Archive pour juin, 2009

Cherif Belkacem n’est plus

belkacem.jpgLe moudjahid et ancien membre du Conseil de la révolution, Cherif Belkacem, n’est plus. Il s’est éteint, hier à Paris, à l’âge de 79 ans, des suites d’une longue maladie. Né le 10 juillet 1930 à Aïn Beïda, dans la wilaya de Oum El Bouaghi, Cherif Belkacem était considéré comme l’homme fort du régime de Boumediène. Après des études à Dar El Beïda au Maroc, Si Djamel a rejoint, jeune, les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN). Commandant de la zone de Tlemcen (Wilaya V historique) jusqu’à la fin de 1959, il rejoint ensuite l’état-major de l’ALN en tant que responsable du PC/Ouest. Elu député de la première Assemblée nationale constituante, Cherif Belkacem a très vite rejoint le gouvernement en tant que ministre. Il a hérité, en effet, de trois portefeuilles ministériels sous la présidence d’Ahmed Ben Bella et sous celle de Houari Boumediène. En 1975, il décide de se retirer totalement de la scène politique.  A l’occasion de l’élection présidentielle de 1999, Cherif Belkacem refait parler de lui, se portant candidat à la candidature avant de se retirer de la course quelques semaines seulement avant le début du scrutin.  Synthèse d’El Mouhtarem/ El Watan

La Suisse et l’Algérie renforcent leur collaboration policière

(Keystone)Isolda Agazzi/InfoSud

Berne et Alger s’apprêtent à signer un protocole qui prévoit l’accompagnement des personnes expulsées par des policiers algériens. Certains se trouvaient récemment aux Pâquis

«On nous a présenté deux policiers en civil comme des officiels algériens qui vont collaborer avec la police genevoise, nous raconte un membre de l’Association des habitants et commerçants de la rue de Fribourg. En discutant avec eux, on a vu qu’ils avaient bien compris le dossier des petits prédateurs et nos craintes, non seulement par rapport à l’insécurité, mais aussi à la diversité et au risque de naissance de sentiments racistes.»

(Lire la suite)

Hocine Aït-Ahmed à la réunion de soutien au peuple iranien, la démocratie et les libertés

iranafpbehrouzmehri.jpgMonsieur Hocine Aït-Ahmed a répondu à l’invitation qui lui a été adressée pour participer à la réunion d’informations et de soutien au peuple iranien.  Mercredi 24 juin 2009, 20 heures, La Bellevilloise, Plateau FORUM 21, rue Boyer, 75 020 PARIS Metro Gambetta, ou Ménilmontant

Association du Manifeste des libertés

Soutien au peuple iranien pour la démocratie et les libertés

Depuis la proclamation des résultats falsifiés aux élections présidentielles, les Iraniens manifestent, quotidiennement et massivement, leur opposition au détournement de la démocratie et à l’imposition d’un candidat par la fraude. A cette grande protestation pacifique et courageuse, le régime du « guide » répond par la terreur, l’arrestation, le meurtre. Nous nous réunissons pour apporter notre soutien au peuple iranien dans sa lutte pour la démocratie et les libertés. Nous nous réunissons aussi pour défendre le droit et la paix pour l’ensemble de la région, tant il est évident que le sort des Iraniens nous concerne tous.

(Lire la suite)

Algérie: «Un policier pour 300 habitants»

poli.jpgL’objectif de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) est d’atteindre «à court terme» une couverture moyenne de: «un policier pour 300 habitants», a indiqué hier à Tébessa Ali Tounsi. Le responsable de la DGSN a souligné que la concrétisation de cet objectif «contribuera à garantir la sécurité publique dans tous les recoins du pays.» Ali Tounsi a rappelé que la police algérienne forme actuellement «environ 15 000 policiers par an» pour atteindre, à la fin de l’année de 2010, le nombre de 200 000 policiers formés en cinq ans.

Comment Achour Abderrahmane a dilapidé l’argent de la BNA ?

achourabderahmane.jpgLe procédé utilisé pour subtiliser 21 milliards de dinars de la Banque nationale d’Algérie (BNA) consiste en la création légale d’au moins 9 entreprises fictives, gravitant autour d’une société principale, National A+ qui, elle, existe sur le terrain. La deuxième étape consiste en l’ouverture de 12 comptes: 9 à Cherchell, 2 à Koléa et 1 de National A+ à Bouzaréah. Puis vient la troisième étape durant laquelle interviennent les dépôts de chèques au nom de National A+ pour encaissement au profit des différentes sociétés fictives gérées par Achour par procuration. La quatrième étape consiste à laisser en suspens entre les agences toutes les écritures dans le but de laisser les opérations sans suite et assurer à Achour l’encaissement des chèques alors que les comptes ne sont pas approvisionnés. De Bouzaréah, les chèques sont transférés d’un compte à un autre d’une agence à une autre, jusqu’à ce qu’ils arrivent à Koléa où dans 80% des cas, ils sont encaissés et sortis dans des cabas, pour ne pas dire des camions, parce qu’il s’agit d’importantes sommes. Dans chacune des étapes, les accusés ont un rôle bien déterminé à jouer pour mener à bien ce procédé diabolique digne de la maffia italienne.

(Lire la suite)

Mr Ksnetini c’est l’Algérie et l’Algérie c’est Mr Ksentini

ksentini.jpgPar Ammi Said 

Ksnetini c’est l’Algérie et l’Algérie c’est Mr Ksentini, donc, si tu attaques l’un c’est comme si tu avais attaqué l’autre. Le monde et le peuple algérien lui demandent de défendre les droits de l’homme, les familles des disparus et l’application des lois algériennes et des conventions internationales auxquelles avaient adhéré notre pays, lui, il a passé son temps à ruser, à flouer les pauvres mamans ou épouses qui attendent des nouvelles de leurs fils ou époux pour enfin faire leurs deuils et encourager et à légaliser l’impunité des criminels et des commanditaires des assassins de centaines de milliers d’innocents.

Il ne comprend pas pourquoi, l’ONU lui retire son accréditation. Il croit que l’ONU est sous la coupe du DRS et des clans qui nous maintiennent dans le silence malgré notre désir de crier barakat, nous sommes fatigués de vos mensonges, de vos humiliations et de vos fausses promesses. Nous voulons vivre dans réel et nous ne voulons plus vous écouter, vous croire et vous suivre dans vos folies de grandeur et dans l’illusion au quelle vous voulez nous lier comme des prisonniers à perpétuité. Nous n’avons plus besoin de vous, nous voulons vivre libre, suivre ceux nous voulons, élire ceux que nous aurons choisis et croire ceux qui nous disent la vérité. Même si c’est une vérité amère, douloureuse et frustrante.

(Lire la suite)

L’ancien patron d’Air Algérie veut rester en France

foudala.jpg«Je ne me considère pas comme un sans-papiers mais comme une personne dépossédée de ses papiers.» Mourad Foudala a le sens de la nuance. Cet homme de 59 ans, ancien patron de la compagnie aérienne Air Algérie, à Toulouse, traverse depuis près de deux ans une zone de forte turbulence. Il se bat avec sa famille pour obtenir en bonne et due forme un titre de séjour que la préfecture tarde à lui fournir. Alors qu’il tombe gravement malade en 2005, Air Algérie met fin à son contrat de travail après trois ans d’activités, boulevard de Strasbourg. Son titre de séjour arrive à expiration fin 2007. Considéré comme sans-papiers par l’administration depuis cette date, Mourad Foudala, «imprégné des valeurs républicaines et respectueux du droit français», comme l’attestent de nombreuses lettres de soutien envoyées à la préfecture, s’estime victime «d’une politique du chiffre.»

(Lire la suite)

Retrait de l’accréditation auprès de l’ONU: Ksentini crie au mensonge

786faroukksentini.jpg«Les déclarations de l’ONG n’ont aucun fondement. Elles sont dirigées contre l’Algérie pour des raisons politiques», a affirmé hier au Quotidien d’Oran Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la protection et la promotion des droits de l’homme (CNCPPDH). Maître Ksentini n’a pas hésité à qualifier les déclarations de l’ONG Alkarama de «mensongères». Il a affirmé que «ces déclarations n’ont aucun fondement, elles n’ont rien de réel, elles sont dirigées contre l’Algérie pour des raisons politiques». «Cette ONG a de tout temps été très proche du FIS avant et après sa dissolution, nous qui avons résisté, elle nous en veut depuis toujours.»

Algérie: Benbouzid rencontre les syndicats autonomes

benb.jpgUne commission mixte regroupant les cadres du ministère de l’Éducation nationale et sept syndicats autonomes du secteur a été installée, hier à Alger par Boubekeur Benbouzid. Il s’agit du Conseil National Autonome des Professeurs de l’Enseignement Secondaire et Technique (CNAPEST), du Syndicat National Autonome des Professeurs de l’Enseignement Secondaire et Technique (SNAPEST), Syndicat National des Travailleurs de l’Éducation (SNTE), du Syndicat Autonome des Travailleurs de l’Éducation et de la Formation (SATEF), du Syndicat National Autonome des Personnels de l’Administration Publique (SNAPAP), de la Fédération Nationale des Travailleurs de l’Éducation (FNTE) et enfin de l’Union Nationale des Personnels de l’Éducation et de la Formation (UNPEF). La Commission aura pour mission principale, a souligné le ministre, «d’ouvrir les négociations sur le régime indemnitaire».

Annaba: Trois mois de prison ferme requis contre 23 harraga

haraga1.jpgTrois mois de prison ferme assortis d’une amende de 20 000 DA est la peine requise hier par le procureur près le tribunal de Annaba, pour tentative d’émigration clandestine, à l’encontre de 23 harraga dont 3 sont en prison depuis le 15 juin, date de leur arrestation, rapporte El Watan. Les 23 harraga âgés entre 17 et 33 ans– dont 16 sont de Annaba, 2 de Constantine, 2 d’Alger, 2 d’El Tarf et 1 de Batna – avaient été interceptés au nord de Ras El Hamra (Annaba).

123456...13

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER