Algérie: L’armée veut-elle maintenir l’état d’urgence ?

algerie520.jpgSaid Radjef pour « Algérie Politique » 

Malgré les traumatismes du printemps noir, la gendarmerie renforce son dispositif en Kabylie par le déploiement de six autres unités. Sous le prétexte de répondre à la demande sécuritaire dans la région et de généraliser les principes de précaution contre la menace terroriste, la Kabylie est devenue une énorme caserne, ou presque.
 
La région, l’un des principaux bastions de la revendication démocratique, ressemble de plus en plus à un funérarium ou chaque citoyen constate avec étonnement et stupeur l’impressionnante et imposante présence des forces de sécurité. Le dispositif est tel qu’il est à se demander si tous les terroristes de l’univers ne se trouveraient pas dans cette seule région du pays. Les incendies qui ont ravagé des milliers d’hectares au cours de cet été, ne sont pas sans donner plus de relief à cette guerre invisible. Si ailleurs, il est admis que la nature a fait que chaque citoyen, et cela depuis sa naissance, porte en lui la loi fondamentale qui lui donne le sens du bien et du mal, de la lumière et de l’obscurité, de la vérité et du mensonge, chez nous il est à se demander si on ne naît pas terroriste et criminel, du ventre de sa mère.


 «Même durant la guerre de libération,au moment de l’opération Jumelle, on n’a pas vu autant de soldats et de gendarmes en Kabylie», lâche cependant avec tristesse un ancien maquisard. En effet où que vous alliez au Djurdjura, vous pouvez voire à partir d’une terrasse d’un village ou d’un balcon d’un immeuble d’une ville une longue suite de casernes  et de barrages fixes des brigades mobiles de la police judiciaire et de la gendarmerie. Sans parler de la police communale qui quadrille les Mosquées et des heliopters qui survolent plusieurs fois dans la journée, à basse altitude, les collines et les prairies.
 
En dépit de cet impressionnant dispositif, le taux de criminalité et de délinquance, a atteint  des seuils plus qu’alarmants. Rien qu’au cours des mois de juillet et d’août derniers, plus d’une trentaine d’homicides volontaires ont été enregistrés dans la seule wilaya de Tizi-ouzou., alors que les marchés de la drogue et de la prostitution n’ont jamais autant bien prospérer que maintenant..Le plus dramatique dans cette histoire, les auteurs de ces multiples délits ne répondent même pas aux convocations de la justice. S’il est vrai que les violences terroristes se poursuivent à un rythme moins intense, il n’en reste pas moins le banditisme s’organise de jour en jour, au su et au vu de tout le monde , et aspire à devenir un système hiérarchique discipliné, prêt a remplacer les tumultueuses organisations terroristes.
 
Partant de ce constat, quelle est la véritable mission de l’ANP ? Si ce n’est pas combattre le crime organisé et ses prolongements, quel est donc l’objectif de sa présence impressionnante en Kabylie ? Bouteflika est-il un homme politique au service de l’ordre citoyen ou bien un président exclusivement au service des militaires, pour ne pas dire l’otage des généraux ?

Commentaires

  1. baraka dit :

    Eh oui, la réponse est dans votre question. Bouteflika est l’otage des généraux !
    L’État d’urgence a un double rôle :
    d’une part, il « justifie » aux yeux du monde que l’Algérie est toujours confronté au terrorisme, et de l’autre part, il « bloque » l’émancipation et l’exercice démocratique dans tout le pays, et principalement en kabylie, le berceau de toutes les revendications algériennes depuis la nuit des temps.
    Ces généraux ne sont pas sots et stupides, ils savent ce qu’ils font.Mais leur « jeu » est devenu tellement flagrant que je me demande ce qu’ils vont faire comme stratagème si l’état d’urgence sera levé…Que dieu nous préserve.

  2. hakim dit :

    Cet article est tendancieux. Dire « il est vrai que les violences terroristes se poursuivent à un rythme moins intense » est au mieux de l’ignorance au pire un mensonge. Comment peut on passer sous silence les crimes commis par ces terroristes ces derniers jours (Kidnapings, Meurtres) et se focaliser et ne pointer du doit que le banditisme.
    Beaucoup de citoyens vivant en Kabyle se sentent rassurés par cette présence militaire, et combien disent qu’ils préfèrent les vrais barrages militaires au faux barrages terroristes.
    Ne pas dénoncer les crimes commis pas les terroristes islamistes en Kabylie revient à y consentir.

  3. Mohand Tahar dit :

    Cher said effectivement l’état d’urgence fait partie de la stratégie du régime pour cadenasser la société et prendre en otage tous ceux qui incarnent le combat politique ,la kabylie est visé parce qu’il est le MOTEUR et la LOCOMOTIVE POLITIQUE de la nation algérienne, le régime algérien peut tous acceptés sauf la politique et par rapport a ce CHEF il peut f tous faire sauf la politique, on a jamais vu un politicien qui use de la solution sécuritaire pour régler les problèmes d’ordre politiques pour déduire enfin que ce PION est instruit par la junte militaire afin de faire passer leurs pilules, et d’ailleurs on lui lance un défit d’abolir l’état d’urgence et bien je vous assure qu’il sera GOMMER a la minute qui suit l’événement comme tant d’autre qui ont essayer de sortir de ce LABYRINTHE, alors il n’y a aucun doute qu’il ne présente aucun pouvoir pour prendre des décisions POLITIQUE si ce n’est qu’il lui ont réservé la liberté de prendre des décisions TECHNIQUES pas plus ou sinon on connait tous le sort qui l’attend.

  4. ammisaid dit :

    Il était un temps pas si lointain que ça où la kabylie était une prairie dans laquelle tout chantait, tout riait et tout résistait. Elle nous offrait des figues et de l’huile d’olive pour toute l’année. Elle nous faisait respirer l’air pur et frai de la montagne de djurdjura et de sa majesté. Le vert était sa couleur préféré, elle s’habillait avec elle en hivers et en été. Ses valeurs rimaient toutes avec les mots: fraternité, solidarité, démocratie, justice, liberté et dignité. Personne n’était délaissé ou largué, sauf, s’il l’avait cherché et mérité. Elle enfantait des hommes compétents, intelligents et courageux, elle dispersait dans toute l’Algérie pour l’aider à se stabiliser, à s’autonomiser et à prospérer. Elle enfantait des hommes qui avaient la capacité d’éveiller ceux qui dormaient au combat pour la justice sociale, la liberté d’expression, l’alternance au pouvoir et notre riche et diverse identité. Elle interdisait en silence qu’elle soit par ses enfants: souillée, volée, trahie et humiliée. Elle leur demandait de marcher la tête haute et de refuser de se plier. Elle avait imposé Elharma dans tout les foyers et essayait de changer dans le bon sens avec patience, fermeté et douceur ses enfants qui inconsciemment essayaient de lui enlever son honneur et sa dignité. Elle était belle, forte et rebelle toute l’année, elle résistait à tout les coups qui lui étaient assignés par ceux qui ont usurpé l’indépendance pour laquelle des centaines de milliers de ses hommes s’étaient sacrifiés et elle n’avait jamais cessé de dire la vérité même si pour cela elle allait être endeuillée, manipulée, emprisonnée, exilée, torturée et persécutée. Jusqu’au jour, où les enfants qu’elle avait élevé et choyé, s’étaient alliés aux tyrans et aux despotes de notre pays pour la rendre comme notre frère Radjef saïd la si bien décrite ici. Un lieu de débauche, de désolation, de tout les maux et de tout les crimes sous la responsabilité d’une armée qui a été envoyé en sur-effectif pour rassurer, soutenir et encourager tout ceux qui veulent la soumettre, l’écraser, la dominer et la maîtriser. Ses racines sont solides et bien ancrées, un jour, elle offrira des hommes qui ressembleront à leurs aînées, ils se lèveront avec tout les enfants de l’Algérie pour récupérer la liberté que les gueux qui nous gouvernent, nous ont usurpé.
    Fraternellement à toutes et tous
    Saha Ftourkoum

  5. radjef said dit :

    L’objet de mon article ne porte pas sur le terrorisme qui est loin d’être l’oeuvre des islamistes, mais il porte sur un sujet important: la presence et la mission telle qu’elle est definie par la loi fondamentale du pays, en Kabylie. Les islamistes ne sont pas responsables de la faillite de l’Etat, parcequ’ils ne sont pas au pouvoi. La totalité du pouvoir est entre les mains des généraux du DRS.Ce sont eux et eux seulement les seuls responsables de cette situation. Pour savoir si les kabyles se sentent rassurés par la presence des militaires, que la television algerienne et les medias ouvrent un débat…Je crains fort que les militaires ne plient bagage le lendemain lorsqu’ils auront ecouté ce que le peuple pense d’eux.

Laisser un commentaire

FRONT NATIONAL - Bouches-du... |
Mouvement des Jeunes Social... |
15ème circonscription du No... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sagvar, le Roman Noir de la...
| Sarkophage
| UES - Claude WEBER