• Accueil
  • > Monde
  • > La Suisse et l’Algérie renforcent leur collaboration policière

La Suisse et l’Algérie renforcent leur collaboration policière

(Keystone)Isolda Agazzi/InfoSud

Berne et Alger s’apprêtent à signer un protocole qui prévoit l’accompagnement des personnes expulsées par des policiers algériens. Certains se trouvaient récemment aux Pâquis

«On nous a présenté deux policiers en civil comme des officiels algériens qui vont collaborer avec la police genevoise, nous raconte un membre de l’Association des habitants et commerçants de la rue de Fribourg. En discutant avec eux, on a vu qu’ils avaient bien compris le dossier des petits prédateurs et nos craintes, non seulement par rapport à l’insécurité, mais aussi à la diversité et au risque de naissance de sentiments racistes.»

Un après-midi ordinaire aux Pâquis. Les badauds attablés aux terrasses discutent insécurité, un argument devenu récurrent, voire obsessionnel, dans ce quartier chaud de Genève. Les «Zizous» sont l’un des principaux soucis des habitants. Ces petits délinquants, très habiles dans les jeux de jambe et les coups de pied comme le célèbre footballeur, sont spécialistes des vols à la tire et des agressions. Ils seraient 250, pour la plupart Algériens et sans papiers, parfaitement connus des services de police. A chaque fois qu’ils sont arrêtés, ils sont aussitôt relâchés. «Les jours-amendes sont totalement inefficaces, soupire le maréchal Français, chef de la gendarmerie des Pâquis. Et avec le durcissement de la loi dans les pays voisins, la criminalité se rabat sur Genève.»La Suisse et l’Algérie renforcent leur collaboration policière dans Monde empty

Effet dissuasif

La mobilisation et les réunions à répétition ont fini par souder les Pâquisards, qui ont tissé des liens avec la police et les autorités locales. Certains habitants ont même essayé de convaincre les Zizous de respecter la loi. En vain.

«La présence des officiels algériens est un signal fort que Genève ne peut pas continuer à être une zone de non-droit, ajoute un commerçant d’origine arabe. Pour nous, cela montre que les autorités genevoises ont entendu l’appel de la population.»

La visite de la police algérienne semble avoir eu un effet dissuasif, car les petits prédateurs sont devenus beaucoup moins visibles. Le téléphone arabe a bien fonctionné. «S’ils sont renvoyés en Algérie, ils risquent de lourdes peines de prison pour avoir quitté illégalement le territoire», assure un habitant

Commentaires

  1. hakim5 dit :

    c’est de la securisation de la rente qu il s agit…

  2. Axenfus dit :

    Je ne pense pas que ce sont des gens de la police, mais plutôt du DRS, parce que le régime d’Alger n’envoie que les gens de ce sinistre département quand il s’agit de missions à l’étranger

  3. DAI- EL-KHEIR dit :

    Mieux faire des éfforts et aller un peu loin et lever les secrets sur les comptes courants des vrais délinquants dans les diffèrentes banques de suisse et la principautée de monacco

  4. hakim5 dit :

    tout ce qui est entrain de se dire est BIEN mais si nous ne renforçons pas notre organisation a l echelle nationale et internationale…c’est comme si on arrosait le sable….

  5. hascheikoum dit :

    c’est très bien mais quand es qu’il gèleront les avoirs des généraux des ministre et autres oiseaux de mauvaise augure !

  6. hakim dit :

    moi je suis un algerien jai vecus en suisse jai travaillais en noir j,avais pas les papiers ils m;ont expulser pour rien simple controle jai jamais voler ceque jour les authorite europienne en genirale sont des rassist et compris les authorite des dictateur algeriens moi je les enmerde touts moi aussi je suis devenus un vrai rassist je baise frape ts les europiens comme par vengence et va vous faife en culler sale blond rassit je vous hait tout un jour je deviens terorist je vous baise touts oui

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER