Sans arrêter leur combat pour la vérité et la justice pour leur enfant, ils ne doivent pas tomber dans le piège de la violence tendu par les ennemis du peuple algérien. Les forces occultes qui ont mis le feu aux poudres en 1992 en Algérie, pour si peu, veulent étendre ce même feu, aujourd’hui, à leur région. La souffrance du jeune Baba Nejar est celle de tout un pays pris en otage par le club des pins et ses souteneurs militaires. Par Sniper

J’ai assisté au procès de Baba Nedjar…

babanedjar160px.jpgJ’ai assisté au déroulement du procès de Mohamed Baba Nedjar qui a eu lieu hier à Médéa. Le jeune Baba Nedjar était déjà condamné à mort…ce qui s’est passé à Médéa…c’est juste pour désamorcer la crise qui aurait pu engender la condamnation à mort (qui commence à gêner les mulets pseudo-algeriens qui se prennent pour des tenants du pouvoir) en la remplaçant par un emprisonnement à perpétuité …Ce qui est arrivé à Baba Nedjar est le résultat d’un mécanisme déclenché depuis au moins l’assassinat de Abane Ramdane…qui avantageait la primauté du politique sur le militaire. Je souhaite que les habitants de GHARDAIA ont compris que la lutte qu’ils mènent ne peut être que pacifique…ceux qui en veulent aux habitants de GHARDAIA ne sont que des mulets au service des multinationales qui veulent détruire l’organisation économique et commerciale des Mozabites….ceci dit: je me considère totalement solidaire avec la famille de M.BABA NEDJAR …la lutte pacifique et déterminée continue…Par Hakim 5

Etre fils de Harki et se dire fils de chahid, est un mensonge honteux et condamnable

harki.jpgComment peut-on accepter comme certains et éviter ce sujet parcequ’il y aurait des susceptibilités qu’on veut éviter d’y faire allusion. Je ne suis pas d’accord avec beaucoup de commentaires sur ce sujet. Etre fils de Harki et se dire fils de chahid, est un mensonge honteux et condamnable. Etre un faussaire et devenir responsable politique à haut niveau du parti historique est une imposture impardonnable. Impardonnable à celui qui est concerné mais aussi aux dirigeants de ce parti qui se dit nationaliste et révolutionnaire.

Un voleur ne peut donner des leçons de probité. Et puis pourquoi cette propension à vouloir éviter ce sujet ? je regrette pour les fils de Harkis, tous ne sont pas les mêmes certes, certains sont aussi nationalistes que vous et moi mais nous visons les faussaires et ceux là il faut les dénoncer. Je me rappelle le tollé qu’il y eu à un moment donné, quand des listes des bénéficiaires des bourses à l’étranger, et celle des députés de la 5ème république française (58/62), beaucoup ont demandé d’éviter l’amalgame. Je n’étais pas d’accord.

Je pense que ceux des fils de harkis, et des Harkis eux-mêmes, qui ont mené le pays à la situation actuelle pour leur seul intérêt, ceux qui volent l’Algérie qu’ils ont renié hier, ceux qui tentent de donner des leçons de probité et de justice ainsi que de nationalismes alors qu’ils ne sont pas sains et d’authentiques militants, ils doivent être dénoncés, non pour les condamner mais pour leur dire “FERMEZ VOS GUEULES”. L’Algérie ne doit pas glisser encore plus bas, par la faute de ceux qui l’ont mené là où elle est actuellement. Les escrocs et les faussaires , les menteurs et les incompétents doivent être empêchés de nuire. L’une des manières efficaces et les faire connaître de l’opinion publique. Par Mohand

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER