• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 juillet 2009

Archive pour le 23 juillet, 2009

1500 caméras de surveillance pour Alger

camra1.jpgNous apprenons d’une source sûre que les autorités vont doter la wilaya d’Alger de 1500 nouvelles caméras de surveillance. Selon notre source, les sociétés intéressées par le marché ont été déjà saisies. Pour rappel, plusieurs caméras sont déjà installées au niveau des grandes artères de la capitale. Officiellement, elles sont utilisées par la police dans le cadre de la lutte contre la criminalité. El Mouhtarem

Le FFS réunit son conseil national demain

ffs.jpgLe Conseil national du Front des forces socialistes (FFS) se réunira demain vendredi en session extraordinaire. La réunion qui se tiendra au siège national du parti à Alger sera consacrée à l’analyse de la situation politique nationale et l’évaluation de la démarche organisationnelle du parti, indique un communiqué du FFS.  El Mouhtarem

Farouk KSENTINI: «Le casier judiciaire de Hattab sera vierge»

hassanhattabfamille271162999.jpgLe fondateur du Gspc, Hassan Hattab, n’aura aucune mention sur son casier judiciaire. «Qu’ils soient repentis ou autre, il faut absolument les débarrasser de cette charge», a déclaré hier Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’Homme (Cncppdh), en marge de la cérémonie de remise des prix aux détenus ayant décroché leur Bac et BEM. Se voulant plus clair, il ajoute: «Sinon la réconciliation nationale n’aura aucun sens.» «Je suis pour le retrait d’un casier vierge pour tout le monde», poursuit notre vis-à-vis, rapporte l’Expression.

Bouteflika: « L’Algérie s’enorgueillit de la réussite des compétences établies à l’étranger »

boutef.jpgLe président Bouteflika, a indiqué, hier dans un message adressé  aux participants à l’université d’été de la communauté algérienne à l’étranger, que l’Algérie souhaite tirer profit des compétences algériennes établies à l’étranger dans les domaines de la recherche scientifique, de l’expertise et des découvertes technologiques ainsi que de l’investissement financier dans divers secteurs. Le chef de l’Etat, qui a estimé que les jeunes instruits sont «redevables envers (leur) patrie pour avoir fait des études en Algérie», a affirmé que «l’Algérie s’enorgueillit et tire fierté de la réussite des compétences établies à l’étranger et plus précisément dans les pays industrialisés». Synthèse d’El Mouhtarem

Zerhouni-Tounsi: le courant ne passe plus !

zer.jpgLe ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, a boycotté la cérémonie du 47e anniversaire de la police, fêté à l’école d’El-Hamiz avec une sortie de promotion de commissaires divisionnaires, rapporte Liberté. « L’absence du ministre de tutelle, Noureddine Yazid Zerhouni, dont la présence a été annoncée la veille, a été très remarquée. Fait qui a donné lieu à des interrogations, compte tenu des rumeurs et spéculations autour des rapports entre les deux hommes, la prétendue démission de Tounsi qu’il a d’ailleurs démentie et les interférences et intervention directes du ministre dans la gestion ou le règlement de certains cas d’officiers suspendus contre l’avis du DGSN », écrit Liberté. El Mouhtarem

MAROC: Bilan controversé de la liberté de la presse après 10 ans de règne de Mohammed VI

maroc.jpgPar Reportes Sans Frontières (RSF)
A l’occasion du dixième anniversaire de l’accession de Mohammed VI au trône du Maroc, le 23 juillet 1999, Reporters sans frontières dresse un bilan de la situation de la liberté de la presse. Après de réelles avancées au début de son règne, les reculs et crispations se sont multipliés, notamment à partir de 2002. La priorité actuelle reste la réforme d’un code de la presse beaucoup trop sévère.
Au cours de ces dix dernières années, la justice marocaine a en effet distribué 25 années de prison à des journalistes, et 2 millions d’euros d’amende à des médias.

Il est indéniable que les conditions de travail des journalistes marocains se sont améliorées au cours des dix dernières années car les « lignes rouges », si elles existent toujours, ont reculé, grâce à la ténacité de la presse indépendante et à une volonté d’assouplissement de Mohammed VI. Malgré les risques de poursuites judiciaires, les journalistes marocains peuvent aborder aujourd’hui avec une certaine audace des thèmes totalement tabous il y a dix ans, comme le roi et la monarchie, le gouvernement, l’islam, la sexualité, le Sahara occidental… Il faut également saluer, aujourd’hui, l’absence de journaliste emprisonné pour « délit de presse », même s’il reste toujours de nombreux détenus d’opinion.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER