Qui dirige notre armée, notre police et notre gendarmerie ?

armee.jpgPar Ammi Said 

L’armée Algérienne, comme d’ailleurs la police, la gendarmerie et les services de sécurité sont constitués des enfants de l’Algérie. Ils doivent être là pour protéger les biens du peuple, les lois votées par des élus choisis par le peuple, les frontières de notre pays, la sécurité de toutes et de tous et notre économie des ennemis intérieurs et extérieurs.

Ils sont dirigés par qui ? Par des clans venus d’ailleurs et par les transfuges de l’armée française, tout le monde le sait et eux même ne le cachent plus. Et, que demandent-ils à l’armée, à la police, aux services de sécurité et à la gendarmerie, de nous mater, de nous humilier, de nous voler, de nous terroriser, de nous censurer, de nous emprisonner, de nous réprimer…Et, pourquoi, ils leur demandent tout ça ? Pour continuer à nous gouverner, à prospérer, à gaspiller, voler et dilapider nos richesses et celles des générations futures, à vivre dans le bonheur, la sécurité et la luxure, à dominer ceux qui s’opposent à leurs privilèges illicites et mal acquis…

L’ALN l’aînée de l’ANP avait reçu le soutien de la majorité du peuple. Le peuple avait protégé, caché, nourri, et encouragé les membres de l’ALN… car ils s’étaient battu, vaillamment, contre ceux qui nous opprimaient et nous exploitaient. Car l’ALN respectait le peuple avec qui elle avait travaillé main dans la main pour libérer notre pays. Car, elle était au service de l’intérêt général et des intérêts de notre pays. Que ceux qui profitent de notre armée et de ses djounoud (soldats)partent, alors, elle deviendra notre armée mais pas la leur. Nous savons que dans toutes ses institutions, il existe des authentiques patriotes, des serviteurs dévoués de notre pays et des hommes prêts à se sacrifier pour l’indépendance réelle de notre pays. Mais les parasites et les profiteurs ne les laissent pas remplir les rôles que la constitution leur confère. C’est là où réside le problème.

A tous les niveaux et partout dans nos institutions existe encore des Algériens et des Algériennes honnêtes, intègres et sincères mais ils ne peuvent pas s’épanouir dans ce climat nauséabonde de délation, de corruption, de copinage, de mensonge, d’hypocrisie, de fourberie, de ruse et d’impunité pour les criminels…La démocratie et un Etat de droit réel, seuls sont capables de séparer la bonne graine de l’ivraie et les profiteurs des serviteurs de l’Algérie.
Fraternellement

Commentaires

  1. Jeff dit :

    Tout les armées du monde ont un pays pour défendre ses intérêts directs ou indirects, son territoire, sa constitution. L’armée algérienne, à elle seule, a un pays, son otage, l’Algérie Meskina. Nous sommes tous des cerfs des généraux incultes et criminels protégés par Fafa. Nous sommes pas des citoyens ayant droit de cité et ayant des devoirs de patriotes.

    Merci AMMI SAID pour vos articles et vos interventions judicieuse.

    Jeff

  2. salah nathali nath hand omoussa dit :

    avec tout se qu’on sait sur ce regime son armée,sa police,sa gendarmerie, ses services de securutés.les Algeriens restent là hagart, se laissent conduirent commes des bovins a l’abattoir,sans avoir le moindre recule et geste de sensibilité de revolte envers ses oppresseurs.conclusion.soit on est laches,soit on est satisfait de se qui nous arrivent soit on est bete a manger du foin,on a l’embarras du choix, à quant le reveil national.

  3. AMOKRANE dit :

    AMIIII SAIIIIID cette vieille chanson tjrs d’actualité. Y a t-il aliénation politique en algérie? Certainement. Il faut amener cultiver le savoir; nous apprendre autre chose bien à toi cher monsieur nording

  4. AMOKRANE dit :

    il faut des révoltes constructives. Commençons gens du peuple à s’aimer s’aider se respecter etc… et certainement les choses commençeront à changer bien à vous

  5. AMOKRANE dit :

    cher monsieur, cela devient ennuyeux de parler de ce que tout le monde sait bien à vous amokrane nourdine

  6. AMOKRANE dit :

    salut el mouhtarem que me demandez-vous
    qu’est ce que vs entendez par modérer mon commentaire merci de répondre

  7. AMOKRANE dit :

    Je vous conseille françalgérie crimes et mensonges d’ETAT de lounis aggoun et jean baptiste rivoire bien à vous nordine

  8. AMOKRANE dit :

    Je vous conseille françalgérie crimes et mensonges d’ETAT de lounis aggoun et jean baptiste rivoire bien à vous nordine ou bien écouter la chanson de MAXIME LE FORESTIER TU AVAIS JUSTE DIX-HUIT ANS….

  9. AMOKRANE dit :

    ou bien d’écouter RENAUD ds LA FRANCE EST UN PAYS DE FLICS….qd un pinochet s’améne c’est tjrs en GENERAL pour sauver la REPUBLIQUE pour sauver l’ordre moral etc…. tiens je vais écouter ce CD bien à toi AMI SAID

  10. AMOKRANE dit :

    C’est partout le bruit des bottes, c’est partout l’ordre en kaki. En Espagne on nous garotte on ns étripe au chili.
    Tiens quequ’un peut il nous rapporter le discours d’ALLENDE au chili avant de mourir et qui commençe par PEUPLE CHILIEN je m’adresse une dernière fois à vous…..

  11. Kara Fawzi dit :

    Merci Ammi Said pour cet écrit; tu as bien dit. Hélas, notre armée est hantée par ces DAF & Co et ils exploitent nos propres enfants. Matoub n’a-t-il pas dit dans l’une de ses chansons: « iadawen ass-agi wid ten-i-disnulfan d nitni, i ten-ittqabalen d nekkni » ? Les plus honnêtes dans l’armée doivent réagir pour la nettoyer de ces serviteurs de la France coloniale.

  12. lemétier desarmes coutentcheretrapporterien@hotmail.com dit :

    il semblerait que les 18 gendarmes tués sont dues a une vengeance des éléments terroristes qui se servaient des bibans comm base arriere car bba était jusqu a présent surnommé la petite suisse a ause de son calme. comme les services d sécurité en ont tué une dizaine. ceux ci auraint voulu se venger. est ce que m a rapporté un ami qui travaille a un poste qui lui permet d observer beaucoup de chose et/ou d en entendre.
    p.s ce n est pas un tépoignange fantaisiste du genre le cousin de l hélico a dits a la voisin du frére de machin :)

  13. AMOKRANE dit :

    L’histoire nous appartient, c’est le peuple qui la fait…..
    Vive le Chili, vive le peuple, vive les travailleurs ! Ce sont mes dernières paroles, j’ai la certitude que le sacrifice ne sera pas vain et qu’au moins ce sera une punition morale pour la lâcheté et la trahison. »

    Extraits du discours d’adieu de Salvador Allende aux Chiliens à la radio le 11 septembre 1973 quelques heures avant l’assaut du palais présidentiel de La Moneda par les putchistes.

  14. AMOKRANE dit :

    Accueil du site > >> Français > Dial, revue mensuelle en ligne > Archives > Année 2003 > 8. Septembre 2003 > CHILI – L’anniversaire du 11 septembre chilien. Le dernier discours (…)
    DIAL 2659

    CHILI – L’anniversaire du 11 septembre chilien. Le dernier discours de Salvador Allende
    lundi 1er septembre 2003, mis en ligne par Dial

    ÉDITORIAL

    IMPUNITÉ : avancées et reculs

    Le 11 septembre 2003 est le trentième anniversaire du renversement du régime socialiste de Salvador Allende au CHILI et le début de la dictature du général Augusto Pinochet. L’expérience d’Allende avait suscité une grande espérance, non seulement dans le peuple chilien, mais à travers le monde. Nous publions le dernier discours prononcé par Allende le 11 septembre 1973 à la radio, avant qu’il ne soit abattu le jour même (cf. DIAL D 2659).

    La question de l’impunité reste toujours d’actualité au Chili. Le président Ricardo Lagos tente d’introduire dans la législation chilienne la reconnaissance de « circonstances atténuantes » pour les auteurs de crimes de la répression, commis sous la dictature du général Pinochet de 1973 à 1990 (cf. DIAL D 2660). Quant aux enfants de ceux qui furent massacrés, torturés ou qui sont disparus, ils crient leur indignation face à l’impunité persistante au Chili (cf. DIAL D 2661).

    C’est aussi le trentième anniversaire (exactement le 27 juin) de la prise de pouvoir des militaires en URUGUAY où ils sévirent de 1973 à 1985. Le premier rapport officiel sur les violations des droits humains durant ces 12 années de dictature vient de paraître. Aucun coupable des crimes commis sous la dictature n’est sous les verrous (cf. DIAL D 2662).

    Toujours sur la question de l’impunité qui fait suite aux dictatures, en Argentine, les obstacles législatifs empêchant le jugement des militaires violateurs de droits humains sous la dictature (1976-1983) sont levés. Il est important de rappeler à ce sujet le rôle joué depuis quelques années par la pression internationale (cf. DIAL D 2663).

    Une mauvaise nouvelle en ce domaine concernant le Guatemala : le général Ríos Montt qui fut pendant 16 mois de présidence (1982-1983) l’un des dictateurs les plus sanguinaires d’Amérique latine vient d’être autorisé par la Cour constitutionnelle à être candidat aux élections présidentielles du 9 novembre prochain (cf. DIAL D 2664).

    Enfin, une bonne nouvelle pour terminer. Au Pérou vient de sortir le volumineux rapport, tant attendu, de la Commission de la vérité et de la réconciliation sur les crimes commis de 1985 à 1990 par les mouvements de guérillas et le pouvoir d’État (cf. L’actualité en bref, qui termine cette livraison de DIAL). Nous reviendrons ultérieurement sur cet événement.

    DIAL

    ——————————————————————————–

    À l’occasion du trentième anniversaire de la mort du président Salvador Allende, nous publions le dernier discours qu’il a prononcé à la radio alors que les bombes détruisaient le Palais présidentiel de La Moneda et que la rébellion des militaires sonnait le glas de la démocratie.

    ——————————————————————————–

    Je paierai de ma vie la défense des principes qui sont chers à cette patrie. La honte rejaillira sur ceux qui ont renié leurs engagements et manqué à leur parole, comme ils ont renié la doctrine des forces armées…

    Le peuple doit être vigilant, il ne doit pas se laisser provoquer ni massacrer, mais il doit défendre ses conquêtes. Il doit défendre le droit de construire avec son travail une vie digne et meilleure…

    En ce moment les avions nous survolent. Il est possible qu’ils nous criblent de projectiles. Mais sachez que nous sommes ici, ne serait-ce que pour affirmer par notre exemple que, dans ce pays, il y a des hommes qui savent accomplir leur devoir. Je le ferai comme représentant du peuple et avec la volonté lucide d’un président qui a conscience de la dignité de sa charge…

    Compatriotes, il est possible qu’ils réduisent les radios au silence. Je prends congé de vous. Peut-être est-ce la dernière fois que j’ai l’occasion de m’adresser à vous. Les forces aériennes ont bombardé les tours des radios Portales et Corporación. Mes paroles n’expriment pas l’amertume mais la déception. Elles seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi le serment qu’ils ont prêté, les soldats chiliens, les commandants en chef, l’amiral Merino qui s’est lui-même désigné comme tel, le général Mendoza, ce général vil qui, hier encore, manifestait sa solidarité et sa loyauté envers le gouvernement et qui s’est désigné lui-même commandant en chef des carabiniers.

    Face à ces événements, il ne me reste qu’une chose à dire aux travailleurs : je n’abdiquerai pas. Situé en ce moment historique, je paierai de ma vie ma loyauté au peuple. Je vous dis avoir la certitude que la semence que nous avons enfouie dans la conscience digne de milliers et de milliers de Chiliens ne sera pas définitivement perdue. Ils ont la force, ils pourront nous asservir, mais on n’arrête les mouvements sociaux ni avec le crime ni avec la force. L’histoire est nôtre, ce sont les peuples qui la font.

    Travailleurs de mon pays, je veux vous dire ma gratitude pour la loyauté que vous avez toujours eue, pour la confiance que vous avez mise en un homme qui fut seulement l’interprète des grandes aspirations à la justice, qui s’est engagé à respecter la Constitution et la loi, et qui l’a fait.

    C’est le moment final, le dernier où je peux m’adresser à vous. J’espère que la leçon sera comprise. Le capital étranger, l’impérialisme, uni à la réaction, ont créé le climat propice pour que les forces armées rompent avec leur tradition, celle que Schneider leur avait indiquée et que le commandant Araya avait réaffirmée, victimes du même milieu social qui doit aujourd’hui attendre dans ses maisons de conquérir le pouvoir avec l’aide de l’étranger, pour continuer à défendre ses propriétés et ses privilèges.

    Je m’adresse surtout à la femme modeste de notre terre, à la paysanne qui a cru en nous, à l’ouvrière qui a travaillé davantage, à la mère qui a toujours su s’occuper de ses enfants. Je m’adresse aux cadres de la patrie, aux cadres patriotes, à ceux qui depuis longtemps luttent contre la sédition dirigée par les syndicats patronaux, syndicats de classe dont le but est de défendre les avantages d’une société capitaliste.

    Je m’adresse à la jeunesse, à ces jeunes qui chantèrent et communiquèrent leur joie et leur esprit de lutte.

    Je m’adresse à l’homme du Chili, à l’ouvrier, au paysan, à l’intellectuel, à ceux qui seront poursuivis parce que le fascisme est déjà présent depuis longtemps dans notre pays, perpétrant des attentats terroristes, faisant sauter les ponts, coupant les voies ferrées, détruisant les oléoducs et les gazoducs, devant le silence de ceux qui avaient le devoir d’agir … l’histoire les jugera.

    Radio Magallanes va sûrement être réduite au silence et le son paisible de ma voix n’arrivera pas jusqu’à vous. Peu importe, vous continuerez à m’entendre. Je serai toujours à vos côtés, mon souvenir sera au moins celui d’un homme digne qui fut loyal à sa patrie. Le peuple doit se défendre, mais ne pas être sacrifié. Le peuple ne doit pas se laisser abattre ni cribler de coups, et il ne doit pas non plus se laisser humilier. Travailleurs de mon pays, j’ai foi au Chili et en son destin. D’autres hommes surmonteront le moment triste et amer où la trahison prétend s’imposer. Continuez à penser que s’ouvriront bientôt, beaucoup plus tôt que tard, les grandes avenues où passera l’homme libre pour construire un monde meilleur.

    Vive le Chili, vive le peuple, vivent les travailleurs !

    Ce sont mes dernières paroles. J’ai la certitude que le sacrifice ne sera pas vain. J’ai la certitude que, du moins, il y aura une sanction morale qui châtiera la félonie, la lâcheté et la trahison.

  15. Mohand Tahar MOHAMMEDI dit :

    Le comble !!! c’est quand on voit que cette armée qui n’arrive même pas a lutter contre un poignée de « terroriste » alors qu’elle est alloué de 45% du budget national au détriment d’une école et d’une université et d’un système de santé devenu clochardisé.
    Dans une vraie démocratie la ou le peuple décide c’est l’école qui est la priorité des priorités elle est l’essence même de la société et c’est ici on dépense l’argent sans compter et non pour une armée qui empêche le peuple d’accéder au pouvoir !!!

  16. Mohand Tahar dit :

    Le comble !!! c’est quand on voit que cette armée qui n’arrive même pas a lutter contre un poignée de « terroriste » alors qu’elle est alloué de 45% du budget national au détriment d’une école et d’une université et d’un système de santé devenu clochardisé.
    Dans une vraie démocratie la ou le peuple décide c’est l’école qui est la priorité des priorités elle est l’essence même de la société et c’est ici on dépense l’argent sans compter et non pour une armée qui empêche le peuple d’accéder au pouvoir !!!

  17. Amaghar Azzamni a dit dit :

    Cher Ammi Said je te salue!
    Tu sais j’admire ton idéalisme et j’aimerais bien en profiter avec toi!
    Mais demander à nos gouvernants actuels de s’en aller serait une utopie car le pouvoir est vraiment sorcier,il attache son bonhomme.Le pouvoir envoûte les assoiffés de diriger et profiter de privilèges qu’ils ne méritent pas!Ils sont là et persistent à la tête d’un régime basé sur le mépris,la perfidie,l’ignorance,la dilapidation de biens du peuple à satiété et l’humiliation en surplus!
    Je ne veux pas verser dans le pessimisme radical mais,il serait trés difficile de voir ses forbans de la politique quitter définitivement les lieux pour laisser place à l’intelligence et au nationalisme des uns et des autres pour la reconstruction du pays .Tiens , par exemple cher Ami Said,ces caciques du pouvoir créent ou font voter des lois scélérates pour museler la voix du peuple!Cet état d’urgence est la pire des punitions que subit le peuple algérien depuis presqu’une vingtaine d’années maintenant.Avec cette Grande Loi, d’où découlent les petites lois,toutes les libertés sont gravement confisquées.Pour un oui ou pour un non ,vous êtes arrêté et conduit dans un commissariat de police pour vous faire tabasser ou intimider.
    Alors comment faire et quoi espérer si ce n’est que se résigner en attendant que toutes les langues se délient un jour pour crier BASTA à la Hogra et la dictature qui ne dit pas son nom!
    Ceci dit,Cher Ammi Said,je te propose mes félicitations pour ton analyse!
    Salutations Militantes

  18. hakim5 dit :

    qui dirige? REPONSE SIMPLE : des assassins…des dictateurs…des rejetons de DE GAULE élevés au maroc (pour certains)….des applat ventristes…qui voulez vous d autres ????

  19. hakim5 dit :

    C EST BOUTEF QUI ORGANISE LE FESTI-VA PANAFRICAIN…ET C EST LE GHANA QUI REçOIT OBAMA…des depenses pour rien!!!!!
    ceci dit…tout le monde sait « qui dirige ».

  20. hakim5 dit :

    C EST BOUTEF ET LES GENERAUX AVEC LA BENEDICTION DU drs QUI ORGANISENT LE FESTI-VA PANAFRICAIN…ET C EST LE GHANA QUI EST CHOISI PAR OBAMA…
    QUI DIRIGE? si ce n est des dictateurs applat ventristes ASSASSINBS???

  21. hakim5 dit :

    OK…JE TRANSMETTRAI MES IDEES AU PS FRANçAIS…AUX VERTS…….EN SOMME , AU ORGANISATIONS DU MOUVEMENT ALTER MONDIALISTE….
    OUI…IL FAUT UNE COMMISSION INTERNATIONALE INDEPENDANTE POUR ECLAICIR L AFFAIRE DES MOINES DE TIVHIRINE ET AUTRE ASSASSINATS.

  22. LE_MAITRE dit :

    Que produit cette armée sinon qu’elle empeche le peuple de se liberer

  23. arezki dit :

    AZUL? MOI JE CROIS QUE DANS TOUTES LES FONCTIONS IL Y’A UN AGE POUR LE DEPART A LA RETRAITE. DANS L’ARMEE JE CROIS C’est apres 25 ans de services, n’est ce pas ??

  24. Ammisaid dit :

    A Mr Amokrane Nouredine,
    Je ne prétends pas amener ce que tout le monde ignore dans mes commentaires. Je partage ma sensibilité avec mes compatriotes. Je dis ce que je penses et ça s’arrête là. Aucune prétention dans mes écrits. Je n’écris que ce que me dicte ma conscience et ce que ma mémoire a accumulé comme expériences et comme souvenirs. Je n’écoute que ceux qui essaye de mettre l’intérêt de l’Algérie et de son peuple au dessus de tout les autres intérêts (personnels, régionaux, culturels, spirituels, matériels…). Mon pays, ton pays, notre pays a payé très chers nos divisions, nos convictions orgueilleuses, nos croyances rigides et criminelles, nos émotions devoreuses de nos chairs et buveuses de notre sang, nos idées intolérantes et égoïstes, nos sentiments haineux et rancuniers, notre clanisme producteur d’assassinats et de massacres d’innocents et notre individualisme qui nous pousse à écraser les plus faibles et les plus fragiles de nous. Je ne suis un partisan de la vengeance et de l’élimination de celles ou de ceux qui ne pensent comme moi. Je suis totalement désireux d’une justice équitable, qui punit les criminels, les voleurs et les commanditaires qui se cachent dans l’ombre et qui protègent leurs intérêts personnels par le sang des Algériens qui sont sous leurs « responsabilités » et qui offre aux victimes leurs droits, tout leurs droits, uniquement leurs droits. Je ne désire plus suivre les courants qui emmènent aux impasses, les pasteurs qui haranguent les foules et qui se retrouvent aux clubs des pins une fois qu’ils aient atteints leurs objectifs (vivre en harmonie et en bonne compagnie avec ceux qu’ils nous disaient combattre) et ceux qui font et font des promesses à eux mêmes, à leurs proches, à leurs amis, à leurs courtisans, à leurs serviteurs et à leurs flatteurs tout en s’adressant au peuple. L’Algérie a été libéré du joug du colonisateur par
    ses valeureux combattants et par le soutien de chaque seconde de son peuple( les vestiges de l’engagement de notre peuple sont tracés avec des lettres d’or dans nos villages, nos villes et nos douars, il suffit d’interroger ceux qui sont encore vivants. Interroges les veuves de nos valeureux martyres et tu verras leurs réponses et tu verras quelle est la récompense qu’elles ont reçu pour leurs sacrifices: rien !). L’Algérien appartient à son peuple et son armée, sa police et sa gendarmerie sont constitués, totalement, des fils de son peuple. Alors pourquoi, allons nous continuer, à s’entre-tuer entre frère ? Pourquoi, un frère va-t-il torturer, humilier, castrer…son frère et violer, déshonorer sa soeur…? Pourquoi ? C’est inadmissible pour moi ! Je n’arrives pas à le comprendre et l’admettre, c’est au dessus de ma raison et de ma conscience. L’Algérie a besoin de tout ses enfants (filles et garçons) pour se construire, mais elle n’a plus besoin de ceux qui veulent, de force et par la violence, l’asservir. Le ver qui la ronge est à l’intérieur d’elle, il faudra bien, un jour, l’extirper, pour qu’elle puisse grandir, mûrir et prospérer dans les l’intérêt général.
    Fraternellement et cordialement à toi.

  25. AMOKRANE dit :

    J’écoute la chanson HEXAGONE de RENAUD

  26. AMOKRANE dit :

    Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements.
    Citations de Honoré de Balzac

  27. AMOKRANE dit :

    Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements.
    Citations de Honoré de Balzac

    Lire également :

  28. elrihla dit :

    l’armée algerienne et dirigé par des algeriens comme vous et moi mais ils sortent d’une grande école algerienne qui s’appelle l’ecole des élites de la hogra.se sont des hagarras fils de hagarras comme beaucoups d’algeriens qu’ils soient arabes ou kabyles voila notre réalité,il faut pas se voiler la face.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER