La presse algérienne: banditisme intellectuel, lâcheté et Djezzy !

belhimer.jpgPar Mahmoud Belhimer, ancien rédacteur en chef-adjoint d’El Khabar et fondateur d’El Fedjr 

Je tiens d’abord à saluer et encourager les journalistes qui travaillent encore en Algérie dans des conditions médiocres et essayent de dire des vérités malgré tout ce que vous connaissez.

Effectivement, les gens comme la personne que vous venez de citer (Anis Rahmani), (je n’ose pas citer son nom), ont donné à notre presse l’image de «banditisme intellectuel». Ils ont détourné et trahi les sacrifices de Omar Ouartilane, Said Mekbel, Allaoua, Tahar Djaout, Smail Yefsah… En fin de compte, ils ont aidé le pouvoir à mettre la presse dans sa poche en négociant notre liberté contre la rente. Ils ont confisqué une liberté chèrement payée par les Algériens.

Mais, je veux bien qu’ils s’affrontent de cette façon par torchons interposés. Nous allons tous découvrir des choses, bien que leurs histoires sont si connues et visibles. Maintenant,  j’aimerai bien qu’Ennahar écrira sur El fedjr, journal dont je suis membre fondateur et rédacteur en chef-adjoint durant deux ans. Sa directrice, Hadda Hazzam, qui se présente comme une femme moderne, démocrate et militante des droits et des libertés, m’a obligé à aller chercher un travail dans un autre journal pour subvenir à mes besoins.  Elle m’a privé de mon salaire en me disant: «Toi tu est actionnaire, donc tu n’as pas le droit à un salaire». Je lui ai dit que je ne peux pas vivre comme ça et qu’elle doit faire la différence entre être salarié et être actionnaire. Il fallait attendre 4 ans pour percevoir les dévidendes… Lorsqu’on j’ai réclamé mes droits, elle m’a chassé du journal que j’ai crée avec d’autre amis. Lorsque j’ai quitté El Fedjr, Hadda Hazzam a fait appel à Anis Rahmani qu’elle insulte aujourd’hui. Avec mon ami Zaidi (llah irahmou), elle nous a traîné devant les tribunaux pendant 3 ans, pour récupérer nos salaires d’une année. Et pour nos actions, elle s’est accaparée de la totalité.

J’ai vécu aussi un autre problème lié à la pression qu’exerce sur la presse les pouvoirs financiers. Ces derniers menacent notre presse jusqu’à sa mise à genoux. Vous connaissez tous un certain Hamid Grine, directeur de la communication de Djezzy. Ce monsieur, fort de sa position de distributeur de la mane publicitaire: pages de pub, puces, voyages, a « colonisé » tous les journaux (TAHANHOUM). Il est le vrai rédacteur en chef; il peut même licencier des journalistes, les affecter et choisir ceux qui couvrent les activités de Djezzy. La presse a fait de lui un grand romancier dépassant les écrivains connus comme Rachid Boudjedra et…le grand Balzac !!. Le malheur est que toute la presse a accepté de sacrifier sa liberté contre quelques téléphones mobiles, pages de pub offertes par Grine. Les patrons des journaux acceptent TEHIN et ERROUKHSS. La presse algérienne peut critiquer Toufik, l’homme fort du DRS,  mais jamais Djezzy. Comme écrivait un jour mon ami Hassene Moali d’Elwatan. !!

Hamid Grine a crée beaucoup de problèmes à des journalistes honnêtes qui refusent de collaborer avec lui dans ce jeux de bandits et de rentiers, comme mon ami Faycel M’djahed de Liberté, qui a du quitter son journal à cause de lui. Et bien sûr, moi aussi il essayait de me créer des problèmes lorsque j’été rédacteur en chef adjoint à El khabar. Il a demandé à mes responsables de me licencier si non Djezzy cessera de donner la pub à El khabar. Une menace d’asphyxier financièrement puisque les revenus de la pub de DJezzy à El khabar dépassent les 2 milliards de centimes par mois !! Heureusement que les responsables du journal étaient à mes cotés.

Je vais partager avec vous ces SMS que j’ai eu à échanger avec ce «Grand écrivain romancier» que je garde pour l’histoire de notre presse.

Hamid Grine, chargé de la communication à Djeezy, m’envoie un message le lundi 13 mars 2006 à 22h 30mn, voici le texte: «Tu censure nos communiqués, j’en informe Ali» (Ali est le PDG d’El khabar). Ma réponse par  SMS: «Réponse: 1. c’est moi qui ai insisté pour que le communiqué sortira demain. 2. Daz Maahoum Anta waali djerri Taak 3. Je suis responsable à El khabar et je ne serais jamais un esclave de Djeezy. 4. et fin, je ne vais jamais être acheté par une puce, portable, dîner, ou même un voyage à l’étranger. Mahmoud Belhimer». Hamid Grine, envoie ce message à mes responsables à El khabar et m’envoie un autre SMS: «C’est un message de voyou, je ne m’abaisserai pas à ton niveau, On ne joue pas dans la même division, je demanderai des sanctions à Ali que tu insultes.».

Ma réponse par SMS: «1. le voyou c’est ce lui qui menace un journaliste pour publier un communiqué. 2. le niveau ? Oui,, un Huntington de Djeezy qui se croit le seul détenteur du monopole du savoir! 3. Ta division, c’est les Zéro. 4. et fin. Encore une fois, Daz Maahoum 200 pour 100. Mr Belhimer ».  Himid Grine continue dans la provocation et l’insulte par SMS toujours, et envoi ceci. «Nedjma te paye combien». (J’ai un numéro Nedjma) J’ai décidé de ne pas répondre après insistance de mes responsables.

Voila mes amis une histoire parmi autres, mais ce que je souhaite est qu’Allah me donne le temps et la santé pour écrire sur ma modeste expérience. J’aimerai bien que des collègues, ouled familiya, fassent la même chose.

Commentaires

  1. SAMARITAIN dit :

    …… Car Depuis que tu as parlé dans une Émission Française a propos des Évangélistes qu’on ta mis a l’œil

    Amicalement le Pauvre Samaritain

  2. Bouche cousue dit :

    « bien que leurs histoires sont si connues et visibles »
    « j’aimerai bien qu’Ennahar écrira sur El
    fedjr, journal dont je suis membre fondateur et rédacteur »
    Du véritable journalisme,quoi!
    Toi au moins tu ne mets plus de « S » à
    porte .Tu as retenu la leçon.Ne prends
    pas ça du mauvais coté,c’est trés amical.

  3. SAMARITAIN dit :

    C’est vrais Maitre ! On n’apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces !

  4. Taous dit :

    JE ME DISAIS BIEN QUE CETTE NANA ÉTAIT TROP POLIE POUR ÊTRE HONNÊTE, que je ne la sentais pas et que son manichéisme puait quelque part le règlement de compte, mais j’avais préféré ne rien dire, d’abord parce qu’il m’avait paru important de lui accorder le bénéfice du doute et puis aussi, je le concède volontiers, par pur réflexe de solidarité féminisme.

    Je ne connais pas Anis Rahmani, mais je commence à le trouver sympathique car on lui tombe trop dessus et cela me parait anormal.

    Il faudrait savoir: on est pour la liberté de la presse ou pas?

    si oui, il a le droit de choisir la ligne éditoriale qu’il veut et d’exercer en toute indépendance. Ou est le problème ?

    si on se met à chercher des poux dans la tête de notre chère presse privée, on s’apercevra sans mal que les fils à la patte ne manquent pas.

    Alors pourquoi s’acharner sur un journaliste qui semble plus débrouillard que les autres et est prolifique, autant en scoop qu’en substance?

    On peut ne pas être d’accord avec lui et le faire savoir sans verser dans l’invective et l’insulte facile.

    Et puis, franchement cet épouvantail des « fils de harkis », on en est gavés, jusqu’à la nausée. C’est du n’importe quoi.

    Alors, mesdames et messieurs de la presse sachez r

  5. Taous dit :

    raison garder et basta de ces crêpages de chignon indignes, taalou le niveau, bon sang!!

  6. SAMARITAIN dit :

    Taous , Aujourd’hui Vous êtes en Verve ! Chapeau ;)

  7. Taous dit :

    Merci, cher samaritain,

    peut-être cela est-il du au fait que pendant près d’un mois je n’ai ni lu ni écrit, totalement absorbée par la famille locale, celle venue d’outside, la canicule, enfin je ne vous en dit pas plus, vous devinez…

    c’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai repris mon train train quotidien…en attendant la reprise des cours et le ramadan…

    Vous aurez remarqué que l’article sur notre Saint Prophète a été enlevé et je trouve ça bien. Merci à notre modérateur.

    En tout cas chapeau bien bas à vous pour vos réactions. Je me suis délectée.

    Cordialement.

  8. yuba dit :

    azul. gentillement: arretons ces mascarades svp. l’Algerie est sur le le point de la deflagration. Araw tqjunt win ik yahwan awith.

  9. sousem dit :

    et si on oser un jour faire du journalisme dans ce pays pour que le peuple puisse au moins savoir ce qui s’est passé un devoir de verité qui reste accroché a vos coups malheureusement vous les journalistes s’ils y en a encore biensur,un vrais travail d’investigation pas des copier collé de la dst, et comme cela mekbel,jaout,, ne rougiront plus de vous dans leurs honorables tombes ,que dieu benissent leurs ames

  10. mohand dit :

    C’est dommage que le sujet est terni par certaines expressions empruntées au langage …Avez vous noté aussi le nombre de fautes d’orthographe… ahurissant! Désolé, il fallait que je le dise , mais soit dit en passant, cela ne diminue pas le fond, qui, à mon avis, décrit assez simplement et avec des détails, la situation de la Presse algérienne. Cette situation se retrouve aussi dans les administrations. Chaque petit bougre, qui a une parcelle du pouvoir se joue de la loi, s’en fout de la morale, se moque des services chargés de les combattre … L’Algérie de 2009 ,est le théatre où se déroulent des courses effrénées aux gains faciles, illégaux. Mais comme c’est le dénominateur commun de tous. On s’en moque et on laisse se faire et se dérouler des scènes qui brisent des carrières et des vies. Des actes qui nuisent à l’Algérie et aux Algériens. On balaie à la pelleteuse ce qui a été construit laborieusement à commencer par notre image

    Cela fait longtemps que je ne suis pas intervenu sur ce forum, mais j’ai lu chaque fois les informations pertinentes et quelques commentaires.
    En disant cela et sans vouloir juger qui que se soit, cette expression de Fellag me parait décrire le mieux les faits. En effet au lieu de nous améliorer nous regressons c’est le propre de nous , comme il dit : » on est au fond d’un puit , les autres peuples remontent, nous on creuse ».
    J’ai bien peur qu’on cesserait de creuser bien trop tard pour remonter à la lumière. Certains y sont depuis toujours, ils sont pas nombreux mais ils font tout pour que les masses y restent pour l’éternité. Un psychologue américain avait fait une révélation dans un ouvrager célebre … l’être humain pense 99 % de fois à lui et seulement 1% autres et seulement quand ce un pourcentage pouvait améliorer le 99%.

    Nous n’avons de célébres chercheurs qui peuvent analyser le comportement de nos concitoyens d’ici et d’ailleurs. Mais nous avons des propos populeux qui en disent assez long sur nous. Quand on dit à un Algérien de choisir ce qu’il souhaite et il en sera satisfait , mais son voisin le sera doublement. Il répond crever moi un oeil , ainsi mon voisin aura les deux yeux crever.
    Dieu merci , tous les Algériens ne sont pas comme ça … Bonnes vacances tout de même à ceux qui ont la chance d’y aller (comme nos ministres en France, Espagne , Tunisie et Suisse). Ils rentrent aujourd’hui. Que nous reservent ils ?

  11. sissendz dit :

    du vrais lavage de linge sale en publique je ne trouve pas que ce soit du journalisme surtout que c’est entache de fautes d’ortographes et d’un style suntaxique pas tres recherche

  12. kadder dit :

    Pour que Mahmoud éclate au grand jour pour parler de ce qu’il y a derrière les rideaux de la presse, c’est que le késkés est bien plein. Et , il n’évoque que 1% de ce qu’il y aurait à dire. Laissons tomber les fautes d’orthographes, mahmoud n’est pas francophone….et le niveau général est ce qu’il est aujourd’hui, y compris au sein des pseudo hauts responsables qui ont été des cancres ou des copieurs, pour ne pas dire des analphabètes complets. la presse a été globalement pervertie comme le champ politique…faut aussi s’interroger pourquoi, aujourd’hui, le nommé bounedjma n’est plus tout à coup un grand fils de chahid et aussi interpeller tous les cons qui ont inventé la fumeuse famille revolutionnaire, la famille des moudjahidine, celle des fils de moudjahidine etc…toutes ces fumisteries qui ont servi à emballer la rapine et la prédation nationale. Mahmoud, mout ouakef .

  13. les associations dit :

    Chapeau Mahmoud
    c des Hommes braves comme toi dont on a besoin pour nous eclairer sur la realitè de ces pretencieux qui veulent passer pour des pros devant lopinion publique heureusement quiya encore des algeriens debout .

  14. NINA dit :

    Bonjour à Tous,
    Je suis très fière de savoir qu’il existe encore des gens intègres qui n’ont peur de personne et qui crient haut et fort les injustices, les abus et les dépassements!
    Chapeau bas à ces personnes et celles qui les soutiennent ne serait-ce que par un seul mot: BRAVO!

  15. ffs1963.unblog.fr dit :

    La presse algerienne banditisme intellectuel lachete et djezzy.. Not so bad :)

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER