18 mois de prison requis contre Issad Rebrab

rebrab1.jpgIl y avait du beau monde, hier, dans le grand prétoire du tribunal correctionnel d’Oran. Entre deux affaires banales qui relèvent du menu pénal de tous les jours, un dossier attire l’attention. Les accusés sont invités à comparaître à la barre. Quand la présidente d’audience a prononcé le nom d’Issâd Rebrab, beaucoup dans la salle ont cru qu’il s’agissait d’un homonyme. Mais c’était bel et bien l’homme d’affaires, le patron du groupe Cévital, qui se levait des bancs réservés au public. La juge énonce la charge retenue contre le patron de Cévital: l’article 363, alinéa 2, du Code pénal. Traduction: abus de biens sociaux. Son coaccusé et proche collaborateur, à qui il avait confié la gérance de trois sociétés, un certain Nazef Ali, devait répondre du chef d’accusation de «faux en écriture commerciale», article 219 du Code pénal.

Entourés d’une légion de robes noires, les deux hommes donnent l’air d’être décontractés, relax. Le commissaire aux comptes est prié de rejoindre la salle des témoins. Les débats commencent. Ils se poursuivront pendant deux bonnes heures.

Il en ressort que la genèse de l’affaire remonte au 19 novembre 2004, avec le dépôt d’une plainte auprès de la section de la Gendarmerie nationale de Dar El-Beida, à Oran, par un certain El-Kébir Mohamed Miloud contre son associé Issad Rebrab et son partenaire, nommé comme gérant, Nazef Ali, et ce pour «abus de biens sociaux». Les faits concernent une société, une SARL dite SACM, Société (privée) algérienne de construction (métallique) et de fonderie. Il s’agit d’une usine désaffectée, située au secteur de Petit-Lac, à Oran, rachetée par Rebrab en 1984. C’est El-Kébir Mohamed Miloud qui est à l’origine de ce marché.

Après un plan de redressement, la fabrique, dont Rebrab détient 70% du capital contre 30% pour son associé El-Kébir, s’est mise à produire à nouveau. Depuis sa création et jusqu’à 1998, c’est le deuxième sociétaire qui se chargeait de la gérance. Puis, il y eut cette cassure suite à la découverte par Rebrab que son gérant, «à qui je faisais une confiance aveugle, à telle enseigne que les 30% avec lesquels celui-ci est entré, c’était moi qui les ai versés en son nom juste pour le motiver, pour l’impliquer pleinement», piquait de l’argent de la tirelire de l’entreprise, selon la déclaration de Rebrab. Ce dernier le déchoit alors du statut de gérant, qu’il confie à un autre homme, Cherif Noureddine. Ce dernier ne demeurera pas longtemps à ce poste puisque trois ans plus tard, en 2001, il sera déchu à son tour car le patron l’accusera de faire main basse sur les fonds de la société, de connivence avec son prédécesseur.

2002: un nouveau-né dans le consortium tentaculaire de Rebrab, SACRAT, une société faisant dans le filon de l’importation, le montage et la commercialisation des équipements agricoles. C’est cette EURL, 100% Rebrab, qui sera à la source de tous les ennuis et qui jettera un froid sur la relation, déjà conflictuelle, entre les deux parties. Selon le plaignant, Rebrab a délocalisé cette entité d’Alger vers Oran, qu’il a implantée, plutôt superposée sur le siège de la SACM. Objectif de cette transplantation ? Le propriétaire à 30% de la SACM accuse le «big boss», avec l’aide de Nazef, d’avoir utilisé son unité de production comme couveuse à la société écran SACRAT. En clair, il reproche aux deux hommes «d’avoir pompé plusieurs milliards de la SACM vers la SACRAT, laquelle fonctionnait en sus avec le registre de commerce de la première, d’avoir exploité les équipements, les machines, les ouvriers, l’électricité, le gaz, le téléphone… de la première dans l’activité de la deuxième, d’avoir facturé entre autres plusieurs opérations d’importation d’équipements agricoles au nom de la première société spécialisée dans la fonderie des métaux ferreux et non ferreux, la construction métallique, la chaudronnerie et la fabrication de certains produits en aluminium.

Selon le plaignant toujours, «même l’entretien et la réparation du parc roulant de la SACRAT se font aux frais de la princesse, la SACM en l’occurrence». Ce récit est l’exact opposé de la version des faits d’Issad Rebrab, qui dénonce le «dénigrement», «le coup bas», de la part d’un homme à qui il n’a fait que du bien, mû par le seul esprit de vindicte après avoir été poursuivi pour détournement des fonds de la société. Le patron de Cévital a juré n’avoir touché aucun sou des bénéfices de la SACM, dont il dit avoir versé 100% du capital.

Au contraire, il a affirmé qu’il a sans cesse appuyé par le financement et la logistique cette entité déficitaire, et ce dans le seul but de maintenir l’activité et conserver la main-d’oeuvre qui en subsiste, soit près de 140 employés. Il atteste que toutes les opérations en question sont propres comme un sou neuf. Il en veut pour preuve le bilan du commissaire aux comptes désigné en avril 2004 pour éplucher la comptabilité de la SACM, lequel rapport n’a rien trouvé d’anormal.

C’est en vain qu’un des avocats de la partie civile a tenté de jeter une pierre dans la mare en « glissant » au cours de sa plaidoirie l’histoire de la plainte du fisc concernant une présumée évasion fiscale liée à la délocalisation de la SACRAM d’Alger vers Oran. La réplique ne s’est fait pas attendre côté défense, qui a, par la voix de Maître Laloul, précisé que la direction des impôts d’Oran Ouest a retiré sa demande de constitution en partie civile dans l’affaire et que le contentieux était en voie de règlement au niveau de l’administration fiscale centrale.

De son côté, Me Fahim Hadj Habib s’est interrogé: «Notre mandant est poursuivi pour faux et usage de faux. Mais où est le document falsifié ? Qu’on me le montre !».

Le représentant du ministère public a requis une peine de 18 mois ferme contre le patron du groupe Cévital, Issad Rebrab, et son co-prévenu, le gérant des deux entreprises susmentionnées, Nazef Ali. Le verdict a été mis en délibéré pour la semaine prochaine, le 9 juin.  Le Quotidien d’Oran

Commentaires

  1. sid el djoudj dit :

    ON EST EGAUX DEVANT LA JUSTICE vous croyez que RABRAB nous donne son huile GRATUITEMENT ?????????

  2. passager dit :

    je suis tres content de voir qu’ il y a un semblant de justice dans ce pays, mais la semaine prochaine ce grand mr sera malheureusemnt liberé tout ça ce n’est que du cinema….

  3. amazigh67 dit :

    les riches ont toujours raison .
    parole de hadj bettou

  4. BOUDJ dit :

    C’est du pipau les amis, la justice est aux ordres de ce système mafieu et bien entendu le sieur Rabrab fait parti, c’est un réglement de compte entre mafieu .

  5. CLUB DES DEMOCRATES ALGERIENS dit :

    Mais de quoi parlez vous? »ON EST EGAUX DEVANT LA JUSTICE « … »je suis tres content de voir qu’ il y a un semblant de justice dans ce pays »…pfffff connaisez vous bien l’affaire pour en juger ?

    Nabil Ouameur , du CLUB DES DEMOCARTES ALGERIENS
    http://www.democratesalgeriens.tk

  6. Ammisaid dit :

    Jamais l’un des leurs ne sera jugé et condamné. Quand ils sont obligés, ils le font mais, uniquement, en faisant semblant. Ils vont s’arranger dans les coulisses. Par contre, celui qui trahi le pacte des clans, il peut être assassiné, mis en retraite et réduit au silence, exilé dans un lieu doré ou parfois emprisonné et surveillé. Ils savent tout sur tout le monde. La justice n’existe pas dans notre pays, sinon, nous l’aurions su.

  7. le jus-de justice et le plus important dit :

    pour faire diversion et donner du crédit a cette jus-tice Le verdict sera le suivant une année de prison avec sursis contre rebrab et acquittement pour nazef mais en appel acquittement totale pour les deux après appel du parquet et du plaignant.
    ensuite dépôt de plaint des deux accuse contre le plaignant pour dénonciation calomnieuse et une six mois de prison avec sursis pour le présent plaignant

  8. le jus-de justice et le plus important dit :

    ansi va l’algerie de papi et mami

  9. Fadhma N soumer dit :

    La fin d’un régne?Ou tout simplement un jeu ? Nous le saurons aprés le verdict!

  10. yidir dit :

    tout est possible dans ce bled,Rebrab est des leurs on en parle plus,qui peut sortir sa tete s ‘ils n’est pas des leurs? mais si tu bouges (meme si tu es Mehri) d’un iota de qu’ils decident la « justice »tirera plus vite que son hombre.

  11. hakim5 dit :

    LA PSEUDO ELECTION PRESIDENTIELLE PASSEE( parodie algerianno-algerienne)…LA LUTTE DES CLANS REPREND AVEC (COMME TOILE D HORIZOn) LES LEGISLATIVES ET LES LOCALES…l interret personnel et de clans reprend le dessus…………

  12. justifier dit :

    Il faut voir ce qu’a fait le plaignant mr El kebir Mohamed El Miloud de la SACM en 1984. L’achat avec mr Rebrab Issad était une petite fonderie de 1000 M2 couverte sur un terrain de 4000 M2. En 1994 elle est devenue 17 000 M2 couvert sur un terrain de 22 000 M2. Voila ce qui la fait Mr el kebir de la sacm de 1984 a 1998.

  13. SAMARITAIN dit :

    POURQUOI VOUS AVEZ CENSURER MON COM !?

  14. soltane dit :

    POURQUOI MAINTENANT? ET POURQUOI LA PRISON FERME A QUELQU UN EN RELATION AVEC LES DECIDEURS? CETTE AFFAIRE NOUS RENSEIGNE SUR UN EVENTUEL DIFFERENT AU SOMMET DE LA HERARCHIE D OU CE CHANTAGE VIA CE PETIT TRIBUNAL.PLUSIEURS VERDICTS ET AFFAIRES DEVANT LES TRIBUNAUX ACTUELLEMENT CONFORTENT CET HYPOTHESE. DESORMAIS LA JUSTICE A PERDU TOUTE CREDIBILITE ET DEVIENT DU COUPS UN OUTIL DE MENACE ENTRE LES MAINS D UN GROUPE DE PERSONNE. CE N EST PAS UN DERAPAGE PUISQUE LA JUSTICE N EXISTE PLUS EN ALGERIE DEPUIS LA FIN DES ANNEES 80.

  15. AVRID dit :

    NO COMMENT
    TOUT EST PIPE

  16. farouk dit :

    c une tragedie et dire que notre pays utilise encore le mot justice c effroyable l’idee q’un operateur economique de tel renom puisse s’abaisser a des clopinettes alors que l’empire cevital est au sixieme rang africain inchalah 1er dans les prochaines annees bonne chance

  17. assoiffé de justice dit :

    je crois que sieur RABRAB a fait une betise et on essaie de lui donner un avertissement,s’il declare à la presse qu’il fait confiance à la justice c’est qu’il demande des excuses – moi je me pose la question (RABI IZIDLOU)d’où lui vient tout cet argent ?

  18. Questions rhetoriques dit :

    rien ne serait plus loin de la verite (erreur de frappe)

  19. amazigh06 dit :

    balak rebrab, il vont te fair kima el khalifa

  20. mass dit :

    avant de jouger rebrab il faut que vous juger la mafia des generaux toufik khaled nezar lamari touati larbi belkher ataylia betiche …….. et les ministre aussi comme ouyahya chakib khalil tts les dirigent de ce pays sur tout la haute class parce que se sont les plus grands voleurs au monde et aussi les plus grand assassins

  21. tarosli dit :

    Pourquoi en s’acharne toujours contre les hommes qui russisent bien leurs vie et qui offrent des millier d’emplois au Algériens je croit que sa donne a réfléchir fois avant de……………..ça c mon point de vue.

  22. un témoin dit :

    le magistrat na requie auqune peine pour mr rebrab ni pour mr nazef , c’est le journaliste qui a intervieuwé mr rebrab a sa sortie du tribunal et qui a joué le role de juge qui a inventé cette peine afin de mettre son nom en petit en-bas de son article ,il pencé fair un scoup ??????? TU T2 GOURé MON VIEU

  23. twareg dit :

    Said Sadi stp peut tu me dir ou est tu passe entre les annees de 1991 et 2000 , les annees du masacre ,ou est tu passe?
    Bouteflika a vraiment fait bcp pour le pays , mais boutef a voulus juste que le peuples le vrais citoyen lepaule c tt epaule le president contre la corruption, aussi contre bcp de malfra,SAID SADI si tu VEUT FAIRE QUELLE QUE CHOSE PR LE PAYS ALORS FAUDRA BIEN LIMOGE OUYAHYA ; CAR CE DERNIER A FAIT LA PLUS GRANDE BESTISE DE SA CARRIER ; FERME LES USINES CREE LA DECOMPRESSION AU LIEU DE FAIRE REVIVRE LES USINES DU PAYS ET CREE LE TRAVAILLE ;GERE LES USINE ETATIQUE AVEC FERMETE ET CONTROLE ; MAIS JE VAIS TE DIR UNE CHOSE OUYAHYA ; TU A DIT DANS TON DISCOURS QUE LE PEUPLE NE SAIS PAS FAIRE LA DIFFERENCE ENTRE LES HARICOTS ET LES POIS CHICHE ;ALORS A MON TOUR JE TE DIT QUE LE PEUPLE ALGERIEN SAIS FAIRE LA DIFFRENCE ENTRE UNE GROSSE TETE VIDE ET MEDIOCRE ET ENTRE UN HOMME POLITIQUE DIGNE QUI GERE BIEN SON PAYS , arrete vos stupidite est commencons a faire un changement radical au sein du gouvernement,ELBLED KHASSHA RDJEL TKHAF ALLAH SOUBHANOU VOILA MONSIEUR OUYAHYA LE CROCODIL;ET MONSIEUR LE GIGNOLE DE SAID SAIDI

  24. mod80 dit :

    NAZEF on c maintenant d’ou vient ta villa de MALAGA. NAZEF+REBRAB= les affranchis.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER