• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 11 juin 2009

Archive pour le 11 juin, 2009

Discours d’Obama du Caire: les vrais dilemmes de l’heure

obama1.jpgPar Abdelwahab Benyelles  

Il aura fallu attendre jusqu’à 2009 pour qu’un président mulâtre afro-américain; issu d’un mariage mixte et ayant vécu entre deux civilisations, lesquelles sont malheureusement, depuis toujours, opposées depuis plus de cinq siècles ; afin que le discours judéo-chrétien, dans son ensemble, muerait probablement en faveur de l’objectivité sacrée de tous les dogmes, et de la franchise originelle du verbe. Une nouvelle ère démocratique «civilement et religieusement laïque» est-elle en cours d’éclosion ?

Ce diagnostic réel et politique des relations entre le monde arabo-musulman et le reste de la planète, exposé exclusivement d’une manière franche et empathique pour la première fois depuis que les États-Unis sont nés, dans une oraison solennelle du style Obama, avec versets multiconfessionnels, dans un lieu historiquement musulman, culturel et savant, rejoint en quelques sortes, l’esprit d’ouverture, du consensus ainsi que la reconnaissance mutuelle culturelle et politique très prisés et vécus, jadis à l’époque de l’Andalousie musulmane, avant la fameuse inquisition. Tout cela pour dire que c’est une première !

(Lire la suite)

La crise mondiale comme opportunité de relever le grand défi de rompre avec les mécanismes du marché…

crisemondiale.jpgPar Amokrane Nourdine, 15425 BOGHNI 

Durant des décennies et des décennies, en remontant même aux tous premiers écologistes, de graves dangers menacent la planète: menaces imminentes de pollution, insécurité énergétique (épuisement des ressources naturelles), pénurie croissante d’eau douce, détérioration des écosystèmes etc.…

Chacun de nous a suivi le énième débat télévisé sur ce sujet. Tant et tant de spécialistes ne cessent pas de tirer la sonnette d’alarme. Certains avancent que tous ces problèmes restent liés au régime en court dans la majorité des pays du monde: le système capitaliste au banc des accusés. Effectivement: « les économies capitalistes ont toujours prétendu à une expansion sans fin de la consommation d’énergie. Aussi longtemps que prévaudra le système financier dont la seule vocation est d’engranger le maximum de profits en un minimum de temps, la mise en place d’une économie respectueuse de l’environnement est une chimère».

(Lire la suite)

L’urgence d’une transition démocratique

boutef.jpgPar Mohand Tahar MOHAMMEDI 

Quelle Algérienne ou quel Algérien ne se sent pas vivre dans un état d’échec et qui ne soit pas victime de cet état d’échec bureaucratique qui est le facteur de paralysie, qui a causé un désordre organisé dans la société ?

L’aventurisme politique qui caractérise le régime algérien a conduit le pays vers une impasse aux conséquences multiples;  insécurité, marasme profond, paupérisation des classes sociales défavorisées, fuite des cerveaux, exode des jeunes vers d’autres pays.
Face à cette incertitude politique, il faut à tout prix, opposer la raison politique et la responsabilité individuelle à l’aventurisme. Le peuple algérien ne peut pas rester éternellement dans cet état d’échec. Il est temps de décider de se libérer de cette prison à ciel ouvert pour montrer au monde que nous avons des gens qui peuvent PENSER avec des capacités politiques pour conduire le pays vers la démocratie sous un autre niveau que celui de ce régime archaïque.

(Lire la suite)

Souvenez-vous Mr Ferdjallah ?

ferdjellah.jpgPar Chaavane 

L’article qu’a écrit «YALYIWAN» est très sincère et forcément juste. Moi j’ajouterai qu’un parti qui n’a pas de leader n’est pas un parti: réponse à ceux qui disent pourquoi c’est toujours S. Sadi ou Aït-Ahmed ou autre (au PT, jadis au MDS, au HAMAS si Nahnah n’était pas mort, etc. …). Nous pouvons même regarder les pays qui nous ont dépassé dans la lutte pour la démocratie ou les pays même qui sont dans la démocratie: Il y a souvent un leader. Nous devons critiquer ou dénoncer la pratique contraire à la démocratie; là oui, mais dire pourquoi Said Sadi est toujours président du parti, moi je prends ça pour une insulte politique.

Quand Djamel Ferdjallah vide son cœur, cela me permet de le connaître; car avant, ses faiblesses étaient cachées par l’aura du parti auquel il a adhéré. Vous souvenez-vous ? Vous, vous n’avez jamais laissé quelqu’un émergé à Béjaia. Vous avez activé à briser le RCD dans cette wilaya. Souvenez-vous de ces quelques lignes d’une respectable personne qui vous dit ceci: «Le RCD vient de comprendre que la politique de l’autruche ne rapporte rien. Il ne faut se voiler la face, Djamel Ferdjellah a été le mal du RCD à Béjaia ! Il a étouffé toutes les compétences qui auraient pu faire avancer le parti, de Arab Aouedj à Said Azamoum en passant par Madjid Amazigh, Beza Benmansour…et la liste est longue». Et il vous ajoute ceci: «Vous avez vidé le parti, heureusement que le président s’est rendu compte de vos complots. Tout est fini à présent et le RCD se portera mieux sans vous. Allez y au FLN c’est la bas que vous vous sentirez mieux. Allez y sur les traces de votre père. Pour le RCD, le combat continue. Vive la démocratie vive l’Algérie libre et laïque.»

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER