Urgent: La daira refuse de délivrer un passeport à Salah Eddine Sidhoum

sidhoum.jpgPar Salah Eddine Sidhoum

Encore une fois le pouvoir illégitime d’Alger essaie (vainement) de m’intimider et de me faire taire en refusant de ne renouveler mon passeport. En effet, j’ai déposé mon dossier de renouvellement il y a près de deux mois au niveau de la daira de Sidi M’hamed (Alger) et à ce jour le préposé au guichet me réponds à chaque fois que la fiche de police n’est toujours pas revenue au siège de la PJ de Cavaignac !! Alors que normalement le passeport est délivré un mois après le dépôt.

Le 30 août dernier, je reçois par voie postale une convocation de la police judiciaire de Cavaignac (n°2210818 du 19/08/09) me demandant de me présenter au bureau des passeports du dit commissariat !!!
Grand fut mon étonnement de constater qu’au lieu de récupérer normalement mon passeport à la daïra de Sidi M’hamed, je me vois convoqué au bureau des passeports du commissariat de la police judiciaire de Cavaignac !
L’avis des amis avocats et enseignants de droit consultés est qu’il s’agit d’une procédure illégale. Pour eux, tout refus de délivrance du passeport doit être notifié à l’intéressé par écrit par la daïra (selon le décret n° 1.77 du 23/01/77 du JO) et non par convocation de la police judiciaire.

Je me suis présenté ce jour à 9h30 au commissariat de Cavaignac. Après présentation de ma convocation à la dame du bureau des passeports qui m’avait reçu très poliment, cette dernière retira mon dossier et le remit à un certain « Karim » qui après l’avoir feuilleté me signifia que j’avais eu une » affaire » (pour reprendre ses termes) en 1995 (!!!!). Je lui ai répondu poliment que « l’affaire » remontait à 1997 et non en 1995, que j’avais été acquitté en octobre 2003 après un procès politique mémorable et que j’ai eu droit à un passeport en juillet 2004. Très étonné (il ignorait qu’on m’en avait délivré un à cette date), il se retourna vers sa collègue pour lui dire « il a déjà un passeport ?) Confus de son erreur et ne sachant quoi dire, il me demanda de me déplacer au commissariat du 8 ème arrondissement près de l’hôpital Mustapha pour régler mon problème auprès de l’officier Hamache Saïd !!!

Le modeste citoyen que je suis et malgré mon âge et le Ramadhan était devenu un e balle de ping-pong, envoyée d’un service à un autre et d’un commissariat à un autre ! Après avoir signifié que j’étais en règle, détenteur d’un passeport normal délivré en 2004 et que je désirais le renouveler par la voie normale, il jeta le dossier sous son clavier d’ordinateur et me demanda de sortir immédiatement en me disant d’aller me plaindre où je veux. Quand je lui ai réclamé son identité, il me répondit avec méchanceté et arrogance : » je suis monsieur WALOU, vas te plaindre où tu veux».

Ne voulant pas envenimer la situation face à cet agent sans aucune éducation je suis descendu à la réception et exigé le cahier de doléance pour signaler ce comportement de voyou à ses supérieurs. Une fiche m’a été délivrée aimablement par l’agent de la réception où j’ai signalé l’incident indigne d’une institution censée protéger le citoyen. Des lettres recommandées avec accusé de réception viennent d’être adressées à la présidence de la république et au directeur général de la sureté nationale.

Je rappellerais à l’opinion publique que ces mêmes méthodes d’intimidation avaient été utilisées contre moi en 2004, lors de la demande de renouvellement de mon passeport. La daïra m’avait signifié verbalement que la police avait émis un avis défavorable à la délivrance du document sans me donner les motifs. Après quatre mois de lutte et de mobilisation, la présidence de la république avait ordonné aux autorités concernées de me délivrer immédiatement la passeport. Le même jour (04/07/2004) je fus reçu à Cavaignac par l’officier supérieur, puis à la daïra par un haut fonctionnaire qui me remit le jour-même le document de voyage tout en me présentant des excuses pour cet aléas dû « au zèle de certains policiers » pour reprendre le terme du fonctionnaire, c’est toujours le subalterne qui a tort !

Il est scandaleux que je sois privé de ce droit constitutionnel de voyager librement en dehors des frontières de mon pays alors que durant les cinq dernières années je suis sorti du territoire national sans aucun problème pour participer à de nombreuses réunions politiques, des ONG des droits de l’homme et à des débats télévisés en France , en Suisse et à Doha.
Pourquoi après que la présidence ait ordonné en juillet 2004 aux autorités dites locales de m’établir un passeport, ce fonctionnaire zélé de la PJ me refuse aujourd’hui ce droit ? Est-ce que depuis, la présidence n’a plus d’autorité sur la police ?

Il est clair que ces intimidations mesquines et ces lâches pratiques sont en rapport avec mes activités politiques et de défense des droits de l’homme que je continue d’assumer en tant que citoyen libre par devoir envers mon pays dépecé par un pouvoir illégitime qui en a fait un véritable butin de guerre dont il use et abuse.
Il est tout aussi clair que oligarchie insatiable n’a nullement tiré les leçons du passé et pense qu’avec ces méthodes éculées et cette répression d’un autre âge faire taire les volontés libres et engagées de ce pays.

Il faudrait que ce régime illégitime en phase terminale, comprenne une fois pour toutes que le règne de la peur et de la répression est révolu à jamais. Il faudrait aussi qu’il sache que dans cette Algérie défigurée de 2009, il y a encore des hommes et des femmes libres qui restent debout et la tête haute face à la tyrannie et qui savent dire non à l’injustice, comme l’ont fait nos aînés de Novembre.

Nous arracherons nos droits quels que soient les moyens répressifs utilisés contre nous. Dieu fasse qu’il nous arme de patience et de courage pour poursuivre notre combat pour Algérie de toutes et de tous sans exclusion aucune et un Etat de Droit où toutes ce institutions soient respectueuses de tous ses citoyens.

J’en appelle à l’opinion publique nationale et internationale et à toutes les ONG autonomes pour dénoncer ces agissements mesquins –dignes des républiques bananières- contre les libertés individuelles des Algériens opprimés par ce régime illégitime, -car faudrait-il le rappeler, je ne suis pas le seul dans cette situation- et à soutenir notre combat pour les libertés démocratiques et le respect de la dignité humaine.

J’informerai incessamment l’opinion publique des moyens politiques que j’utiliserais pour arracher mon droit à avoir un passeport en tant que citoyen libre.
Salah-Eddine SIDHOUM
Chirurgien.
Alger, le 03 Septembre 2009.

Commentaires

  1. kamel dit :

    il faut que ce peuple se mobilise pour mettre fin a ce pouvoir maffieux qui nous envenime et empeche a ce peuple de vivre en paix . la democratie ne viendra pas du combat d une seul ou auelque personne mais , mais de toute mobilisation de ce peuple, mais mon dieu
    je me demande c est ce peuple qui a combatu le colonialisme et qui vit aujourdhui sous le joug de cette monarchie militaire

  2. Jeff dit :

    Boutefloka = Président de Walou

  3. tayer dit :

    jusqu’a ou ira le système policier algerien,de quel droit il prive un authentique algerien de son droit d’avoir un passport?que veut cet état de dictature?veut il un peuple d’ésclaves?non ,non et mille fois a cette dictature.vive l’algerie libre et démocratique.

  4. Mohand Tahar dit :

    Cette véritable provocation vis à vis de la conscience politique nécessite une réponse politique urgente et immédiate de la part de la classe politique pour faire face à ce régime qui vient nous démontrer à travers cet acte que nous vivons OFFICIELLEMENT dans un état de NON DROIT avec un vrai pouvoir qui se cache dans les commissariats, dans les casernes, dans l’administration et qui placent leurs sbires dans des places stratégique de l’état et qui exploite cet organe juridique a des fin politique afin de s’assurer du contrôle de toute opposition démocratique émergente, . Cette contradiction flagrante démontre clairement que nous n’avons pas un pouvoir mais des pouvoirs politique et que nos commissariat sont des sièges politique au service d’une junte militaire qui prend en otage l’état et le peuple entiers , car comment se fait-il que des fonctionnaires payé au gré du contribuable se mettent au service d’un pouvoir illégitime avec un comportement irresponsable ? Comment expliquer un pouvoir qui libère des criminels et leur même des conférences de presse pour justifier leurs actes alors que des citoyens de valeurs les prive de s’exprimer ou de circuler librement ?
    UNE action politique d’envergure qui aura comme seul but est de chasser ce régime du pouvoir est indispensable pour nous garantir de vivre dignement et surtout nous protéger de ces criminels qui nous ont condamnés a vivre SANS VALEURS et dans une prison à ciel ouvert .

  5. Mohamed d'Alger dit :

    Gloire et honneur à vous Monsieur Sidhoum.

    Je ne peux retenir mes larmes, devant tant de résistance et tant de PEDAGOGIE dans votre lutte pour les libertés, toutes les libertés.

    Je ferai de votre texte un outil pédagogique pour mes enfants. Cela leur apprendra, tout simplement, que le devoir de tout homme honnête est d’enseigner le bien.

    Et c’est ce que vous faites.

    Merci de nous montrer le chemin.

  6. saha alik dit :

    nul ne peut sonder nos coeurs, de ranqueur connaitre le degres,et si l’on torent trops d’entrailles , si l’on rentrent trop de larmes,c’est comme si rajoute bois sur bois au buchet, et il suffit d’un tout petit brun du pauvre pour faire dans le coeur des hommes le plus grand des incendits et DIEU sait ce jour là l’ampleur du brasier, gare a vous mesieurs qui croiyent qu’ils sont eternels sur leurs trone , ma y doum ghir el sah.

  7. radjef said dit :

    Bonsoir tout le monde. J’ai posté hier un commentaire pour dire que le pouvoir fait tout ce qu’il fait parceque en face de lui il y a du neant…Je souhaite connaître les raisons de cette censure, d’autant plus mon intervention est correcte et ne portait atteinte à personne. A moins que…

  8. smail dit :

    Nous sommes tous solidaires avec toi Dr Sidhoum.Le pouvoir ne peut pas te refuser un document reglementaire car c’est un droit inaliénable pour tout citoyen!Ton combat pour les droits de l’homme fait peur aux tenants du pouvoir et c’est justement pour cette raison qu’on essaye de t’intimider!Mais ta tenacité,ton acharnement à soutenir les libertés individuelles feront de toi l’homme de la situation.Tiens bon cher ami,tu vaincras et tu finiras par acquerir ton droit de voyager là où tu veux à travers le monde pour mener à bout ton honorable tache!

  9. mehanneche mebrouk dit :

    Monsieur mehanneche mebrouk rue aroua slimane barika 05400 w batna algerie
    pour renouveler le passe port; la sûreté de daira de barika w de batna a precise que je suis lié à une affaire qui date de 2010 à skikda et dont nullement concerné étant donné que c’est un conflit de plusieurs personnes et que la justice ne peut trancher.
    Je me suis presenté à plusieurs reprises à skikda qui me précisent sans fondement.
    Je suis victime de notre administration et veuillez donner suite

  10. mohamed K dit :

    bjr tout le monde moi aussi la daira de remchi me refuse mon passeport depuis 2006 apres avoir purger un peine de prison a oran de 24 mois je ne peu obtenir mon passeprt apres plusieurs demande 2006… 2012 j attends toujrs alors je ces plus koi faire avs de me renseigne cordialement

  11. kada dit :

    je suis tjr en attente de passeport du moins otage de la daira de remchi ki veus pas me donner mon passeport je me demande si les haute tres haute autorite sont au courant j ai purger ma peine 24 mois j ai payer mon amende je doit rien a l etat sauf mon respect il m en reste un peu ki peu m aider en meme temps ke dieu merci

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER