1500 caméras de surveillance pour Alger

camra1.jpgNous apprenons d’une source sûre que les autorités vont doter la wilaya d’Alger de 1500 nouvelles caméras de surveillance. Selon notre source, les sociétés intéressées par le marché ont été déjà saisies. Pour rappel, plusieurs caméras sont déjà installées au niveau des grandes artères de la capitale. Officiellement, elles sont utilisées par la police dans le cadre de la lutte contre la criminalité. El Mouhtarem

Commentaires

  1. SAMARITAIN dit :

    sans oublier les Fameuses Caméras humaines ,les yeux des vendeurs des Cigarettes, et les autres parking sauvages qui guettent le moindre suspect pour être dénoncer au Flics ! ,Et en contrepartie des renseignements qu’ils peuvent fournir a ces policiers , ils (flics ndlr) les laissent écouler leurs cannabis et psychotropes au vu et au su de tout le monde .
    Le Pauvre Samaritain de N’Aldjérie

  2. C.Sonia dit :

    Oh, ça suffit !!! Vous nous saoulez avec votre berbérisme! L’Algérie toute entière souffre, et vous, vous ne trouvez pas mieux que de nous rabâchez à longueur d’articles et d’années cette histoire de berbérisme. En procédant ainsi et par votre xénophobie maladive, vous faites exactement le lit de la dictature en place. C’est à se demander si ce n’est pas cela qui est recherché.

  3. amina&amin dit :

    Savez-vous que l’algerie est en etat d’urgence depuis 17 ans?

    -4 presidentiels
    -3 legislatives
    -2 referendums

    UN RECORD MONDIAL!!!

    Est-ce la methode d’IMPOSER des presidents, des deputés et senateurs et de travestir la constitution de la nation algerienne?

    Ban Kimoon, Obama et autres leaders du monde seront saisis pour leur demander une explication,…

    est-ce normal de gerer une nation ainsi?

    17 ans d’etat de siege/URGENCE!!!

    Pourquoi?
    jusqu’á quand?

    l’urgence qui dure !

    Un état d’urgence est une « réaction
    juridique temporaire, généralement
    constituée par une déclaration gouvernementale, faite en réponse à
    une situation grave et exceptionnelle
    posant une menace fondamentale à la nation ».

    Cette définition s’applique-telle à la situation en Algérie ?

    Est il crédible de considérer que
    dix sept années d’état d’urgence
    relèvent du temporaire ?

    Pouvons nous croire un instant qu’après quatre scrutins présidentiels, trois législatives et deux référendums, la nation algérienne soit en danger ?

    L’Algérie de 2009 connaît-elle une situation grave et exceptionnelle qui nécessite que la société renonce à un fonctionnement normal ?

    Pour l’ensemble des mécanismes onusiens
    de protection des droits de l’Homme, la réponse est non.

    Or, l’état d’urgence instauré le 9 février 1992 est toujours en vigueur et constitue le cadre répressif à l’exercice des libertés publiques en Algérie.

    Une telle situation d’exception qui dure et perdure en se normalisant de jour en jour dans la conscience collective des algériens, vise non pas à lutter efficacement contre le terrorisme, qui est paradoxalement considéré comme vaincu par les tenant même de ce discours, mais permet plutôt à l’Etat de transcender la société en dépolitisant la société civile et en monopolisant
    l’action et la décision politiques. Une telle stratégie se fait forcément au détriment des droits fondamentaux
    du citoyen.

    Les disparitions forcées, la torture et les exécutions extrajudiciaires portent
    le sceau de l’état d’urgence.

    La levée de l’état d’urgence est une revendication constante de la LADDH qui milite sans relâche sur le plan national et international pour sa concrétisation.

    Mais aujourd’hui, nous devons faire en sorte qu’elle devienne la revendication de toute la société. Aussi il est de la responsabilité des militants des droits de l’Homme, des politiques, des médias
    et des intellectuels de porter la revendication de la levée de l’état
    d’urgence et de poser le vrai débat
    autour des véritables enjeux qui
    dépendent de cet état de fait et qui sont : la libération du champ politique et médiatique, seuls chemins vers l’instauration d’un Etat de droit capable de préserver les droits et la dignité de ses citoyens.

    Mostefa BOUCHACHI
    Président de la LADDH

    http://www.algeria-watch.org/pdf/pdf_fr/laddh_errabita_2.pdf

    Tendrement votre

  4. bezef dit :

    Pendant qu’ils y son,pourquoi ne pas placé des caméras de surveillance dans les WC,juste pour voir si ont utilisent trop de papiers toilettes (hachakoum)

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER