Archive pour août, 2009

Décès de Samir Ghosheh, un dirigeant de l’OLP

samirghosheh.gifSamir Ghosheh, chef du Front de lutte populaire et membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), est mort lundi à l’âge de 70 ans. Samir Ghosheh est décédé dans un hôpital à Amman en Jordanie des suites d’un cancer. Il dirigeait le Front de lutte populaire depuis 1971 et était entré en 1991 au comité exécutif de l’OLP, la centrale regroupant les principaux mouvements  nationalistes palestiniens et qui chapeaute l’Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas. Il fut ministre du Travail dans les territoires palestiniens entre 1994 et 1998.  Créé en 1964, le Front de lutte populaire est une petite organisation de gauche qui dispose notamment de bureaux en Syrie et au Liban.  AFP

Oran: 844 sans-papiers arrêtés en cinq mois

immigrationclandestinemellilia.jpgDurant les cinq premiers mois de l’année en cours, 844 immigrants clandestins ont été arrêtés selon un bilan communiqué par les gardes-frontières de la région ouest dont 757 ont été arrêtés par les services de sécurité et 87 par les gardes-frontières. Avec 611 arrestations, les Marocains viennent en tête de liste, suivis des Maliens avec 92 arrestations en cinq mois. En 2008, le nombre des personnes sans papiers arrêtées au niveau de la région ouest était de 2.520 personnes, rapporte le Quotidien d’Oran.  En quinze ans, le nombre d’étrangers en situation irrégulière ayant tenté de séjourner en Algérie a été multiplié par 10. Ils sont issus de 48 nationalités africaines, dont la plupart venus des pays limitrophes – Niger (33%), Mali (13%), Nigeria (10%) et Maroc (10%). Des statistiques menées par les gardes-frontières algériens donnent ce chiffre effarant: au moins 35.000 immigrants clandestins ont été reconduits chez eux depuis l’année 2002.

Un dossier empoisonnant les relations franco-algériennes

boutef.jpgPar LAKHDAR BELAID, La Voix du Nord

Dans la nuit du 27 au 28 mars 1996, sept moines trappistes français sont enlevés dans le monastère de Tibéhirine, à une centaine de kilomètres au sud d’Alger. Deux mois plus tard, seules leurs têtes sont retrouvées. Depuis l’affaire empoisonne les relations entre Paris et Alger.

En février 2004, une information judiciaire est enfin ouverte à Paris, après le dépôt d’une plainte par les proches des moines.Un dossier empoisonnant les relations franco-algériennes dans Affaires en justice en Algérie

Alors cadre du DRS de Blida, Abdelkader Tigha, 40 ans aujourd’hui, fuit l’Algérie en 1999. «Je craignais pour ma vie après qu’une enquête sur un double meurtre m’a conduit jusqu’à deux collègues », confie l’ancien agent. Le périple de Tigha l’emmène en Syrie, en Jordanie, en Thaïlande, puis finalement aux Pays-Bas. L’homme tentera d’obtenir l’asile en France. En vain. «En revanche, j’ai rencontré des membres des services secrets français», complète Tigha, dont les déclarations conduiront à un dépôt de plainte contre X, en décembre 2003, par des proches d’un moine assassiné et par des responsables trappistes et à l’ouverture d’une information judiciaire à Paris.

En Algérie, plusieurs journaux et des milieux proches du pouvoir dépeignent Tigha comme un «  délinquant ». En France, il est au contraire pris très au sérieux par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) qui, en 2007, déplore : «  Alors qu’il était en France depuis plusieurs semaines et que sa présence était inévitablement connue des services de renseignements français (et algériens), aucune demande d’audition n’a été notifiée à Abdelkader Tigha. » Pour cet ancien du DRS, le général Buchwalter ne peut avoir eu accès à des informations jalousement conservées par les autorités militaires algériennes ; la vérité sur l’affaire des moines se trouve donc toujours en Algérie. « Nicolas Sarkozy a été le premier président français à avoir le courage de lever le secret défense, à donner carte blanche à la justice française, conclut Tigha. C’est maintenant au président Bouteflika de l’imiter à Alger.»

Importations de services: modalité d’application de la taxe de domiciliation bancaire

taxes1.jpgLa Direction générale fiscale des grandes entreprises (DGE) porte à la connaissance des opérateurs sollicitant les attestations  de transferts de fonds dans le cadre des dispositions de l’article 10 de la  loi de finances pour 2009, que les dispositions de l’article 63 de la Loi de  finances complémentaire 2009 ont institué une taxe de domiciliation bancaire  fixée à 3% du montant de domiciliation pour les importations de services. A cet effet, la DGE informe les opérateurs concernés par cette mesure qu’il leur appartient de se conformer à ces nouvelles prescriptions  »par l’acquittement  de la quittance de la taxe auprès du receveur de rattachement préalablement à toute autorisation de transfert ».  

Durant l’année 2008, la facture des importations des services s’était alourdie à près de 11 milliards de dollars contre près de 7 milliards de dollars  en 2007, alors que les importations de biens était montée à 37,39 milliards  de dollars contre 26,35 milliards de dollars en 2007.  A ce sujet, la Banque d’Algérie avait signalé dans son dernier bulletin  de conjoncture publié en mai dernier qu »’un autre élément de vulnérabilité pour la balance des paiements est représenté par l’emballement, en 2008, des  services non facteurs importés ». Ces services importés sont passés de 4,78 milliards de dollars  en 2006 à 6,93 milliards de dollars en 2007 et à 10,97 milliards de dollars  en 2008, avait précisé la Banque centrale. Ainsi, les services non facteurs importés se sont accrus de  58,4% en 2008 par rapport à 2006.

(Lire la suite)

Décès du fondateur du réseau des « porteurs de valises », Francis Jeanson

francis20jeanson202.jpgLe fondateur du réseau des « porteurs de valises » durant  la guerre de libération, Francis Jeanson, est décédé samedi à Paris à l’âge  de 87 ans suite à une longue maladie. Philosophe français, Francis Jeanson est né en 1922. Fuyant d’Espagne  en 1943, il rejoint l’armée française de la Libération pendant la Seconde Guerre Mondiale. Après la défaite du nazisme, son action et son militantisme se concentreront dans son engagement aux côtés des peuples colonisés et de la lutte de la classe  ouvrière.

Après le déclenchement de la guerre de libération nationale (1954-1962)  et après la publication de « l’Algérie hors la loi », Jeanson afficha sa grande  sympathie au Front de libération nationale (FLN) et fonda, en 1957, un réseau  de soutien qui porta son nom le « Réseau Jeanson ». Le réseau était constitué d’un groupe de militants français, agissant  sous ses directives. Leur rôle principal consistait à collecter et à transporter des fonds et des faux-papiers pour les militants du FLN opérant en France, d’où  leur surnom de « porteurs de valises ».  Ses activités pour la cause algérienne le contraignirent à verser dans  la clandestinité. Il publia une revue de propagande, « Vérité pour », destinée à expliquer le sens de son engagement.  Il s’était vite rendu compte que ni le parti communiste, ni la gauche non-communiste ne souhaitaient se départir d’une attitude prudente à l’endroit  de la guerre d’Algérie.

(Lire la suite)

Fatou Kéita, Ecrivain: “Les écrivains ont été humiliés à Alger par le ministre Komoé”

afrique.jpgAlors qu’ils ont été régulièrement invités par le ministre de la Culture et de la Francophonie au Panaf à Alger, les écrivains Bandama Maurice et Fatou Kéita ont été quasiment séquestrés une fois sur place. Mme Kéita crie sa colère face à ce mépris.

Comment avez-vous été accueillie en Algérie ?

A notre arrivée, nous avons été mis sous escorte. Nous étions tout contents, nous disant que cet accueil nous a été réservé pour le prestige de la Côte d’Ivoire. On ne savait pas que c’était pour nous enfermer au village des artistes. C’était une très belle cité construite pour le festival. Il faut féliciter le gouvernement algérien, car la construction s’est faite en 9 mois. Mais, les deux écrivains ivoiriens que nous étions, Maurice Bandama et moi-même, avons été mis dans ce complexe où il y avait des groupes folkloriques. Ce n’était pas notre milieu. Nous avons été abandonnés dans ce lieux, sans programme, sans radio, ni télé, rien.

Qu’en est-il de votre participation au festival ?

Je n’ai rien vu. J’étais prisonnière dans une cité. Nous n’avons participé à aucun colloque, aucune rencontre. Nous n’avons rien vu. Même pas la cérémonie d’ouverture.

Y avait-il d’autres écrivains dans la même situation?

C’est vers la fin que j’ai rencontré un écrivain centrafricain. Il y avait d’autres écrivains, mais ils étaient logés ailleurs dans d’autres cités ou dans des hôtels. Il y avait sûrement de nombreux écrivains algériens et plusieurs autres venant d’Afrique. Mais, nous ne savons pas la raison pour laquelle nous avons été logés au village des artistes.

(Lire la suite)

Tizi-Ouzou: Les citoyens bloquent 4 APC et une daïra

emeutes6.jpgLes sièges des APC de Makouda, Aït Yahia Moussa, Oued Ksari et Abi Youcef ont été fermés par des citoyens en colère. Les manifestants ont exigé des autorités de prendre en charge leurs doléances: revêtement des pistes, assainissement, eau potable. Les habitants du village Tinkachine de Makouda ont fermé le siège de la daïra.

Disparition du site Le Quotidien d’Algérie

tahia.jpgCoordination de l’Appel du 19 mars 2009
 
Communiqué
 
Mes cher(e)s compatriotes,
Notre site, « Le Quotidien d’Algérie », a subitement disparu de la toile  vendredi 24 juillet 2009 aux environs de 23h. Nous ne savons pas s’il s’agit de problèmes techniques dû au serveur ou d’un acte malveillant pour faire taire les voix libres qui s’expriment au sein de cet espace de débat fraternel et démocratique. L’hébergeur du site a été informé et nous a promis d’y remédier, tout en nous indiquant  que ce travail pourrait durer plusieurs jours.

Nous tenons à remercier et à rassurer tous nos compatriotes qui nous ont écrit ou appelé, inquiets de la disparition (que nous espérons momentanée) de leur site, tout en  leur demandant un peu de patience. Le Quotidien d’Algérie,  reviendra tôt ou tard sous une forme  ou sous une autre pour continuer à rassembler toutes les volontés sincères et engagées, dans l’esprit de l’Appel fédérateur du 19 mars 2009 et à débattre des voies et moyens pacifiques en vue d’un changement radical et pacifique du système politique dégénéré.

Fraternellement.
Salah-Eddine SIDHOUM
Coordinateur de l’Appel du 19 mars 2009
Alger le 30 juillet 2009
http://www.lequotidienalgerie.com

Printemps noir: Farid, le 128ème martyr

acidcouleur.jpgFarid ACID, un jeune de Tizi-Ghennif (80km Sud-Ouest de Tizi-Ouzou), vient de rendre l’âme. Alors qu’il n’avait que 21 ans lors des événements du «printemps noir», il fut atteint par les gendarmes qui, dans sa localité aussi, avaient ouvert le feu sur les manifestants dont il faisait partie. Il avait fallu beaucoup d’interventions pour avoir jusqu’à un élévateur à même de le faire monter dans l’avion qui l’avait transféré en France. Après huit années d’hospitalisation à l’Hôtel-Dieu de Nantes, condamné à la chaise roulante pour le restant de sa vie, il avait de temps en temps nourri espoir de guérison. Il vient d’y succomber à ses blessures.

Kabyles.net et ses flirts avec Juif.org et Upjf.com

kabyles.pngPar Aqbayli  

Nous devrions tous en tant que Kabyles convaincus et conscients de la légitimité de notre combat identitaire, nous démarquer haut et fort des groupuscules d’individus virtuels xénophobes et racistes qui squattent la toile en utilisant des noms de domaines tels que kabyles.net, Afrique-du-nord … Cet appel s’adresse aussi si ce n’est surtout aux Kabyles du MAK s’ils veulent vraiment que les Kabyles les prennent au sérieux. Bien que nous ne partageons pas, structurellement parlant, leurs idées, nous respectons entièrement que des Kabyles puissent penser à l’idée de revendiquer une gestion autonome de leur cité, comme solution au refus aberrant du régime algérien à régler la question identitaire légitime du peuple.

Kabyles.net, sans scrupule, au lieu de s’occuper de ce qui regarde vraiment la Kabylie, se donne le luxe de reprendre des articles du site officiel de l’Union des Patrons Juifs de France: http://www.kabyles.net/Communique-de-l-Upjf,04532.html.

Nous devons dénoncer l’utilisation d’un nom de domaine qui engage la Kabylie et ses habitants pour s’investir dans un lèche-botte systématique d’organisation juive pro-sioniste dénoncée même par des juifs soucieux de trouver une solution équitable pour la crise israélo-palestinienne voir par exemple : http://www.ujfp.org/.
Les administrateurs de kabyles.net reçoivent peut-être de l’argent pour ce qu’ils sont en train de faire !? Nous n’avons pas, pour l’instant, d’éléments concrets pour l’affirmer mais au vu du pourcentage d’articles islamophobes, xénophobes et même racistes, publiés ou repris par le site depuis son lancement, nous avons un indice sérieux pour soutenir notre hypothèse.

(Lire la suite)

1...1011121314

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER