Le docteur Ahmed Rouaidjia devant le juge

ahmed.jpgLa cour de justice de M’sila doit statuer sur l’affaire opposant le recteur de l’université de M’sila, Slimane Barhoumi, au docteur d’Etat et enseignant dans cette même université, Ahmed Rouaidjia. Ce dernier est poursuivi pour avoir publié le 13 mai 2008 sur le journal El Watan un avis sur « l’université algérienne en général et l’université de M’sila en particulier». Le recteur a non seulement suspendu de ses fonctions le docteur Rouaidjia le 22 juin 2008, mais il a aussi décidé de porter plainte contre lui pour diffamation. Outre les cas relevant de l’université de M’sila, trois autres enseignants ont été révoqués à l’université d’Oran, d’autres cas sont signalés à Sidi Bel Abbès, à Mascara et à Khenchela, et ce toujours sans saisine de la commission paritaire. «Notre corporation vit maintenant dans la crainte et la terreur d’une administration dirigée par des recteurs, doyens, directeurs…, qui, le moins qu’on puisse dire, règnent en potentats dans des établissements où les enseignants sont devenus des sujets», note le texte de pétition initiée par le CNES. El Watan/ Synthèse d’El Mouhtarem

Commentaires

  1. Fadhma N soumer dit :

    Il ne faut pas trop se leurrer,le pouvoir pour asseoir véritablement son autorité, a créé des postes avancés partout dans les universités,les administrations locales et partout ailleurs.Les enseignants universitaires ne different pas des autres catégories de personnels malmenés,harcelés et intimidés à tout bout de champs!Les partis politiques sont pour la plupart déstabilises,noyautés et se retrouvent complètement mis en veilleuse quand ils n’ont pas totalement disparu de la scène politique!Le système éducatif est complètement démantelé à tel point que l’élève d’aujourd’hui ne connaît rien de la traçabilité de ses aieux.Beaucoup de nos vaillants martyrs sont devenus inconnus du public ou de la communauté estudiantine:le système les a tout bonnement mis aux oubliettes comme s’ils n’ont jamais existes!
    Ahurissant,consternant,décevant nous apparaissons devant l’ignorance de notre histoire révolutionnaire et de ses hommes de la part de nos lycéens et nos étudiants universitaires!
    Je vous lance le défi: demandez à nos jeunes de vous parler des Ben M’Hidi,Didouche,Krim Belkacem,Ben Boulaid,Boudiaf , Ait Ahmed,Khider et les autres!Vous seriez tout simplement étonnés,abasourdis par leurs réponses!Des hommes qui ont construits l’histoire de l’Algerie Indépendante partis aux oubliettes faute de ne pas permettre aux historiens d’écrire la vérité sur le parcours des uns et des autres!
    Mais gardons toujours l’espoir de vivre dans un jour futur la vraie histoire de l’Algerie combattante!

  2. Axenfus dit :

    Pour les analphabètes du pouvoir, il s’agissait de placer des recteurs dociles et cons pour obéir à toutes les injonctions des imbéciles. C’est normal que l’intelligence soit combattue, comme celle que subissent tous les universitaires qui ne courbent pas l’échine devant les abrutis-recteurs placés par leurs maîtres analphabètes

  3. Omar dit :

    Hier l’indu président a envoyé un message de condoléances au Congo pour la mort de son doyen omar bongo ondimba que « la terre le consomme totalement » où il a loué son parrain dans ces termes « l’Afrique toute entière garderont du défunt président Bongo le souvenir d’un homme qui, par son courage, sa ténacité et sa clairvoyance politique, a su faire triompher la liberté et engager le Gabon sur la voie du redressement et du progrès », c’est ça la politique bouteflikien pour l’avenir de l’Algérie le redressement et le progrès à la Françafrique et le Club de Paris avec la bénédiction du wahabisme-salafia international via les lois de l’amnistie et l’amnésie!!!
    Pauvre Algérie

  4. Un suspendu...... dit :

    Azul,
    Certes les profs d’université payent cher mais il y a lieu de savoir et de faire aussi connaitre tous les anonymes qui au quotidien se font suspendre ou même licencié pour des prises de positions ou tout simplement parcequ’ils n’ont pas plus a leurs supérieurs . Cette pratique est quotidienne , il faut en parler et faire parler ces travailleurs viloentés par les employeurs suppos de ce régime .

  5. Mohand dit :

    Ils finiront tous par prendre l’avion et partir là où on donne de l’importance et de la considération à des cerveaux et à des travailleurs.Chez nous on paie 10 fois moins nos professeurs qu’un ignorant de dépûté ou un minitre. Ministre dont on ne connait ni des antécédents professionnels reussis ni des connaissances suffisantes, ils ont tous que l’amitie entre eux à faire valoir. En plus ils s’accoquinent avec les trabendistes …cette nouvelle catégorie d’opérateurs affamés, riches mais idiots… la honte ! Et si certains parlent on les traine dans les tribunaux. L’Algérie d’aujourd’hui elle est voulu ainsi.

  6. Fadhma N soumer dit :

    L’Algérie d’aujourd’hui c’est nous qui l’avons voulu ainsi donc on ne doit s’en prendre qu’à nous meme!Les algériens sont encore sous l’effet de la drogue du baathisme politique!Nous nous sommes tellement gavés de ce philtre magique que nous n’arrivons plus à nous réveiller!Tous les algériens souffrent d’une gestion « personelle » du pays mais persone ne trouve à redire!
    Bref,il va falloir attendre peut etre le prochain siécle pour voir se réaliser une Algérie démocratique ! Qui sait ?

  7. hakim5 dit :

    petition initié par les sections-cnes et pas par le cnes…deux stuctures totalement opposées………

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER