Cri d’un désespéré

alger.bmpPar Karim AIMEUR
L’Algérie que nous voulons, 47 ans après l’Indépendance, est celle qui reconnaît les siens. Car cette image d’une Algérie où tout fait semblant de tout faire, alors qu’à l’intérieur tout le monde veut fuir, nous fait du mal au coeur.
 
 
Le 5 juillet 1962, les Algériens fêtaient l’indépendance du pays. Quelques jours après, ou plutôt, quelques jours avant, avait éclaté la crise de l’été. C’était la guerre d’accession au pouvoir. A l’époque, les Algériens, incrédules, descendirent dans les rues et crièrent «Sept ans ça suffit». Depuis, se sont déclarées les guerres de succession. 5 juillet 2009. Scénario d’une vraie tragédie. Des jeunes affrontent l’amertume de la vie, en l’opposant à la colère de la mer. Des enfants s’extirpent du cercle familial et se dardent dans les embarras de la rue. Des filles s’opposent à l’obscurité, en bravant le code de la famille qui les met en quarantaine. Des élus transforment leur localité en petites Républiques. Des responsables d’entreprises publiques les transforment  en proprieté familiale. Des émeutes éclatent sporadiquement un peu partout dans le pays. Des employés sont virés des sociétés qui les «exploitent», car ils ont osé s’y opposer.

De grandes décisions sont prises dans le fil. Les pauvres ne peuvent pas s’assurer une défense dans les juridictions. L’opacité règne à tous les niveaux, le bicéphalisme également. Les universités produisent la médiocrité. Les syndicats autonomes sont bâillonnés. Les partis de l’opposition sont muselés. Les libertés sont confisquées. La presse est charpentée. Le Dinar ne cesse de régresser. Voilà l’Algérie, 47 ans après l’indépendance. Une Algérie faite de trahisons, d’imposture, de tromperie, de pillage, de dilapidation, de bradage et de toutes les tares. Une Algérie qui a brisé l’espoir de tant de générations. Une Algérie qui a cassé l’aspiration des grands martyrs de la guerre de libération. Une Algérie qui n’arrive pas à récupérer les ossements de Abane Ramdane, du Commandant Abderahman Mira, de rapatrier les ossements de Slimane Azem, de reconnaître Taoues Amrouche et tant bien d’autres.

Une Algérie où tout fait semblant de vivre, de travailler, de sortir dans la rue, alors qu’à l’intérieur tout le monde veut fuir. Cette Algérie là, nous la voulons autrement. Comme était souhaitée par les concepteurs de la révolution, comme voulue par le Congrès de la Soummam et comme chantée par feu Matoub Lounès. C’est-à-dire une Algérie meilleure où il règne une démocratie majeure. Une Algérie où tout le monde se retrouve, où les bourreaux n’auront plus de place.
Pour cela disons haut et fort : 47 ans ça suffit !  K. A.
Amezghar@hotmail.com

Photo: SAS

Commentaires

  1. Mourad dit :

    Excellent texte.

  2. Amghar Azzamni dit :

    Quelques 195 partis politiques d’obédience socialiste organisés autour de l’Internationale Socialiste dotée d’un programme commun,semblent bercer dans une indolence trés profonde!Ces pays,d’un commun accord,ne peuvent-ils pas unir leurs voix pour dénoncer les multiples injustices commises de leurs peuples,tous ces forbans de la politique internationale?Au lieu de lambiner,traînasser,discourir sans effet,se réunir pour n’en sortir qu’avec des résolutions,ne faudrait-il pas plutôt s’armer d’une volonté de lutter contre les régimes oligarchiques qui polluent le monde entier?
    Il est impératif que tous ces partis socialistes réunis tous ensemble sous la meme bannière prennent enfin leur bâton de pèlerin et qu’il s’en aillent en force livrer sérieusement bataille politique pour raffermir leur entité idéologique.La lutte contre les pouvoirs despotiques devient aujourd’hui inéluctable et obligatoire car les peuples souffrent énormément des confiscations de leurs libertés individuelles et collectives!C’est dire que l’Internationale Socialiste ne doit plus lambiner en se confinant qu’à faire de simples déclarations et de résolutions nulles sur le plan de l’offensive politique!Le temps presse car les richesses des pays faibles sont dilapidées et la paupérisation fait rage par les temps qui courent. Le Socialisme des peuples doit absolument prendre le dessus sur le Capitalisme anarchique sinon ce serait la fin de cette idéologie!Les Socialistes de par le monde ne doivent pas se tromper de trajectoire politique et se doivent de faire de bons choix pour proposer aux populations mondiales des solutions adéquates allant dans le sens du changement dans leur mode de vie.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER