Cette dictature qui nous domine depuis plusieurs années…

dicatature.jpgUne dictature ou état terroriste ou un système de pouvoir autoritaire, dur et fermé celui même ne peut être puissant, durable et omnipotent qu’à la condition d’avoir des bras qui vont le porter, le soutenir et l’alimenter à chaque fois qu’il risque de faiblir, d’exploser et de disparaître. Cette dictature qui nous domine depuis plusieurs années avait su se voiler, se cacher et se faire oublier en utilisant, surtout, des slogans qui frappaient les esprits: la légitimité révolutionnaire, la main étrangère, le danger que représentait nos frères et voisins marocains, l’unité nationale, l’atteinte aux symboles de notre révolution et de nos martyrs, le partage des richesses sous le couvert d’un socialisme authentique et réel, le terrorisme…Les années passant, tout c’était dévoiler.

Le peuple a pris conscience qu’au sommet de l’Etat vivaient des rapaces affamés qui se cachaient derrière les constantes sensibles sus-citées, uniquement, dans le but de nous dominer, nous voler et nous soumettre à tous leurs désirs pervers sans exception. D’où, d’ailleurs, les expressions: celui qui n’aime pas l’Algérie n’a qu’aller vivre ailleurs, nous tuerons s’il faut 3 millions d’Algériens pour rétablir l’ordre et la soumission du peuple, tout ceux qui ne sont pas pour nous sont contre nous, nous savons vous êtes des ignorants, nous avons raison tous les autres ont tort, nous sommes grands vous n’êtes que des nains, nous sommes des Arabes et des musulmans et rien d’autre n’existe chez nous, nous sommes la révolution, la justice, la nation, l’administration, la constitution…et vous êtes le ghachi qui doit prendre ce que nous lui offrons, qui doit se taire jusqu’à ce que nous le décidons, qui doit dire ce que nous lui autorisons et qui doit rêver, penser, imaginer et faire ce que nous souhaitons…

Donc, cette dictature que nous dirige a besoin d’hommes qui sont à son service. Des hommes prêts à la défendre jusqu’à la mort. Ces hommes ne peuvent être que des hommes sans conscience, sans dignité, haineux du peuple, pervers, parasites, profiteurs, criminels, courtisans, soumis, voleurs, menteurs et fraudeurs comme ceux qui sont leurs tuteurs. C’est eux la vraie colonne vertébrale de nos malheurs passés, présents et à venir si le peuple ne s’unit pas pour les déloger de cette place qui fait le malheur de millions d’innocents.
Fraternellement Ammi Said

Commentaires

  1. kardèlouch dit :

    Il y avait une fois dans un beau payé un souverain qui renait durablement un peuple.il voulais rendre son peuple heureux,mais un jour au matin il décidera de pardonner tout le monde,l’assassin,le voleur, l’escot.vivant tous
    ensemble avec le reste du peuple!une nouvelle page une vie plus tolérante c’est que à aimer le roi.des années plus tard des innocents meurent les gens disparessent le peuple réclame le roi.tout a changè rien n’est comme avant.es cela et a cause de la decision de Majesté?ou c’est le peuple qui n arrive pas a assumer cette déclaration.le voleur vole toujours le monteur cache la vérité l’assassin tue les gens et l’escroc profite de tout cela.le roi et dans son château au tour de lui ses consultants tous ont peur de lui car il vient d’être guillotiner.tous sous ses ailes cherchent seulement à résister a leur endroit.le roi laisse tous a sa place et ne change rien.La nuit tombe le silence règne dans le royaume.Le roi est maintenant avec ses vraie inspirateurs le voleur l’escroc et l’assassin.ils cherchent comment faire taire ce pauvre peuple.

  2. salah nathali nath hand omoussa dit :

    azul, ces dictateurs qui nous gouverne,pour en venir about il faut descendre dans la rue ;faire une revolution orange comme des gens cilisés et sans faire de degats,pacifiquement jusqu’a ce qu’ils partent seulement on est des laches arretons de pleurnichés

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER