• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 3 août 2009

Archive pour le 3 août, 2009

Zaid Yacine: Gavroche à Hassi Messaoud

yacine.jpg«Gentil garçon» à la silhouette frêle, rien ne le prédestinait à devenir, à son corps défendant, une icône de la révolte ouvrière à Hassi Messaoud et un porte drapeau des travailleurs victimes de «l’esclavagisme moderne». Pour illustrer son «ignorance» de ce monde cruel, il reconnait, sans honte, et même en riant: «Avant je confondais entre Sidi Saïd de l’UGTA et Saïd Saadi du RCD». Lui, c’est Yacine Zaid, un enfant de Laghouat, au climat dur. Il perd sa mère très jeune, à l’âge d’un an et fut élevée par sa grand-mère maternelle. Après une scolarité «ordinaire», il quitte l’école en 1987 et aide son père dans son travail. En 1994, il intègre la société américaine Bechtel, spécialisée dans les pipelines, et depuis, il «baigne» dans cet univers des sociétés pétrolières multinationales. «Un univers de hogra et d’exploitation sans limites» indique-t-il.

Après plusieurs boites, il atterrit à Eurest Support Services (ESS), une filiale du leader mondial de la restauration collective, installée à Hassi Messaoud, en 2004 comme agent de sécurité. Après deux années de bons et loyaux services pour lesquels il a été promu superviseur de sécurité. «Je vivais bien et je ne manquais de rien» affirme-t-il, mais «ce n’était pas le cas des autres travailleurs. Leurs conditions de vie et de travail était à la limite de l’entendement» souligne-t-il. Manque de sécurité sur les lieux de travail, manque d’hygiène dans les bases de vie, brimades, insultes… «Intenable !».

(Lire la suite)

La seule solution aux extrêmes c’est l’union des hommes et femmes humbles

racisme.jpgPar Ammi Said 

A Mr Aqbayli,
Je ne vois pas pour quoi le site Kabyle.net va cesser d’informer comme il souhaite le faire et comme il est payé pour le faire. Ils vouent une haine noire à l’islam, à l’Arabe, aux Arabes et aux Kabyles qui ne les suivent pas dans leur construction délirante bétonnée (emmurée): à savoir tous ceux qui ne nous suivent pas, qui ne pensent pas comme nous, sont nos ennemis et donc les ennemis de la Kabylie. Ces derniers doivent être insultés, méprisés, exclus, désignés à la vindicte populaire, lynchés pas des mots qui sortent de la bouche des égouts…Eux, se décrivent comme étant la conscience aiguë des Kabyles, la pureté de la race kabyle, les guides qui sauront nous montrer nos ennemis et nous trouver nos amis (sionistes et en général tout les anti-islam et anti-arabes) et les gardiens de nos valeurs.

Tu es avec nous, sinon, tu es considéré comme un traître, un lâche, un ignorant, un danger pour leurs idées hautement intelligentes et leurs sincérités profondes. Ils dévalorisent, insultent et critiquent avec des suggestions hypocrites les meilleurs de nos hommes. Ils louent et glorifient les morts, qu’ils utilisent pour paraître crédibles et grands combattants de notre culture et enfin ils associent, honteusement, à l’islam et à l’arabe tous les crimes commis par des extrémistes de tout bord. Comme si Bush n’avait pas détruit tout un pays, toute une civilisation, toute une culture, tout un peuple pour des raisons religieuses (à savoir chrétiennes). Et, comme si Sharon et les sionistes en général ne font pas vivre un enfer à un peuple dépossédé de tout, assassiné à petit feu et massacré régulièrement pour des justifications absurdes et injustes.

(Lire la suite)

Un Tunisien expulsé d’Italie vers Tunis malgré la Cour Européenne

expu.bmpUn Tunisien, condamné en Italie en 2003 pour appartenance à une association terroriste, a été expulsé dimanche soir vers la Tunisie en dépit d’un décision de la Cour européenne de Justice suspendant son extradition, a indiqué son avocate à l’AFP. Marié à une Italienne et père de trois enfants, Ali Toumi, refusait d’être extradé par peur d’être soumis à la torture en Tunisie et avait sollicité un permis de séjour en Italie pour motifs humanitaires, a précisé Me Barbara Manama. La Cour européenne a, à trois reprises dont la dernière le 24 juillet, demandé aux autorités italiennes de ne pas procéder à l’expulsion de Toumi avant de se prononcer sur sa demande d’asile. 

(Lire la suite)

Maroc: le syndicat de la presse dénonce la saisie de TelQuel et de Nichane

telquel.jpgLe Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a dénoncé dimanche la saisie des deux derniers numéros des hebdomadaires marocains TelQuel et Nichane (indépendants) estimant qu’ »il n’existe aucune loi au Maroc qui interdise les sondages ».   »Le SNPM dénonce cette saisie administrative, rappelle qu’il n’existe aucun texte de loi qui règlemente les sondages au Maroc, réclame le respect de la liberté de la presse et demande à ce que toute décision de saisie à l’avenir  soit du ressort de la justice » et non des départements administratifs comme il est d’usage.  Les deux derniers numéros de TelQuel et de Nichane -version arabe de  TelQuel- ont été saisis par le ministère de l’Intérieur pour avoir publié samedi « un sondage -effectué en partenariat avec le journal français Le Monde-   sur le bilan des 10 premières années du règne du roi Mohammed VI ».  

(Lire la suite)

Décès de Samir Ghosheh, un dirigeant de l’OLP

samirghosheh.gifSamir Ghosheh, chef du Front de lutte populaire et membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), est mort lundi à l’âge de 70 ans. Samir Ghosheh est décédé dans un hôpital à Amman en Jordanie des suites d’un cancer. Il dirigeait le Front de lutte populaire depuis 1971 et était entré en 1991 au comité exécutif de l’OLP, la centrale regroupant les principaux mouvements  nationalistes palestiniens et qui chapeaute l’Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas. Il fut ministre du Travail dans les territoires palestiniens entre 1994 et 1998.  Créé en 1964, le Front de lutte populaire est une petite organisation de gauche qui dispose notamment de bureaux en Syrie et au Liban.  AFP

Oran: 844 sans-papiers arrêtés en cinq mois

immigrationclandestinemellilia.jpgDurant les cinq premiers mois de l’année en cours, 844 immigrants clandestins ont été arrêtés selon un bilan communiqué par les gardes-frontières de la région ouest dont 757 ont été arrêtés par les services de sécurité et 87 par les gardes-frontières. Avec 611 arrestations, les Marocains viennent en tête de liste, suivis des Maliens avec 92 arrestations en cinq mois. En 2008, le nombre des personnes sans papiers arrêtées au niveau de la région ouest était de 2.520 personnes, rapporte le Quotidien d’Oran.  En quinze ans, le nombre d’étrangers en situation irrégulière ayant tenté de séjourner en Algérie a été multiplié par 10. Ils sont issus de 48 nationalités africaines, dont la plupart venus des pays limitrophes – Niger (33%), Mali (13%), Nigeria (10%) et Maroc (10%). Des statistiques menées par les gardes-frontières algériens donnent ce chiffre effarant: au moins 35.000 immigrants clandestins ont été reconduits chez eux depuis l’année 2002.

Un dossier empoisonnant les relations franco-algériennes

boutef.jpgPar LAKHDAR BELAID, La Voix du Nord

Dans la nuit du 27 au 28 mars 1996, sept moines trappistes français sont enlevés dans le monastère de Tibéhirine, à une centaine de kilomètres au sud d’Alger. Deux mois plus tard, seules leurs têtes sont retrouvées. Depuis l’affaire empoisonne les relations entre Paris et Alger.

En février 2004, une information judiciaire est enfin ouverte à Paris, après le dépôt d’une plainte par les proches des moines.Un dossier empoisonnant les relations franco-algériennes dans Affaires en justice en Algérie

Alors cadre du DRS de Blida, Abdelkader Tigha, 40 ans aujourd’hui, fuit l’Algérie en 1999. «Je craignais pour ma vie après qu’une enquête sur un double meurtre m’a conduit jusqu’à deux collègues », confie l’ancien agent. Le périple de Tigha l’emmène en Syrie, en Jordanie, en Thaïlande, puis finalement aux Pays-Bas. L’homme tentera d’obtenir l’asile en France. En vain. «En revanche, j’ai rencontré des membres des services secrets français», complète Tigha, dont les déclarations conduiront à un dépôt de plainte contre X, en décembre 2003, par des proches d’un moine assassiné et par des responsables trappistes et à l’ouverture d’une information judiciaire à Paris.

En Algérie, plusieurs journaux et des milieux proches du pouvoir dépeignent Tigha comme un «  délinquant ». En France, il est au contraire pris très au sérieux par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) qui, en 2007, déplore : «  Alors qu’il était en France depuis plusieurs semaines et que sa présence était inévitablement connue des services de renseignements français (et algériens), aucune demande d’audition n’a été notifiée à Abdelkader Tigha. » Pour cet ancien du DRS, le général Buchwalter ne peut avoir eu accès à des informations jalousement conservées par les autorités militaires algériennes ; la vérité sur l’affaire des moines se trouve donc toujours en Algérie. « Nicolas Sarkozy a été le premier président français à avoir le courage de lever le secret défense, à donner carte blanche à la justice française, conclut Tigha. C’est maintenant au président Bouteflika de l’imiter à Alger.»

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER