• Accueil
  • > Archives pour juillet 2009

Archive pour juillet, 2009

Tadmaït: Deux gardes communaux allument le feu

feudeforet.jpgLes incendies qui ont ravagé ce week-end les massifs forestiers de la wilaya de Tizi Ouzou, ont suscité l’ire des riverains qui accusent des incendiaires d’être derrière la catastrophe.

Dans la commune de Tadmaït, la colère s’est matérialisée en émeute lorsque des habitants ont surpris deux individus en train de mettre le feu à la forêt de Sidi-Ali-Bounab. Un jeune raconte que lorsque les habitants ont vu de la fumée, un groupe s’est rapidement rendu sur place pour éviter l’incendie et c’est ainsi qu’il a surpris les deux présumés incendiaires. Ces derniers qui sont deux éléments de la garde communale, ont été capturés et passés à tabac avant d’être conduit au siège de la mairie de la ville par des jeunes en colère. Il était environ 19h lorsque les habitants de ladite commune sise à 17 km à l’ouest de Tizi Ouzou, ont procédé à la fermeture de la RN 12 au niveau de l’embranchement et des pneus ont été brûlés.

L’un des deux gardes communaux a été transféré au CHU de Tizi Ouzou où il a été gardé en observation. Le second a été arrêté par la gendarmerie pour enquête. Ce matin, un calme précaire est revenu dans la ville, mais l’ambiance demeure tendue. Rappelons que la région à connu en 2007 et 2008 des incendies qui ont sérieusement endommagé les massifs forestiers de Sidi-Ali-Bounab et plusieurs oliviers ont été brûlés. Source Infosoir

Trafic de ferraille: Un dossier psychiatrique pour Fellah Hacène

folie.bmpSelon des sources judiciaires, tous les biens mobiliers et immobiliers ainsi que les comptes bancaires de Fellah Hacène, l’un des plus grands magnats de la ferraille en Algérie actuellement sous les verrous à Annaba, font l’objet d’un séquestre judiciaire. Décidée par le procureur de la République près le tribunal d’El Hadjar, cette mesure n’est pas la seule à être prise à son encontre.

Elle a été précédée par celle du procureur général près la cour de Annaba qui a officiellement demandé à l’Assemblée populaire de la wilaya (APW) d’organiser une session extraordinaire et décider le gel de son statut d’élu et vice-président de l’APW. C’est ce qui a été fait. D’autres sources sûres affirment que des démarches sont actuellement engagées par des proches de Fellah Hacène auprès des structures sanitaires spécialisées à l’effet d’établir un dossier médical psychiatrique, pour faire du concerné un prévenu pénalement irresponsable de ses actes. En perte de vitesse depuis sa mise sous mandat de dépôt, le «lobby» de Fellah Hacène veut par tous les moyens possibles et imaginables le disculper de son dossier lourd, allant jusqu’à l’établissement d’un dossier psychiatrique antidaté, rapporte El Watan.

Commentaire: Finalement, Fellah n’a pas un moral d’acier ! El Mouhtarem

Contribution de K. Tabbou au travaux du conseil national du FFS

tabou.jpgDepuis l’élection de BOUTEFLIKA et les événements qui sont s’en suivis, le pays vit une période de repli et de régression politiques. Les menaces et les atteintes sur le pluralisme et les libertés se précisent.  Tout se passe comme si le peuple algérien, à l’instar des peuples du Maghreb, est à son tour corseter dans des normes politiques imposées à cette région. Au-delà des variétés institutionnelles et des colorations politiques des régimes, on voit bien que les peuples du Maghreb connaissent un niveau limité et réduit de libertés. 

Une vraie homogénéité des régimes qui se constate dans le degré d’autonomie individuelle et collective ainsi que les espaces de libertés qu’ils concèdent et octroient à leurs peuples. Quelle est donc la différence entre les pouvoirs du Roi et les pouvoirs des « présidents » à vie ? Ils sont de même nature. Le processus politique en œuvre dans le pays se rapproche graduellement dans ses aspects fondamentaux des systèmes autoritaires en place chez nos voisins. Les avancées démocratiques sont rognées. Au lieu de faire avancer la démocratie dans le pays, les luttes populaires pour la liberté et la dignité ont été dévoyées et ont mené à la consolidation du régime, à la privatisation de l’Etat et à l’aliénation de la société. Ces luttes marquées par un affrontement frontal avec le régime, dans un contexte régional et international défavorable, ont eu des résultats paradoxaux. A la lumière de ce constat, il est aisé de prévoir les changements législatifs et institutionnels à venir. 

(Lire la suite)

1500 caméras de surveillance pour Alger

camra1.jpgNous apprenons d’une source sûre que les autorités vont doter la wilaya d’Alger de 1500 nouvelles caméras de surveillance. Selon notre source, les sociétés intéressées par le marché ont été déjà saisies. Pour rappel, plusieurs caméras sont déjà installées au niveau des grandes artères de la capitale. Officiellement, elles sont utilisées par la police dans le cadre de la lutte contre la criminalité. El Mouhtarem

Le FFS réunit son conseil national demain

ffs.jpgLe Conseil national du Front des forces socialistes (FFS) se réunira demain vendredi en session extraordinaire. La réunion qui se tiendra au siège national du parti à Alger sera consacrée à l’analyse de la situation politique nationale et l’évaluation de la démarche organisationnelle du parti, indique un communiqué du FFS.  El Mouhtarem

Farouk KSENTINI: «Le casier judiciaire de Hattab sera vierge»

hassanhattabfamille271162999.jpgLe fondateur du Gspc, Hassan Hattab, n’aura aucune mention sur son casier judiciaire. «Qu’ils soient repentis ou autre, il faut absolument les débarrasser de cette charge», a déclaré hier Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’Homme (Cncppdh), en marge de la cérémonie de remise des prix aux détenus ayant décroché leur Bac et BEM. Se voulant plus clair, il ajoute: «Sinon la réconciliation nationale n’aura aucun sens.» «Je suis pour le retrait d’un casier vierge pour tout le monde», poursuit notre vis-à-vis, rapporte l’Expression.

Bouteflika: « L’Algérie s’enorgueillit de la réussite des compétences établies à l’étranger »

boutef.jpgLe président Bouteflika, a indiqué, hier dans un message adressé  aux participants à l’université d’été de la communauté algérienne à l’étranger, que l’Algérie souhaite tirer profit des compétences algériennes établies à l’étranger dans les domaines de la recherche scientifique, de l’expertise et des découvertes technologiques ainsi que de l’investissement financier dans divers secteurs. Le chef de l’Etat, qui a estimé que les jeunes instruits sont «redevables envers (leur) patrie pour avoir fait des études en Algérie», a affirmé que «l’Algérie s’enorgueillit et tire fierté de la réussite des compétences établies à l’étranger et plus précisément dans les pays industrialisés». Synthèse d’El Mouhtarem

Zerhouni-Tounsi: le courant ne passe plus !

zer.jpgLe ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, a boycotté la cérémonie du 47e anniversaire de la police, fêté à l’école d’El-Hamiz avec une sortie de promotion de commissaires divisionnaires, rapporte Liberté. « L’absence du ministre de tutelle, Noureddine Yazid Zerhouni, dont la présence a été annoncée la veille, a été très remarquée. Fait qui a donné lieu à des interrogations, compte tenu des rumeurs et spéculations autour des rapports entre les deux hommes, la prétendue démission de Tounsi qu’il a d’ailleurs démentie et les interférences et intervention directes du ministre dans la gestion ou le règlement de certains cas d’officiers suspendus contre l’avis du DGSN », écrit Liberté. El Mouhtarem

MAROC: Bilan controversé de la liberté de la presse après 10 ans de règne de Mohammed VI

maroc.jpgPar Reportes Sans Frontières (RSF)
A l’occasion du dixième anniversaire de l’accession de Mohammed VI au trône du Maroc, le 23 juillet 1999, Reporters sans frontières dresse un bilan de la situation de la liberté de la presse. Après de réelles avancées au début de son règne, les reculs et crispations se sont multipliés, notamment à partir de 2002. La priorité actuelle reste la réforme d’un code de la presse beaucoup trop sévère.
Au cours de ces dix dernières années, la justice marocaine a en effet distribué 25 années de prison à des journalistes, et 2 millions d’euros d’amende à des médias.

Il est indéniable que les conditions de travail des journalistes marocains se sont améliorées au cours des dix dernières années car les « lignes rouges », si elles existent toujours, ont reculé, grâce à la ténacité de la presse indépendante et à une volonté d’assouplissement de Mohammed VI. Malgré les risques de poursuites judiciaires, les journalistes marocains peuvent aborder aujourd’hui avec une certaine audace des thèmes totalement tabous il y a dix ans, comme le roi et la monarchie, le gouvernement, l’islam, la sexualité, le Sahara occidental… Il faut également saluer, aujourd’hui, l’absence de journaliste emprisonné pour « délit de presse », même s’il reste toujours de nombreux détenus d’opinion.

(Lire la suite)

Deux ans de prison ferme requis contre le voleur du portable de Chérif Abbas

cherifabbescopy.jpgLe représentant du ministère public auprès du tribunal d’El-Hadjar (Annaba) a requis 2 ans de prison ferme à l’encontre de l’auteur du vol du téléphone portable du ministre des Moudjahidine, Mohamed Cherif Abbès, commis lors de sa visite de travail, à la midécembre 2008, dans la wilaya de Annaba. Le mis en cause, M. K., 40 ans, serveur au salon d’honneur de l’aéroport Rabah-Bitat de Annaba, qui a été le lieu de transit du ministre, a fait l’objet d’un interrogatoire poussé de la part des éléments de la brigade de recherches et d’investigation du groupement de la Gendarmerie nationale de Annaba.

Lors du procès, le mis en cause, questionné sur l’objet qu’il avait lancé par la vitre du véhicule de la gendarmerie, lors de son transfert de son lieu de travail vers la brigade, a repris la même déclaration faite aux enquêteurs : «J’ai jeté un paquet de cigarettes vide.» La deuxième personne impliquée dans cette affaire, qui a remis le téléphone portable du ministre aux gendarmes, plus de trois mois après les faits, et n’ayant pu le faire fonctionner, du fait de ses caractéristiques hautement sophistiquées, a déclaré l’avoir trouvé sur le bas-côté de la chaussée, dans les environs de l’aéroport. Il s’est vu requérir une peine de six mois de prison ferme. L’affaire a été mise en délibéré et le jugement sera rendu dans les prochains jours. Le Soir d’Algérie

12345...16

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER