• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 30 août 2009

Archive pour le 30 août, 2009

Charles Pasqua raconte le détournement de l’airbus français à Alger*

pasqua.bmp« Il y a eu la prise d’otage à Alger dans l’airbus qui faisait la liaison entre Alger et Paris. Il fallait d’abord savoir ce qui se passait. Nous avions bien entendu la version des autorités algériennes, cela n’était pas suffisant. De toutes façons, il faut prendre toutes les dispositions pour sauver la vie des passagers. 

 

Sans attendre la suite des conversations que nous pouvions avoir avec les autorités algériennes, j’ai proposé au Premier ministre de positionner le GIGN de façon à ce qu’ils soient prêts, ils étaient à une heure d’Alger, à pouvoir intervenir en cas de nécessité. Puis nous avons engagé des conversations avec les autorités algériennes. Les Algériens étaient totalement hostiles à l’intervention directe des militaires français sur leur sol. Je leur ai proposé au moins de faire en sorte que le commandant du détachement puisse leur apporter le soutien de ses compétences techniques, ils ont refusé également. Je savais qu’ils avaient des unités d’intervention très compétentes et opérationnelles. Ce sont nos propres services qui les avaient préparé et organisé en conséquence.

(Lire la suite)

Alger: Rassemblement des familles de disparus

algeriesmain1.jpgCe dimanche 30 août, pour la 26ème année, la journée internationale des disparus est célébrée par les associations de familles de disparus du monde entier. 

  

A l’appel du CFDA et Sos Disparu(e)s, les familles algériennes de disparus, qui, dans le mépris total du gouvernement algérien, luttent sans répit depuis plus de 10 ans pour accéder à leurs droits à

la Vérité et à

la Justice, s’uniront aux familles de disparus de tous les continents. 

  

Par un rassemblement, qui débutera à 10h place du 1er mai à Alger, les familles algériennes de disparu(e)s n’hésiteront pas une fois de plus, malgré la répression dont elles sont victimes, à rendre hommage à la mémoire des disparus et exprimeront leur volonté de voir leur Etat agir en démocratie respectueuse de la dignité humaine. 

  

En cette journée internationale des disparus, le CFDA et SOS Disparu(e)s exhortent les autorités algériennes à repenser le dossier des disparus en faisant toute la lumière sur le sort de toutes les personnes disparu(e)s en Algérie. 

  

Le CFDA et SOS Disparu(e)s appellent les autorités algériennes à ratifier

la Convention internationale contre les disparitions forcées et invitent les amis et associations agissant en faveur du respect des droits de l’Homme et de la dignité humaine en Algérie à se joindre au rassemblement.

L’ONU dénonce la forte augmentation des cas de disparitions

algeriesmain1.jpgLes Nations unies ont dénoncé la forte augmentation des cas de disparitions forcées en 2008, en ouverture de la   Journée internationale des personnes disparues, dimanche. Le Groupe de travail sur les disparitions involontaires du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a signalé l’année dernière 1.203 cas de personnes   disparues, contre 629 en 2007, soit une augmentation de 91% sur un an. 

Depuis sa création, en 1980, ce groupe d’experts a recensé plus de 50.000 cas, mais seule une infime partie d’entre eux a pu être élucidée. « C’est   pourtant une obligation des Etats de mener des enquêtes », a averti le Groupe de travail dans un communiqué. L’ONU a ainsi mis à l’index les disparitions liées aux politiques de lutte contre le terrorisme.  »Les arrestations au cours des opérations militaires, les détentions arbitraires et les redditions extraordinaires sont équivalentes à des disparitions forcées », a estimé le Groupe de travail. Les enlèvements de « courte durée » sont également très préoccupants, a souligné l’ONU, car, bien souvent, les individus ou groupes qui y ont participé  refusent de donner « des informations sur la situation et le sort de la personne   disparue ».    

Les Nations unies exhortent les gouvernements à ratifier la Convention internationale de l’ONU contre les disparitions forcées, car elle permettrait de « renforcer la capacité (d’action, ndlr) des gouvernements », a jugé le secrétaire général du Groupe de travail, Jeremy Sarkin. Adoptée fin 2006 par l’Assemblée générale de l’ONU, la Convention n’a été   ratifiée que par une dizaine de pays. Or, elle ne pourra entrer en vigueur qu’après sa signature par vingt Etats.

France: un Algérien qui avait résisté à son expulsion libéré

antenne.bmpUn Algérien en situation irrégulière qui avait résisté lundi à son expulsion de France en avalant une fiche d’antenne de télévision a été libéré du centre de rétention où il était maintenu en région parisienne. Cet homme de 40 ans, qui se trouvait au centre de rétention du Mesnil-Amelot, « a été remis dehors avec une invitation à quitter le territoire » et, s’il est de nouveau contrôlé, « c’est l’éloignement direct sans passer par le CRA » (Centre de rétention administrative).  L’homme ne pouvait plus être maintenu en rétention alors que la période réglementaire était arrivée à terme.  Il devait embarquer lundi dernier sur un vol à destination d’Alger dans le cadre d’une procédure de reconduite à la frontière.

Peu avant d’être conduit à l’aéroport, il avait avalé « une fiche d’antenne » de télévision, nécessitant une hospitalisation pour subir des examens. L’homme a déclaré à l’AFP avoir refusé d’embarquer vers Alger sans avoir perçu ses salaires, assurant avoir travaillé au noir, avant son interpellation, comme « plombier chauffagiste » pour plusieurs employeurs, dont des grands groupes du bâtiment. Installé en France depuis 2002, il avait été placé en rétention le 27 juillet. 

Emeutes à Tirmitine: 17 personnes arrêtées !

tir.jpgAprès l’incendie ayant ravagé le siège de l’APC de Tirmitine dans la wilaya de Tizi-Ouzou, la police a procédé à l’arrestation de 17 jeunes manifestants. Sept parmi eux ont été libérés dans la soirée de vendredi, alors que les dix autres ont été placés sous mandat de dépôt.  Pour rappel, les émeutes sont déclenchées pour protester contre l’implantation d’un lycée dans un lieu éloigné des habitations. Les habitants de Tirmitine ont proposé un autre endroit, mais l’administration fait la sourde oreille. Les travaux de construction de ce lycée ont déjà commencé au niveau de l’endroit initial. Synthèse d’El Mouhtarem/ Source La DDK.

Caricature de notre ami R.Z

car.jpg

Disparition des journalistes: RSF tire la sonnette d’alarme

disparus.bmpPar Youcef Aouchiche
 
Le syndrome des disparitions traque toujours les journalistes. Frappée par la brutalité des régimes dictatoriaux ou par la sauvagerie des groupes armés et encore plus par la barbarie du terrorisme, cette catégorie de fonctionnaires souffre toujours du démon des assassinats et des disparitions qui ne cessent de guetter leurs vies. En se penchant sur cette question, l’organisation non gouvernementale (ONG) Reporters  sans frontières (RSF) a rappelé, hier, la gravité de la situation.

En publiant un rapport à la veille de la 26e Journée internationale des disparus, cette organisation a tiré la sonnette d’alarme quant à la prolifération de ce syndrome qui frappe la famille des médias. Selon ce document, les régions où sévissent les conflits sont les plus touchées et exposées à ce phénomène. Après avoir cité ces plusieurs  exemples, l’organisation s’est indignée de ces pratiques, qui agissent contrairement à la moralité humaine et les exigences professionnelles. En faisant allusion à l’implication de plusieurs et de différentes parties dans ces actes ignobles, l’ONG a estimé nécessaire la protection de cette frange de société.  «Qu’elles soient le fait d’agents de l’Etat ou de criminels locaux souhaitant régler leurs comptes, les nombreuses disparitions de journalistes rappellent que les ennemis de la liberté de la presse n’hésitent pas à utiliser les moyens les plus lâches et les plus odieux pour bâillonner les  professionnels des médias», a-t-elle clamé.

Ce rapport qui met en avant la gravité de la situation vient de confirmer, si besoin est, la ferme volonté des prédateurs de la liberté d’expression, d’où ils viennent ou quelle que soit leur nature, à réduire la libre parole au silence ou à la simple vocation de loyauté à ces derniers. 

N.B: Plus aucun journal algérien n’évoque les deux journalistes algériens disparus, Djamel-Eddine FAHASSI, radio, le 3/8/1995 et Aziz BOUABDALLAH, El Alem Essiyas, le 4/12/1997. El Mouhtarem

Tizi-Ouzou: Les agriculteurs attendent l’effacement de leurs dettes

agriculture.jpgAprès des mois d’attente, les agriculteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou ayant contracté des dettes au niveau de la Salem menacent de recourir à une action collective si leurs dettes ne sont pas épongées, conformément à la décision du président de la République.
 
Par Karim Aimeur
 
Le ministre de l’Agriculture et du développement rural avait pourtant affirmé, le 16 mai dernier en direct sur le plateau de l’ENTV, que tous les agriculteurs sont concernés par l’effacement des dettes pour peu qu’ils disposent de documents justifiant leur situation. Mais sur le terrain, c’est autre chose. La Salem, filiale de la Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA), n’a toujours pas réglé les dettes de ses clients.
Pas seulement ça. Au lieu de se soumettre à la décision du premier responsable du pays, les responsables de cette filiale se versent dans la provocation.

Des agriculteurs tizi-ouzéens nous ont révélé que des fellahs étaient destinataires de mises en demeure de cette filiale (dissoute et en voie de liquidation) les astreignant à s’acquitter de leurs dus. «Ils disent (les responsables) à chaque fois qu’ils ne sont destinataires d’aucune note ou instruction allant dans le sens de l’effacement de nos dettes», ont affirmé nos sources.
Même argumentaire de la CNMA qui leur a affirmé qu’elle n’est pas concernée par l’effacement des dettes des fellahs. A se demander pourquoi les services concernés n’ont pas instruit la CNMA d’effacer ces dettes?. Ou bien, cette décison bouteflikienne ne que de la poudre aux yeux? Dans ce cas, il est également à se demnder pourquoi certaines banques ont déjà épongé les dettes de leurs clients. Pourtant, des sources nous ont affirmé que leurs crédits sont bel et bien contractés dans le cadre de l’agriculture. Les agriculteurs tizi-ouzéens pensent même qu’il y a une volonté de détourner leurs dus.

Selon nos sources, le président  de la Chambre nationale d’agriculture a «plaidé notre cause». Le président de la Chambre d’agriculture de la wilaya de Tizi-Ouzou leur a même conseillé de ne pas payer ces dus.
Résultat du bicéphalisme qui règne dans le pays: les clients de la Salem menacent d’ores et déjà de passer à l’action si jamais leurs dettes ne sont pas épongées. Ils ne dévoilent par ailleurs pas pour le moment la nature de cette action.
 
N. B. La Salem, filiale de la CNMA, est dissoute. Elle est actuellement sous la responsabilité d’un liquidateur. 

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER