• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 août 2009

Archive pour le 8 août, 2009

Italie: expulsion d’un Algérien soupçonné d’être proche des terroristes

expu.bmpUn Algérien soupçonné d’avoir fourni un soutien logistique à des membres de l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) a été expulsé samedi d’Italie sur ordre du ministre de l’Intérieur Roberto Maroni. D’après l’enquête du parquet de Venise, Nabil Belhouchi avait des contacts avec d’autres Algériens arrêtés en Italie et en Grande-Bretagne pour avoir fourni de l’aide à des membres de l’ex-GSPC, devenu depuis Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Il serait également proche d’une organisation qui s’occupe d’assurer un soutien logistique et financier à des personnes arrivant du Maghreb en vue de faire du prosélytisme pour la cause islamique en Italie et dans d’autres pays de l’Union européenne.

Nabil Belhouchi aurait eu, déclarent les enquêteurs, un comportement « subversif », méprisant les Italiens et les juifs et glorifiant les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Le décret d’expulsion pour des raisons de sécurité de l’Etat et de prévention du terrorisme a été signé le 4 août par M. Maroni et deux jours plus tard l’ambassade algérienne en Italie a délivré un laisser-passer pour permettre l’entrée du suspect sur le territoire national. Nabil Belhouchi a été rapatrié à Alger par un vol au départ de Milan, dans le nord du pays, a précisé l’agence. AFP

Palestine: Abbas réélu à la tête du Fatah

abbas.jpgLe Fatah a réélu samedi le président palestinien Mahmoud Abbas à la tête du Fatah, au cinquième jour de son premier congrès en 20 ans marqué par des débats houleux sur les moyens de revitaliser cette formation. Les quelque 2.000 délégués, qui participaient au congrès dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, ont voté à l’unanimité à main levée pour M. Abbas, a annoncé le président du congrès, Othman Abou Gharbiyé. 

Enseignement supérieur: Vendredi restera un jour de repos officiel

hraoubia.jpgLe ministre de l’Enseignement supérieur et de la  Recherche scientifique, Rachid Harraoubia, a souligné samedi à Alger que le vendredi restera « un jour de repos officiel » alors que le samedi sera une  journée de repos, appelant les responsables du secteur à s’organiser dans ce sens. Le ministre a indiqué « qu’afin de lever toute ambiguïté à ce sujet,  le vendredi restera un jour de repos officiel pour le secteur de l’enseignement  supérieur, tandis que le samedi sera un jour de repos et les responsables des  établissements sont appelés à s’organiser et revoir leur planning pour bien  gérer cette situation et récupérer les cours données jeudi dans l’ancien système ». Il a précisé, à ce propos, que « la nouvelle rentrée universitaire sera après le mois sacré de Ramadhan ».   

Italie: l’immigration clandestine est désormais un délit

haraga.jpgLa loi italienne durcissant la lutte contre la criminalité et l’immigration clandestine, qui est désormais passible d’une   amende de 5.000 à 10.000 euros, est entrée officiellement en vigueur samedi avec la publication dans le Journal officiel des décrets d’application. La loi, adoptée définitivement par le Parlement italien début juillet, prévoit ainsi que l’entrée ou le séjour illégaux sur le territoire italien deviennent un délit et soient passibles d’une amende de 5.000 à 10.000 euros. Le séjour des immigrés clandestins dans les centres d’identification et d’expulsion passe de deux à six mois tandis que les personnes louant un logement aux clandestins ou les hébergeant risquent jusqu’à trois ans de prison. Les autres mesures de cette loi controversée prévoient également un   « registre des sans-abri » qui seront fichés par le ministère de l’Intérieur ou l’introduction de rondes de citoyens pour assurer la sécurité dans certains quartiers de grandes villes, rapporte l’AFP.

L’imbroglio politique «franco-algérien» et ses «enchères» dans l’économie mondiale.

boutef1.jpgPar A.By 

Une des clés de la voûte, sans doute, de l’énigme du pouvoir occulte algérien semblait partiellement avoir été, quelque peu, repérée comme un «mirage américain» lors d’une parution unique – non reprise par aucun média nulle part ailleurs – d’un «intrus petit filet» d’une rubrique confidentielle d’un tabloïd français, après la tenue du sommet du GATT – ancêtre de l’OMC – en Mai 1994 aux États-Unis.

D’après cette «confidence» non complètement détaillée par le contenu dudit «petit-filet», et parait-il avant l’aparté «décisif», lequel devait réunir Bill Clinton et François Mitterrand avant le début officiel du sommet, le directeur de la CIA de l’époque, James Woolsey, avait soit disant préalablement «renforcé» les atouts de négociations de son président – dixit: «pour l’aider, au cas où, à faire “plier diplomatiquement” son habile homologue, le vieux renard français, ancien ministre de l‘intérieur de l‘ancienne Algérie Française» – en l’informant d’un dossier très actif à l’époque et jusqu’à date maintenu ultraconfidentiel, traitant justement de la compréhension de raisons occultes et manipulatrices des derniers soubresauts politiques majeurs des années 1988-1992 qu’avait vécu l‘Algérie après sa «fracture démocratique» du coup d‘état non avoué de Janvier 1992, incluant même un «bonus de taille» dans cette «saga tragique politico-algérienne aux ordres», entre autre, un précieux «soupçon» issu du même renseignement à ne pas négliger, à propos de l’identification probable et finale des réels principaux commanditaires de l’assassinat voulu «spectaculaire» du président algérien Mohamed Boudiaf le 29 Juin 1992. Et enfin pour «corser» l’ensemble du dossier en question, la CIA rajoutait – comme une cerise sur un gâteau – une révélation sur les probables dessous de l’affaire du « suicide » louche et incompréhensible de l’ancien premier ministre socialiste français, Pierre Bérégovoy le 01 Mai 1993.

Quelque soit la véracité, la fiabilité ou même la manipulation intoxicante des «atouts» suggérés par James Woolsey à son président, un premier «bémol» flagrant et important était à relever et ce ne serait pas été «délibéré ou gratuit» de la part de la CIA pour ne pas le motiver: c’est que cette dernière avait englobé «volontairement» et à juste titre sans «confusion» les deux événements – «atouts-jokers» – dans une synthèse générale commune de renseignements, avec comme toile de fond une vieille réalité algérienne, encore défaillante et tragique, comme s’il y avait une insinuation, sans relâche aux yeux de l’agence américaine, d’une corroboration d’un quelconque «cordon ombilical» qui devait encore exister et persister, sous une autre facette, entre La France d’aujourd’hui et son ancienne colonie, l’Algérie, «souveraine» depuis bien voila presque 50 ans.

(Lire la suite)

Le président Bouteflika demande la réouverture du dossier d’enquête du général Saidi Fodil

5afgenerauxalgeriemafia.jpgPar Cherfaoui.K. 

Le général Saidi Fodil fut de loin l’un des meilleurs directeurs de la DDSE, un des départements des services secrets algériens. Dès son accession  à la tête de cette direction, il avait engagé de sérieux remaniements dans le fonctionnement de ce département en introduisant de nouvelles formes quant au traitement de l’information. Le plus surprenant surtout c’est qu’il avait essayé de mettre fin à certaines pratiques héritées concernant les nominations aléatoires aux postes de chefs des bureaux de sécurité (BS) dans les ambassades algériennes à l’étranger, le plus souvent au prix d’une altercation avec ses supérieurs le général de corps de l’armée Toufik et le feu général-major Lamari Smain chef du contre espionnage. 

Saidi fodil a exercé en pas mal d’occasions sous le couvert du ministère des Affaires étrangères, se forgeant de cette façon une redoutable réputation de négociateur et de diplomate. C’est l’homme par qui est venue la résolution du conflit des Touaregs d’Algérie, un conflit qui risquait d’embraser des territoires entre l’Algérie, le Niger et le Mali, en ouvrant les portes de l’ingérence française qui n’attendait que cette occasion rêvée pour faire du conflit un cheval de bataille voulant surtout raviver la question identitaire Kabyle. 

Le général Saidi fodil a réussi en étant à la tête de la DDSE des coups de maître en mettant à jour un réseau d’espionnage au profit de la CIA impliquant un officier du DRS en poste à l’ambassade d’Algérie en Turquie. De même qu’il avait réussi d’autres coups d’éclats comme celui de la récupération d’un dossier classé, renfermant des preuves de l’implication d’un officier des services algériens en poste à Ankara (Turquie). 

Même avec le sérieux coup de pousse de l’ancien président Liamine Zeroual, le général Saidi Fodil ne pouvait pas faire le poids  face au Généraux Mediene Toufik et  Lamari Smain, ceci pour de nombreuses raisons, comme l’absence totale d’un service opérationnel armée relevant de l’autorité directe de Saidi fodil. Ce qui mettait la DDSE en position de fragilité face à la DCE et la DCSA, ce qui révélait l’incapacité de la DDSE à engager des opérations à caractère juridique ou armées.

(Lire la suite)

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER