Archive pour mai, 2009

Ghardaïa: Le FFS dénonce des intimidations policières

babanadjar.jpgLa fédération de Ghardaïa du Front des forces socialistes (FFS) a dénoncé hier «le retour des intimidations policières contre les militants du parti».
Mettant «ces pressions» dans le contexte du procès de Mohamed Baba Nedjar, programmé pour après-demain au tribunal de Médéa, la fédération rapporte dans un communiqué rendu public hier que «des policiers ont interrogé de manière menaçante les propriétaires des commerces adjacents au siège de la fédération du FFS, sur la personne et le lieu où se trouve Kamel Eddine Fekhar». La même source souligne que l’affaire Baba Nedjar condamné à mort pour meurtre «est un complot monté par le pouvoir judiciaire contre le mouvement de protestation pacifique de Ghardaïa et à sa tête le docteur Kamel Eddine Fekhar, militant du FFS et de la Ligue de défense des droits de l’homme».

Le FFS de Ghardaïa estime que Baba Nedjar, dont le procès en appel doit s’ouvrir le mercredi 27 mai à Médéa, «a refusé de monnayer sa libération contre l’implication des dirigeants du parti et de la ligue dans cette affaire». Les militants du parti de Hocine Aït Ahmed dans la vallée du M’zab ont exigé de l’appareil judiciaire de Ghardaïa «de ne pas être un outil aux mains du pouvoir exécutif, de cesser ces actes d’intimidation et de s’occuper de sa mission réelle qui est de préserver la paix et l’intégrité des citoyens et de leurs biens». En prévision du procès en appel de Baba Nedjar, un comité international pour un procès équitable a vu le jour, en sus du comité d’avocats devant prendre la défense du jeune condamné à mort. Nadjia Bouaricha

Ksentini: « Les détenus algériens de Guantanamo ne seront pas poursuivis en Algérie »

ksentini1.jpgLe président de la Commission consultative de promotion des droits de l’Homme, Farouk Ksentini, a affirmé hier que les anciens détenus de Guantanamo qui choisiraient de rentrer en Algérie ne seront « ni emprisonnés, ni poursuivis ». «  Les autorités s’engagent à ne pas entamer de poursuites judiciaires contre eux. La seule démarche possible est l’ouverture d’un dossier dans le cadre des dispositions de la charte pour la réconciliation nationale ».

APN, ou Agora des Pourris Nourris

Par Sadeg Nassim 

Mes amis, l’appât du profit a trouvé hameçon 

Après ces années d’épreuves on n’a pas retenu la leçon  

Pourtant, on nous a souvent fredonné la même chanson

Celle qui nous berne et celle qui prend notre dignité comme rançon.                             

 ……………………  

Mes amis, les chants des sirènes sont de retour

Avec ces airs stridents qui captivent nos vautours  

Car la voix  de l’argent a composé un disc à mille tours

Qui  fera danser ces forçats sur des draps en velours     

………………………  

Mes amis, ils chanteront sous les projecteurs de notre misère

Qui, à force de s’enflammer, télescopera des larves austères       

Elles calcineront ces corps sans âme et sans caractères 

De leurs étincelles, on trouvera le chemin vers d’autres faussaires.  

 ……………………….. 

Mes amis, notre pays est assoiffé de bravoure et de courage  

On a plus le temps ni le droit  de gober d’autres outrages

Une autre vie nous attend avec ses délices et feuillages

Le changement est en nous, le reste est une éternité de mirages.      

Député algérien en mai 2009, une espèce nuisible et qui coute cher

dput.jpgQuelqu’un pourrait-il me dire à quoi sert un député algérien.

En dehors du fait que:

- Il est bien payé (je ne sais pas combien tant des chiffres astronomiques ont été publiés mais quelqu’un pourrait me renseigner)

-  Qu’il a droit à des privilèges : voiture, logement, divers crédits pour acheter un terrain, la facilité pour obtenir un permis de construire…avoir de l’influence pour…intervenir

-  Qu’il a le droit de ne pas faire la chaîne avec les citoyens

- Qu’il voyage en mission «parlementaire» ou en accompagnant des délégations officielles, surtout s’il est chef de groupe parlementaire ou Président de commission.

-  Et d’autres avantages que je ne connais pas et que vous pourriez me signaler

-  Qu’il fait semblant d’écouter les ministres raconter n’importe quoi,  et même parfois qu’il ose les critiquer

-  Qu’il bénéficie de l’immunité parlementaire qui l’autorise à frapper un policier dans un aéroport

-  qu’il se permet même de demander une enquête sur la campagne de boycott du FFS (quelle tristesse)

Sinon est ce qu’il est indispensable au fonctionnement des Institutions ?

Est-ce qu’il lui arrive de faire des lois ?

Est-ce qu’il est capable de résister aux injonctions de qui vous savez ?

Peut-être qu’un jour le président de la République daignera rendre visite à leur auguste  assemblée

Et puis c’est la même chose pour les sénateurs en dehors du fait que les uns et les autres sont sortis d’élections trafiquées avec 15% de votants

Et si on leur disait de retourner à la maison ou d’aller exercer leur métier (s’ils ont en un évidemment, ce qui n’est pas sur) ? Ne serait ce pas une oeuvre de salubrité publique ?

Par David Lemac

Sept ans de prison pour l’ex-maire de Oued Zitoune (El Tarf)

prison.gifL’ex-maire de la commune d’Oued Zitoune dans la wilaya d’El-Tarf a été condamné mercredi dernier à 7 ans de prison ferme et 50.000 DA d’amende. Le mis en cause, suite à une plainte de l’APC de Oued Zitoune, a été placé en détention préventive par le tribunal de Bouhadjar sous les chefs d’inculpation de faux et usage de faux dans des délibérations officielles, dilapidation de deniers publics, passe-droits, octroi d’avantages injustifiés entre autres.

Algérie: La servilité n’a pas de limite

bektache.jpgC’est comme les voleurs, MADHLOULINE, comme on dit chez nous. Voila un prototype des Kabyles ignares et imbéciles qui veulent encore plus. Ils jouent le jeu malsain de ceux non content de leur situation confinée  dans la traîtrise, veulent montrer encore qu’il leur reste un pouvoir maléfique à utiliser pour faire enfoncer encore plus leurs voisins et les compatriotes dans la gabegie. Quel délit a commis le FFS en appelant au boycott, un délit de lèse majesté ?

Eh bien oui, car pour les Algériens, il n’y a pas de roi incontestable…Lorsque les Algériens ont dit non à la France, il y avait bien des Algériens qui disaient ne pas comprendre pourquoi les Kabyles se battent contre la France, tout comme il y avait des traitres qui se sont détournés de l’intérêt supérieur de leur peuple pour une croûte de pain et un habit de soldat… Ceux qui ont vécu cette période ne s’étonnent pas que leurs semblables pullulent en Algérie.

Il y a deux raisons majeures à cela.  1 Des harkis sont devenus des chefs incontestés de l’Algérie indépendante et 2 et pour faire passer le fait 1, on encourage, les trabendistes, les idiots, les ignares et les voleurs à s’accaparer tout sachant qu’ils répondent au doigt et à l’oeil aux premiers. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut a un sens inique à tous ceux qui dirigent et ceux qui en bénéficient … la honte ils ne connaissent pas. Alors ce que dit ce tête de veau ce n’est pas important…
Par Mohand

Photo: Madjid Bektache, député de Béjaia

Algérie: Rendez justice au nom du peuple

justic.jpgPour le moment, on ne peut pas parler de justice avec une loi mère du pays bafouée et que le droit n’est pas garanti et la séparation des pouvoirs  n’est pas déterminée. Ce qui se passe aujourd’hui est une véritable tragédie quand on voit des procès digne des procès de la préhistoire, des juges payés par l’exécutif avec un «parlement» qui est censé faire la loi et contrôler l’exécutif se trouve asservi et composé que des gens qui ne représentent que l’injustice.   

En réalité la justice est là pour faire le bien et non le mal. Dans une  démocratie saine, le juge doit avoir le pouvoir et la force de mordre la main qu’il béni, car la justice ne doit pas seulement faire, mais également, de manière manifeste et sans aucun doute, à voir à faire.

Le pouvoir judiciaire doit s’imposer à l’exécutif, et notre élite judiciaire devrait mesurer toute la portée de ses missions et ses responsabilités dans la société, en veillant sur l’harmonie et l’équilibre de la société, à travers des procès équitables qui puissent garantir l’équilibre de la société et  la délicate mission de l’institution judiciaire d’être à l’écoute de tous  les justiciables.  L’objectif est de promouvoir une justice équilibrée et  équitable  afin de faire des citoyens des acteurs essentiels de la démocratie, plutôt que des éléments passifs qui regardent l’histoire se faire, se dérouler  devant eux.

Le peuple algérien exige une «justice INDEPENDANTE» qui ne soit pas à la solde des tenants du pouvoir ou des clans mafieux pour être au cœur de notre société et devenir elle aussi un vrai pouvoir au même rang des pouvoirs constitutifs de l’État en l’occurrence le Gouvernement, le Parlement. Il faut lui porter la même considération institutionnelle, car la justice se doit de recevoir un contrôle permanent de celui au nom duquel elle agit, c’est-à-dire le peuple pour garantir leur indépendance et assurer leurs respect.

Rendre le pouvoir au peuple et justice au nom du peuple sont les conditions pour asseoir  une véritable démocratie avec une réelle justice indépendante .

Par Mohand Tahar MOHAMMEDI.

COLLECTIF D’AVOCATS de Mohamed Baba Nedjar

babanadjar.jpgComité international de soutien à Mohamed Baba Nadjar de Ghardaïa (Algérie)

COLLECTIF D’AVOCATS

(Liste provisoire). 

Maîtres : (par ordre alphabétique) Khaled Achour. Barreau de Blida. Noureddine Ahmine. Barreau de Laghouat. Hocine Aït Saïd. Barreau de Tizi-Ouzou.Brahim Ameziane. Barreau de Bejaïa. Akli Amrouni. Barreau de Tizi-Ouzou. Redouane Benchaâbane. Barreau de Blida. Noureddine Berkaïne. Barreau de Tizi-Ouzou. Ourida Bouaziz. Barreau de Tizi-Ouzou. Mostefa Bouchachi. Barreau d’Alger. Ahmed Chikhaoui. Barreau de Tizi-Ouzou. jamel Fellahi. Barreau de Tizi-Ouzou. acer Hamouche. Barreau de Bejaïa. elaïd Hemroune. Barreau de Tizi-Ouzou. amel Khelifa. Barreau de Khenchela. Mohamed Nehar. Barreau d’Alger. Aïssa Rahmoune. Barreau d’Alger. Youcef Sahli. Barreau de Tizi-Ouzou. Lynda Sid. Barreau de Tizi-Ouzou. Mahmoud Zamoum. Barreau de Boumerdés. Yamina Zaoui Baarouri. Barreau de Laghouat.  

Pour toute adhésion au collectif : justice-babanadjar@hotmail.com

Je suis toujours très sensible à ce que dit Hocine Aït-Ahmed, car il parle vrai.

haa1.jpgJe suis toujours très sensible à ce que dit Hocine Aït-Ahmed, car il parle vrai. Chaque fois il étonne et il fait peur tellement ses déclarations éclairent l’opinion. Même loin, il suscite des réactions parfois injustes à son égard. J’ai lu un article sur un autre site voisin (tahia bladi).
Il m’a frappé par le fait qu’il reprend, je ne sais pourquoi, d’ailleurs et met l’accent sur le fait berbère, qui serait défendu par certains militants kabyles au sein du MTLD.
Je m’inscris en faux contre cette manière insidieuse et malsaine de pratiquer et de faire de la propagande en la justifiant par des faits qui se sont déroulés il y a plusieurs années. A fortiori quand ils sont justes, et pourtant ce fait historique est présentée comme un tare.

Nier un fait historique et vouloir accuser ceux qui l’ont soutenu et porté à bras le corps est très injuste. Ne pas vouloir la vérité et cultiver l’amalgame procède de la même logique actuelle qui veut qu’il faut réprimander le frère qui veut être autonome.Tout comme les pays Arabes qui ne veulent pas de démocratie dans aucun pays arabe pour éviter de répandre cette même démocratie dont ils ne se sentent adeptes du fait qu’elle remettrait en cause leurs “petites personnes” bien assises au milieu de milliers d’opportunistes avides, inconscients et inhumains.

Je n’ai pas pu ne pas écrire un commentaire que voici.
Je transpose cette discussion sur ce site car je pense qu’il est intéressant de le partager avec tous ceux de ce site. Avec la majorité d’eux, j’ai comme une communion d’idées et de pensées, j’ai donc besoin de partager avec eux mon sentiment et mes avis. En le faisant je cherche aussi leur sentence en quelque sorte, j’ai peut-être tort. Si oui je veux le connaître pour le reconnaître.

“J’ai lu l’article et les commentaires qu’il a suscités. Dans le commentaire il y a des paragraphes qui ont soulevé en moi des interrogations et parfois de la réprobation. Les commentaires quant à eux montrent que chacun voit veut nous parler de sa vérité, celle que lui dicte ses informations. Je ne critique personne, mais je trouve que nous avons tous torts de vouloir façonner “notre histoire” en relatant nos “histoires”. D’une science imprécise certes, mais elle reste une science qui éclaire et évite de parler des individus, on en fait des séries d’aventures et de légendes construites pour glorifier ou anoblir les uns et “diminuer” les convictions et les actes des autres.

L’histoire s’attache à définir et à qualifier des situations en se basant sur des faits historiques incontestables. Or on le voit, tout ce qui est dit est soit contestable soit incomplet .
Ce n’est pas juste de résumer ainsi le fait kabyle ou berbère. La querelle habituelle que nous vivons encore et toujours n’est pas notre histoire. Tant que tous nous ne reconnaissons pas le fait amazigh, nous continuerons à faire semblant de chercher. La France coloniale n’est pas l’unique responsable de la situation.
Aucun sujet n’est tabou et on veut toujours plus. Mais pourquoi maintenant ? N’y a-t-il pas des questions autrement plus actuelles, plus urgentes ? J’aurai voulu qu’on évoque l’atavisme de l’Etat, sa transformation insidieuse, et puis pourquoi pas les Droits de l’homme, des droits civiques des Algériens d’aujourd’hui, maintenant qu’enfin ils sont dirigés par leurs frères Algériens (Arabes et berbères). Et les opinions des anciens qui ont vécu la période coloniale et qui l’ont combattue est importante pour faire un parallèle avec le présent.

J’aurai voulu voir desserter sur nos morts d’hier et sur nos disparus. Quand bien même il y a “les fameuses lignes rouges”, et des sujets tabous, nous avons je pense tout comme ceux du passé récent, le courage de parler de ces sujets qui fachent et de les dissiquer pour qu’enfin on voit mieux ce qu’on peut faire pour construire cette Algérie qu’ils ont voulu souverraine et indépendante.

Avons nous une Justice même balbutiante? Non ! alors ?
On aime bien parler de sujets passés qui ne nous impliquent pas, tout comme on aime parler de football pour occuper les masses. Critiquer les Berbères, procède de la même logique politique.

Il faut plus encore de temps, sans doute, mais on finira comme partout dans le monde à reconnaître les siens et à les défendre de la meilleure des façons. Pour le moment on regarde et on écoute des péripéties (importantes peut-être pour certains pour les avoirs vécues), des histoires et des légendes vivantes ou pas. Je les mets pour ma part sur le même plan que les histoires de jeha que nous racontaient nos anciens, elles sont belles et moralisantes, mais elles nous montrent pas le chemin de la modernité que veulent les jeunes notamment ceux qui fuient leur patrie par la mer, utlime manière de renier ce que les “vieux” ont fait de cette terre nord africaine..  Par Mohand

Un « député » appelle à l’ouverture d’une enquête sur la campagne de boycott du FFS

bektache.jpgLe « député » de l’Alliance nationale républicaine (ANR) de la wilaya de Béjaia, ancien Maire « indépendant »  de la commune de Derguina, candidat malheureux aux sénatoriales en 2006 en dépit du soutien que lui ont apporté les élus du RND, Abdelmadjid Bektache, a appelé, jeudi lors de son intervention à l’APN, le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, à l’ouverture d’une enquête sur la campagne de boycott du scrutin présidentiel du 9 avril dernier, menée par le FFS dans la wilaya de Béjaia. Le « député » a accusé le FFS d’avoir obligé les citoyens à boycotter le scrutin présidentiel. « Un responsable d’un parti politique a animé 26 meetings populaires à Béjaia pour obliger les citoyens à boycotter l’élection présidentielle », a dénoncé Bektache, en appelant Zerhouni à ouvrir une enquête sur l’action du FFS.  L’intervenant, membre du bureau national de l’UDR de Amara Benyounes, a accusé un maire du FFS d’avoir licencié un agent communal pour son soutien au candidat Abdelaziz Bouteflika.  Le « député » de l’ANR mérite bien une prime de délation. El Mouhtarem / Photo: Abdelmadjid Bektache

1...34567...19

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER