• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 8 septembre 2009

Archive pour le 8 septembre, 2009

Evénements de Tirmitine: réaction de la LADDH (Bureau de Tizi-Ouzou)

emeutealge1541.jpgLIGUE ALGERIENNE DE DEFENSE DES DROITS DE L’HOMME

BUREAU DE TIZI-OUZOU

Communiqué

La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) déplore les événements malheureux survenus dans la commune de  TIRMITINE en date du 7 août 2009. Pour la LADDH, ces manifestations violentes sont le résultat de la mauvaise gouvernance du pays depuis l’Indépendance nationale en 1962.

A l’origine du conflit opposant la population aux autorités locales: l’implantation d’un lycée. Pourtant bénéfique à la commune, cet établissement scolaire, de par la procédure d’implantation, a provoqué la colère de la population qui s’est tournée en affrontements avec les autorités  

L’incapacité de l’Etat à  régler les contentieux sociaux par des méthodes civilisées a crée une situation incontrôlable: émeutes, affrontements violents et la condamnation de 17 jeunes à une peine de 18 mois de prison avec sursis et une amende de 200.000 DA !

(Lire la suite)

Algérie: L’armée veut-elle maintenir l’état d’urgence ?

algerie520.jpgSaid Radjef pour « Algérie Politique » 

Malgré les traumatismes du printemps noir, la gendarmerie renforce son dispositif en Kabylie par le déploiement de six autres unités. Sous le prétexte de répondre à la demande sécuritaire dans la région et de généraliser les principes de précaution contre la menace terroriste, la Kabylie est devenue une énorme caserne, ou presque.
 
La région, l’un des principaux bastions de la revendication démocratique, ressemble de plus en plus à un funérarium ou chaque citoyen constate avec étonnement et stupeur l’impressionnante et imposante présence des forces de sécurité. Le dispositif est tel qu’il est à se demander si tous les terroristes de l’univers ne se trouveraient pas dans cette seule région du pays. Les incendies qui ont ravagé des milliers d’hectares au cours de cet été, ne sont pas sans donner plus de relief à cette guerre invisible. Si ailleurs, il est admis que la nature a fait que chaque citoyen, et cela depuis sa naissance, porte en lui la loi fondamentale qui lui donne le sens du bien et du mal, de la lumière et de l’obscurité, de la vérité et du mensonge, chez nous il est à se demander si on ne naît pas terroriste et criminel, du ventre de sa mère.

(Lire la suite)

Un juge estime «sérieuse» la thèse d’un lien entre GIA et armée algérienne

 

djamelzitouni.jpgArticle publié le dim, 06/09/2009 — 16:30, par Fabrice Arfi, Fabrice Lhomme — Mediapart.fr

 

Le juge antiterroriste Marc Trévidic, chargé de l’enquête sur l’assassinat des moines de Tibéhirine, ces sept ecclésiastiques français enlevés en Algérie en mars 1996 et retrouvés décapités quelques semaines plus tard, vient de donner une ampleur inattendue à ses investigations. Dans sa demande de levée du secret-défense envoyée le 20 août à trois ministères (intérieur, défense et affaires étrangères), le juge semble décidé à enquêter au cœur des brouillards de la « décennie noire » algérienne des années 1990, durant laquelle près de 150.000 personnes ont trouvé la mort, d’après diverses associations de défense des droits de l’homme.

Selon les trois requêtes judiciaires du magistrat, dont Mediapart a obtenu copie, le juge Trévidic ne se contente pas de réclamer la communication de pièces classées secret-défense en rapport direct avec l’affaire des moines de Tibéhirine. Il a aussi étendu sa demande à tous les documents officiels en possession du gouvernement français susceptibles d’accréditer la thèse selon laquelle Djamel Zitouni, l’ancien chef du Groupe islamique armé (GIA), à qui a été imputé l’assassinat des sept religieux mais aussi la vague d’attentats commis en France en 1995, était en réalité… un agent des services secrets algériens. 

«Ma fonction m’impose de ne négliger aucune piste sérieuse ni de privilégier une thèse sur une autre», écrit le juge, prenant le risque de crisper les relations diplomatiques entre Paris et Alger avec ses trois requêtes dont la teneur n’avait pas été dévoilée jusqu’ici. Sortant de la traditionnelle réserve présidentielle en matière d’affaires judiciaires (séparation des pouvoirs oblige, normalement), Nicolas Sarkozy s’était engagé, début juillet, à faire droit à toutes les demandes de levée du secret-défense dans ce dossier. Selon le chef de l’État, les relations entre deux pays ne peuvent pas être basées sur «le mensonge».

(Lire la suite)

Algérie: La SIMPRAL poussée à la faillite !

imprimerief28.jpgLettre à Monsieur le Premier ministre 

Au nom de l’ensemble des travailleurs de la Société d’impression d’Alger (Simpral), mobilisés autour de la sauvegarde de leur emploi, nous sollicitons vos instructions diligentes pour mettre un terme aux ingérences illégales du chef de cabinet du secrétaire d’Etat chargé de la Communication.

Par ses injonctions répétées et ses pressions annonciatrices d’une dissolution programmée, ce dernier s’érige en plaideur des causes injustes au détriment d’une entreprise publique. Pour le recouvrement de ses créances détenues sur certains éditeurs, la Simpral a d’abord privilégié le cadre serein et concerté qui s’est avéré infructueux. Devant une résistance préjudiciable financièrement, le recours à la justice est rendu par conséquent inévitable.

A notre grande surprise, nous constatons avec regret que toutes les décisions de justice en faveur de la Simpral, rendues définitives au nom du peuple algérien par l’instance compétente avec la forme exécutoire, sont systématiquement remises en cause par le chef de cabinet, avec note écrite faisant ressortir notamment la mention «suspendre l’exécution jusqu’à nouvelle instruction…».

(Lire la suite)

Conflit Eepad-Algérie télécom ou conflit Bouteflika-Gaid Salah ?

eepad.bmpالاخ المحترم السلام عليكم 

رمضان مبارك 

أريد ان أوضح لكم نقطة هي رد على ما أدردجتموه في مدونتكم بشأن الخلاف بين اتصالات الجزائر وإيباد، حيث ورد في المقال بأن الخلاف « تجاري بحت ». أعتقد ان الخلاف مسيس الى حد النخاع وله علاقة بالصراع الدائر فوق بين بوتفليقة وبعض العسكر. 

وحسب معلوماتي فان شقيق قائد اركان الجيش اللواء قايد صالح هو شريك لمدير ايباد نواري (عقيد سابق). وأصل الحكاية ان بوتفليقة طلب من قايد صالح ترك الخدمة بدعوى انه تجاوز سن التقاعد بكثير لكنه رفض. فلم يكن امام الرئيس سوى اللجوء الى لي ذراع قائد اركان الجيش عن طريق شقيقه . والله اعلم 

 وبارك الله فيكم على المجهودات التي تبذلونها  

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER